Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo

Les tradeux sont ils polyamoureux ?

amour libre polyamour

  • Veuillez vous connecter pour répondre
119 réponses à ce sujet

#21 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 274 messages

Posté 25 janv. 2014 - 11:50

Si Philippe Carcassés et Yvon Guilcher confirment, je m'incline.


  • Ludoman et Tiennet aiment ça

#22 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 132 messages

Posté 25 janv. 2014 - 17:04

Je ne comprends pas : libertin et poly-amoureux ne sont pas des synonymes ?

Un libertin n'a pas droit à l'amour ? Un libertin est nécessairement un queutard mammalien ?

 

 

rencontrer des gens. tous les gens. pas seulement ceux qui correspondent à des critères bien spécifiques d'age, de sexe, de race, d'habitude sexuelle ou politiques ou autres dans l'objectif de nouer des relations amoureuses ou sexuelles.

Je ne vais pas fustiger Deniis mais l'ensemble de vous tous ; je tiens à faire le vioc prosélyte de service et même si je comprends que ce terme est employé dans ce sens dans la constitution française et sans doute quantité de textes législatifs, et que pour le Français moyen non contaminé par l'attitude politiquement correcte des médias il ne s'agit là que d'une tournure ancienne pour désigner une apartenance ou origine visible que tout le monde comprend, et donc qu'il n'y faut pas voir le mal, cependant... attendu que :

- nous ne sommes pas encore des nord-américains (Canadiens, Etats-uniens),

- notre histoire avec les autres peuples et cultures de l'Humanité est devenue considérablement plus complexe et subtile depuis quelques décennies,

- nous ne sommes pas non plus des éleveurs et sélectionneurs canins, équins ou autres;

 

... je me permets de faire remarquer à l'assistance que le terme "race", qui a l'origine désignait bien un lien de consanguinité au sein d'un clan, puis un peuple à peu près ethniquement bien défini et souvent identifiable en tant que tel d'un coup d'oeil, un terme qui est donc à l'origine aussi noble qu'un autre, et même jusque dans son évolution pré-coloniale, à condition de le considérer dans son contexte historique ou poétique, et bien ce terme a finit par désigner tout et n'importe quoi dans les excès du colonialisme et du scientisme. Si tout le monde est sans doute d'accord ici, et pas seulement ceux dont la fibre scientifique est encore vaillante, pour décréter en coeur qu'ainsi, la "race noire" n'existe pas (mais on l'a compris que fort tard, dans la première partie du XXème siècle, et le mot était déjà passé dans le langage courant), et que le modèle des "quatre races" (encore appelé jeu des quatre couleurs) est d'une naïveté affligeante, encore que le témoin des connaissances de l'époques, et bien je crois que tout le monde devrait aussi convenir éviter d'employer ce terme pour désigner ce que le français peut très bien d'ailleurs désigner avec davantage de précision et moins d'ambiguïté, vu le passif du mot en question, à l'aide des mots "culture", "peuple", "ethnie" (peuple culturellement très cohérent), "origine", voire "couleur de peau", "pigmentation", "type" (apparence) (n'ayons pas peur des mots : un "noir" n'est que cela, un individu à fort tôt de mélanine, dicté par l'expression de certains gènes inactifs ou absents chez d'autres ; nul besoin d'invoquer un croisement stable entre deux populations chimériques, ce que "afro-européen" évoque bien, si on y réfléchit, comme mûlatre ou quarteron il y a quelques siècles.).  

 

TL;DR :

C'est peut-être un voeux pieu, mais j'aimerais que dans la France et l'Europe du XIXème siècle, en dehors de tout contexte politique ou littéraire, le mot race soit réservé pour désigner une population :

1°) issue d'une sélection génétique par consanguinité intensive, surtout le fait des éleveurs en agriculture donc ;

2°) issu d'espèces animales privées de néo-cortex, pour lesquelles des comportements moyens simples sont identifiables et on peut admettre que cette pression artificielle, cette hyper-sélection va faire émerger de tels comportements moyens et transmissibles par endo-reproduction (il est ainsi bien connu que telle race de chien est en moyenne mais notoirement apte à telle tâche ou notoirement débile pour d'autres).

