Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo

Contes vécus ...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
11 réponses à ce sujet

#1 + Partager Kalon

Kalon
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 136 messages
  • Localisation: Centre - Ile de France
  • Activité(s):Web Mistress

Posté 05 nov. 2006 - 17:00

C'est une petite fille qui vivait dans un tout petit village et qui aimait tous les animaux, à part les rats et la copine chauve-souris de sa maman qui venait voleter le soir dans la cuisine ....

Un beau jour, avec son petit panier rempli des croutes de pain dur familial, elle s'en va voir sa voisine préférée, fermière, comme on disait alors, pour distribuer ses croutons aux lapins.

Le portail de la ferme était en fer, lourd et grinçant, mais notre héroïne le pousse vaillament, le referme comme on lui avait appris et entreprend de traverser la cour, qui était fort grande, comme toutes les cours beauceronnes ...

Un bruit étrange l'affole brusquement, comme un bruit de pas : elle se retourne et voit brusquement un "énorme" cochon.
Elle serre contre sa poitrine son petit panier et prend ses jambes à son cou en criant "Colette" et "Sam" (le chien dont elle était la maraine).
Enfin Colette apparaît en haut des marches et lui ouvre les bras.
Juste à temps i Le cochon tout content avait commencé de courrir après la petite ....

Alors Colette explique :

"Tu sais, en vrai on les aime, nos cochons.
C'est vrai qu'on les tue pour avoir leur viande et le reste mais en fait on peux pas s'empêcher : au bout d'un moment, ils font partie de la famille, comme le chien ou les lapins.
C'est pour cela, quand il n'y a personne, je le sors et il peux jouer partout dans la cour.
Quand il devient trop gros, bon pour le boudin, je commence à avoir du mal à dormir, et quand mon mari appelle le charcutier je suis tellement triste..
La nuit d'avant, on prépare tout, la pièce, les seaux, les cuvettes, tout et moi je n'arrive pas à dormir.
C'est la plus mauvaise nuit de l'année.
Après, il y a tellement de choses à faire, je m'oblige à ne pas y penser ...

C'est la tradition, tu sais bien : on donne du boudin presque à tout le monde dans le village.
Mon mari se débrouille toujours pour que le lendemain, il y ait déjà un autre petit cochon tout pareil à l'autre, à sa place, comme magiquement ..
Alors, je me dis au fond de moi, en fait c'est le même cochon, tous les ans, c'est comme si le précédent rennaissait, alors, je lui donne toujours le même nom.

Tu sais, il n'y a pas que moi : toutes on pleure pour notre cochon, chaque année dans chaque ferme ...
Un cochon, ça se mange, mais si ça ne se mangeait pas, ce serait comme un chien :
d'abord c'est très intelligent et puis ce n'est même pas vrai que c'est sal, il suffit de lui laisser de quoi se nettoyer !"

Voilà. la petite fille était bien surprise de cette étrange confession mais elle ne l'a jamais oubliée et c'est pourquoi je vous la raconte aujoud'hui

Elle et Colette la fermière ont rentré le cochon, devenu très obéissant, et donné à manger ensemble aux lapins, regardé à la loupe les nouvelles portées, joué avec Sam le chien, puis rentré à la maison, heureuse en fin de compte ...

#2 + Partager Elfi

Elfi
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 446 messages

Posté 05 nov. 2006 - 17:14

très joli ton histoire, moi j'ai entendu un cochon qu'on allait tuer chez le voisin, le cri, ca ne s'oublie pas. Mais le lendemain on a mangé le boudin frais et plus tard des tas de bonne choses

J'ai une autre expérience des cours de ferme : jouer à cache cache, sauter derriere un tas de tôle et tomber sur une cane de Barbarie (les pires) en train de nicher, elle a pas aimé du tout et je suis ressortie en 4e vitesse, sans compter le vieux chef de la bande qui ne laisser personne rentrer dans la cour : moche, bête et très méchant !
Espèce de canard de Barbarie ca devrait être une des pires insultes du monde !

