Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
* * * * * 1 note(s)

Les évènements et changements marquants des 20 dernières années


  • Veuillez vous connecter pour répondre
76 réponses à ce sujet

#1 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 985 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 05 déc. 2013 - 18:57

Chaque fois qu'on a parlé de la bible rouge du livre "La Danse Traditionnelle en France", Tof nous fait remarquer que ça serait intéressant de continuer l'histoire du revivalisme, entamé en fin de ce livre.

 

Je suis arrivé dans le milieu vers 2006, donc il me manque l'expérience personnelle d'une grande partie, sans compter que c'est dur d'avoir du recul.

 

Tiennet avait fait un post qui fait encore "référence" aujourd'hui (c'est à dire qu'on parle volontiers d'intestins)

 

http://forum.tradzon...lcher/?p=207822

 

Donc euh... dans l'ordre - mon point de vue assez auvergno-lyon-gennetines

 

Années 90

- Blowzabella -> hein quoi, on peut faire ça avec les musiques trad?!

- Dédale -> début du néo-trad

- Grande vague du folk (plus de 500 personnes aux bals de Dédale?), puis disparition

- Je sais pas ce qui se passait dans les régions à cette période, mais y'a un tas de musiciens actifs maintenant qui ne sont pas sortis de nulle part!

 

Début des années 2000

- Creux de vague

- Formation de groupes "mythiques": DCA, Tarif de Nuit, Tapage, Minuit Guiboles, DJAL, La Machine, La Fabrique, Brotto Lopez

- Formation (ou historique de formation) de groupes de jeunes (tout aussi mythiques): Komred, TNT, Quintet à Claques, Décibal, Boréale

 

Fin des années 2000

- Création de Tradzone

- Les jeunes de régions vont jouer à Gennetines = plein de rencontres, particulièrement entre jeunes "trad" de différentes régions

- La bourrée 3t auvergnate remplace en quelques années la bourrée droite lorsque "bourrée" est annoncé dans un endroit subissant l'influence Gennetines

- Essor du bal poitevin avec Lucas Thébault (il jouait avec qui Lucas en 2006-2008?), Trio Guerbigny, Ciac Boum, un autre groupe dont je me souviens plus du nom

- La sansonnette, les écoliers de st genest, flatworld, bourrée d'aurore sand (tiens, ça me rappelle que ça fait longtemps que j'ai pas entendu "lève toi et danse"), l'impasse, les poules huppées, go mauve, horizonto sont les gros morceaux des boeufs à Gennetines

- Les boeufs trad quittent (ou n'ont jamais été présents sur) les parquets de Gennetines

- L'explosion de répertoire folk tue le boeuf folk à Gennetines (et à Lyon aussi d'ailleurs)

- Creation de St Gervais

- Deplacement de St Chartier

- Les belges, les italiens sont hyper séduits par le trad

- Les bals "région" en Festival gagnent la cote chez les jeunes: sud ouest, auvergne, poitou, berry (ou peut etre c'est juste moi qui suis allés sur ces parquets là?)

 

Début des années 2010

- Essor des groupes "trad" cherchant à sortir du "première voix, deuxième voix" - très fortement ancrés dans le terroir, mettant l'accent sur le son, le timbre, le bourdon, l'ostinato. Nouveaux arrangements de Komred, collectif Pagans, les groupes de la Novia

- Les groupes trad "régionaux" ont la côte lors des bals "hors festival" (Ciac Boum, Komred & co sont programmés à plein d'endroits improbables)

- Rencontres entre jeunes trad et non trad. C'est difficile de pas s'aimer quand on se retrouve à la buvette. Les groupes autour de Julien Cartonnet, Lucas Thébaut, Benoit Roblin, Loic Etienne, Ludovic Rio, Tiennet Simmonin, etc. donnent la vie dure aux gens qui aiment mettre des étiquettes partout

- Tout le monde sait jouer les morceaux de Brotto-Lopez et d'Aurélien Claranbaux, mais sinon en boeuf folk à Gennetines et St Gervais, ça galère

- Christophe Sachettini et Stefane Milleret fêtent plus de 20 ans d'en avoir leur tarte des gens qui ne savent pas danser mais qui viennent leur dire que leur musique est pas dansable car "trop rapide", "trop lente", "ne respectant pas les appuis" ou "trop éblouissante par sa virtuosité"

- La création du code de route du Bal par Lanost impose la chapelloise au castagnari à chaque bal. Grace à ce code de route, la chapelloise escargot des grands parquets bondés disparait

 

à vous... qui est-ce que j'ai oublié, ou est-ce que je me suis planté


Modifié par Tirno, 05 déc. 2013 - 19:00.

