Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
* * * * * 3 note(s)

Yvon vs Camille

yvon guilcher je mène les loups

  • Veuillez vous connecter pour répondre
280 réponses à ce sujet

#1 + Partager MathieuBb

MathieuBb
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 910 messages
  • Localisation: Cantal (15)
  • Groupe(s):Les Violons du Mamou, Duo Schilling-Lepoivre
  • Instrument(s):trompette/bugle, tin/low wishtle, guitare

Posté 11 mars 2018 - 14:00

Salut tradzone,

 

Serait-il possible que vous ayez raté cet événement sur les réseaux sociaux ? Ce texte d'Yvon Guilcher (notez que je ne suis pas allé lui demander s'il l'a vraiment écrit !) a été publié par un de ses amis (que je ne connais pas si ça se trouve c'est un fake !) et les commentaires commencent à se déchaîner entre les "pour" et les "contre".

 

En avez-vous entendu parler ?

 

Le texte est celui-ci :

 

Les amis,

vous qui êtes plus jeunes que moi et mieux adaptés au XXIè siècle (qui est religieux ou qui n'est pas), vous pouvez peut-être m'aider à retrouver le sommeil : 

Car je ne dors plus depuis que j'ai découvert la chanteuse Camille, laquelle s'est approprié l'une de mes compositions : Je mène les loups, que j'ai inventée dans les années 90 (air et paroles), qui ouvre le CD Bourrées de l'ADP (1997) et que Camille présente comme traditionnelle (d'après Le Monde, elle l'aurait trouvée dans "quelque vieux grimoire"). Du coup, elle ne me cite jamais et ma chanson est en train de se répandre dans le monde entier (USA compris), on l'inscrit aux programmes des écoles et elle passe partout pour "la bourrée de Camille".
Outre que cette dame en appauvrit la mélodie, elle s'estime à même de montrer sur scène comment ça se danse, avec des copains et copines qui partagent son ignorance et son incapacité (merci, Gennetines ?) et leur gigotage hirsute, agrémenté de révérences cucul, fait de la bourrée un objet de dérision.
Sur le net, Michel Lebreton me cite, les Américains aussi, Gabriele Coltri signale que la chanson est de moi, mais rien n'y fait : pour tout le monde, c'est désormais "la bourrée de Camille" et personne n'a visiblement envie qu'on l'attribue à Yvon Guilcher.

Je ne demande à personne de me payer pour chanter mes chansons et je n'ai guère de vanité d'auteur. Mais ce qui se passe là m'est insupportable, je l'avoue.

Je voudrais donc : 
1) que l'on sache que cette chanson, est de moi (je suis d'ailleurs seul à pouvoir en expliquer les paroles, à première vue mystérieuses) ; 
2) que l'air ne s'en diffuse pas sous une forme abâtardie ; 
3) qu'on dénonce cette singerie gesticulatoire qui n'a rien à voir avec la bourrée.

L'enjeu, c'est ma santé physique et mentale.

Yvon Guilcher

 

La vidéo jointe à ce texte est celle-ci : 



#2 + Partager buescher 27

buescher 27
  • Adhérent(e)
  • PipPipPipPip
  • 317 messages

Posté 11 mars 2018 - 17:49

YG devrait mettre la plage du cd en question sur youtube et partager le lien sur les réseaux sociaux... Ceci règlerait déjà le problème de la paternité (ou maternité) de l'oeuvre et rendrait justice à qui de droit.



#3 + Partager Ludoman

Ludoman
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 652 messages
  • Localisation: Montreuil
  • Groupe(s):Flor de Zinc - Duo Besson Rio - Tizhde'i - Boulas Rio
  • Instrument(s):Accordéon chromatique

Posté 12 mars 2018 - 12:40

C'est drôle n'empêche :)



#4 + Partager nevado

nevado
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 742 messages
  • Localisation: Montpellier BAS-LANGUEDOC
  • Activité(s):Éducateur Technique Spécialisé, Maître de danse
  • Groupe(s):folkloriques et autres dans le Gard et l'Hérault
  • Instrument(s):tambour; aubòi (hautbois du bas-languedoc)

Posté 12 mars 2018 - 15:28

Vous connaissez la suite?  :rotfl:  :rotfl:

 

https://www.ouest-fr...uilcher-5617202



#5 + Partager buescher 27

buescher 27
  • Adhérent(e)
  • PipPipPipPip
  • 317 messages

Posté 12 mars 2018 - 15:52

Au moins c'est clair ;)


  • nevado aime ça

#6 + Partager bens

bens
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 725 messages
  • Localisation: Poitiers
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Décibal, Duo Hervé, Le gros trio, Trio Roblin-Evain-Badeau, Nòu, Son de bouc, Tord Boyaux, Duo Roblin-Pacher
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 12 mars 2018 - 16:20

Oui au moins c'est clair, maintenant on sait qu'Yvon Guilcher est un peu con.



#7 + Partager buescher 27

buescher 27
  • Adhérent(e)
  • PipPipPipPip
  • 317 messages

Posté 12 mars 2018 - 17:08

Ah bon ? :]



#8 + Partager lauba

lauba
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 190 messages
  • Localisation: Bâle

Posté 12 mars 2018 - 19:10

Oui au moins c'est clair, maintenant on sait qu'Yvon Guilcher est un peu con.

Super reflexion ! T'en as d'autres comme ca ?



#9 + Partager buescher 27

buescher 27
  • Adhérent(e)
  • PipPipPipPip
  • 317 messages

Posté 12 mars 2018 - 21:03

Je pense que ce genre de commentaire en dit plus sur l'un que que l'autre,... :wow:



#10 + Partager nevado

nevado
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 742 messages
  • Localisation: Montpellier BAS-LANGUEDOC
  • Activité(s):Éducateur Technique Spécialisé, Maître de danse
  • Groupe(s):folkloriques et autres dans le Gard et l'Hérault
  • Instrument(s):tambour; aubòi (hautbois du bas-languedoc)

Posté 13 mars 2018 - 09:47

Oui au moins c'est clair, maintenant on sait qu'Yvon Guilcher est un peu con.

OH!  :O Il a dit un gros mot! Puis c'est méchant ça!  ^^



#11 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 244 messages

Posté 13 mars 2018 - 12:42

"Les loups" est déposé à la Sacem, sous la forme Domaine public.
Camille Dalmais est enregistrée, pour son travail en tant qu'arrangeur ; ainsi que Clément Ducol. Rien d'anormal.
 
Fi de la polémique, on peut légitimement croire que Camille, en enregistrant ce morceau, pense que ce dernier appartient au répertoire traditionnel ; et le présente, sincèrement, ou naïvement, comme tel — elle ne serait certainement pas la première.
En connaissance de cause, elle peut faire modifier la fiche d'enregistrement, et, désormais, y faire figurer Yvon Guilcher comme auteur et compositeur.

 
Tout cela ne l'oblige, et ne l'obligerait pas, à interpréter le morceau, fidèlement. Ni à danser la bourrée, traditionnellement.
 

La rançon de la gloire, Yvon…


  • Tof Sacchettini, loic, Ludoman et 1 autre aiment ça

#12 + Partager teddy

teddy
  • Administrateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 929 messages
  • Localisation: Groland
  • Activité(s):Trop
  • Groupe(s):Duo/Trio la Chanforgne
  • Instrument(s):Accordéon bi-sonore

Posté 13 mars 2018 - 15:03

http://www.lefigaro....-d-un-autre.php

Quid de la sacem? Ils ont l'air d'avoir des difficultés à gérer leur catalogue.

#13 + Partager Segonzat

Segonzat
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 361 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):Prof
  • Groupe(s):Costauds de la Lune, Flor de Zinc
  • Instrument(s):Cabrette, Violon

Posté 13 mars 2018 - 15:51

https://www.5planete...ualites/camille

 

En tout cas ça fait le buzz... Cela me rappelle le bon temps du Gotradfi (mais là on est dans le monde réel!)


  • loic, Ludoman, MathieuBb et 1 autre aiment ça

#14 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 380 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 13 mars 2018 - 20:40

La vache, si Camille danse mal, faudrait mettre la population entière du fest-noz au bûcher…
 

on peut légitimement croire que Camille, en enregistrant ce morceau, pense que ce dernier appartient au répertoire traditionnel ; et le présente, sincèrement, ou naïvement, comme tel — elle ne serait certainement pas la première.
En connaissance de cause, elle peut faire modifier la fiche d'enregistrement, et, désormais, y faire figurer Yvon Guilcher comme auteur et compositeur.


