Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

musiciens qu'attendez vous des stages sur un week end


  • Veuillez vous connecter pour répondre
84 réponses à ce sujet

#1 + Partager GEGE

GEGE
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 276 messages
  • Localisation: GRENOBLE
  • Activité(s):formateur AFPA
  • Groupe(s):Transhumances, Zones Frontieres, Ensemaille
  • Instrument(s):cornemuses du centre, flutes, diato, chant ....

Posté 13 avril 2007 - 14:30

Suite à une discussion sur les virtuoses, on en est arrivé à parler des stages et notamment de ce qu'on attendait de ceux-ci.

Soit purement du répertoire.

Soit de la technique de base

Soit de la technique instrumentale avancée.

Pour ce qui me concerne, ma vision du stage est plus du type technique instrumentale avancée.

Dont l'organisation serait la suivante:

- 1 mois avant, les stagiaires recoivent les morceaux pour qu'ils les sachent avant d'arriver en stage.

- Lors du stage on étudie, après avoir vérifié que tout le monde connait le morceau, les variations possibles et les techniques associées.

Voilà mais pour vous? :)

#2 + Partager C3c1L

C3c1L
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 744 messages
  • Localisation: Morvan

Posté 13 avril 2007 - 16:00

Comme je ne prends pas le temps de suivre des cours dans un atelier régulier, j'attends d'un stage de quoi avoir à me mettre sous la dent jusqu'au prochain stage, suffisamment de matière pour pouvoir bosser seule par la suite, donc on s'oriente davantage sur des aspects techniques.

Quand je passe de l'autre côté et me retrouve en position d'animatrice, c'est donc ce que je propose à mes stagiaires. En principe, sur un stage d'un week-end, on peut travailler 4 aspects techniques différents sur 4 demi-journées, à partir de 4 morceaux de base hyper simples. Je n'envoie pas les morceaux au préalable aux stagiaires (je choisis souvent des morceaux très faciles, parfois que les stagiaires connaissent déjà).

L'objectif à la fin du stage n'est pas que chaque stagiaire arrive à jouer parfaitement ce qui a été travaillé, mais ait suffisamment de billes pour bosser seul chez lui et transposer ce qu'il a appris en stage sur son répertoire propre. Je ne propose pas de stage "répertoire pur" car à mon avis, celui qui a les billes pour bosser de la technique chez lui doit pouvoir se débrouiller pour apprendre seul du répertoire (et en plus comme ça, il choisist son répertoire selon ses goûts).

Mais bien évidemment, tout ça n'est valable que dans certaines conditions (avec des gens adultes qui jouent déjà un peu ; avec des enfants c'est un autre problème car on ne peut pas attendre d'eux une grande autonomie dans leur boulot perso ; et avec des débutants complets, c'est encore une autre paire de manches...)

#3 + Partager Tiphaine

Tiphaine
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 233 messages
  • Localisation: Auch/Pavie (Gers)
  • Activité(s):en cours de construction
  • Instrument(s):flûte

Posté 13 avril 2007 - 16:01

Au point où j'en suis, je recherche plutôt de la technique instrumentale . De base ou avancée, ça dépend ce que l'on considère comme la base .

Si on peut peut en profiter pour obtenir du répertoire, c'est toujours ça de gagné mais je crois qu'on peut en trouver facilement par d'autres biais, simplement en allant à la rencontre d'autres musiciens .

Parfois je me dis justement que si j'avais un peu plus de technique, je pourrais acquérir plus aisément de nouveaux morceaux . Donc en ce qui me concerne pour choisir un stage, je mettrais plutôt la priorité sur la technique .

Aprés, sans doute qu'à partir d'un certain stade on peut considérer son niveau de technique comme suffisant, si on ne recherche pas forcément la virtuosité . Dans ce cas on peut se concentrer sur le répertoire .

Je pense que ça dépend de la maîtrise que l'on a de son instrument et si on s'en satisfait .

#4 + Partager GEGE

GEGE
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 276 messages
  • Localisation: GRENOBLE
  • Activité(s):formateur AFPA
  • Groupe(s):Transhumances, Zones Frontieres, Ensemaille
  • Instrument(s):cornemuses du centre, flutes, diato, chant ....

Posté 13 avril 2007 - 16:27

Je n'envoie pas les morceaux au préalable aux stagiaires (je choisis souvent des morceaux très faciles, parfois que les stagiaires connaissent déjà).