 

Et pour ceux qui considèrent que le phénotype ce sont des gènes et que les gènes fondent la race, même si vous voulez ne vous en tenir qu'à l'apparence, considérez qu'en cas de migration vers des latitudes élevées, il faut au moins 30 générations à une population noire (africaine) pour perdre ou voir se désactiver certains gènes responsables de la pigmentation et devenir "blanche". Il faut sans doute plus de temps pour voir changer en moyenne les traits du visages car il n'y a pas de lien avec la fertilité (sauf à considérer les engelures et les bronchites comme une pression évolutive supplémentaire). Trente générations, c'est à la fois très peu (mille ans) et énorme si vous persitez à rechercher au XXIeme siècle des populations génétiquement pures (à la variation individuelle près). Ou alors, vous devez considérer l'ensemble de l'Humanité comme constitué de bâtards de souches depuis longtemps en contact les unes des autres.

 

Prenez-moi pour un pédant sciento-facho-chieur si vous le voulez, mais il y a un moment où il faut dire poliment au sacro-saint usage courant d'aller se faire oublier dans les Limbes. 

 

 

 

comme Deniis, je ne danse que par amour de la danse

Cependant, c'est mieux si la danse en question est bien gaulée, rigolote et/ou polyamoureuse.

 

 

 

 

Excellent ce sujet, Vicha, j'ai pû y faire ma petite prose de la semaine.


Modifié par Rodrigue, 25 janv. 2014 - 17:07.

  • Lanost, Tof Sacchettini et MarieT aiment ça

#23 + Partager vicha

vicha
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 375 messages
  • Localisation: au pays de la pluie.
  • Activité(s):etudiante.
  • Instrument(s):je ne sais que danser !

Posté 25 janv. 2014 - 18:16

De rien Rodrigue, c'est un plaisir, même si ce n'est pas exactement la prose que j'attendais...

 

Pour la petite différence entre libertin et polyamoureux, le libertinage implique des relations sexuelles libres qui peuvent être accompagnées de sentiments alors que le polyamour implique des relations sentimentales pouvant être accompagnées de relation sexuelles. D'autres puristes ajouteront que le libertinage est un concept hiérarchique (on a une relation primaire et des à cotés) alors que le polyamour se veut égalitaire (tous les partenaires ont le même statut).



#24 + Partager josette

josette
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 070 messages
  • Localisation: Bourges
  • Activité(s):!!!

Posté 26 janv. 2014 - 23:43

" On discutait du plaisir de changer de partenaires sur le parquet, et on se demande si cette aptitude faisait qu'on trouvait plus de polys parmi les danseurs "

Dit comme ça, ça porte moins à la dérive rigolarde mais c'est un vrai sujet...

Ce qui est sûr c'est que changer de partenaires sur le parquet est un des plaisirs des bals que nous fréquentons et à propos desquels beaucoup fabulent....



#25 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 132 messages

Posté 28 janv. 2014 - 07:54

Je sens que la jeunesse attend fébrilement l'aval de ses aînés, alors en vérité je vous le dis :

 

Ma fille,

 

Dans mon système de valeurs, le polyamour dans le respect mutuel et la vérité me semble moralement très correct.

Je ferais juste attention à ce qu'il ne soit pas symptomatique de personnalités véléïtaires ou sentimentalement superficielles : ne pas vouloir choisir parce qu'on ne sait pas, on ne veut pas, on ne peut pas le faire sans douleur ni sans peurs ? Mais tant que les autres partenaires n'y voit pas de mal ni un défaut de caractère...

 

D'autre part, sur un plan plus général : le polyamour est-il une fin en soit, partie d'un réel mode de vie altruiste (en amour, en sentiments comme dans d'autres domaines) ou bien un moyen cyniquement avoué ou pas (et c'est là le plus délicat : signe d'immaturité ?) d'avoir des partenaires multiples sans se prendre la tête ? Ou bien de faire une facile transition entre son carnet de copains FB, son carnet de bal et son carnet de rendez-vous ?