On pourrait aussi objecter que si ça ressemble à un trad, que ça a la couleur d'un trad, que ça sent comme un trad, c'est pas non plus du Johnny quoi. Après y'a une contradiction il me semble entre se réclamer pilier de la tradition (l'argument d'autorité est utilisé dans le Ouest-France et dans 5 planètes par exemple) et crier au pillage intellectuel. Si on s'inscrit dans la continuité de la tradition, est-ce que les concepts modernes (voire libéraux) de propriété intellectuelle sont pertinents ?

Tout ça me rappelle les fausses polémiques sur la légitimité de Nolwenn Leroy sur son album Bretonne. On a pas le cul sorti des ronces de l'entre-soi…

 

Edit: Gilles Lauprêtre verse une preuve au dossier

https://www.facebook...211839936736484

 

Qu'est-ce qu'on rigole…


  • loic, AntoineL et MathieuBb aiment ça

#15 + Partager bens

bens
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 725 messages
  • Localisation: Poitiers
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Décibal, Duo Hervé, Le gros trio, Trio Roblin-Evain-Badeau, Nòu, Son de bouc, Tord Boyaux, Duo Roblin-Pacher
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 14 mars 2018 - 11:55

Pardon d'avoir employé un terme aussi fort sans développer mais oui je considère que Mr. Guilcher a fait preuve d'une grande bêtise dans sa façon de s'exprimer.

Le jugement de valeur de l'interprétation de Camille est complètement déplacé et n'a rien à voir avec le problème de base. C'est surtout là dessus qu'il s'est entièrement viandé.

 

Oui Camille a fait l'erreur de ne pas faire de recherche sur cette chanson et je connais la cause principale à ce manquement. Il se trouve que 3 très bons musiciens reconnus de notre milieu trad lui ont dit que la chanson était traditionnelle. Pas juste une personne mais trois.

Elle n'est pas allé cherché plus loin et ça peut se comprendre.


  • AntoineL et Docteur Masu aiment ça

#16 + Partager Anne Achronique

Anne Achronique
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 36 messages

Posté 14 mars 2018 - 13:57

A "Bens" :

"est un peu con " ??!! Ah non, c'est un peu court, jeune homme !

On pouvait dire, oh Dieu ! bien des choses en somme....

 

Quelques arguments, peut-être ? Un embryon de pensée ?

 

Récapitulons un peu, si l'on veut bien.

Nous parlons donc d'un homme sans qui les bals folks desquels nous nous délectons tous n'existeraient pas ou pas ainsi, car c'est tout de même lui qui les a lancés le premier au Bourdon au début des années 1970, qui a proposé et diffusé la version du cercle circassien (qui n'en est pas un d'ailleurs, mais seulement une partie de la danse originelle) qui se danse partout maintenant, à qui tous ceux qui font de la danse trad doivent tant, et bien plus encore que ce que sa discrétion et son désintéressement ne leur permettent d'imaginer.

Soit dit en passant, discrétion qui n'apparaît guère néanmoins tant l'homme est brillant. Mais il ne va quand même pas s'amputer de sa culture et de son intelligence pour plaire à moins agile et moins lettré que lui.

Un homme dont les collectes de ses parents et les siennes propres, dont le travail de chercheur, de danseur, de chorégraphe, de chanteur, de compositeur alimente et nourrit tous les bals folks et les fest-noz qui se tiennent en France et en Europe dans une proportion que la plupart des danseurs ignore, tant il a toujours consacré bien plus d'énergie à savoir, à comprendre et à créer qu'à le faire savoir, à se soucier de son image et de sa renommée et à monnayer le fruit de ses multiples talents. On lui doit par exemple une grande partie des mixers qui tournent partout, des bourrées, donc, et pas que celle en question, très loin de là, des contredanses, etc...

 

Nous parlons donc d'un polyglotte qui maîtrise au moins six langues, la plupart avec une perfection confondante.

D'un agrégé (et qui ne fut pas reçu dans les derniers - euphémisme) professeur en classes prépa, même s'il ne l'affiche jamais, n'en tire nulle vanité et qu'il faut bien chercher pour le trouver.