  • Lanost, Tof Sacchettini, loic et 3 autres aiment ça

#2 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 481 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 05 déc. 2013 - 20:46

Quelques compléments plus centrés Bretagne :

Années 90 

- énorme influence d'Ar Re Yaouank. C'est une gageure de dire ça, mais ils ont joué un sacré rôle au moins dans l'Ouest.

- beaucoup de fest-noz, citons par exemple des groupes comme Carré Manchot et Skeduz.

- c'est aussi la décennie des « metissages » plus ou moins bien sentis : Ar Re Yaouank c'est une très bonne synthèse du « trad » et du rock, tu as Lyannaj où là c'est plus une superposition de Carré Manchot et d'un collectif antillais (Akyoka), une affirmation de ce qui avait déjà été amorcé dans les années 80 avec un rapprochement vers le jazz, avec des machins comme Ronan Robert Réunion ou le début d'influences de l'Est de l'Europe avec le travail d'Erik Marchand.

- Fin des années 90 : création du festival Yaouank.

 

Années 2000

- C'était déjà mis dans le magnifique dessin de Tiennet, mais Hamon-Martin (duo/quartet/quintet) a ouvert pas mal de portes.

- À peu près à la même période y'a les débuts de Katé-mé, dans la catégorie « wa-ouh on peut faire ça avec un biniou ».

- y'a une nouvelle génération qui déboule et qui a un pied dans le « trad », qui a bien digéré le travail des prédécesseurs et qui a des oreilles grandes ouvertes (Karma, Startijenn, Plantec, etc.).

- En parallèle tu as aussi une affirmation de courants plus proches des sources, dans le sens où y'a plus de « complexe » à pas chercher la nouveauté pour la nouveauté.

 

Début 2010

- le paysage musical change peu, on reste dans la continuité de la fin des années 2000 mais les lignes bougent encore.

- probablement un genre de « réveil » de la Haute Bretagne avec des groupes comme IMG, on a plus (trop) honte de jouer de l'avant-deux. 

- etc.

 

Y'a aussi des personnes qui ouvrent pas mal de portes pour les pratiques instrumentales, ça va de pair avec les groupes marquants, mais on peut citer :

- accordéon : Alain Pennec (années 90 surtout), Janick Martin (années 2000), Yann Le Corre (années 2000) ;

- bombarde : Christophe Caron (années 90), Erwan Hamon (années 2000), Ronan le Gourierec (années 2000) ;

- violon : Jacky Molard, Fañch Landreau (années 90-2000)

Je saurais pas dire pour d'autres instruments.

Libre à mes coreligionnaires de corriger/préciser.


  • Ludoman et teddy aiment ça

#3 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 06 déc. 2013 - 13:54

Bien, le sujet !

Et puis c'est tellement plus facile de commenter un message :

 

Années 90

- Blowzabella -> hein quoi, on peut faire ça avec les musiques trad?!

- Dédale -> début du néo-trad

- Grande vague du folk (plus de 500 personnes aux bals de Dédale?), puis disparition

- Je sais pas ce qui se passait dans les régions à cette période, mais y'a un tas de musiciens actifs maintenant qui ne sont pas sortis de nulle part!

 

Début des années 2000

- Creux de vague

- Formation de groupes "mythiques": DCA, Tarif de Nuit, Tapage, Minuit Guiboles, DJAL, La Machine, La Fabrique, Brotto Lopez

- Formation (ou historique de formation) de groupes de jeunes (tout aussi mythiques): Komred, TNT, Quintet à Claques, Décibal, Boréale

 

Fin des années 2000

- Les jeunes de régions vont jouer à Gennetines = plein de rencontres, particulièrement entre jeunes "trad" de différentes régions

- La bourrée 3t auvergnate remplace en quelques années la bourrée droite lorsque "bourrée" est annoncé dans un endroit subissant l'influence Gennetines

- La sansonnette, les écoliers de st genest, flatworld, bourrée d'aurore sand (tiens, ça me rappelle que ça fait longtemps que j'ai pas entendu "lève toi et danse"), l'impasse, les poules huppées, go mauve, horizonto sont les gros morceaux des boeufs à Gennetines

- Les boeufs trad quittent (ou n'ont jamais été présents sur) les parquets de Gennetines

- L'explosion de répertoire folk tue le boeuf folk à Gennetines (et à Lyon aussi d'ailleurs)

- Les belges, les italiens sont hyper séduits par le trad

- Les bals "région" en Festival gagnent la cote chez les jeunes.