Je suis complètement de ton avis sur ce que tu as dis, sauf que pour ce qui est des morceaux, je me suis apercu que certain avait de la difficulté à acquérir rapidement un morceau même simple. D'ou la proposition de leur envoyer avant comme ca ils peuvent prendre leur temps.

Message ajouté après : 2 minutes:

Au point où j'en suis, je recherche plutôt de la technique instrumentale . De base ou avancée, ça dépend ce que l'on considère comme la base .

.


C'est vrai que le problème peut se poser en terme de base d'ou les stages de niveau différents, débutants ou confirmés.

Les stage débutant s'adressant peut être plus à une histoire de doigté, de gamme etc..

#5 + Partager Marie

Marie
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 153 messages
  • Localisation: La Lozère profonde !
  • Activité(s):prof de diato
  • Groupe(s):Drôles de groles + Duo/Trio La Chanforgne
  • Instrument(s):diato et un peu de violon quand ça me prend

Posté 13 avril 2007 - 16:36

Je suis assez d'accord avec tout ce qu'a dit C3c1L.
Pour moi, un stage, c'est fait pour donner du boulot aux stagiares pendant un petit moment, et à mon avis, l'animateur doit gérer de telle façon que tous les stagiaires retiennent quelque chose du stage, qu'ils soient de n'importe quel niveau (parce que généralement, les ateliers de stages sont très hétérogènes au point de vu "niveau technique". )

Pour les morceaux envoyés à l'avance, j'ai déjà testé en tant qu'animatrice, et je n'ai pas été très convaincue. En effet, certains avait bossé à fond les morceaux proposés (même plus que ce que j'espérais...), et d'autres avaient à peine écouté la K7 une fois, du coup, cela a creusé encore plus les niveaux, et on a passé la moitié du week-end à rebosser les morceaux main droite seule super doucement. Ceux qui avaient bossé en amont se sont donc e******* .........(même si du coup je les ai séparé et que j'ai fait de l'individuel, cela n'a pas été aussi efficace que cela aurait pû être )


Après cette expérience infructueuse, j'ai choisis d'adopter la méthode "morceaux plus simples appris pendant le stage, et qui servent de base à des points techniques". Et j'ai l'impression que ça marche pas mal comme ça ..... :)

#6 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 806 messages

Posté 13 avril 2007 - 17:04

:]

#7 + Partager GEGE

GEGE
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 276 messages
  • Localisation: GRENOBLE
  • Activité(s):formateur AFPA
  • Groupe(s):Transhumances, Zones Frontieres, Ensemaille
  • Instrument(s):cornemuses du centre, flutes, diato, chant ....

Posté 13 avril 2007 - 18:04

Sauf que les master class ca n'existe pour ainsi dire pas dans notre musique. :.

Sinon il faut bien reconnaitre ,et là je crois qu'on est tous d'accord, que c'est le travail qui compte et c'est pas en faisant uniquement des stages que l'on va progresser si on bosse pas chez soi suffisament. :)

Mais il n'empêche que même avec du travail, il est nécessaire de suivre des stages et qu'ils soient bien en accord avec ce que l'on attend d'eux.

#8 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 806 messages

Posté 13 avril 2007 - 18:17

C'est vrai que ça ne court pas les rues mais ça existe quand même. J'en ai fait une il n'y a pas si longtemps que ça avec Martin O'Connor. Toujours dans le diato, je considère également qu'un stage avec Christian Maes ou Andy Cutting relève plus de la master class que du stage à proprement parler. Pas de contenu pédagogique particulier mais la chance de pouvoir entendre et voir ces larrons à 1 mètre de soi. Combien de fois j'ai entendu des gens (qui n'en mettent pas une dedans soit dit en passant) dire à la sortie que c'était nul. Alors qu'ils n'ont même pas mesuré ce qu'ils avaient entendu...


Dans le jazz, des instrumentistes différents peuvent se retrouver dans une master class autour d'une personnalité. Il me semble que cette approche est plus évoluée car il y est plus question de musique que d'instruments. Je crois que cela serait bienvenu dans le trad. Un diatoneux qui irait à un stage de vielle par exemple pour comprendre la musique trad d'un point de vue viellistique. Mais c'est pas demain la vielle!...(appréciez le calembour...)