D'un docteur en ethnologie auteur d'une thèse essentielle pour le monde de la danse traditionnelle.

D'un homme d'une humilité devant le savoir (mais pas devant ceux qui l'ignorent), d'une rigueur et d'une honnêteté intellectuelle édifiantes.

D'un compositeur, chanteur, chorégraphe, danseur virtuose, ... (liste non exhaustive)

D'un pédagogue dont la bienveillance et l'humour n'altèrent pas l'exigence.

D'un écrivain magistral au style aussi éblouissant que sa danse.

D'un érudit dont la culture classique lui permet, entre autres, de citer des centaines d'alexandrins de mémoire sans l'ombre d'une hésitation.

D'un orateur si impressionnant qu'il faudrait être une bûche pour résister à son humour et à son éloquence.

 

Et j'en oublie...

Si vous faites mieux, chapeau bas, on remballe son grand nez dans sa grande cape, et on déguerpit.

 

Cela ressemble à un panégyrique sans nuance, mais même les superlatifs demeurent objectifs dans ce cas.

Par exemple, si l'on dit : "Mozart est un génie", c'est à la fois un jugement de valeur et une réalité objective que nul ne songerait à contester. Nous sommes dans ce cas.

 

Après, si l'on considère la vaste polysémie du mot de trois lettres incriminé, oui, même Mozart eût pu dire

(si l'on veut bien passer sur l'anachronisme et la trahison de la V.O.) : "Mince, j'suis con, j'ai oublié mes clefs."

Ou "Mince, j'suis con, j'aurais dû déposer cette chanson."

Mais la moindre des choses est de le laisser s'attribuer le qualificatif lui-même :

"Voilà ce que vous m'auriez dit, mon cher, si vous aviez un peu de lettres et d'esprit...

Car je me les sers moi-même avec assez de verve,

Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve".

 

Dans ce sens, à la limite, on peut comprendre que les deux mondes diamétralement opposés dans lesquels évoluent Yvon Guilcher et Camille ne permettent peut-être pas au premier de saisir que certaines logiques du star système vont à l'encontre du respect de la culture traditionnelle, de sa dignité et de sa beauté pour lesquelles il s'est battu toute sa vie et se bat encore.

 

Sur le fond du sujet plus précis qui nous occupe, oui, on peut se dire qu'Yvon Guilcher aurait dû mettre sa modestie et son désintéressement dans sa poche et déposer ses compositions. C'est en cela qu'on peut avoir du mal à comprendre, dans ce monde de marchandisation à outrance où l'on va jusqu'à breveter et privatiser les semences, l'eau et bientôt l'air qu'on respire, qu'il demande seulement à ce que son travail ne soit pas occulté et défiguré.

Mais Yvon Guilcher appartient à un monde où les échanges reposent sur la décence commune (cf la notion de "common decency" développée notamment par G. Orwell qui n'a pas écrit que "1984") où l'on est conscient de ce que l'on doit à ceux qui nous ont précédés, et où on les cite, sans se prendre pour un démiurge exhibant avec ostentation son petit univers personnel où l'on frise parfois le culte de la personnalité.

 

En outre, il ne s'est évidemment jamais caché d'avoir emprunté des éléments de culture traditionnelle pour composer ses chansons qu'il nomme humblement des "pastiches", la dérision en moins et l'amour des sources en plus. Il n'a jamais prétendu avoir composé cette chanson "ex nihilo". Tout le monde lui aurait ri au nez, et lui le premier.

 

Oui, le refrain de "Je mène les loups" appartient à la tradition berrichonne.

Oui, le thème de l'amant qu'on rejoint au bord de la rivière est omniprésent dans les chansons traditionnelles.

Oui, le thème de la partie B est une réminiscence d'une autre bourrée et fonctionne comme un timbre.

Mais la mélodie A demeure, je crois, de lui, et l'agencement de tous ces éléments de la tradition est sans conteste de lui.

De même qu'un auteur n'invente pas les mots qu'il emploie, leur assemblage est de lui et en fait un texte personnel.

La différence, ici, c'est que les briques sont des unités plus complexes et plus longues que des mots seuls.