 

à vous... qui est-ce que j'ai oublié, ou est-ce que je me suis planté

Années 1990 :

 

- Blowzabella : tu dois avoir les ré-éditions CD :D . Les versions originales datent des années 1980 :1984 pour "Bobbityshooty", 1988 pour "Richer Dust" par exemple. C'est pour cela qu'il y a vraiment eu un incroyable retour d'influence, je crois, sur des compositeurs comme ceux de Tapage et de Tarif de Nuit, mais aussi ceux de la Machine.

- Ta phrase "on peut faire ça avec les musiques trad" me semble prêter à confusion : certaines compos de Blowzabella sont également incroyablement dans le "ton", sans parler de leur interprétation de certains airs étiquetés trads qui n'a pas à pâlir devant ce qui s'est fait par la suite.

- Dédale : début du néo-trad : oui, mais préciser qu'ils n'ont pas influencés que le courant "on casse tout et on refait du neuf avec ce qu'on veut du vieux". C'est aussi, comme avec Blowzabella : "Woa, on peut aussi faire ça avec le trad ?"

- Je suis triste que tu n'ais apparemment pas pensé à mentionner le Trio Bouffard. Sérieux, je sais bien que tu es jeune mais sais-tu bien combien de musiciens il a stimulé, combien de disques il a vendu ? Il y avait certes des "anciens", des collecteurs, dans les régions, mais on parle ici des jeunes de l'époque qui ont eu une forte audience et qui ont permis d'accroître la population d'amateurs qui avait quand même bien dimininuée, grâce à leur brillo et/ou des innovations dans les arrangements (et oui, même la Chavannée !).

De mon point de vue, au niveau musical pour le gros Centre France, Bouffard et la Chavannée puis avec le Trio (premier enregistrement avec la Chavannée en 1986), Blowzabella et Dédale (formation en 1988) sont les chaînons manquants.

On pourrait aussi mentionner Gennetines pour la danse.

 - Grande vague du folk : précise : en région Rhône-Alpes.

 - Ce qui se passe en région ? Ceux qui sont nés en 1980 et qui ont grandi dans un milieu folk ont maintenant 20 ans. Il y a aussi ceux qui sont nés en 1975 et ceux qui sont nés en 1985. Il vont alimenter en partie les festivals et ceux-ci vont voir leur nombre augmenter.

 

Années 2000:

 

- Creux de la vague : il y a eu des creux partout je pense, mais pas avec la même intensité et pas tout à fait en même temps. Dans le Centre (j'y suis depuis 1998), c'est au contraire le début de la croissance, avec multiplication des bals, création d'assos "On casse tout et...". Il faudrait aussi voir les chiffres de fréquentation de Gennetines : tous ces participants n'ont qu'une envie quand ils retournent chez eux, c'est de continuer à danser tout le long de l'année.

- Formation de groupes mythiques : certains se sont formés avant 2000.

- Fin 2000 : les jeunes vont échanger à Gennetines ? Un poil nombriliste quand même : ceux qui ont 15 ans ou ceux qui ont 25 ans ? Les jeunes fréquentaient Gennetines avant la création de Tradzone. Pour cette génération dont tu parles, celle des "enfants", je dirais plutôt le début des années 2000.

- "La bourrée 3t auvergnate remplace en quelques années la bourrée droite lorsque "bourrée" est annoncé" : oui, mais seulement lorsque ces danseurs ne sont pas capable de faire la différence entre ces musiques. Comme ils ne sont pas tous sourds, je suppose que la phrase correcte serait "La bourrée 3t auvergnate (simple) remplace la bourrée droite dans le répertoire joué en bal". Et ça tombe bien, car c'est aussi à cette époque (2007) que Hugues se décide enfin à commencer la publication de l'inventaire du répertoire dansé berrichon, pour que ceux qui le veulent bien prennent conscience que la bourrée droite à 3 temps telle que dansée en bal n'est qu'un vestige pauvre de ce qu'elle était. (Je n'ai pas pû m'empêcher)

- Le répertoire de boeuf ? Qu'est-ce qu'ils jouaient avant, à Gennetines comme à Saint-Chartier ?

