Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

La prise de risque.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 + Partager jeanphi

jeanphi
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 59 messages
  • Localisation: Bourbon Lancy
  • Activité(s):ébéniste
  • Instrument(s):vielle

Posté 29 janv. 2013 - 19:48

Pas simple, lorsque l’on joue d’un instrument traditionnel, de se mettre dans une démarche de création et d’innovation en matière de musique à danser.
Dans le monde du milieu trad ou folk, beaucoup de chose se sont déjà faite, et chacun peu juger du succès de tel ou tel démarche.
Mais cette musique est en constante évolution, et si certaine formule fonctionne déjà depuis longtemps, je suis personnellement convaincu qu’une certaine dose d’innovation est nécessaire à sa pérennité.
Cependant, il y a une part de risque à prendre à sortir des sentiers battus.
Lorsque l’on essaye de faire quelque chose de nouveau, on ne sait pas comment le public, les danseurs, les organisateurs de spectacle, et autre programmateurs de festival vont réagir.
Alors peut importe, me direz vous, tant que l’on prend plaisir à pratiquer une musique qui nous plait.
Néanmoins, il est, je pense, légitime d’espérer un bon retour des personnes qui partagent votre passion.
Pensez vous (comme moi) que la longévité du succès de la musique traditionnelle tient à sa constante évolution, ou bien est-ce que je me met le doigt dans l’œil jusqu’au coude ? :)

#2 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 31 janv. 2013 - 07:53

je pense que tu peux te l'enfoncer bien plus profond que le coude :)

Pour ma pars je ne pense pas que ce soit juste une histoire d'évolution et/ou d'innovation. Cette musique et ces danses sont issues de tradition vivante, cela ne veut pas dire qu'elle appartiennent au passé, mais qu'elle font parties de notre présent et à été pratiqué par le passé, et donc aura un futur certain.
Sortir des sentiers battu on n’a pas attendu les Djal, minuit guibolles et compagnie pour le faire, on retrouve facilement dans les archives des gens qui jouaient du trad et faisaient aussi bal musette ou jazz band en même temps. De plus j'ai pus voir de par mes yeux des vidéos de collectages d'anciens qui font des grandes roues ou jouent à saute moutons en dansant, c'est bluffant.

Nous sommes nous à notre niveau inscrit dans le présent, et on peut voir du passé, finalement ce que l'on à bien voulu collecter et collecter pour nous, Pour exemple Achille Millien reconnu comme grand collecteur, c'est bien amusé à transformer ses collectages pour en ôter les passages qui lui ont déplus. Et aujourd'hui on trouve extra-ordinaire de voir des groupes mélangeant de tout avec ce que l'on estime être du trad.
Mais pour conclure nous vivons dans une tradition VIVANTE et du coup pour garder toute sa vie elle mute avec la société, s'adapte et ne parlera qu'aux gens qui veulent bien l'écouter, car oui il n'y à jamais une pratique totalement commune de ces traditions, et il existe des gens qui ont cherché à la contrer.

Mais ces propos n'appartiennent qu'à moi, et provienne de ma philosophie.

#3 + Partager CelticRambler

CelticRambler
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 709 messages
  • Localisation: Républic du Berry
  • Activité(s):Perturbateur de statuo quo
  • Instrument(s):Accordéon, whistle irlandais

Posté 31 janv. 2013 - 14:10

Je dirais que la musique traditionelle a été le premier code "open source" et dans ce sens, le mot "risque" n'a plus la même nuance négative. Tenter, innover, créer, bricoler, essayer - toute une gamme d'activités qu'un monde devenu très comptabilisé n'apprécie guère. Heureusement, il nous reste toujours un coin où on peut jouer les morceaux sur un autre rythme que d'habitude. :)

#4 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 31 janv. 2013 - 17:10

Cette question de l'innovation a déjà été évoquée dans le forum.

Le faire, c'est se poser en fait plusieurs questions :

Qu'est-ce qu'innover dans le contexte des musiques à danser ? Est-ce la même chose qu'innover avec les autres musiques de divertissement ou les musiques savantes ?
L'innovation est-elle nécessaire ? Est-elle suffisante ?
L'innovation doit-elle inciter/réveiller/éduquer les auditeurs? Ou bien doit-elle suivre leurs goûts ? (l'oeuf et la poule !)

Personnellement, je n'ai pas besoin qu'un musique soit innovante, mais qu'elle soit bien composée et interprétée, qu'elle me parle au moins autant au corps qu'à la tête, et qu'elle m'emplisse en plein mouvement, qu'elle le suscite et l'accompagne sans jamais le contrarier. Ce mouvement pouvant être assez complexe, il est parfois insupportable que des gadgets musicaux déplacés viennent le parasiter.

En 2013, j'apprécie certaines expressions musicales qui devaient être inconnues au moment des collectages, et si c'est bien fait pour la danse, ça ne me dérange pas. Les gens se sont bien mis à danser au son des orphéons, puis du musette, et ont bien aussi accepté l'électrification. Du moment que les oreilles sont amadouées, le corps peut suivre.

Modifié par Rodrigue, 31 janv. 2013 - 17:12.


#5 + Partager jeanphi

jeanphi
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 59 messages
  • Localisation: Bourbon Lancy
  • Activité(s):ébéniste
  • Instrument(s):vielle

Posté 06 févr. 2013 - 21:45

Bonsoir à tous, et merci pour vos réponses.

Lanost, malgré mon coude dans l’œil, je ne me sens pas éloigné de « ta philosophie ». :)

En parlant d'évolution ou d'innovation, j’entendais par là effectivement une certaine « adaptabilité » de cette culture à son époque.

Comme le souligne Rodrigue, on peut s’interroger sur cette question : Est-ce que c’est l’évolution de cette culture qui formalise les personnes qui y sont sensibles, ou bien est-ce que c’est l’évolution de la société qui suit les arts (musique trad. et autre).
C’est une grande question digne d’un sujet de bac de philo, et personnellement, je n’ai pas de réponse.

Dans le même registre, on pourrait se demander si c’est le musicien qui fait la musique ou la musique qui fait le musicien ?
Et extrapoler par : est-ce que nous nous définissons nous même par nos actions et nos pensés, ou est ce ceux là qui nous définissent ?
Bon j’arrête parce que là je vais peut être un peu loin ... :O


Je suis d’accord avec Lanost, et je pense que c’est indéniable, sur le fait que chaque époque à connue ses innovateurs. Et pour revenir à mon propos initial, je pense que c’est en partie à cela que nous devons la longévité la continuité de la popularité de notre passion. Cette envie d’innover qui a motivée plusieurs de nos prédécesseurs continue de motiver certains de nos contemporains.
La question est intemporelle : est-ce que c’était mieux avant ?


La création, comme le dit CelticRambler, a au moins le mérite de réjouir ceux qui comme moi, apprécient la diversité…


Alors effectivement, peut être que le mot «risque» était mal choisi…
Par nature, la musique trad. se prête bien à la création, a l’impro ou à « l’audace », et ce qui est resté gravé dans le marbre à travers les époques a souvent, au fil du temps, perdu de sa popularité.

Désolé si j'ai relancé un sujet qui avait déjà été évoqué. Je l’avais pas vu.

Modifié par jeanphi, 06 févr. 2013 - 21:47.


#6 + Partager AntoineL

AntoineL
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 384 messages

Posté 07 févr. 2013 - 01:35

Alerte, contamination au Tradotron !


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)