#3 + Partager Tiphaine

Tiphaine
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 233 messages
  • Localisation: Auch/Pavie (Gers)
  • Activité(s):en cours de construction
  • Instrument(s):flûte

Posté 05 nov. 2006 - 20:32

Merciii Kalon de nous raconter des histoires 8) ^^

#4 + Partager Kalon

Kalon
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 136 messages
  • Localisation: Centre - Ile de France
  • Activité(s):Web Mistress

Posté 10 nov. 2006 - 11:54

Marou aussi a des super histoires : l'église qui rigolait j'ai adoré

Tu nous en refais une, Marou ? :P ;)

#5 + Partager Tiphaine

Tiphaine
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 233 messages
  • Localisation: Auch/Pavie (Gers)
  • Activité(s):en cours de construction
  • Instrument(s):flûte

Posté 10 nov. 2006 - 19:12

Marou, une histoire ! Marou, une histoire !!

#6 + Partager Marou

Marou
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 756 messages
  • Localisation: Montpellier, té!
  • Activité(s):Musicothérapeute et musicienne
  • Groupe(s):Le Bal en Chantier, Miélomanies, La Ficelle, La Cie éol
  • Instrument(s):Flûte trav' et vielle à roue

Posté 11 nov. 2006 - 00:36

Euuh oh ben (re-)euuuuh oui, bah (re re-)euuuuh si vous voulez.. Mais j'ai vach'ment moins de vécu que notre chère conteuse Kalon, quand même... Et puis, une histoire sur quoi? N'importe? Trad ou pas trad? Rigolote ou triste?

Bon, d'accord..

En fait, je crois que j'adore raconter des histoires, alors du coup, je ne me fais pas prier des masses.
Je vous en ai trouvée une qui me semble jolie. Et elle date tant que parfois je me dis qu'elle n'a peut-être jamais existé. Mes souvenirs sont comme ceux d'un film dont on n'aurait gardé que des bribes. C'est dingue ça, de vivre des choses et d'avoir l'impression en les remémorant qu'on n'était que spectateur....

Bref.

Mon histoire est un hommage à une jeune fille.
Elle s'appelait Claire et était aveugle.. (Quel "coïncidence" étrange, quand j'y pense..)
A l'époque je passais assez souvent des bouts de vacances chez l'une de mes tantes, dans sa petite maison de hobbit perchée sur une colline, en bout de village. Châteauneuf-en-Auxois. (et oui, pas très loin du morvan, me semble-t-il?) Le bourg n'était pas bien grand, les ruelles étaient penchées, les pierres toutes vieilles, et surtout, surtout, il y avait encore des étables au sein même du village et des bêtes dedans qui partaient aux prés le matin pour en revenir le soir.. Génial!
J'ai rencontré Claire par le biais de ma tante. Elle était un peu plus âgée que Jonas et moi. Trois ans de plus, je crois. Mais elle était attachante, oh oui, très attachante.. Elle souriait tout le temps et ne semblait pas attacher d'importance à son "handicap". Au point même qu'elle ne s'était absolument pas vexée d'entendre Jo lui demander "pourquoi elle n'alllumait pas la lumière quand elle allait aux toilettes".. Arf.

On s'était donc pleins d'amitiés pour elle et elle pour nous, et nous passions beaucoup de temps ensemble. Comme, par exemple, lors de la fameuse journée.. Fameuse parce que c'est la seule qui me reste précise en mémoire et qui me permet d'être sûre que Claire a bien existé..
Ce jour-là, nous avons juste décidé de suivre le troupeau de meuglantes qui rentraient des patures jusqu'à l'étable. On n'avait jamais fait ça et on crevait d'envie de le faire enfin..
Alors on est partis dans les rues à la suite des bêtes. Claire m'avait pris le bras pour être guidée et marcher à l'aise. Et elle parlait, parlait. Je crois qu'elle savait plein de choses. Elle faisait souvent le lien entre des scènes et ses savoirs. Et elle parlait de ce qu'elle sentait, de comment elle voyait le monde, elle, sans ses yeux.. Je buvais ses paroles, cherchant à comprendre l'ampleur de ses sens. J'aurais aimé sentir le troupeau de vaches comme elle, qui savait qu'elles étaient devant, que Jo les suivait de plus près que nous, que l'une d'elles était à la traîne..
Elle était un peu mes oreilles et mon nez, comme si j'en étais orpheline. Et moi j'étais ses yeux.. Et heureusement pour nous car il a soudain fallu que je retienne le bras de Claire pour qu'elle n'avance pas plus loin, le temps de... LAISSER UNE VACHE FAIRE PIPI JUSTE DEVANT NOS PIEDS! Voire même, un p'tit peu dessus aussi... '-_-
On a bien ri: qu'est-ce que ça éclabousse un pipi de vache sur du goudron! Et dans une ruelle en pente en plus! Il fallait nous voir, presque affollés, reculant chaque fois un peu plus pour éviter le jet d'urine qui partait trop loin..
C'était drôle.. Et touchant de sentir que nos sens se complétaient... On a continué et Claire m'a demandé de lui raconter la scène, et ensuite de lui raconter "comment je voyais".
Et on est arrivés à l'étable où on a pu assister à la traite des bêtes, et même avoir un peu de lait...