- Les boeufs trad quittent Gennetines  à la fin des années 2000 ? Pas compris. Tu ne veux sans doute pas parler de la Sansonette, etc., donc je suppose que tu veux parler d'airs collectés... J'aurais plutôt dit le contraire !

- Le boeuf folk tué dans les festivals... je ne sais pas si c'est un problème de répertoire ou de mentalité des boeuffeurs. C'est un peu aussi le problème des boeufs (trad, folk, ...) en fin de bal : tu te demandes maintenant s'il n'attendent pas exprès que les trois quarts des danseurs aient quitté la salle pour pouvoir boeuffer tranquilles. Je ne dis pas que le boeuf en fin de bal est un dû, mais je me souviens qu'avant, et même dans le cas où ce n'était qu'une succession de morceaux non standards (et donc pas joués par tous), il y avait aussi la volonté de faire danser l'assemblée et pas seulement trois couples de copains. (Je n'arrive décidément pas à me maîtriser aujourd'hui). Tu ne te souviens pas des boeufs dans les douves de Saint-Chartier ?

- Les Belges et les Italiens hyper séduits par le trad : tu veux dire les répertoires terroir ? C'est une excellent nouvelle pour les Belges (certains Belges) et je vais peut-être faire un tour au Boomball pour constater les progrès . ET JE L'AVAIS PRÉDIT ! Par contre, les Italiens... je crois qu'ils fréquentaient déjà les ateliers trad de Gennetines alors que tu n'étais pas né (de même pour certains Belges d'ailleurs). Si tu parles du "trad" en général (et oui, tu n'es pas clair à distinguer boeuf folk et boeuf trad), là je ne comprends vraiment plus. Mais peut-être pourrais-tu ajouter une ligne sur l'impact du phénomène belge "Boombal" en France.

- Les bals "région" et les jeunes : tu veux dire les bals trad ? :] Tu veux dire que les jeunes qui s'en désintéressaient jusque là commencent à les fréquenter, à en redemander, et à suivre les ateliers de danse ? C'est également ce que je constate et ça fait chaud au coeur, mais y compris quand des jeunes déjà sensibilisés à un répertoire régional donné et qu'on aurait pû croire au début attachés de manière exclusive à ce seul répertoire, se frottent à d'autres répertoires. Comme quoi les discours à la fois de ceux qui sont appelés ici des "ayatollahs" et ceux qu'ont dénoncés là comme des "destructeurs de tradition" n'empêchent pas au final les jeunes, quel que soit leur parcourt, d'être curieux, sensibles et exigeants.


Modifié par Rodrigue, 06 déc. 2013 - 13:58.

  • teddy aime ça

#4 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 481 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 06 déc. 2013 - 14:08

- Je suis triste que tu n'ais apparemment pas pensé à mentionner le Trio Bouffard. Sérieux, je sais bien que tu es jeune mais sais-tu bien combien de musiciens il a stimulé, combien de disques il a vendu ?


Pas taper, pas taper :) On peut passer à coté de certains trucs, c'est un peu l'objectif du topic, mettre tout en commun, on fera le tri après, non ?

#5 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 06 déc. 2013 - 14:12

C'est pourtant vrai que je reste agressif tout le long de mes commentaires... Pauvre Tirno !

Bon, allez, je me débranche jusqu'à 23H ce soir.



#6 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 253 messages

Posté 06 déc. 2013 - 14:32

L'idée est louable, mais attention à ne pas faire une sorte de centralisme St-Chartier-Riom.
 
Les influences sont souvent très différentes (parfois opposées), selon que l'on étudie les dernières décennies depuis Lorient, Correns, Toulouse, Lille, Nancy ou Grenoble (trop fort, j'ai oublié personne).
 
Bon courage et bonne chance, z'êtes pas couché(e)s !


#7 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 985 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 06 déc. 2013 - 14:47

Au temps pour moi pour Trio Bouffard (et tous les autres groupes et personnes que j'ai pu oublier). D'ailleurs j'y ai justement pensé hier soir...

 

Pareil pour Blowzabella - c'est aussi vieux que ça?! Et la remarque qui allait avec c'était pas "est-ce qu'on peut transposer ça au trad" mais "wah, ce qu'ils ont fait avec le trad".