Dit autrement, le "colporteur sentimental" me semble respectable tant qu'il ne profite pas de la faiblesse ou de la naïveté de l'autre, qu'il ne la fasse pas souffrir après coup. Et en fait je crois, tant qu'il ne devient pas un modèle de société. Imposera t-on une relation polyamoureuse à quelqu'un comme on dira à une débutante en bal :"Mais si, c'est bien comme cela qu'il faut que je te tienne si tu veux danser (à la nouvelle mode/à l'ancienne), laisse-toi donc faire un peu !" ? 

 

Demande à ton prof de philo ce qu'il pense de l'exclusivité en amour, c'est je crois un bon sujet (avec des références classiques, etc.).

 

"Le concept de polyamour tient-il davantage du multi-amour, juxtaposition de plusieurs relations sentimentales simultanées et relativement intenses (presque comme des relations exclusives), que de de l'amour pluriel, une relation "systématiquement bienveillante" envers toute la gente féminine (masculine) ? En quoi peut-il conduire selon vous à des relations de qualités équivalentes ou différentes ?"

 

Finalement, c'est un peu comme pour certains courants en danses : pourquoi ne danserait-on  que selon une seule mode et pas de plusieurs façons, que ce soit consensuellement (synthétiquement) ou bien alternativement ?

 

 



#26 + Partager Tirno

Tirno
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 986 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 28 janv. 2014 - 12:24

Dans le milieu du contradance, aux USA, j'ai l'impression d'y avoir vu, plus qu'ailleurs, des gens ouvertement polyamoureux (et ouvertement, voir ostentatoirement d'autres choes). (on m'a d'ailleurs souvent parlé de relations primaires et secondaires, même pour les polyamoureux, mais passons).

 

Je rejoins d'autres pour demander à quoi ça "servirait" et en quoi ça serait différent. On va pas forcément au bal pour coucher, ni pour trouver des nouveaux partenaires (quels qu'ils soit). Et je danse pas que avec des gens qui sont "libres" de tomber amoureux de moi.

 

La par contre ou ca m'interpelle, c'est que le polyamour, je le comprends à la fois comme la reconnaissance par certaines personnes d'une envie, voire d'un besoin d'aimer plusieurs personnes (ou l'impossibilité de n'en aimer qu'une seule), et aussi la reconnaissance qu'il n'y a pas nécessairement de raison d'etre jaloux d'une non-exclusivité sexuelle, sensuelle, sentimentale (et d'autres adjectifs commençant par s). Dans le milieu du bal folk, on comprend souvent la non-exclusivité en danse comme étant possible. Et on se donne comme excuse "c'est pas sexuel, c'est pas de la drague, c'est de la danse". Je préfère voir la danse comme étant une forme de sensualité mutuellement consentie entre les personnes qui dansent, mais aussi avec l'accord des partenaires de leurs autres relations, notamment sentimentales.

 

Bref, plutôt que me voiler la face par rapport à certaines danses pleines d'émotion, j'essaie de les admettre pour les vivre pleinement, sans honte et sans susciter de jalousie là où il n'y a pas lieu qu'il en ait. Et de ce côté là, je pense qu'on a plein de choses à apprendre de la communauté polyamoureuse et/ou libertine.


  • Nouille aime ça

#27 + Partager Nouille

Nouille
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 70 messages
  • Localisation: Lyon/Grenoble
  • Activité(s):Infirmière
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, accordina

Posté 28 janv. 2014 - 19:59

Ce sujet me laisse perplexe.

 

Qu'on parle de polyamour, soit. Qu'on parle de bals, soit. Mais qu'on établisse un rapport entre les deux ? Perplexe, vous dis-je.

