Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

Marguerite Gauthier -Villars


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 + Partager MarieT

MarieT
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 469 messages
  • Localisation: La Chabanne-Cusset-Clermont-Ferrand
  • Activité(s):éducatrice spécialisée
  • Instrument(s):voix!

Posté 15 oct. 2013 - 10:19

Article paru dans La Montagne édition de Moulins  aujourdhui

à mettre en lien avec La Nuit des Musiques Traditionnelles samedi 19/10

 

Marguerite Gauthier-Villars au centre d’une expo, d’une conférence et d’un concert

 

 

Marguerite Gauthier-Villars, la « bonne dame » du renouveau des musiques traditionnelles en Bourbonnais.? -

 

    Marguerite Gauthier-Villars au centre d’une expo, d’une conférence et d’un concert -

    Marguerite Gauthier-Villars, la « bonne dame » du renouveau des musiques traditionnelles en Bourbonnais.?

Le renouveau des musiques traditionnelles en Bourbonnais doit beaucoup aux enquêtes qu’effectua Marguerite Gauthier-Villars entre les deux guerres dans le bocage et la sologne.

C'est au Musée du folklore, à Moulins, au début des années 1970, que Frédéric Paris a découvert et acheté Le petit chansonnier du Bourbonnais.

L'auteur, Marguerite Gauthier-Villars, expliquait dans la préface de l'ouvrage, publié en 1937, avoir présenté là une partie des chansons et danses collectées dans le Bourbonnais au cours des quinze années précédentes.

« Il me fallait absolument découvrir le reste de sa recherche », se souvient Frédéric Paris, musicien de Château-sur-Allier. Engagé dans des enquêtes sur les traditions populaires du Bourbonnais, à partir de 1974, il explore alors, en compagnie de son épouse Évelyne et du musicien vichyssois Jean-Claude Blanc, le fonds manuscrit de Marguerite Gauthier-Villars, conservé par la Société d'émulation du Bourbonnais dans les greniers de l'Hôtel de ville de Moulins. « Une caverne d'Ali Baba ! ».

La Société d'émulation ne possédait qu'une partie des manuscrits. Les jeunes chercheurs devaient en découvrir quelques autres cartons chez la s'ur du notaire moulinois Albert Sarrazin, ami de Marguerite Gauthier-Villars. « C'était fabuleux ! Il n'y avait rien à jeter ! Elle n'avait noté que des choses magnifiques ».

Et c'est ainsi que, quelques recherches complémentaires à la Bibliothèque nationale de France plus tard, près de 250 mélodies, chansons et airs à danser sont entrés dans le répertoire de musiciens qui réinvestissent depuis les années 1970 les traditions musicales du Bourbonnais.

L'énigme

 

Quarante ans plus tard, on ne compte plus les disques qui se réfèrent aux collectages de Marguerite Gauthier-Villars.

 

Mais si le nom de la « bonne dame » résonne encore aux oreilles des musiciens du centre, sa personnalité et son parcours se sont perdus après sa disparition en 1946, à l'âge de 56 ans. Musicien chercheur enseignant, le Moulinois Jean-François Heintzen s'est attaqué à l'énigme Gauthier-Villars. Il en livre quelques bonnes feuilles actuellement à travers une exposition à la mairie d'Avermes, prélude à une journée spéciale, organisée samedi 19 octobre à la salle Isléa d'Avermes (voir ci-dessous). A travers le travail de l'ethnomusicologue bourbonnaise, Jean-François Heintzen met en lumière l'extraordinaire vitalité de la vie musicale et culturelle du Moulins des années 1930 et 1940. Un dynamisme largement porté par Me Sarrazin, qui avait fait ses études musicales, comme Marguerite Gauthier-Villars, à Paris à la Schola Cantorum.

 

Appartenant à la haute bourgoisie lettrée parisienne, Marguerite Gauthier-Villars, née en 1890 à Paris, était Bourbonnaise par sa mère, apparentée aux libraires-éditeurs moulinois Place.

 

Les Gauthier-Villars possédaient le château de Nomazy à Moulins, où Marguerite résidait lors de ses séjours dans l'Allier.

Sans 'illère

Dotée d'un solide bagage musical, Marguerite Gauthier-Villars a noté avec grande précision les mélodies écoutées dans le bocage et la sologne bourbonnaise.

Le travail de Marguerite Gauthier-Villars est reconnu dans les années 1930 en France et en Europe. A Moulins, la société des Amis de la musique, fondée par Me Sarrazin en 1920, met régulièrement à son programme les partitions arrangées et orchestrées par Marguerite Gauthier-Villars, aux côtés de celles de Vincent d'Indy, Ernest Chausson, César Franck, Fauré, Debussy… « Dans l'entre-deux-guerres, il y avait à Moulins un foisonnement musical sans 'illère », souligne Jean-François Heintzen.

Samedi soir à Avermes, des chanteurs et musiciens s'attacheront à démontrer ce que le renouveau des musiques et danses traditionnels en Bourbonnais doit à Marguerite Gauthier-Villars. « Les papillons vont quitter la planche où elle les avait collés il y a bien longtemps », annonce Jean-François Heintzen.

« Ses travaux ont influencé le revival musical bourbonnais »

Jean-Marc Laurent

jean-marc.laurent@centrefrance.com

 



#2 + Partager Tof Sacchettini

Tof Sacchettini
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 889 messages
  • Localisation: Grenoble (38)
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Djal / Frères de Sac 4tet / In Situ / Marie Mazille trio / duo Pignol-Sacchettini / Natacha Ezdra
  • Instrument(s):Flûtes à bec / Cornemuse 16 p.

Posté 15 oct. 2013 - 11:03

rubon171-150x148.jpg (Rappel) VERCORS - CMTRA / Atlas sonore n°15 : Isère (2001)
Atlas mêlant collectages et réinterprétations de répertoires recueillis par Marguerite Gauthier-Villars en 1920 (Patrick Mazellier, Le Syndrôme de l’Ardèche, Dédale, Le Jardin des Mystères, Jean Blanchard...)
 

  • Lanost aime ça

#3 + Partager Le cyclo écolo

Le cyclo écolo
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 488 messages
  • Localisation: Au bord de l'Allier (03)
  • Activité(s):Webmestre (alimentaire...)
  • Instrument(s):Cornemuse 20p + 16p + 14p

Posté 16 oct. 2013 - 07:21

j'ai vu l'expo, je la conseille vivement !

Sans aucun doute, la conférence du samedi 19/10 à 15h présentée par Jean-François "Maxou" Heintzen sera une très bonne entrée en matière pour la soirée... oui vivement samedi !




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)