Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

Etude sur l'offre de cours de danses traditionnelles et de danses du monde en France.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
18 réponses à ce sujet

#1 + Partager Kalon

Kalon
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 136 messages
  • Localisation: Centre - Ile de France
  • Activité(s):Web Mistress

Posté 31 janv. 2008 - 10:37

Bonjour,

Et si vous faisiez connaître votre association ?

Le Ministère de la culture lance une étude sur l'offre de cours de danses traditionnelles et de danses du monde en France.
Cette étude doit produire un état des lieux national de l’enseignement de la danse dans ces différentes disciplines.
Cette étude a été confiée à l'OPPIC.
Nous invitons les associations qui proposent des ateliers, cours, stages et autres moments de transmission de danses à répondre à un questionnaire en ligne.

Voici le lien:
http://www.pnico.free.fr/

Ce type de recensement n’a jamais été effectué auparavant, il va donc permettre, pour la première fois, de montrer l’étendue et l’importance de l’enseignement des danses traditionnelles et des danses du monde en France.
En répondant à ce questionnaire, ce qui ne vous prendra que 5 minutes, vous contribuerez à valoriser votre secteur... D'avance merci.

Maud Nicolas-Daniel
Christophe Apprill
Aurélien Djakouane

Chercheurs à l'OPPIC – Observatoire des Publics, Professionnels et Institutions de la Culture
oppic.asso@yahoo.fr

#2 + Partager Lureley

Lureley
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 452 messages
  • Localisation: Mulhouse
  • Activité(s):doctorante
  • Groupe(s):les Jolivettes de Reims; Burgdeïfala d'Illfurth
  • Instrument(s):apprend à balbutier en diato

Posté 31 janv. 2008 - 11:27

Merci beaucoup Kalon pour cette info!

#3 + Partager OPPIC

OPPIC
  • Tradzonard(e)
  • Pip
  • 2 messages

Posté 31 janv. 2008 - 11:40

Bonjour,

Et si vous faisiez connaître votre association ?

Le Ministère de la culture lance une étude sur l'offre de cours de danses traditionnelles et de danses du monde en France.
Cette étude doit produire un état des lieux national de l’enseignement de la danse dans ces différentes disciplines.
Cette étude a été confiée à l'OPPIC.
Nous invitons les associations qui proposent des ateliers, cours, stages et autres moments de transmission de danses à répondre à un questionnaire en ligne.

Voici le lien:
http://www.pnico.free.fr/

Ce type de recensement n’a jamais été effectué auparavant, il va donc permettre, pour la première fois, de montrer l’étendue et l’importance de l’enseignement des danses traditionnelles et des danses du monde en France.
En répondant à ce questionnaire, ce qui ne vous prendra que 5 minutes, vous contribuerez à valoriser votre secteur...
D'avance merci.

Maud Nicolas-Daniel
Christophe Apprill
Aurélien Djakouane

Chercheurs à l'OPPIC – Observatoire des Publics, Professionnels et Institutions de la Culture
oppic.asso@yahoo.fr


#4 + Partager Ekks-O

Ekks-O
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 685 messages
  • Localisation: Chalon-sur-Saône (71)
  • Activité(s):Webmaster
  • Groupe(s):Les Sumos Torrides, et Arcadanse.
  • Instrument(s):Guitare, Accordéon chromatique

Posté 31 janv. 2008 - 11:42

J'ai fusionné le post qu'a fait l'OPPIC sur ce sujet avec celui-ci.

#5 + Partager PiR

PiR
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 910 messages
  • Localisation: Lyon ou Saint Marcel (71)
  • Activité(s):Ingénieur Qualité
  • Groupe(s):Arcadanse
  • Instrument(s):Flute traversiere - Cornemuse 16"

Posté 31 janv. 2008 - 14:19

Je vois que l'OPPIC fait la différence entre danses traditionnelles et danses folkloriques...

Je ne veux pas relancer le débat, mais je pense que certaines asso savent faire les deux, ou en tous cas le veulent...

Dans ce cas là, que faire? remplir le questionnaire deux fois?

Votre avis m'intéresse et celui de l'OPPIC entre autre...

#6 + Partager OPPIC

OPPIC
  • Tradzonard(e)
  • Pip
  • 2 messages

Posté 31 janv. 2008 - 14:53

Je vois que l'OPPIC fait la différence entre danses traditionnelles et danses folkloriques...

Je ne veux pas relancer le débat, mais je pense que certaines asso savent faire les deux, ou en tous cas le veulent...