Mais Camille en a repris intégralement, à la croche près (si l'on excepte la seule note dissonante qu'elle a ajoutée) les paroles et les mélodies. Ce n'est donc pas un plagiat, qui ajoute quand même un peu d'éléments à un emprunt abusif, mais une reprise pure et simple, à peine "arrangée", si l'on peut qualifier ainsi l'indigent accompagnement de percussions au synthé.

En outre, je pense que ce qui chagrine Yvon, ce n'est pas seulement de n'être pas cité, c'est de voir défigurer les danses pour la beauté et le respect desquelles il s'est battu et se bat avec tant d'énergie, de talent, de savoir et de savoir faire.

Il n'y a pourtant aucune volonté de la part de Camille de les tourner en dérision. Seulement, le seul fait de la présenter comme "bourrée" et non comme "improvisation inspirée de la bourrée" ne peut que bouleverser quelqu'un qui a toujours eu la pudeur de préférer l'humilité de l'apprentissage à l'exhibition d'une spontanéité brute de toute connaissance.


  • MathieuBb, lauba et Garrigauda aiment ça

#17 + Partager Garrigauda

Garrigauda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 265 messages
  • Localisation: Garrigue de l'Hérault, Occitania
  • Activité(s):Passeuse de danses
  • Groupe(s):ABRAÇEBRAÇ - Desaunay's Irish - ACCORDANÇA

Posté 14 mars 2018 - 15:16

Anne-Paule :clap:

pas mieux...



#18 + Partager AlinWond

AlinWond
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 037 messages
  • Localisation: Sud-Ouest

Posté 14 mars 2018 - 17:06

C'est marrant Tradzone, à chaque fois qu'on croit que c'est mort, il y a une jolie petite polémique qui sort et on voit que ça bouge encore... (encore un effort, Tof et Diatoto vont réapparaître avec quelques diatribes et petits traits d'humour mitonnés maison...).

En connaissance de cause, elle peut faire modifier la fiche d'enregistrement, et, désormais, y faire figurer Yvon Guilcher comme auteur et compositeur.


On pourrait aussi objecter que si ça ressemble à un trad, que ça a la couleur d'un trad, que ça sent comme un trad, c'est pas non plus du Johnny quoi. Après y'a une contradiction il me semble entre se réclamer pilier de la tradition (l'argument d'autorité est utilisé dans le Ouest-France et dans 5 planètes par exemple) et crier au pillage intellectuel. Si on s'inscrit dans la continuité de la tradition, est-ce que les concepts modernes (voire libéraux) de propriété intellectuelle sont pertinents ?

 

Oui, enfin, ce n'est pas comme si, au sein de la musique trad, on n'avait pas pris l'habitude de distinguer "compo" et "air traditionnel" ! On ne s'exonère pas de dire que tel rondeau est de Machin, juste parce qu'il sonne vraiment bien comme un rondeau, ou que telle maraîchine est de Machine, juste parce qu'elle envoie comme un bon vieux truc de là-bas ?

Et si les deux articles présentent YG comme un "pilier de la tradition", lui-même a toujours mis au centre de son discours le fait qu'on soit tous, lui compris, des revivalistes et des gens de notre temps, de notre propre civilisation (qui reconnaît la notion d'auteur)...

 

Au passage, bonjour et bienvenue Anne, moi aussi j'aime bien Cyrano-Savinien-Hercule.

Petite mise en contexte à toutes fins utiles : sur Tradzone le petit livre rouge d'YG a été abondamment cité, discuté, commenté et argumenté... Même si tous les participants ne connaissent pas intimement la personnalité du monsieur, ne sont pas capables de faire la liste exhaustive de ses nombreuses qualités, diplômes et accomplissements, ça ne veut pas dire qu'ils ignorent absolument ce qu'on lui doit. (Au passage, pour les qualités scientifiques, humaines et artistiques, je ne sais pas, mais pour "le style aussi éblouissant que la danse", heu... non, je ne crois pas que ce superlatif, ou plutôt ce comparatif, soit objectif. Une bonne plume, oui, mais éblouissante, tout dépend si on a les yeux sensibles, dira-t-on ? Du coup ça me fait prendre le reste du panégyrique avec quelque distance...)