 

Pour ce qui est des rencontres "jeunes"... tu me diras qu'à St Chartier, Gennetines, etc. ça s'est toujours fait. Mais ce qui m'a frappé c'est déjà un la présence de jeunes "trad" à Gennetines (où ils se sentent pas forcément à leur place) et qu'ils se sentent moins seuls dans leur "trip" trad. Et je sais pas à quel point ça s'est passé avant. Basile Brémaud, Hervé Capel, Sandrine Lagreulet etc. ont-ils rencontré leurs "équivalents" poitevins, berrichons, bretons, gascons etc? Peut-être bien hein... Et forcément, c'est aussi du monde qui se croise à St Chartier, ou à des fêtes plus spécialisés "région" (genre à la fête des Chavans, la fête de la Vielle, aux Volcaniques) - mais là c'est accompagné d'une curiosité déjà engagée, alors que ce que j'ai pu voir à Gennetines ressemblait parfois plus au desarroi collectif des gens qui se retrouvent à la buvette et ne comprennent pas trop ce qu'ils font là. Et j'ai l'impression que ça s'est cristallisé, comme tu le soulignes "quand des jeunes déjà sensibilisés à un répertoire régional donné et qu'on aurait pû croire au début attachés de manière exclusive à ce seul répertoire, se frottent à d'autres répertoires." Avec par exemple le CD de Poufs à Cordes avec Dani et Julien en guests. Mais comme je l'ai aussi dit, ça peut etre juste mon point de vue très personnel.

 

Cette année à St Gervais a été la première ou j'ai vu plus de 2 ou 3 personnes être également présents sur les parquets boeufs chamallow et auvergne (et je l'ai particulièrement remarqué chez les italiens de ma génération).

 

Et biensur, Tya, faudrait voir ce qui se passe ailleurs - d'ailleurs j'ai aucune idée de ce qui se passe à St Chartier - j'y suis allé 2 soirs de toute ma vie. C'est justement pour ça que je sollicite d'autres contributions...


Modifié par Tirno, 06 déc. 2013 - 14:48.


#8 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 985 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 06 déc. 2013 - 15:36

J'ai oublié: arrivée des mazurkas shamallow et des parquets danse de couple... C'était quand? Genre Stephane Délicq, Gérard Godon, Eric Thézé?



#9 + Partager Erwane

Erwane
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 410 messages
  • Localisation: Terre

Posté 06 déc. 2013 - 17:38

Stéphane délick n'était pas shamallow dans sa démarche. J'attribuerai plutôt le mouvement au duo Godon/Thézé, vers 2000-2002. Ce n'est d'ailleurs pas l'oeuvre d'un seul groupe mais que ce groupe répondait à une absence de ce type de musique (lente/langoureuse/molle/collée <rayez les mentions inutiles>) et à un public qui avait envie de finir les nuits tranquillement ET collés à Gennetines.



#10 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 985 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 06 déc. 2013 - 18:25

http://cancoillottef...p?id_article=11

 

"Intimiste" tout ça? C'est pas une réponse à l'attente shamallow?



#11 + Partager Erwane

Erwane
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 410 messages
  • Localisation: Terre

Posté 06 déc. 2013 - 19:27

je trouve pas. Shamallow c'est vraiment une forme de danse reconnaissable. J'ai fais des bal intimistes sans danser shamallow.



#12 + Partager teddy

teddy
  • Administrateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 933 messages
  • Localisation: Groland
  • Activité(s):Trop
  • Groupe(s):Duo/Trio la Chanforgne
  • Instrument(s):Accordéon bi-sonore

Posté 06 déc. 2013 - 20:51

J'ai failli demander à un modérateur de supprimer le sujet quand j'ai vu que personne ne citait Café charbon.
On parle des disques ou des années de création des groupes ?
Blowzabella, c'est pas les années 7O la création ? (c'est juste une question, j'espère que je ne vais pas me faire engueuler... )
Tirno, tu veux pas changer le titre et mettre "27 dernières années" ?

En tout cas, si on met Blowzabella, on met café charbon !