Et dans cet endroit tout chaud où les meuglements étaient doux et l'odeur agréable, je voyais Claire qui regardait autour d'elle avec ses "yeux" à elle, alors j'ai essayé d'observer comme elle... Et l'étable était belle, tout comme la fin de journée qui nous attendait dehors et que nous avons traversée pour retrouver ma tante dans sa maison de hobbit..

Voilà. Je sais, c'est une histoire mais pas vraiment une histoire, c'est grandiloquent au possible et vous n'avez peut-être pas compris où j'ai voulu en venir mais en tout cas, ça fait du bien de retrouver toutes ces sensations..
Je n'ai jamais revu Claire. Nous nous sommes séparées à la fin des vacances avec promesse de nous revoir au même endroit pour les prochaines, mais elle n'est jamais revenue et je n'en n'ai jamais eu aucune nouvelle. Et c'est aussi pour ça que ça m'a fait plaisir de la raconter.
Et puis, je trouve qu'elle méritait bien une petite histoire...

Enfin voilà quoi..

Fallait pas! :shy: :shy: :shy: :shy:

(ohlala, je suis désolée, vraiment, mais tant pis, je la laisse quand même...)

#7 + Partager Tiphaine

Tiphaine
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 233 messages
  • Localisation: Auch/Pavie (Gers)
  • Activité(s):en cours de construction
  • Instrument(s):flûte

Posté 11 nov. 2006 - 01:43

Elle est trés jolie ton histoire Marou . Touchante et pleine d'émotions . ^^
Trés agréable à lire avant d'aller se coucher .
Merci

#8 + Partager Lanost

Lanost
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 222 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 11 nov. 2006 - 09:41

c'est un joli conte vecu j'aimerais bien en raconter autant.
C'est tres agréable sa change des histoire où il y à un mechant et des gentils qui battent le méchant, sa fais histoire de Candy. ou Heidi

#9 + Partager Elfi

Elfi
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 446 messages

Posté 11 nov. 2006 - 16:56

très jolie ton histoire Marou

Le cheval Pompon et une vieille dame indigne :)

Quand j'étais petite en Bourgogne, j'avais un vieux fermier comme voisin dans une grande maison qui partait en ruine, dans un jardin en friche, mais lui à plus de 75 ans est venu lui-même grimper dans notre cerisier pour l'élaguer, un drôle de bonhomme...
Pas de tracteur dernier cri non mais un cheval de trait qui me paraissait énorme (au moins deux fois gros comme la Thémis de kKalon !) : Pompon, c'était le dernier du village, c'était vers 1975 il n'y en avait déjà plus beaucoup dans les exploitations.

Je savais tout de suite quand il allait travailler avec le cheval, à cause du claquement des sabots ferrés dans la rue. A cette époque, c'était aussi la grande mode de sabots suédois, j'en avais des tout noir avec des clous couleur bronze... la super classe, quoi ;)

J'avais aussi une super copine parisienne qui venait en week end dans une maison toute proche, et son père se moquait gentiment
"Quand tu cours dans la rue pour venir voir Sylvie, tu en fais du bruit... je ne sais jamais si c'est toi ou si c'est Pompon..."

Ce voisin fermier vivait avec sa soeur Marguerite. Drôle de duo... il la traitait durement, des fois même il la tapait mais elle n'était jamais partie, tous les deux maigres, secs comme des triques avec des conditions de vie rustiques. Elle est partie à 78 ans lui à plus de 90...

La Marguerite, c'était un des piliers du bistrot du village et quand on lui demandait comment elle se soignait, sa réponse était simple "je prends de l'aspirine"..." Elle était aussi gentille et elle adorait bavarder... Ma maman aussi...

Un jour, la Marguerite sonne la cloche de la maison comme par hasard à midi et quart.. ma mère lui ouvre, et c'est parti pour la causette "Ah Marguerite, comment allez vous, et patati et patata, mais entrez donc, et vous prendrez bien l'apéro... ", comme souvent Marguerite a droit à son petit canon de blanc...
puis comme il faisait beau, ma maman pars dans le jardin lui cueillir un gros bouquet de fleurs qu'elle lui offre gentiment, Marguerite est ravie, elle remercie finit on verre et salue, et s'en va...