Ben a nuancé et argumenté son commentaire initialement... abrupt. Et ce n'est pas méconnaître les compétences ou le travail d'YG, que de dire qu'il s'est exprimé cette fois-ci avec maladresse, et qu'il assimile deux problèmes qu'il faut distinguer (la reconnaissance ou non de la paternité d'une mélodie, d'une part ; la qualité ou la valeur de l'interprétation que Camille fait de celle-ci, et de la danse qu'elle y associe, d'autre part). Et il est vrai que stratégiquement, YG aurait mieux fait de différer son appréciation de l'interprétation du morceau : là, il prête le flanc à une réponse assez facile, qui sera de disqualifier le message dans son ensemble, au prétexte qu'une partie de celui-ci est discutable. (Je ne dis pas que cette réponse soit bonne, je dis qu'elle est facile).

 

De là à dire que "le jugement de valeur sur l'interprétation de Camille est complètement déplacé"... si on ne peut plus "juger" (j'entends "émettre une opinion personnelle, en sachant qu'elle l'est, tout en cherchant l'objectif dans le subjectif") de la valeur d'une interprétation, autant abandonner tout de suite toute discussion portant sur une démarche artistique, et déclarer simplement que des-goûts-et-des-couleurs-on-ne-discute-pas...?

En l'occurrence, le jugement d'Yvon sur ce que les danseurs donnent à voir lors des concerts de Camille ne brillait pas non plus pas son tact et sa délicatesse ("gigotage hirsute, agrémenté de révérences cucul","singerie gesticulatoire"...). Je comprends fort bien que voir cela lui hérisse le poil, mais les commentaires dégradants sont rarement d'une grande efficacité pédagogique. Réaction émotionnelle, dirons-nous... ça m'arrive aussi (trop souvent).

 

Dans cette affaire tout le monde est de bonne foi, non ?

YG me rappelle un fin et ardent musicien (...) qui, à Saint Gervais, avait été extrêmement déçu par "l'incapacité" de Camille à intégrer des notions de cadence et de rythme fondamentales pour la danse. Mais on ne peut pas demander à quelqu'un, après avoir seulement traîné en festival deux ou trois fois quelques jours, de faire mieux qu'effleurer la surface de cet univers musical !

Eux ont eu la chance d'y être plongés très tôt et durablement ; elle, non. Elle ne prétend pas s'y connaître, mais elle a "l'outrecuidance" de jouer, sur scène lors de ses concerts, avec un objet musical venu d'un univers qu'elle connaît mal... Elle est loin d'être la première, et peut-être vaut-il mieux ne pas espérer qu'elle soit la dernière - même si ça gratte et ça pique (pour moi aussi c'est inconfortable, mais bon, j'ai juste fermé la vidéo) ?

Dernière chose : on commence à avoir l'habitude de le lire et de l'entendre, mais il n'empêche... Face à quelqu'un qui en sait peu, est-ce légitime de reprocher, à celui qui a transmis ce "peu", ce qu'il reste d'ignorance ? En quoi est-ce que Gennetines est responsable de tout ce que les danseurs maladroits, les musiciens peu habiles, ne savent pas ? Gennetines n'a pas créé leur ignorance ou leur incompétence. Simplement, c'est peut-être grâce à ce festival qu'ils savent quelque chose (peu de chose) plutôt que rien. Vaudrait-il mieux qu'ils ne sachent rien ? Qu'on n'enseigne rien, qu'on ne témoigne de rien dès lors qu'on n'a pas la garantie de pouvoir "tout" transmettre ?

Si c'est ça, je suis mal barrée. Bientôt tout le monde va dire que je suis responsable de tout ce que mes élèves ne savent pas, au mois de juin. Bon, certains le disent déjà. Si mes loupiots, dont le vocabulaire se limitait à "bonzour" et "pipi" en septembre, ne sont pas des locuteurs experts en fin d'année, c'est moi qui ai créé leur ignorance (soupir)... Allez, bon courage à tous !


Modifié par AlinWond, 14 mars 2018 - 17:09.

  • -Y- et MathieuBb aiment ça

#19 + Partager Anne Achronique

Anne Achronique
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 36 messages

Posté 14 mars 2018 - 17:45

Merci Garrigauda. Voui, quand on connaît le grand monsieur en question, le qualificatif ne pouvait qu'interloquer quelque peu. Il y avait comme un hiatus, une légère contradiction entre le sujet et le prédicat.