 

 

Une chose après l'autre : 

- le polyamour est quelque chose de très contemporain. Je pense que cela existe depuis plusieurs générations mais qu'il n'y a que depuis quelques années qu'on ose se dire "polyamoureux" (si ta grand-mère avait sorti ça à Noël, toute ta famille se serait étouffé avec les marrons de la dinde).

On se permet ainsi de ne plus être exclusif à quelqu'un. Et d'accepter de ne plus être l'exclusivité de ce quelqu'un. Je pense néanmoins que même avec la présence de réels sentiments à type amoureux, il y a quand même une notion de hiérarchie. Enfin, je ne suis pas très intime avec ce concept alors je vais m'arrêter là.

 

- le bal folk est pour moi un lieu de rencontre. Pas comme Meetic, juste des rencontres humaines. Depuis mon plus jeune âge (genre 10-12 ans) où je fréquente plus ou moins ce milieu, je l'ai toujours décrit comme tel : une bonne ambiance, des gens ouverts & simples (en majorité, y'a quand même des cons partout), un lieu/une soirée propice aux belles rencontres. Et cela ne fait que se confirmer, d'année en année, de bal en bal, en France, Italie, Belgique et ailleurs.

 

Maintenant, puisqu'il faut matcher les deux, voilà ce que j'en pense : la variété des partenaires en bal me semble essentielle. J'ai en HORREUR les couples qui viennent aux bals en couple et ne dansent que des danses de couple, et que eux. On va pas au bal du lycée (puis tu l'as déjà embrasser tsais). Personnellement, j'aime aller en bal pour la danse, certes. Mais aussi pour la musique (d'ailleurs, si l'on doit évoquer quelques sentiments amoureux, je suis plutôt du genre à tomber raide dingue des musiciens sur scène,.. c'est mon côté groupie). Et surtout pour l'ambiance. Une danse, une bière, une clope, une danse, pour moi c'est le pied (ça marche aussi avec de la grenadine et un p'tit pissou).

Il est vrai qu'il y a des danses que l'on aime plus que d'autres. Et l'on préfère aussi danser avec certaines personnes. J'aime les rondeaux avec unetelle, les scottish avec machin, mais je ne réserve pas toutes les mazurkas de la soirée pour choupiboy. Parce que d'autres ont le droit de danser des belles mazurkas avec lui (et avec moi). 

Pour moi, un bal c'est retrouver ses amis, parfois qu'on a croisé 2 fois dans notre vie, parfois ceux avec lesquels on va boire des bières tous les soirs d'été. Parfois des qu'on a pas vu depuis 3 ans, parfois des bonnes surprises. Et parfois des avec qui on couche. Ça arrive. Mais ça peut arriver en bal comme dans la cour du lycée, comme au boulot, comme dans l'avion,.. comme dans tous milieux finalement.

 

En résumé : je ne pense pas que l'on trouve plus de polyamoureux en trad, sous prétexte que les gens sont "ouverts et simples" (la meuf qui s'autocite, c'est beau).

 

(je pense néanmoins que la musique et la danse sont deux très bonnes techniques de drague)


  • loic, Millou et MarieT aiment ça

#28 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 132 messages

Posté 29 janv. 2014 - 00:06

Je préfère voir la danse comme étant une forme de sensualité mutuellement consentie entre les personnes qui dansent, mais aussi avec l'accord des partenaires de leurs autres relations, notamment sentimentales.

 

Bref, plutôt que me voiler la face par rapport à certaines danses pleines d'émotion, j'essaie de les admettre pour les vivre pleinement, sans honte et sans susciter de jalousie là où il n'y a pas lieu qu'il en ait. 

+1. Mais c'est dur à admettre pour certains compagnons de danseuses...



#29 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 274 messages

Posté 29 janv. 2014 - 11:26

 

Je préfère voir la danse comme étant une forme de sensualité mutuellement consentie entre les personnes qui dansent, mais aussi avec l'accord des partenaires de leurs autres relations, notamment sentimentales.

 

Bref, plutôt que me voiler la face par rapport à certaines danses pleines d'émotion, j'essaie de les admettre pour les vivre pleinement, sans honte et sans susciter de jalousie là où il n'y a pas lieu qu'il en ait. 