#9 + Partager loic

loic
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 635 messages
  • Localisation: Liège
  • Activité(s):navion
  • Instrument(s):flute traversière en métal et en bois, un peu de tin whiste, clarinette

Posté 13 avril 2007 - 18:20

Diatoto en te lisant me vient une question, qui pourra paraître stupide à certain :
"comment"on bosse du trad ?
Je veux dire quand je faisais du classique au collège/lycée, je bossais chez moi : on prend la partition, tout est marqué, la moindre nuance, la moindre respiration, le moindre phrasé... donc tu suis la partition c'est assez simple (en théorie...).

Mais en trad ? la plupart des morceaux sont non écrits, donc passé la phase "je choppe le morceau d'oreille" (qui prend plus ou moins de temps suivant la personne, le morceau), qui prend finalement assez peu de temps, je fais quoi ? comment je sais si mon phrasé est bien senti ? et surtout, si c'est dansable ?

J'attend vos réponses !:)

#10 + Partager GEGE

GEGE
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 276 messages
  • Localisation: GRENOBLE
  • Activité(s):formateur AFPA
  • Groupe(s):Transhumances, Zones Frontieres, Ensemaille
  • Instrument(s):cornemuses du centre, flutes, diato, chant ....

Posté 13 avril 2007 - 18:21

Pour les morceaux envoyés à l'avance, j'ai déjà testé en tant qu'animatrice, et je n'ai pas été très convaincue. En effet, certains avait bossé à fond les morceaux proposés (même plus que ce que j'espérais...), et d'autres avaient à peine écouté la K7 une fois, du coup, cela a creusé encore plus les niveaux, et on a passé la moitié du week-end à rebosser les morceaux main droite seule super doucement. Ceux qui avaient bossé en amont se sont donc e******* .........(même si du coup je les ai séparé et que j'ai fait de l'individuel, cela n'a pas été aussi efficace que cela aurait pû être )



Là l'option que j'aurais choisit aurait été de travailler ce qui était prévu avec ceux qui s'étaient donné du mal à apprendre leur morceau, et pour les autres, qu'ils prennent le temps de bosser leur morceaux pendant le début du stage et qu'il rentre dans le groupe de travail une fois que ce serait fait.

C'est peut être dur mais c'est à ce prix qu'on forge la réputation d'un stage.

#11 + Partager Aurelle

Aurelle
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 594 messages
  • Localisation: dans le Comminges

Posté 13 avril 2007 - 18:22

à Loic : demande à des danseurs !!

#12 + Partager GEGE

GEGE
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 276 messages
  • Localisation: GRENOBLE
  • Activité(s):formateur AFPA
  • Groupe(s):Transhumances, Zones Frontieres, Ensemaille
  • Instrument(s):cornemuses du centre, flutes, diato, chant ....

Posté 13 avril 2007 - 18:29

Et puis, loic, il y a des méthodes, par exemple si tu es toi même danseur, tu 'tenregistre et tu essaie de danser dessus.

Sinon tu fais tourner le morceau de référence en jouant dessus.

etc.... :)

#13 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 806 messages

Posté 13 avril 2007 - 18:47

Pour répondre à Loïc, je dirais que le travail du tradeux est assez proche de la rock attitude...Vous avez déjà lu des interview de "guitar heroes" par exemple. Tous décrivent la même chose. D'abord une fascination pour certaines personnes et certains styles. Ensuite une passion des disques qui bien souvent ont été leurs seuls profs...(dans le trad, on a plus de chance, on peut voir facilement les gens "en vrai"). Une frénésie de jouer et surtout d'imiter, c'est à dire reproduire des morceaux à la note près, d'imiter la moindre inflexion, bref avoir un sens du détail très poussé. Chercher absolument à faire aussi bien que sur le disque...Et puis s'enregistrer...(aïe!...)

Quand j'entends quelqu'un qui, au bout de six mois de pratique, dit "chercher son style" et privilégier la composition..., ça m'enerve et les profs qui invitent à ça font de la démagogie post soixante huitarde (Notez qu'au conservatoire, un élève de premier cycle qui parlerait de chercher son style ferait rigoler tout le monde...) Non, c'est bien plus dur et formateur d'imiter. Après, quand on "maîtrise" un style, ok mais de l'humilité please...surtout au début...(d'ailleurs, ça pourrait aussi s'appliquer à la danse...hum)

Je me souviens d'un truc que nous avait dit Andy Cutting. Sa mère lui préparait un bol de thé le matin mais il bossait tellement son accordéon qu'il le buvait en fin d'après-midi quand sa mère rentrait du boulot, réchauffé au micro-ondes...Voilà comment on bosse le trad!