Dans ce cas là, que faire? remplir le questionnaire deux fois?

Votre avis m'intéresse et celui de l'OPPIC entre autre...PiR


Bonjour,

Vous avez la possibilité d'enregistrer plusieurs danses dans l'offre de cours du questionnaire de l'oppic. Alors n'hésitez pas!

L'oppic

#7 + Partager Garrigauda

Garrigauda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 349 messages
  • Localisation: Garrigue de l'Hérault, Occitania
  • Activité(s):Passeuse de danses
  • Groupe(s):ABRAÇEBRAÇ - Desaunay's Irish - ACCORDANÇA

Posté 14 déc. 2015 - 15:04

Visiblement ils en ont fait un bouquin :

L'ENSEIGNEMENT DES DANSES DU MONDE ET DES DANSES TRADITIONNELLESChristophe Apprill, Aurélien Djakouane, Maud Nicolas-Daniel

Edfitions Harmattan

Les danses du monde et les danses traditionnelles ne disposent pas d'un cadre législatif qui réglemente leur enseignement. Pourtant, ces danses sont massivement pratiquées en France dans un espace social qui mêle tradition, revivalisme et créativité. Dans quels cadres se déroulent les cours ? Quels sont les profils des professeurs ? Comment appréhendent-ils la question des risques liés à la pratique chorégraphique ? Comment se positionnent-ils par rapport à l'idée d'une réglementation de leur danse ?

 

 

Quelqu'un l'a lu ?

Est- qu'il a un quelconque intérêt si on transmet ? C'est juste un état des lieux  comme devait l'être l'étude ? On peut y trouver des réflexions et autres qui font qu'on se sent moins seul ou juste du blabla ? :hmm:



#8 + Partager Mustradamus

Mustradamus
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 392 messages
  • Localisation: Limousin

Posté 15 déc. 2015 - 00:19

Maud Nicolas-Daniel et Christophe Apprill avaient participé à une enquête bien intéressante en PACA. Elle était téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture, je l'avais téléchargée, je crois ... et je ne la trouve plus (mais je pourrais peut-être mieux chercher).



#9 + Partager nobody

nobody
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 196 messages
  • Localisation: quelque part sur la planète

Posté 15 déc. 2015 - 16:40

Maud Nicolas-Daniel et Christophe Apprill avaient participé à une enquête bien intéressante en PACA. Elle était téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture, je l'avais téléchargée, je crois ... et je ne la trouve plus (mais je pourrais peut-être mieux chercher).

C etait pas celle la par hasard ?

http://www.arcade-pa...us/Manosque.pdf



#10 + Partager mzkvls

mzkvls
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 231 messages
  • Localisation: Du Blavet(56) au Blavet via le Brivet(44)

Posté 15 déc. 2015 - 21:14

 

Maud Nicolas-Daniel et Christophe Apprill avaient participé à une enquête bien intéressante en PACA. Elle était téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture, je l'avais téléchargée, je crois ... et je ne la trouve plus (mais je pourrais peut-être mieux chercher).

C etait pas celle la par hasard ?

http://www.arcade-pa...us/Manosque.pdf

 

 

C'est marrant (ou désolant ?). Je pensais lire et apprendre quelque chose sur le "trad" en PACA. A part des généralités sans grand intérêt (pour moi, j'entends  ;D), je me retrouve avec un exposé de Y. Guilcher sur le fest-noz en Bretagne. Le réchauffement climatique aurait déjà sévi ? c'est le désert "trad" en PACA ?

Mais que font nos élus régionaux (... bon d'accord, c'est du mauvais second degré !)
 



#11 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 499 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 15 déc. 2015 - 21:49

Ah ! Les diatribes mortifères d'Yvon Guilcher sur le mal absolu qu'incarnerait un diplôme en danse traditionnelle.



#12 + Partager AntoineL

AntoineL
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 387 messages

Posté 16 déc. 2015 - 00:32

Vade retro, divertissement bourgeois ! :devil:


  • Ludoman aime ça

#13 + Partager Mustradamus

Mustradamus
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 392 messages
  • Localisation: Limousin

Posté 16 déc. 2015 - 12:58

 

Maud Nicolas-Daniel et Christophe Apprill avaient participé à une enquête bien intéressante en PACA. Elle était téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture, je l'avais téléchargée, je crois ... et je ne la trouve plus (mais je pourrais peut-être mieux chercher).

