Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -
autres

La tablature

diato guitare tablature

  • Veuillez vous connecter pour répondre
35 réponses à ce sujet

#1 + Partager Malo-net

Malo-net
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 25 messages
  • Localisation: Valence / Bretagne
  • Activité(s):Prof
  • Groupe(s):Le Trio Virtuel
  • Instrument(s):accordéons

Posté 20 avril 2009 - 10:59

Bonjour.

Je voudrais connaître vous réflexions quant à l'utilité pédagogique de la tablature. Cela concerne l'accordéon principalement, mais ça doit aussi valoir pour la guitare.

Pour moi, c'est une horreur à proscrire. C'est d'une nullité pédagogique afflgeante. Mais je susi conscient que je vais sûrement heurter beaucoup de gens du milieu trad en disant celà, car elle est très répandue et certains l'utilisent depuis des années.

Je vais donc tenter de m'expliquer.

Lorsque l'on apprend sur un tablature, on n'apprend pas à comprendre ce que l'on fait, comment le morceau est construit, etc. On apprend des chiffres ( 5 5 6 7 5 7 9 8 7 !), on ne sait pas à quoi ça correspond. Du coup, on est totalement incapable de mettre des notes sur ce que l'on fait, et l'on est condamné à répétér inlassablement le truc de la tablature, car celle-ci ne nous a pas permis de nous approprier suffisament le clavier pour développer un jeu personnel. La tablature crée des orgues de barbarie humains, incapables de savoir quelles notes ils font, et par conséquent, incapables de s'adapter lorsqu'il faut jouer avec d'autres instruments (il est vrai).

Il est vrai que le "diato" permet difficilement de transposer, avec son clavier illogique, mais les musiciens se reposent aussi beaucoup sur les insuffisances du clavier pour cacher leurs lacunes dans la maîtrise du clavier... lacune qui provient des tablatures. Lorsqu'un diatoniste standard se retrouve dans un boeuf, il apprend très difficilement d'oreille, il ne peut pas transposer son morceau. Il ne peut que le jouer en espérant que ses comparses seront plus souples et parviendront à s'adapter à ce que lui a appris sur sa tablature. Encore une fois, j'entends bien que la difficulté du clavier y est pour beaucoup, et du coup la tablature apparaît comme une solution de facilité pour ne pas obliger un élève à connaître par coeur un clavier d'une logique plus que tordue. Mais cette solution qui évite des ennuis au départ rend ensuite le musicien totalement accroché aux petits chiffres qui s'affichent ici et là. Sur le long terme, il ne peut pas apprendre à maîtriser son instrument et se condamne à ne pouvoir jouer que des morceaux qu'on a bien voulu lui écrire en tablatures.

Bien entendu, je parle ici du diatoniste amateur, l'idéal-type de l'élève de nos cours de diato. Je ne parle pas des musiciens professionnels, car justement ceux-là sont parvenus à s'extraire de la tablature.

Bien sûr, on ne peut pas s'en prendre à la tablature sans proposer une simplification du clavier. La tablature est là parce que le clavier est très difficile à apprendre. Mais, on peut aussi trouver d'autres solutions :
- apprendre d'oreille : c'est bien plus dur au départ, mais c'est bien utile de savoir le faire pour ensuite. Quand on voit le nombre d'accordéonistes incapables d'apprendre d'oreille un des morceaux les plus simples ! Moi-même, 14-15 ans, je savais jouer les morceaux les plus tordus de Rémi Martin, et j'étais incapable d'apprendre un truc tout simple en sol majeur !
- apprendre sur partition : à ce titre, je pense que le bouquin de Milleret et Pignol est d'une grande utilité, même si je ne l'ai jamais ouvert, et j'éspère que beaucoup de profs s'en serviront pour abandonner enfin la tablature et aller vers des partitions : ça sert toujours pour plus tard de savoir lire une partition,
- utiliser un mixte : j'ai une copine prof d'accordéon qui fait ça : elle écrit les partitions en gros, et à la place des petites boules de la noire ou la blanche, elle met les chiffres correspondant aux boutons : on voit la progression de hauteur, le rythme, c'est déjà plus intelligent qu'un tableau qui ne montre rien sur le morceau; par contre ça rend toujours dépendant de questions de boutons et non de hauteur.