#13 + Partager Eden

Eden
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 729 messages
  • Localisation: Essonne
  • Activité(s):Prof des écoles

Posté 06 déc. 2013 - 21:09

T'es pas censé être en train de profiter de ton WE au Gamounet toi au lieu de te la raconter avec Café Charbon ? :shifty:



#14 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 07 déc. 2013 - 00:05

Si on parle influence dans un instrument en particulier, tout en restant dans la musique à danser, et aussi parce qu'il nous a laissé de belles compositions, et excusez moi de rester centro-centré, je vote pour ajouter G. Chabenat comme "jeune d'avant la vague des jeunes".

 

Teddy, je n'ai que trois disques de Blowzabella, mais d'après :

http://fr.wikipedia....iki/Blowzabella

on peut peut-être s'en tenir aux années 1980 pour le début de la formation "classique".

 

(Eden, tu ne comptes pas y descendre ce samedi ?)


Modifié par Rodrigue, 07 déc. 2013 - 00:06.


#15 + Partager mzkvls

mzkvls
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 231 messages
  • Localisation: Du Blavet(56) au Blavet via le Brivet(44)

Posté 07 déc. 2013 - 01:32

Quelques compléments plus centrés Bretagne :

Années 90 

- énorme influence d'Ar Re Yaouank. C'est une gageure de dire ça, mais ils ont joué un sacré rôle au moins dans l'Ouest.

- beaucoup de fest-noz, citons par exemple des groupes comme Carré Manchot et Skeduz.

- c'est aussi la décennie des « metissages » plus ou moins bien sentis : Ar Re Yaouank c'est une très bonne synthèse du « trad » et du rock, tu as Lyannaj où là c'est plus une superposition de Carré Manchot et d'un collectif antillais (Akyoka), une affirmation de ce qui avait déjà été amorcé dans les années 80 avec un rapprochement vers le jazz, avec des machins comme Ronan Robert Réunion ou le début d'influences de l'Est de l'Europe avec le travail d'Erik Marchand.

- Fin des années 90 : création du festival Yaouank.

 

Années 2000

- C'était déjà mis dans le magnifique dessin de Tiennet, mais Hamon-Martin (duo/quartet/quintet) a ouvert pas mal de portes.

- À peu près à la même période y'a les débuts de Katé-mé, dans la catégorie « wa-ouh on peut faire ça avec un biniou ».

- y'a une nouvelle génération qui déboule et qui a un pied dans le « trad », qui a bien digéré le travail des prédécesseurs et qui a des oreilles grandes ouvertes (Karma, Startijenn, Plantec, etc.).

- En parallèle tu as aussi une affirmation de courants plus proches des sources, dans le sens où y'a plus de « complexe » à pas chercher la nouveauté pour la nouveauté.

 

Début 2010

- le paysage musical change peu, on reste dans la continuité de la fin des années 2000 mais les lignes bougent encore.

- probablement un genre de « réveil » de la Haute Bretagne avec des groupes comme IMG, on a plus (trop) honte de jouer de l'avant-deux. 

- etc.

 

Y'a aussi des personnes qui ouvrent pas mal de portes pour les pratiques instrumentales, ça va de pair avec les groupes marquants, mais on peut citer :

- accordéon : Alain Pennec (années 90 surtout), Janick Martin (années 2000), Yann Le Corre (années 2000) ;

- bombarde : Christophe Caron (années 90), Erwan Hamon (années 2000), Ronan le Gourierec (années 2000) ;

- violon : Jacky Molard, Fañch Landreau (années 90-2000)

Je saurais pas dire pour d'autres instruments.

Libre à mes coreligionnaires de corriger/préciser.

En remontant un peu plus, il y eut les Kouerien Sant Yann, les Diaouled ar Menez, Tammles, Barzaz (que j'ai découvert sur le tard).

Dans les très fastes années 90, il faut inclure Tan Ba'n Ty, qui eut un succès retentissant (à re?découvrir leur album "tomm ruz" qui n'a pas pris une ride). Et je me souviens de festou-noz très régulièrement à 1000-1500 personnes avec des groupes comme Tan Ba'n Ty, les Du (métissage avec la pop  ;-): "waouh, on peut faire ça avec des instruments électriques  ;) ).Carré Manchot, ARY, Skeduz, Skolvan, Tud, Folenn (et ses percus), Pevar Den, Loened Fall: vous parlez souvent de danses de couple collé-serré mais dans certains cas, ça l'était en collectif :]

Mais déjà des groupes tels que Filaj avec des sonorités nouvelles pour l'époque (trad, néo trad ?), Gwenfol orchestra et l'apparition des cuivres, Anjel IK avec Kristen Nikolaz et la mixité du hip hop, décoiffant à l'époque !