+1. Mais c'est dur à admettre pour certains compagnons de danseuses...

 

 

Et pour certaines danseuses de compagnons !



#30 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 811 messages

Posté 29 janv. 2014 - 11:44

Et quid des compagnes de danseur et pire, des danseurs de compagne? (A ne pas confondre avec les danseurs de campagne)
  • cam, Ludoman et Nouille aiment ça

#31 + Partager Tiennet

Tiennet
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 401 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Mister Klof, Duo TTC, Duo Esbelin/Simonnin, Les Papillons de Nuit, Les Rejetons de Bal
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, uilleann pipes, whistle, bouzouki, cabrette...

Posté 29 janv. 2014 - 11:56

Bon c'est pas très sérieux tout ça.

Vous pensez vraiment qu'on peut aimer la gigue provençale ET la chapelloise ? Avoir le même degré de sentiment pour ces deux danses ??

Non. Bien sûr que non. Inconcevable.


  • Ludoman, Fougère et Nouille aiment ça

#32 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 274 messages

Posté 29 janv. 2014 - 14:30

Tiennet nous ferait-il pas l'apologie du poly-désamour, là ?



#33 + Partager Tiennet

Tiennet
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 401 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Mister Klof, Duo TTC, Duo Esbelin/Simonnin, Les Papillons de Nuit, Les Rejetons de Bal
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, uilleann pipes, whistle, bouzouki, cabrette...

Posté 29 janv. 2014 - 14:47

Bon oui j'avoue je n'ai pas répondu très sérieusement à la question de départ.

Je vais essayer de me rattraper :

Les tradeux sont-ils polyamoureux ?

Non.

Les folkeux sont-ils polyamoureux ?

Ça dépend.

Les néotradeux sont-ils polyamoureux ?

Assurément.

 

Voilà, j'espère avoir fait avancer le schmilblick.


  • eltoniodelavega et Nouille aiment ça

#34 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 274 messages

Posté 29 janv. 2014 - 15:08

J'ai fait comme toi : avec ma contribution à deux balles, j'ai noyé le poisson (d'autres, c'est le biscuit).
 
Je m'y colle :
 
Les folkeux sont polygames.
Les tradeux sont libertins.
Les néotradeux sont polyamoureux.
 

Voilà, j'espère avoir fait avancer… euh… on parlait de quoi, déjà ?


  • Lanost aime ça

#35 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 132 messages

Posté 29 janv. 2014 - 16:19

Bon d'accord, mais ce qui m'intéresserait, c'est de savoir : lesquels sont les plus jaloux ?



#36 + Partager Nouille

Nouille
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 70 messages
  • Localisation: Lyon/Grenoble
  • Activité(s):Infirmière
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, accordina

Posté 29 janv. 2014 - 16:29

Le mec qui se fait voler sa cavalière mignonne dans un cercle est toujours jaloux.



#37 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 811 messages

Posté 29 janv. 2014 - 20:22

Ce sujet soulève plusieurs questions d'éthique fondamentales :

 - Adam ou Eve auraient-ils pu être poly-amoureux sans le savoir?...

 - Comment les poly-amoureux gèrent-ils la St Valentin?...

 - Un poly-amoureux largué simultanément par ses poly-amours peut-il être considéré comme un poly-traumatisé et être admis dans un service de chirurgie orthopédique?

 - Le terme polygamie ne permettant pas de traduire le concept de poly-amour, nous pouvons également  en déduire aussi que la monogamie ne saurait se substituer au mono-amour. (Qui n'a évidemment rien à voir avec les sentiments qu'on a pu éprouver pour son ou sa mono préférée en colonies de vacances).
Qu'est-ce que le mono-amour? Qui sont les mono-amoureux? Souffrent-ils de discrimination au travail?

 - A noter le cas particulier du poly-amour de deux personnes que l'on nomme également dans le jargon le stéréo-amour dont nombre d'ingénieurs du son sont atteints. (A ne pas confondre avec le bipoly-amour qui est le fait d'aimer plusieurs personnes de sexe différent.)