On peut aussi faire d'autres critiques à la tablature : puisqu'elles dépendent des claviers d'accordéons, elles doivent être retraduites pour les gens qui jouent sur des claviers différents (surtout pour la troisième rangée). De plus, plusieurs systèmes ou manières d'écrire cohabitent, ce qui favorise pour les élèves le fait de piocher toujours au même endroit, dans le format qu'ils savent lire.

Je rajoute deux précisions : la tablature peut éventuellement être donnée après avoir appris un morceau d'oreille, pour que l'on puisse s'en souvenir ou conserver un support. Enfin quand je parle de "connaitre les notes", je ne dis pas que le trad doit passer par une formation de solfège, il peut s'agir des intervalles relatives que l'on appréhende intuitivement.

Qu'en pensez-vous ?

#2 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 20 avril 2009 - 11:16

Entièrement d'accord avec toi.

Je suis en train d'apprendre le concertina en auto-didacte. Le principe d'agencement des boutons est a peu près pareil qu'un diato (une rangée de sol, une rangée de do, contiuance en tiré entre la-si et mi-fa#).

Je trouve ca parfaitement "logique". Pas seulement dans le fait que c'est pas si mal choisi que ca comme agencement, mais que mon cerveau s'y est adapté sans beaucoup de réflexion et je peux trouver des morceaux d'oreille sans réfléchir aux particularités du clavier.

La tablature, c'est une béquille qui, je pense, dans une majorité des cas, présente plus un obstacle à la progression par la suite qu'autre chose.

#3 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 20 avril 2009 - 12:30

moi ce qui me fait proprement marrer dans les tablatures de diato, c'est qu'en imaginant simplifier l'écriture du langage musical qui visiblement fout la trouille à plein de monde, on a finalement recrée un code tout aussi complexe que celui déjà existant : des chiffres pour les boutons, des chiffres pour les doigts, soulignés, pas soulignés, sur une ligne, sur une autre, du coup je vois pas ce qui rebute les gens dans le système avec les boules noires et blanches ...

et alors ce que je trouve drôle aussi dans l'usage de la tablature, c'est qu'on s'y enferme tout autant que dans une "classique" partoche.
et je dirais même que ce qui me gêne peut-être le plus dans ce code, c'est qu'il symbolise non pas le son, mais le geste à faire. Je trouve redoutable d'arriver à anticiper un résultat sonore à la seule vue de la tablature (mais peut-être est-ce dû à mon manque d'entrainement avec ce système, mon cerveau s'y refuse). Ce code-là, à mon sens, laisse au musicien la possibilité de jouer (pardonnez moi l'expression) comme un gros sourd.
bon vous me direz, sur des partition classiques on peut aussi...

pour ce qui est du clavier du diato, en revanche, moi je le trouve pas illogique... on le pense illogique par rapport à celui du piano où tout est bien rangé dans l'ordre et archi-visuel... mais si je réfléchis bien, je suis pas sûre que les doigtés de ma clarinette soient mieux rangés...
:O

Message ajouté après : 4 minutes:

je rajoute juste qu'à mon avis, aucun système d'écriture ne peut-être complet... le mix me paraît une bonne soluce : on a tous écrit sur nos partitions un doigté, un truc pour se rappeler, un chiffre bidon... on fait un peu son propre code, quoi...

#4 + Partager Eddy17

Eddy17
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 32 messages
  • Localisation: La Rochelle
  • Instrument(s):guitares, concertina

Posté 20 avril 2009 - 12:35

Oui, ce qui est important pour tout instrument de musique, est de connaitre la position des notes dans l'instrument.
Je me rappelle avoir travaillé sur des tablatures de guitare et comme je connaissais la disposition des notes sur le manche, je ne suivais pas toujours le doigté proposé par la tablature, je modifiais à mon doigté personnel les notes qu'il fallait jouer.