Pour les années 2000, citons également Kendirvi, Alambig Electrik .

Et maintenant ? On garde (reprend) les mêmes et on recommence :yes: :no:


Modifié par mzkvls, 07 déc. 2013 - 01:34.


#16 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 481 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 07 déc. 2013 - 01:56

 

Quelques compléments plus centrés Bretagne :

Années 90 

- énorme influence d'Ar Re Yaouank. C'est une gageure de dire ça, mais ils ont joué un sacré rôle au moins dans l'Ouest.

- beaucoup de fest-noz, citons par exemple des groupes comme Carré Manchot et Skeduz.

- c'est aussi la décennie des « metissages » plus ou moins bien sentis : Ar Re Yaouank c'est une très bonne synthèse du « trad » et du rock, tu as Lyannaj où là c'est plus une superposition de Carré Manchot et d'un collectif antillais (Akyoka), une affirmation de ce qui avait déjà été amorcé dans les années 80 avec un rapprochement vers le jazz, avec des machins comme Ronan Robert Réunion ou le début d'influences de l'Est de l'Europe avec le travail d'Erik Marchand.

- Fin des années 90 : création du festival Yaouank.

 

Années 2000

- C'était déjà mis dans le magnifique dessin de Tiennet, mais Hamon-Martin (duo/quartet/quintet) a ouvert pas mal de portes.

- À peu près à la même période y'a les débuts de Katé-mé, dans la catégorie « wa-ouh on peut faire ça avec un biniou ».

- y'a une nouvelle génération qui déboule et qui a un pied dans le « trad », qui a bien digéré le travail des prédécesseurs et qui a des oreilles grandes ouvertes (Karma, Startijenn, Plantec, etc.).

- En parallèle tu as aussi une affirmation de courants plus proches des sources, dans le sens où y'a plus de « complexe » à pas chercher la nouveauté pour la nouveauté.

 

Début 2010

- le paysage musical change peu, on reste dans la continuité de la fin des années 2000 mais les lignes bougent encore.

- probablement un genre de « réveil » de la Haute Bretagne avec des groupes comme IMG, on a plus (trop) honte de jouer de l'avant-deux. 

- etc.

 

Y'a aussi des personnes qui ouvrent pas mal de portes pour les pratiques instrumentales, ça va de pair avec les groupes marquants, mais on peut citer :

- accordéon : Alain Pennec (années 90 surtout), Janick Martin (années 2000), Yann Le Corre (années 2000) ;

- bombarde : Christophe Caron (années 90), Erwan Hamon (années 2000), Ronan le Gourierec (années 2000) ;

- violon : Jacky Molard, Fañch Landreau (années 90-2000)

Je saurais pas dire pour d'autres instruments.

Libre à mes coreligionnaires de corriger/préciser.

En remontant un peu plus, il y eut les Kouerien Sant Yann, les Diaouled ar Menez, Tammles, Barzaz (que j'ai découvert sur le tard).

Dans les très fastes années 90, il faut inclure Tan Ba'n Ty, qui eut un succès retentissant (à re?découvrir leur album "tomm ruz" qui n'a pas pris une ride). Et je me souviens de festou-noz très régulièrement à 1000-1500 personnes avec des groupes comme Tan Ba'n Ty, les Du (métissage avec la pop  ;-): "waouh, on peut faire ça avec des instruments électriques  ;) ).Carré Manchot, ARY, Skeduz, Skolvan, Tud, Folenn (et ses percus), Pevar Den, Loened Fall: vous parlez souvent de danses de couple collé-serré mais dans certains cas, ça l'était en collectif :]

Mais déjà des groupes tels que Filaj avec des sonorités nouvelles pour l'époque (trad, néo trad ?), Gwenfol orchestra et l'apparition des cuivres, Anjel IK avec Kristen Nikolaz et la mixité du hip hop, décoiffant à l'époque !

Pour les années 2000, citons également Kendirvi, Alambig Electrik .

Et maintenant ? On garde (reprend) les mêmes et on recommence :yes: :no:

 

 

Kouerien et Diaouled, c'est comme les Du à ranger dans le revival années 70, je crois que c'était pas le but de Tirno. La partie « pop/rock » des Du ça a jamais cassé des briques. C'est du standard, bien calibré et bien réalisé, mais c'est loin d'être « waouh ». J'ai pas dit que c'était pas bien, mais comparé à ce qui a pu se faire en rock ça tient pas la marée.