Cinq minutes plus tard, entendant discuter dans la rue, ma mère jette un oeil dehors par la fenêtre de la maison.
Eh bien cette sacrée Marguerite était à la porte de la voisine et lui offrait le bouquet de fleurs pour se faire payer un canon...

Ca l'a bien fait rire, ma mère, et elle a continué à cueillir des fleurs pour Marguerite et à lui ouvrir sa porte à l'heure de l'apéro... Elle était déjà âgée, elle avait eu une vie très dure alors lui apporter un peu de plaisir de temps en temps même si c'était pas très moral...

A venir... une histoire d'une vache du Trégor, une vache maline qui n'aimait pas qu'on lui marche sur les sabots... Mais, comme aurait ma grand mère morvandelle, on n'est pas couru des escargots fous (on est pas pressés...)

#10 + Partager Kalon

Kalon
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 136 messages
  • Localisation: Centre - Ile de France
  • Activité(s):Web Mistress

Posté 11 nov. 2006 - 19:40

Bravo les filles, vous assurez ! :cry: :/

Nous on avait deux frères dans le village ; Popol et Paulin.
Ils consommaient 1 kw par an et un mètre cube d'eau.
Popol lisait "Le Monde" qu'il venait chercher à la maison quand mon père l'avait lu.
Quand je prenait le car le matin, il allumait (l'unique ?) l'ampoule et je le voyais lire "son" journal. Le journal achevait enfin sa vie en tant que "chaussette russe", c'est à dire roulé entre le pied et le sabot de bois.

Ekks-O veux savoir : on disait que c'était Paulin qui faisait la femme.
Mais maman s'est fâchée quand j'ai dit qu'on disait cela au village.
"Mais, Dominique, ils veulent dire que Paulin s'occupait de leur intérieur et faisait la cuisine, c'est tout, enfin !"

Popol et Paulin achetaient le boudin au mètre et le lard au morceau.
C'est tout ce qu'ils achetaient comme bien de consommation, ou presque ....

Ils travaillaient comme ouvriers agricoles sur les terres qui leur appartenaient et qu'ils louaient à l'agriculteur qui les embauchait :P

Ils étaient considérés comme faisant partie des propriétaires riches du village.

Voilà, c'est tout pour Popol et Paulin ....

Moi j'avais un surnom dans le village : on m'appelait "la petite de la Maréchalerie" car nous habitions l'ancienne maréchalerie du village qui avait une grande forge car elle était prévue pour réparer les charettes.

Maman faisait de la forge, papa aussi.
Les petits "vieux" venaient quand la forge était en route : ils allaient chercher des "petits gris" ou des "bourgognes " (des escargots) et ils les jettaient dans le feu comme ça, direct, puis ils les récupéraient avec les pinces et blablabla sur le banc à raconter leur vie à mon popa ou ma moman .....

Ca leur en bouchait un coin, la moman qui forgeait.

la Catherine, elle était connue !

Un jour un copain de maman qui ne connaissait pas l'adresse ni le non de famille vient, il demande au premier venu ; "vous connaissez Catherine,, Vous savez, elle a un rire ..." le monsieur a dit oui : c'est là, en montrant la maréchalerie ...

Bon. C'est tout pour aujourd'hui !! Bizatous

#11 + Partager Armelle

Armelle
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 769 messages
  • Localisation: paris poitiers
  • Activité(s):dansicienne

Posté 11 nov. 2006 - 22:40

Et elle date tant que parfois je me dis qu'elle n'a peut-être jamais existé. Mes souvenirs sont comme ceux d'un film dont on n'aurait gardé que des bribes. C'est dingue ça, de vivre des choses et d'avoir l'impression en les remémorant qu'on n'était que spectateur....


C'est rigolo ça, c'est le sujet d'un td qu'on a à la fac... il te plairait ce cours, je suis sûre que tu serais une bonne réalisatrice... ;)

#12 + Partager Marou

Marou
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 756 messages
  • Localisation: Montpellier, té!
  • Activité(s):Musicothérapeute et musicienne
  • Groupe(s):Le Bal en Chantier, Miélomanies, La Ficelle, La Cie éol
  • Instrument(s):Flûte trav' et vielle à roue

Posté 15 nov. 2006 - 21:40

Ou pas... Mais je suis sûre que ton cours me plairait, ouip! ^^


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)