Depuis l'année dernière, j'apprend moi aussi le concertina et j'ai vu des tablatures pour celui-ci et pour moi c'est totalement rébarbatif. Trop "mécanique" pour moi et là aussi certaines notes, pas toutes, peuvent être jouées sur deux boutons différents. Ce qui permet d"adapter le doigté le plus pratique selon les morceaux.

Autrement, pour ceux qui jouent d'oreille comme moi et qui ne savent pas (bien) lire les partitions, le fichier ABC, avec les lettres qui indiquent les notes, est une bonne alternative. Et c'est tres bien pour ceux qui jouent de plusieurs instruments.

#5 + Partager trad42

trad42
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 59 messages
  • Activité(s):???
  • Instrument(s):accordéon diat

Posté 20 avril 2009 - 13:32

je suis totalement d'accord avec vous
la tablature est certes très utile aux débutants qui ne veulent pas se prendre la tête avec les partitions lorsqu'ils n'ont aucune notions du solfège, enfin je parle par expérience
maintenant au niveau où je suis ça fait plusieurs années que je joue a l'oreille j'utilise la tablature que très rarement mais je me rend compte que d'une manière ou d'une autre il va me falloir apprendre par coeur mon clavier (c'est nul) mais utile pour jouer en boeuf ou avec d'autres musiciens, ou meme améliorer mon jeu qui en aurait grand besoin... ^^U

#6 + Partager dédé

dédé
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 727 messages
  • Localisation: En Gâtine (79)
  • Instrument(s):violon

Posté 20 avril 2009 - 14:06

Moi j'ai une toute autre vision de la tablature, de la tablature pour violon en tout cas.

Parce que celles utilisées en trad proviennent d'anciens violoneux qui s'en servaient comme aide mémoire. Donc on a les notes, le nom de la danse et c'est tout.
Après y a tout un travail à faire pour retrouver la mélodie (j'entends par là le rythme etc) et je trouve ça vraiment passionnant, ça oblige à penser la mélodie tout en respectant la danse mais en laissant de la place à l'interprétation de chacun.

Même si ça implique une excellente connaissance du collectage, et du style musical local, c'est extrêmement enrichissant.

#7 + Partager jean Banwarth

jean Banwarth
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 461 messages
  • Localisation: Grenoble
  • Activité(s):Enseignant
  • Groupe(s):Djal et Goltraige
  • Instrument(s):Guitare et bouzouki

Posté 20 avril 2009 - 16:34

C'est d'une nullité pédagogique afflgeante.


Aucun sens.

La tablature, comme le solfège, est un outil. En tant qu'outil elle n'a de valeur qu'en fonction de l'objectif qu'on lui fixe.

Comment déclarer sérieusement que c'est une nullité pédagogique sans même prendre la peine de préciser par rapport à quelle finalité ?
Lecture ? Apprentissage d'un air ? Mémorisation d'un thème ? Précision de doigtés ?

Je ne connais que très peu de guitaristes qui "lisent" les tabs comme d'autres lisent le solfège. Dans la grande majorité des cas, la tablature sert uniquement à l'apprentissage d'un air, à sa mémorisation ou la prise de notes d'une idée.
Si on pique la tablature d'un guitariste, c'est pas grave : soit il sait la morceau parce qu'il l'a apprit grâce à la tab, soit il ne le sait pas encore et dans ce cas la tab ne l'aide pas parce qu'il n'est pas plus lecteur de tab que de solfège. Si tu planques (ou que tu retournes) la partition de certains musiciens "classiques", ça risque d'être plus fun...
Conclusion : la tablature n'a pas vocation à la lecture à vue, elle ne pénalise donc pas particulièrement l'apprentissage oral.