C etait pas celle la par hasard ?

http://www.arcade-pa...us/Manosque.pdf

 

 

En fait, le document que j’avais téléchargé, c’est peut-être bien celui-ci, plutôt :

http://www.arcade-pa.../Etude Maud.pdf

 

Mais en amont, il y avait eu, au Centre National de la Danse, à Créteil, - si je me souviens bien - un compte-rendu d’une étude collective en PACA, à laquelle avaient participé Maud Nicolas-Daniel, Christophe Apprill et au moins une autre personne. Une des conclusions – si je me souviens bien, toujours – était que le poids des danses traditionnelles « françaises » (en l’occurrence danses provençales de spectacle, comme celles des baletti) était très faible, par rapport à celui d’autres danses, enseignées par des professionnels, dans des structures privées : tango, danses « orientales », salsa, etc. Et ça rendait, du coup, très problématique, effectivement, le projet d’un DE de danse traditionnelle, qui serait ensuite devenu, comme ça s’est passé pour la danse classique, la danse jazz et la danse contemporaine, obligatoire pour les professionnels.



#14 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 499 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 16 déc. 2015 - 13:08

Et ça rendait, du coup, très problématique, effectivement, le projet d’un DE de danse traditionnelle, qui serait ensuite devenu, comme ça s’est passé pour la danse classique, la danse jazz et la danse contemporaine, obligatoire pour les professionnels.


Ça fait quand même argument de la pente savonneuse, y'a des DE de musique traditionnelle, et dans les faits c'est pas une obligation pour enseigner, non ?

#15 + Partager Mustradamus

Mustradamus
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 392 messages
  • Localisation: Limousin

Posté 16 déc. 2015 - 13:17

Pour la danse c’est plus compliqué : pour qu’il y ait DE, il faut qu’il y ait compétence en anatomie. Interviennent donc des notions complexes de santé publique. A mon avis, cet aspect a pesé beaucoup plus lourd que les prises de position divergentes des Atrides-Guilcher.


Modifié par Mustradamus, 16 déc. 2015 - 13:18.


#16 + Partager mzkvls

mzkvls
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 231 messages
  • Localisation: Du Blavet(56) au Blavet via le Brivet(44)

Posté 16 déc. 2015 - 20:39

Ah ! Les diatribes mortifères d'Yvon Guilcher sur le mal absolu qu'incarnerait un diplôme en danse traditionnelle.

 

Je trouve que ton avis est ... excessif.

Y. Guilcher (entre autres) a connu ce qu'était (ce qui restait de) la danse traditionnelle. Et je comprends très bien son point de vue. Ses arguments sont tout à fait recevables, valables. Il demande de préciser que ce qui serait enseigner ne correspond pas à ce qui a existé mais serait un "pis-aller", la substitution par un autre répertoire (sic).

Ayant moi-même essayé de transmettre pendant une 15aine d'années ce que j'avais pu apprendre, je sais pertinemment que la danse "enseignée" ne correspond pas à ce qui a pu exister auparavant. Non seulement les situations sociale, sociétale ne sont pas les mêmes mais la transmission des pas ou des styles de danse est biaisée par une uniformisation destructrice. Il n'y a qu'à comparer ce que l'on danse actuellement en bal (principalement breton pour ma part ... mais pas que) avec les collectages filmés pour s'en rendre compte.

Je ne parlerai pas ici de la méthode de "transmission" ou d'"enseignement" (vaste champ d'interprétation entre l'assimilation d'UNE danse par imprégnation et la décomposition de "1000" danses ?).

Enseigner un monde disparu: quel programme !!

Mais des possibilités existent:

Avec la danse, on peut développer aussi l'histoire, la géographie d'une région, d'un terroir, d'un pays, l'interaction entre différents types de danse, l'histoire de la danse, l'évolution des danses dans le temps, la variabilité de la danse dans le temps long, donc, mais aussi dans le temps court (en fonction des différentes occasions de danse, l'humeur, le sexe, ...), les variantes, les occurrences (cf M. Clérivet), ...

Même si, la danse "trad" est physiquement vivante, son enseignement est celui d'une langue "morte". On ne la parle qu'en baragouinant mais c'est la découverte de tout ce qui l'entoure qui rend son enseignement vivant et intéressant.

Et, petit aparté, en exemple: les fédérations Kendalc'h et War'leur forment déjà des danseurs à l'enseignement en Bretagne. Mais, quelle que soit la qualité de ces formations, leur résultat dépend beaucoup du public formé (comme dans toute société, il y a du (très) bon mais aussi du "pourrait faire beaucoup mieux" pour rester diplomate).