Cela dit, nulle agressivité dans le ton. Pas de colère non plus.

L'enthousiasme y tient une bien plus grande part que l'indignation.

 

Juste de la peine qu'un si grand esprit doive se justifier d'avoir tant créé et soit soupçonné de viles et cupides préoccupations par qui ne connaît pas son honnêteté et son désintéressement, son infatigable dévouement, commun, pour le coup, à tant de musiciens et de profs de danse du milieu trad, et qui m'émerveille tant, moi qui découvre ce monde depuis pas si longtemps que ça.

Et puis, surtout, il faut re-contextualiser pour pouvoir répondre aux accusations (qu'on peut comprendre, là encore) de ceux qui ignorent comment l'affaire a commencé.

 

"Pourquoi un tel barouf quand il aurait suffi de contacter Camille directement pour lui signaler son erreur ou son omission ?"

Si je puis me permettre un petit rappel de la chronologie des faits et de la logique des arguments, c'était bien ce qu'Yvon voulait faire. Ecrire une lettre gentille et amusante à Camille pour lui signaler son existence et sa paternité.

"Je suis son père", façon Light Vador. Mais plus familier des trésors de la culture des siècles passés que des arcanes internautiques, il a envoyé un mail privé à ses amis pour leur demander s'ils savaient comment atteindre ladite Camille dont il ignorait d'ailleurs l'existence avant de recevoir cette chanson dans les oreilles comme un boomerang ébréché dont les échardes étaient aussi indélogeables qu'un acouphène.

 

C'est seulement que l'un de ses amis, par louable souci de lui venir en aide et de partager son indignation, et pavant l'enfer de la rumeur de ses bonnes intentions, a mis en ligne sur sa page ledit mail privé, qui a, en l'espace de quelques heures seulement, et avant même d'être retiré dès le lendemain pour éviter que le débat ne s'envenime trop, attiré tant de commentaires et fait tant de bruit qu'il fut contacté par Ouest France à qui il dut accorder une interview, répercutée ensuite dans tout un tas d'autres organes de presse et de réseaux sociaux.

 

Et la tornade naquit du bruissement des ailes d'un papillon voulant échapper aux aiguilles de qui voulait l'épingler dans son album personnel.

 

Car le drame des réseaux sociaux, c'est :

- d'une part, la collision entre l'immédiateté et la spontanéité d'une conversation orale, et la permanence de l'écrit qui en résulte,

- de l'autre, le hiatus entre des propos privés échangés et le caractère public que leur confère leur rémanence et le jeu des partages.

Sans parler de l'absence de toutes les nuances permises par la voix et ses intonations, le visage et ses expressions que la gamme rudimentaire des smileys ne parvient guère à compenser, et qui empêchent de moduler le caractère péremptoire de telle affirmation, qui passera immédiatement pour agressive même quand elle ne se présente pas systématiquement comme telle.

 

En espérant que les pendules seront assez remises à l'heure pour au moins tic-taquer en cadence.

 

Cyrannette de Guinguette.


  • Garrigauda aime ça

#20 + Partager Anne Achronique

Anne Achronique
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 36 messages

Posté 14 mars 2018 - 17:56

Bonjour Alinwond,

 

Oups, j'ai reposté avant de voir votre message. Et celui de Bens, d'ailleurs.

Plutôt d'accord avec quasi tout ce que vous dites, et qui modère ma plume un peu emportée...

Merci pour votre "bienvenue", alors que je débarque seulement ici, et pas franchement en faisant profil bas...  :shy:

Je pense que mon dernier message retraçant la chronologie de la nouvelle Bataille d'Hernani pourra apporter quelques réponses au vôtre.

 

Oui, oui, je n'ignore pas que beaucoup, ici, ont lu Yvon Guilcher et le connaissent. J'avais d'ailleurs beaucoup apprécié le fil ouvert par Tiennet Simonnin à propos de son "petit livre rouge" que j'étais justement en train de lire, et m'étais amusée de partager son enthousiasme. J'avais d'ailleurs hésité à le manifester alors, mais la discussion datant déjà de plusieurs années, cela n'était plus guère que du réchauffé...






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)