Pour autant (et parce que je suis dans un bon jour), je ne vais pas jusqu'à "proscrire" le solfège. Chaque système a ses avantages et ne se gène pas pour piquer des trucs à la concurrence.
Ainsi les tablatures guitare sont souvent complétées par des queues de notes empruntées au solfège. Tout simplement parce que la tablature ne sait pas indiquer simplement et autrement la durée des notes. Mais une partition pour guitare comporte souvent des petits chiffres (et lettres) à coté des notes afin d'indiquer les doigtés à adopter.

Il faut garder à l'esprit que sur certains instruments, une même note peut se jouer avec plusieurs doigtés différents. Si le solfège est dans l'abstraction presque mathématique qui lui offre effectivement une certaine universalité, il souffre en retour de sa désincarnation par rapport à un instrument particulier. Me dire quelle note jouer c'est bien beau, mais mon plus gros problème c'est de savoir sur quelle corde et à quelle case !

Une fois que le morceau est mémorisé, je range la tablature et je me sens entièrement libre de modifier les doigtés si je trouve mieux (ou plus adapté) que ce que la tab préconisait. Je ne vois pas de béquille à l'horizon...

Pourquoi ne pas commencer directement par le solfège ?
Mais parce que c'est chiant comme la mort ce truc ! Au moins au début, c'est à dire lorsqu'il faudrait nourrir la curiosité de quelqu'un qui découvre la musique...
Apprendre à lire pour pouvoir parler, doit on reparler de "nullité pédagogique" ?
La tab est elle aussi un système graphique sensé figurer une pratique sonore (donc imparfait par définition), mais elle a l'avantage d'être plus rapidement assimilable puisqu'orientée vers UN instrument particulier et dans une démarche très simple car pragmatique (1 trait = 1 corde, 1 chiffre = 1 case).
Je n'aurai jamais joué de musique sans les fameuses tablatures de Marcel Dadi. Elles offraient la possibilité à n'importe quel débutant total, de jouer les morceaux du disque ou au moins d'essayer... Pas besoin de devoir préalablement se coltiner l'apprentissage du solfège. Une guitare toute naze, quelques heures devant soi et on peut déchiffrer la tab (puisque le code est résumable en une dizaine de lignes).
Les suites de chiffres sont indigestes ? Tant mieux. On n'utilisera la tab que pour apprendre et on se sera pas tenté de la relire à chaque fois. L'affirmation "On apprend des chiffres ( 5 5 6 7 5 7 9 8 7 !)" est fausse. On apprend une succession des positions sur un instrument. Ces positions nous sont données par les chiffres mais ce ne sont pas ces derniers qui sont mémorisés. Je ne vois même pas comment on peut supposer que quelqu'un puisse être dans une utilisation aussi autistique de la tablature.

Bon, papi va aller prendre son calmant et se remettre un disque de Marcel sur la platine.

Une dernier truc : soyons moins couillons que les geeks fanboys d'Apple ou de Microsoft. La guéguerre est amusante deux minutes mais un peu de tolérance, de curiosité et d'ouverture aux systèmes différents des autres ne peut que profiter à tous ! Mes tablatures dans Trad Magazine sont systématiquement doublées par la version solfège parce que les deux sont utiles et complémentaires.
"Mon code il est meilleur que ton tien !", "Mon papa il est plus fort que ton tien !", "Je pisse plus loin que toi !"... Non mais franchement, c'est pas un peu fini les gamins ?

#8 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 20 avril 2009 - 18:10

Je vois ca comme une béquille si on joue exclusivement ce qui est écrit sur la tablature et qu'on apprend exclusivement avec cette tablature - par ce qu'on se concentre sur le jeu mécanique et qu'on n'est pas exposé à un langage musical compris de tous (ca me rappelle un peu les irlandais qui se démerdent avec leurs ABC, mais pas avec la notation en partition).