#17 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 499 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 16 déc. 2015 - 21:26

Je trouve que ton avis est ... excessif.
Y. Guilcher (entre autres) a connu ce qu'était (ce qui restait de) la danse traditionnelle. Et je comprends très bien son point de vue. Ses arguments sont tout à fait recevables, valables. Il demande de préciser que ce qui serait enseigner ne correspond pas à ce qui a existé mais serait un "pis-aller", la substitution par un autre répertoire (sic).

 

Il est autant excessif que le refus borné des enfants Guilcher de voir aboutir ce diplôme. Quand je parcours leur argumentaire, j'aurais pas dit mieux pour… défendre ledit diplôme.

La seule façon d'aller au bout de cette logique, c'est de laisser la culture qu'on appelle traditionnelle dans l'oubli (ou de la consigner une fois pour toute sur tout support adapté). Oui, il faut arrêter les visions fantasmées de la tradition millénaire, oui la tradition est morte. Oui y'a eu rupture dans les pratique. Et ça constitue des raisons d'autant plus valables de proposer une formation qui intègre ces aspects. 

 

À mon sens, une formation en danse traditionnelle serait typiquement l'endroit où aborder toutes les questions qu'ils mettent en avant (et à juste titre, ils savent quand même de quoi ils parlent). Par exemple : qu'est-ce qu'une danse trad ? Comment comprendre le contexte de l'époque ? Comment fait-on pour l'adapter aux pratiques actuelles ? etc. En bref, comprendre le matériau qui sert de base pour avoir le recul nécessaire à l'enseignement.

Actuellement la situation est qu'il y a certaines personnes qui ont pu, par leurs parcours, avoir ce bagage là, et qui ont la volonté de le transmettre. Y. Guilcher en fait partie, tu cites M. Clérivet c'est encore un bon exemple. Et à côté de ça, une cohorte de gens de bonne volonté, mais qui vont contribuer à transmettre une vision biaisée du matériau, avec la dose de fantasmes et de vision unitaire qui vont avec. Pas qu'ils soient fautif, ils transmettent la danse telle qu'ils l'appréhendent, ou telle qu'on leur a apprise. Je dis qu'on peut mieux faire.
 

la danse "enseignée" ne correspond pas à ce qui a pu exister auparavant. Non seulement les situations sociale, sociétale ne sont pas les mêmes mais la transmission des pas ou des styles de danse est biaisée par une uniformisation destructrice. Il n'y a qu'à comparer ce que l'on danse actuellement en bal (principalement breton pour ma part ... mais pas que) avec les collectages filmés pour s'en rendre compte.

 

On est 100% raccord ici. Le visionnage de vidéos de collectes est édifiant sur la différence de pratiques. Sur son évolution aussi. Après tout, évolution n'implique pas un processus continu.

Au fait que la danse enseignée ne corresponde plus à l'original, j'ai envie d'ajouter : et alors ? Elle ne peut nécessairement pas être la même, sauf à tomber dans le folklorisme le plus brut, la photocopie mal digérée, etc. De toute évidence, les exemples que la pratique actuelle est différente mais fait quand même sens sont légion. Du coup, la question c'est pas uniquement de poser ces constats, c'est plutôt de savoir ce qu'on en fait. Là où Y. Guilcher dit : il faut rien en faire (i.e. pas de diplôme), je dis qu'au contraire il faut se saisir des problèmes qu'il souligne pour construire quelque chose qui fasse sens. 

 

Comme l'a fait remarquer sur un autre post AntoineL, la comparaison musique-danse a ses limites, mais les formations en conservatoire (type DE ou DEM) en musique montrent bien que partant du même constat (la musique traditionnelle est morte), on peut proposer une formation cohérente, qui ne trahit pas le matériau d'origine, mais contribue à former des enseignants ou des artistes (suivant le diplôme) qui ont au moins une vague notion de l'objet qu'ils manipulent. C'est déjà énorme comme apport, et je vois aucune raison valable de se priver d'une formation équivalente pour la danse traditionnelle. C'est extrême ? Je sais pas, mais j'assume.

 

Et, petit aparté, en exemple: les fédérations Kendalc'h et War'leur forment déjà des danseurs à l'enseignement en Bretagne. Mais, quelle que soit la qualité de ces formations, leur résultat dépend beaucoup du public formé (comme dans toute société, il y a du (très) bon mais aussi du "pourrait faire beaucoup mieux" pour rester diplomate).


