Aller au contenu

  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Vous n'êtes pas connecté !

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour bénéficier de toutes les fonctionnalités du forum et surtout pouvoir discuter avec des gens super cool.

Photo

Luthier comme auto-entrepreneur - quelle type d'activité


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 + Partager CelticRambler

CelticRambler
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 709 messages
  • Localisation: Républic du Berry
  • Activité(s):Perturbateur de statuo quo
  • Instrument(s):Accordéon, whistle irlandais

Posté 16 mars 2012 - 11:02

Je viens de rencontre quelqu'un qui pense à commercialiser son passe-temps de luthier. En principe, c'est le statut d'auto-entrepreneur qui lui conviendra mais il a reçu des avis contradictoires sur la question "de quelle type d'activité - commerciale or artisanale".

Comme c'est jusqu'à là un passe-temps, il n'a pas des commandes personnalisées et il "se paye" plutôt en goutes de satisfaction qu'en liquide. Ses dépenses pour les matériaux premiers représentent donc la quasi-totalité de son prix de vente.

Evidemment il doit réviser la facturation de sa main d'oeuvre s'il veut entrer dans le marché réel mais à première vue il semble que celui lui rend "artisan" et lui limite aux 32k€ de recettes par an. Y a-t-il une désignation sous l'activité commerciale qui reconnaitrait son activité plus correct de "rassembleur des composants pour la revente éventuelle" ?

#2 + Partager wedell

wedell
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 605 messages

Posté 16 mars 2012 - 14:04

La dénomination commerciale semble exclue car elle implique l'achat et la revente avec plus-value d'un bien.
Alors que l'assemblage de matières premières est la définition même de l'artisan.
Sinon, pour le statut:
Auto entrepreneur: Pas d'obligations comptables hormis un cahier entrée/sortie, charges en fonction du chiffre d'affaire, couverture sociale, validation des trimestres pour la retraite.(Mais il semble que les sommes gagnées , elles, ne soient pas prises en compte. Il y a là un point obscur et je suspecte que la creation de ce statut ne soit pas innocent de ce côté.)
Micro entreprise: Pareil à ceci près qu'un plancher est fixé pour les charges qui sont au minimum d'environ 500€/trimestre. Les trimestres sont validés ainsi que les sommes gagnées qui sont prises en compte selon un barème directement lié au chiffre d'affaire.
Après, c'est le statut d'artisan et les micro sociétés avec tout le tralala.
Récupération de TVA, comptable attitré, ammortissements, apprentis et salariés, auto emploi, etc.. Mais pas de plafond de chiffre d'affaire, possibilité de faire des emprunts et de bénéficier d'aides diverses

#3 + Partager Elfi

Elfi
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 173 messages

Posté 17 mars 2012 - 09:12

le statut d'auto entrepreneur me parait toujours bien risqué : cotisations, changement de statut dès qu'il aura un revenu lui permettant de vivre de son activité (le plafond de CA est très bas), stocks comptables à gérer etc...
et un bon artisan n'est pas forcément un bon gestionnaire ou un bon commercial

Est ce qu'il ne pourrait pas plutôt se rapprocher d'une CAE ou coopérative d'activité et d'emploi. Ce sont des pépinières d'entreprises où le porteur de projet et chef d'entreprise est salarié et cotise à l'assurance chômage, il est donc beaucoup plus protégé qu'un auto entrepreneur. Sa comptabilité sera prise en charge moyennant cotisation. En plus les candidats sont accompagnés (cours de gestion et de compta obligatoires, plus cours optionnels comme la pub). Il y a juste besoin d'avoir 20% de temps libre sur le mois (on peut être en CDI à temps partiel ou retraité).
http://www.cooperer....ub=informations

Si il passe par ce statut il prendra beaucoup moins de risques, mais il devra bosser son dossier de candidature. J'y ai postulé et je me suis faite recalée sur un dossier pas assez abouti : je suis tombée sur un accompagnateur beaucoup plus pointu que mon interlocuteur de Pôle Emploi.
Mais même sur la constitution du dossier il peut recevoir des conseils.
Dans le Berry, les deux CAE les plus proches sont Romorantin et Orléans (rien à Bourges apparemment
http://www.odyssee-creation.coop/
http://www.artefacts.coop)

Bonne chance (c'est bien le jour ;))

Image IPB

NB pour moi il est artisan sans nul doute, à confirmer près de l'Urssaf ou de la Chambre des métiers dont il dépend

#4 + Partager CelticRambler

CelticRambler
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 709 messages
  • Localisation: Républic du Berry
  • Activité(s):Perturbateur de statuo quo
  • Instrument(s):Accordéon, whistle irlandais

Posté 17 mars 2012 - 16:42

Je précise, cette personne ne veut pas créer une vraie entreprise - ce restera un passe-temps sans but lucratif (il vit d'autres moyens). Il veut tout simplement déclarer ses ventes au fur et au mesure donc c'est que l'AE qui lui convient - mais il ne veut pas être piégé un jour par une série de commandes qui dépasse le seuil de 32k tant qu'il ne perçoive presque rien de cela.

#5 + Partager wedell

wedell
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 605 messages

Posté 18 mars 2012 - 18:38

Ben si il arrive à dépasser 32000€ par an en commercialisant le fruit d'un passe-temps, je me demande pourquoi il continue de bosser ailleurs, surtout si il ne compte que la matière première; ou alors ses fournisseurs sont les plus chers du marché!

#6 + Partager Piotr

Piotr
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 40 messages
  • Localisation: Poitiers
  • Activité(s):bricolage...............
  • Groupe(s):Café Gentiane, Eteurboeil
  • Instrument(s):Accordéon chroma, et diato

Posté 12 mars 2013 - 09:14

et un artisan n'est pas forcément un bon gestionnaire ou un bon commercial

Tu m'étonne !! C'est mon cas et dés qu'il faut mettre le nez dans la paperasse ça me fais tourner en bourique ! :lil-lol:


waouh ! un an jour pour jour ! j'avais pas fais attention.

Modifié par Piotr, 12 mars 2013 - 09:15.





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)