Moi je connais beaucoup de musiciens qui n'échappent pas du jeu mécanique de ce qui est écrit sur la partition (d'une part) et de la façon de l'exécuter dictée par la tablature (d'autre part). Pour les gens qui ont du talent ou de la persévérance ou un bon prof (je sais pas ce qu'il faut), progresser a jouer d'oreille, varier la mélodie, personaliser l'exécution est peut etre juste une étape de plus, mais pour certains, ils utilisent tellement leurs béquilles qu'un jour ca devient un obstacle infranchissable à leurs yeux que de progresser au delà.

Par contre, par rapport à un instrument, c'est clair que y'a une utilité très réelle à noter précisément une façon d'exécuter, particulièrement lorsque cette exécution est d'une grande difficulté technique. Ca remplace un peu le "comment tu la joues celle là"?

Pis Jean, je vois pas de quoi tu parles. Windows, c'est de la merde, point barre.

Message ajouté après : 10 minutes:

C'est un peu comme les slogans pour le droit au port d'arme: "c'est pas les fusils qui tuent les gens, mais les gens qui tuent les gens".

Les tablatures et les systèmes de notation en général ne sont peut être pas dangereux au point qu'il faudrait les faire interdire, mais présenter clairement les risques aux débutants qui choisissent des les utiliser, c'est important.

#9 + Partager jean Banwarth

jean Banwarth
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 461 messages
  • Localisation: Grenoble
  • Activité(s):Enseignant
  • Groupe(s):Djal et Goltraige
  • Instrument(s):Guitare et bouzouki

Posté 20 avril 2009 - 18:21

Moi je connais beaucoup de musiciens qui n'échappent pas du jeu mécanique de ce qui est écrit sur la partition (d'une part) et de la façon de l'exécuter dictée par la tablature (d'autre part).


Pour le premier ce n'est donc pas inhérent à la tablature mais à tous les systèmes de notation : ce qui fixe fige. C'est à la fois l'avantage et l'inconvénient de l'écrit par rapport à l'oral. "Verba volent, scripta manent".
Platon déjà remarquait que le fait de se reposer sur l'écrit risquait d'affaiblir la mémoire et de paralyser la dynamique de la pensée... Il évoquait la mythologie égyptienne pour laquelle les hiéroglyphes furent offerts aux hommes par le dieu Thot comme un cadeau empoisonné (c'est le dieu qui préside le tribunal des morts...)

Par contre, par rapport à un instrument, c'est clair que y'a une utilité très réelle à noter précisément une façon d'exécuter, particulièrement lorsque cette exécution est d'une grande difficulté technique. Ca remplace un peu le "comment tu la joues celle là"?


Exactement. Le solfège répond à la question "Qu'est ce qui est joué ?", la tablature à "Comment faire pour le jouer ?"

Pis Jean, je vois pas de quoi tu parles. Windows, c'est de la merde, point barre.


Arf ! J'aurai parié que tu étais une grosse tapette à Mac !

#10 + Partager Viv

Viv
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 93 messages
  • Localisation: grenoble
  • Activité(s):geek
  • Instrument(s):tin wisthle bodhran et concertina

Posté 20 avril 2009 - 18:51

mon papa il est plus fort que le tien
(et fais gaffe je pisse sur 10m )

#11 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 20 avril 2009 - 18:53

arf... moi au moins je joue pas du bodhran

#12 + Partager pascal terre'n airs

pascal terre'n airs
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 41 messages
  • Localisation: st pal en chalencon 43
  • Activité(s):fakir (à la fac quoi...)
  • Groupe(s):terre'n airs, cie lard'scène, les g'nous, duo chapuis-jouvet
  • Instrument(s):guitare et goblet de 33 cl

Posté 20 avril 2009 - 18:54

pour ma part jesuis entierement daccord avec jean (bossont vmoi même sur des tablature de dadi...=

et je rajouterai que apprendre des chiffes n'est rien d'autre qu'un code au même titre que do ré... si on trouve des interlocuteurs qui parlent "chiffres" je ne vois pas ce qui gène. Comme si les papous devraient parler anglais sous peine que c'est plus parlé dans le monde et que c'est plus pratique.

de plus les tablatures pour guitare sont très utile car super faciles à lire, il ne faut pas néanmois ne connaitre "que" ça. il faut connaitre ,et tant bien que mal maitriser, tous les outils disponibles : solfège, travail d'oreille, mimetissme (en regardant faire quelqu'un)... et aucun n'est incompatible avec autres voir même complémentaire.



sinon rien avoir, c'est adresser à jean: peut tu me donner un numero de tel pour un prof de guitare "trad" (ce qui ne veut dire grand chose) picking ou accord, dadgad ou pas sur st étienne ou à proximité?