Sur ce sujet là, pour côtoyer ce milieu d'assez près, les formations sont principalement à usage interne, et perpétuent une vision unitaire de la danse, qui est à la source de nombreux biais dans la transmission. Sans compter que le recul ethno qui serait nécessaire est réduit à peau de chagrin. Et pour cause, ce recul remettrait en cause la quasi-totalité de la démarche desdites fédérations (vision unitaire, critères esthétiques, mode de transmission, etc.).



#18 + Partager mzkvls

mzkvls
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 231 messages
  • Localisation: Du Blavet(56) au Blavet via le Brivet(44)

Posté 16 déc. 2015 - 22:30

On est d'accord sur le fait qu'un diplôme de danse "trad" puisse exister. Mais à dire vrai, je crains justement, pour la partie bretonne, de l'influence des fédé Kendalc'h & War'leur dans la définition du programme. En tant qu'"électron libre" autodidacte de la danse principalement bretonne et en me formant par divers stages, visionnages de collectages, lecture des différents recueils existant sur la danse "trad", je me rends bien compte qu'elles participent activement à cette uniformisation avec pour principal but le spectacle chorégraphique et une certaine vision "romanesque" de la danse.

Juste un exemple: pendant des années, elles n'ont pas accepté la gavotte type kernevodez transmise par G. Le Goff alors que des vidéos de danseurs traditionnels existaient; d'ailleurs elle n'était pas reconnue au concours de gavotte au Menez Meur à Hanvec alors que c'est celle de ce terroir ... un comble ! et la liste est longue d'exemples de ce type.

 

Mais un petit détail quand même pour revenir au sujet de départ par rapport aux autres danses (salon, tango, salsa, ...). Pour avoir pratiqué dans de nombreuses associations de danses diverses et variées "trad" ou "exotiques" , la différence est souvent importante ... financièrement et la population qui les pratique n'est pas la même dans les 2 cas.

Population de toutes origines représentée dans ces associations de danse "trad" et CSP+, professions libérales surreprésentées dans le second cas pour cause d'inscription (beaucoup) plus onéreuse. Entre ti-sheurt et tenue de soirée, j'ai une préférence, d'autant que la danse "trad" se retrouve jusque dans les plus petits villages ce qui participe à sa vitalité et à son ancrage dans la société.

La plupart des associations auraient-elles suffisamment de moyens pour embaucher des professionnels de la danse (en lieu et place des bénévoles ou volontaires défrayés) sans augmenter leur tarif ? J'aimerais bien avoir des arguments "universels" me le démontrant (il existe toujours des exceptions à la règle).


  • -Y- aime ça

#19 + Partager Garrigauda

Garrigauda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 349 messages
  • Localisation: Garrigue de l'Hérault, Occitania
  • Activité(s):Passeuse de danses
  • Groupe(s):ABRAÇEBRAÇ - Desaunay's Irish - ACCORDANÇA

Posté 23 déc. 2015 - 20:54

Mouais, pas très convaincue non plus par la pertinence d'un diplôme... pour beaucoup de raisons que je n'ai pas la foi d'exposer, après tout chacun son avis et je suis fatiguée en cette fin d'année. Peut-être juste marre des normes, des étiquettes et des ayatollah, des détenteurs de vérité absolue et des pouvoirs en tous genres, des accaparateurs aussi et de la quantification de toute chose, même l'âme pèserait 12 grammes... :/

Par contre, ce qui manque ENORMEMENT c'est de la matière qui ne demande pas des années d'enquête à la Sherlock Holmes pour être cueillie au compte-goutte. Je me forme comme mzkvls et il faut avoir la foi, disons le.

Et ce qui manque aussi, ce sont des formations adéquates. elles sont insuffisantes (dans le Sud sutout Conservatoire occitan, non ?) et je le fais remarquer, toujours payantes  et c'est un peu rude car personne ne vit richement de la transmission et la quasi totalité des défraiements repart dans les stages, formations et les frais attenants. C'est un aspect peu relevé mais que je trouve important et limitatif.

 

Et donc personne n'a lu ce bouquin ? L'ENSEIGNEMENT DES DANSES DU MONDE ET DES DANSES TRADITIONNELLESChristophe Apprill, Aurélien Djakouane, Maud Nicolas-Daniel

Editions Harmattan

 

Quand j'aurai un moment, j'irai voir le lien donné, merci à vous. :)




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)