#14 + Partager raph

raph
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 079 messages
  • Localisation: beaujolais
  • Activité(s):facteur de cornemuses

Posté 13 avril 2007 - 19:27

je crois même qu'au lieu de le boire, il le réchauffait vite fait et disait à sa mère, "tiens je t'ai préparé du thé"...

#15 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 806 messages

Posté 13 avril 2007 - 19:38

bingo, c'est ça la vraie histoire, ça me revient!

#16 + Partager M-Ly

M-Ly
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 463 messages
  • Localisation: Morvan
  • Activité(s):Instit'

Posté 13 avril 2007 - 19:45

Pour Loic:

Je pense que le travail est le même quel que soit le style.

Oui, en classique, tout est écrit sur la partition, il n'y a qu'à suivre le mode d'emploi... Sauf que cette partition est à la fois très rigoureuse (les détails mélodiques, rythmiques, techniques doivent être respectés) et ouverte à une interprétation plus personnelle (une fois que l'on maîtrise tous les détails cités ci-dessus, et qu'on a pris un peu de bouteille et d'assurance, évidemment).

Donc, comme en trad, un classiqueux cherche à "choper" le morceau (il écoute d'ailleurs les enregistrements ou interprétations d'autres musiciens), ne pas faire l'impasse sur les difficultés techniques, puis réfléchir pour en faire quelque chose de cohérent (comment on "sent" ce morceau).

Comme le dit Diatoto, l'imitation, c'est super formateur (mon avatar en dit d'ailleurs assez long sur le sujet... Rhâââ, les heures passées à jouer "Money for nothing" avec le CD à fond en cherchant LE son saturé !), ça aide à choper plein d'enchainements, de fioritures, d'accords... qu'on réutilise par la suite, mine de rien, au milieu d'une suite de bourrées ...

#17 + Partager Yannick

Yannick
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 553 messages
  • Localisation: Clermont-Ferrand/ Cusset
  • Activité(s):professeur d'espagnol

Posté 13 avril 2007 - 21:27

A mon tour d'exprimer mon opinion sur ce sujet ma foi, fort intéressant. Je suis complètement d'accord avec toi, Marie, l'envoi de supports audio ou écrits au stagiaires avant le stage n'est pas une bonne chose, car force est de constater que certains stagiaires n'auront pas eu le temps de bosser ou n'auront pas réussi à déchiffrer telle ou telle partition et se retrouveront défavorisés le jour du stage. N'oublions surtout pas que la musique trad est une musique orale et en ce sens, l'effort d'apprentissage à l'oreille au moment précis du jour du stage est primordial.
En outre, la distinction de niveaux est très importante: si j'anime un stage pour confirmés par exemple, la maîtrise de l'instrument est obligatoire, c'est une question d'honnêteté de la part du stagiaire: s'il ne maîtrise pas bien les bases de l'instrument, il ne va pas s'inscrire dans un stage pour confirmés car sinon, il va donner énormément de fil à retordre à l'intervenant. Je parle par expérience, j'ai animé un stage il y a quelque temps et mes stagiaires avaient tous des niveaux disparates. Le stage s'adressait à des diatoniciens de niveau moyen à la base, eh bien, je peux vous dire que j'ai beaucoup peiné car je me suis senti obligé de m'occuper de tout le monde, depuis le simple débutant qui ne parvenait pas à un jouer un morceau avec la main gauche, jusqu'au confirmé qui s'ennuyait car tout ce que j'expliquais, il l'avait appris et compris depuis longtemps.
Concernant la technique instrumentale, je crois qu'il est évidemment essentiel de l'aborder car il s'agit d'un thème très motivant pour le stagiaire, qu'il soit débutant ou confirmé. Mais cela dépend aussi du contexte. En ce qui me concerne, j'anime un stage de diato la semaine prochaine dans le Béarn autour de la musique Centre-France. Ainsi, je vais privilégier l'étude des danses inhérentes à cette culture (leur phrasé, la façon de les interpréter) plutôt que d'accer mon stage sur la technique pure, ce qui, à mon sens, n'aurait pas trop d'intérêt pour les stagiaires qui seront principalement des diatoniciens locaux, avides de découvrir une autre culture et une autre approche de la musique traditionnelle que celle de chez eux.
Pour revenir à ce que disait Diatoto, je suis complètement d'accord que le travail personnel est extrêmement important. Il y a peu de génies en ce monde, et il convient de bûcher pour avancer. Ainsi, le stage fait office de complémentarité à ce travail; l'intervenant se doit d'expliquer au stagiaire certaines choses qu'il aurait étudiées mais pas comprises mais n'est pas là pour faire le boulot à sa place. Comme dit M-Ly, le rôle de l'intervenant est de donner des outils au stagiaire afin que celui-ci gagne en liberté et autonomie dans son jeu, mais cela ne remplace en rien le boulot personnel que devra entreprendre le stagiaire pour finalement acquérir complètement les différentes choses qu'il aura apprises au cours du stage.