J'ai hésité à mettre des groupes des années 80 (Skolvan, Barzaz, Gwerz, etc.) mais, bien vu, ils ont ouvert potentiellement plus de portes que les groupes du revival des 70s. 

Sur Filaj je saurais pas bien quelle est son influence réelle. C'est un gros one-shot sur pile électrique (au minimum), mais sonorités nouvelles je sais pas, dans le sens où ça tire quand même méchamment sur le jazz, et ça fait pas semblant (pas comme un groupe où y'aurait un vague solo sur grilles avec des 7e et des 9e dedans). Perso je le vois plus comme un OVNI, le genre de ceux qu'on aimerait bien voir plus souvent :)

Par contre, je serais plus nuancé que toi sur la situation actuelle. Autant y'a quelques années ça donnait l'impression de tourner en rond, autant je trouve qu'il y a de belles (et nouvelles) choses qui se font ou qui arrivent à maturité (Eien, Dour/Le Pottier, NDiaz ou encore An tri dipop).



#17 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 07 déc. 2013 - 10:48

Je n'ai pas du tout de recul en ce qui concerne la scène bretonne d'une part parce que j'y suis venu sur le tard (1997), d'autre part parce que j'y étais en tant que touriste et enfin parce que la pratique semblant bien installé, je n'ai pas perçu de d'évolutions ni de "précurseurs".

 

Par contre, "on" m'a dit que le fest-noz 2.0 n'était pas si ancien que cela... 1993, 1995 ? A.R.Y ? Auparavant, c'était plus des rencontres

entre avertis (et membres de cercles), comme dans le Centre.

 

Tan Ban Ty et dans une moindre mesure BF15 (quelques mois) m'ont réconcilié avec l'accordéon chromatique. Mais même Tan Ban Ty, je pouvais très bien les écouter à un fest-noz  dans un champ et sous la pluie avec 200 touristes danseurs, comme d'autres groupes de fest-noz, donc je n'ai pas perçu leur "influence". Je percevais cependant leur "différence" par rapport à une musique plus convenue.

Gwenfoll : je n'ai jamais accroché cette expérience musicale.

 

En 1997, Folenn, A.R.Y., Carré Manchot et quelques autres groupes qui étaient déjà sur des CD compils "Fest Noz" (signe que le phénomène avait déjà quelques années) me donnaient vraiment envie de me déplacer en fest-noz "néo-trad".

 

 

Y, oui, il me semble que ce qui ressort des dernières années, c'est une "autonomie" dans les projets : moins de groupes de copains de lycée, plus d'artistes se croisant le temps de quelques disques.



#18 + Partager Eden

Eden
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 729 messages
  • Localisation: Essonne
  • Activité(s):Prof des écoles

Posté 07 déc. 2013 - 12:35


(Eden, tu ne comptes pas y descendre ce samedi ?)

On ne peut pas tout fait, j'ai Lindy ce week end c'est bien aussi :)


  • Tirno aime ça

#19 + Partager mzkvls

mzkvls
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 231 messages
  • Localisation: Du Blavet(56) au Blavet via le Brivet(44)

Posté 07 déc. 2013 - 13:19

 La partie « pop/rock » des Du ça a jamais cassé des briques. C'est du standard, bien calibré et bien réalisé, mais c'est loin d'être « waouh ». J'ai pas dit que c'était pas bien, mais comparé à ce qui a pu se faire en rock ça tient pas la marée.

C'était une blague !! Vu le nombre précédent de "waouh", je n'ai pas pu résister :D



#20 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 253 messages

Posté 08 déc. 2013 - 09:42

Pour ceux qui se posent la question sur Blowzabella, quelques précisions.

Le groupe a été une influence majeure, en Angleterre, dès sa création. C'est au milieu des années '80, que les disques commencent à s'écouter, confidentiellement, en France. Et c'est le passage sur la scène de St-Chartier, pour le bal du 14 juillet 1989, qui fait de ce groupe une référence par la suite.

Pour ce débat, on peut donc noter 1989. Et, en conclusion, tout ce qui s'est fait auparavant, on le doit à… Café-Charbon.


  • teddy et Eden aiment ça


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)