 - La psychiatrie médico-légale et criminelle définit-elle la pédophilie comme le poly-amour d'enfants? (cette séquence sera peut-être coupée au montage)

 - Est-ce que le pluriel de poly-amour devient lui aussi féminin? Ex : "...nos premières poly-amours..."

 - Brel aurait-il pu trouver une dimension poétique à la formule "quand on a que le poly-amour?..."

 - Est-on en mesure d'établir en lien entre les maladies poly-virales et les pratiques poly-amoureuses?

 - D'après vous, Karine Lemarchand présentera-t-elle un jour l'émission de téléréalité " Le poly-amour est dans le pré?`

 - La physique quantique permet-elle aujourd'hui de calculer avec précision le nombre d'enfants issus de grossesses multiples dans des groupes poly-amoureux?
 


  • Lanost, Elfi, loic et 5 autres aiment ça

#38 + Partager saladzézé

saladzézé
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 794 messages
  • Localisation: Bertagne
  • Groupe(s):http://www.tamm-kreiz.bzh/groupe/7132/OLetPAT
  • Instrument(s):Diato

Posté 29 janv. 2014 - 22:18

Quand il y a scission au niveau d'un poly-amour  est ce systématiquement dû à un poly scié ?

 

Dans le cas du stéréo-amour, n'avons nous pas à faire à des poly sons ?

 

Souvent les poly amours attrapent la maladie de lime, cela est souvent de la faute des poly tiques


  • Lanost, Hugal et Nouille aiment ça

#39 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 132 messages

Posté 01 févr. 2014 - 12:44

 Est-ce que l'origine de la proscription du poly-amour par les autorités morales ne vient-elle pas que dans l'idée de monsieur Tout-le-monde, les parents sont le plus souvent poly-amoureux de leurs enfants, et que nous sommes en général inter-poly-amoureux au sein d'une fratrie. Dès lors, l'amalgame avec l'inceste n'est pas loin ?!

 

 Bon, je recommence...

Peut-être serait-ce la famille nucléaire, dont l'apparition remonte sans doute à l'Âge du Bronze moyen dans nos races sociétés, qui privilégiant les liens forts entre certains individus génétiquement proches, rendrait le poly-amour suspect ? Quand on quitte son clan, sa famille élargie, c'est pour en rejoindre ou en fonder une autre. En dehors, point de salut. C'est le mono-amour et les poly-amours ambigües entre descendants qui fondent le clan. Dans ce contexte pluri-millénaire, un individu ouvertement et intensément poly-amoureux violait le code moral de ses frères, niait les valeurs de sa race. Il ne pouvait prétendre à faire partie de plusieurs clans à la fois. Les religions mono-théistes n'ont fait que reprendre à leur compte ces traditions. D'ailleurs en parlant de mono-théisme...

 

 Cet amalgame n'est pas tellement éloigné de l'amalgame surprenamment égalitaire qui se pratiquait au sein de l'Armée, où officiellement, le mono-amour avec une personne de sexe opposé était considéré comme de l'homo-amour incestueux car non seulement les soldats (puis les soldates) étaient tous considérés comme compagnons de combat (qui partagent le même pain), mais également comme frères d'armes. Pour résumer, n'était toléré qu'un seul sexe (le plus fort du moment) se poly-aimant à faible intensité, c'est à dire de manière fraternelle. Esprit de corps qu'ils disaient...



#40 + Partager Tof Sacchettini

Tof Sacchettini
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 895 messages
  • Localisation: Grenoble (38)
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Djal / Frères de Sac 4tet / In Situ / Marie Mazille trio
  • Instrument(s):Flûtes à bec / Cornemuse 16 p.

Posté 02 févr. 2014 - 03:21

Et le monopoly-amour, tout le monde s'en fout ?

 

Le chainon manquant entre schizophrénie et soif de conquetes !





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : amour, libre, polyamour