#18 + Partager Seb

Seb
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 063 messages
  • Localisation: Saint Marcel (71), Lyon (69)
  • Activité(s):Etudiant

Posté 14 avril 2007 - 00:47

Et Yannick, tu animes souvent des stages? Ca m'intéresserait vachement, moi...

#19 + Partager GEGE

GEGE
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 276 messages
  • Localisation: GRENOBLE
  • Activité(s):formateur AFPA
  • Groupe(s):Transhumances, Zones Frontieres, Ensemaille
  • Instrument(s):cornemuses du centre, flutes, diato, chant ....

Posté 14 avril 2007 - 07:36

A mon tour d'exprimer mon opinion sur ce sujet ma foi, fort intéressant. Je suis complètement d'accord avec toi, Marie, l'envoi de supports audio ou écrits au stagiaires avant le stage n'est pas une bonne chose, car force est de constater que certains stagiaires n'auront pas eu le temps de bosser ou n'auront pas réussi à déchiffrer telle ou telle partition et se retrouveront défavorisés le jour du stage. N'oublions surtout pas que la musique trad est une musique orale et en ce sens, l'effort d'apprentissage à l'oreille au moment précis du jour du stage est primordial.


Lorsque j'évoquai le fait d'envoyer les morceaux 1 mois avant , il ne s'agit pas uniquement de partitions mais aussi d'enregistrement de ces morceaux. Ce qui permet justement à ceux qui n'ont pas la possibilité de déchiffrer, d'entendre le morceau interprèté de la façon la plus simple possible. :)

#20 + Partager Yannick

Yannick
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 553 messages
  • Localisation: Clermont-Ferrand/ Cusset
  • Activité(s):professeur d'espagnol

Posté 14 avril 2007 - 07:59

Seb, non, cela ne m'arrive que très rarement... Mais ça ne m'empêche pas d'avoir une opinion là-dessus même si je n'ai pas une grande expérience. Je me destine quand même à l'enseignement, c'est pourquoi ce topic m'intéresse tout particulièrement. De manière générale, j'adore transmettre un savoir et l'animation de stages est pour moi un bon exercice avant d'enseigner dans un collège ou un lycée.

Voilà, je raconte ma vie, pardon pour cette petite parenthèse. Je reviens à présent au sujet et réponds à GEGE: dans mon post, je parlais bien de supports audio et écrits envoyés aux stagiaires avant le stage, donc, il s'agit d'un enregistrement et/ ou d'une partition. Je maintiens donc que ce n'est pas une bonne chose car le stagiaire aura tout le temps qu'il voudra pour apprendre le morceau et il me semble plus intéressant pour le stagiaire d'apprendre le morceau d'oreille le jour-même du stage. Il développera de ce fait beaucoup plus ses capacités à apprendre à jouer d'oreille, ce qui est essentiel en musique traditionnelle, car tout part de l'oralité. Ainsi, le stagiaire aura bien moins de gêne à prendre son biniou pour jouer en boeuf par exemple, car il sera habitué et même s'il ne connait pas le ou les morceaux interprétés par les musiciens du boeuf, il fera l'effort de les choper d'oreille.

Voilà, c'est mon point de vue, mais je ne dis pas que j'ai forcément raison, j'attends vos réactions et opinions pour continuer à alimenter ce débat passionnant.

Sinon, Seb, j'anime un stage de diato de 3 jours au festival "les Nuits Basaltiques" au Puy-en-Velay, les 26-27-28 et 29 juillet si ça t'intéresse. Le problème, c'est que mon stage s'adressera aux diatoniciens de niveau moyen. Or, toi, tu es quand même plus confirmé, donc autant le faire avec Benoït Guerbigny qui s'occupera des confirmés. :)


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)