#13 + Partager wedell

wedell
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 622 messages

Posté 20 avril 2009 - 18:59

A 10 mètres.
Sur 10 mètres, c'est beaucoup plus tard.

#14 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 20 avril 2009 - 23:55

:eek: CHIANT COMME LA MORT ?
:cry: Jeeaaaaaan...


laissez-moi réenfiler mon costume de prof ('tain je venais juste de le quitter) et sauver mon honneur.

quand vous dites "solfège", j'ai le sentiment que vous faites une salade géante composée du code, des concepts, d'un respect dû au style qui s'y rattache, assaisonnée de vos multiples traumatismes.

si on s'en tient parler de code, celui des tab, est tout aussi valable que celui des partoches, dans la mesure où on est dans la même culture occidentale (on ferait de la musique de pygmées, faudrait peut-être trouver autre chose que des boules ou des chiffres)

que la manière dont il vous a été enseigné (ou pas) ait été complètement à côté de votre pratique musicale, c'est autre chose. :)
soyez gentils, ne faites pas la confusion ;)

Apprendre à lire pour pouvoir parler, doit on reparler de "nullité pédagogique" ?

absolument d'accord, et le système de notation nait de la pratique musicale et de ce qu'on a besoin de noter, pas l'inverse. En "classique" le code fait qu'on peut noter les choses de manière très précise, il y a une culture de la partition, c'est l'histoire, c'est comme ça. Après, chacun utilise le système de notation qui correspond à sa pratique, tout en gardant bien en tête que tous les système ne mettent pas en avant les mêmes éléments.

je me permets de rajouter (mais ça c'est parce que je pisserais jamais aussi loin que vous) qu'à mon avis le système du "solfège" offre la possibilité de pouvoir être partagé par d'autres instru, si je veux prendre ma clinche et jouer une mélodie d'après une tab de diato je suis bien emmerdée, alors que l'inverse me semble envisageable... et il me semble que des situations de ce genre arrivent relativement fréquemment, même dans les débuts d'un musicien...
alors oui, ça demande d'apprendre le code. Ben oui. En même temps entre 6 et 7 ans on a tous appris les chiffres. Heureusement parce que sinon on pourrait pas lire les tab non plus.

allez, dodo.
la bise à vous.

#15 + Partager raphnin

raphnin
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 205 messages
  • Localisation: Le Gamounet
  • Activité(s):Droit international.
  • Groupe(s):Cie Maurel & Frères, Gravenoire, Le Chat qui miaule, Trio BMR, Folle Ardoise...
  • Instrument(s):diatoniques, chromatique

Posté 21 avril 2009 - 10:28

Tablature pour diato = outil pouvant se révéler intéressant pédagogiquement pour débuter dans la mesure où les élèves n'ont pas le temps, pas la motivation pour apprendre le solfège ou parce qu'ils ne le maîtrisent pas assez.

Après, ils n'arrivent pas à s'en démarquer, ou très difficilement, et ça devient vite TRES problématique dès qu'on veut essayer de travailler sur des ornementations etc, et ça devient rapidement un énorme handicap qui tue complètement la musique.

C'est à partir du moment où l'élève ne peut plus se passer de ses tablatures que ça devient une aberration pédagogique, pour moi.

Pour moi, et pour la musique que je joue (ce n'est donc pas une vérité générale!!), il faut privilégier l'oreille, l'oreille, et l'oreille, et ensuite, donner la partition pour que l'élève puisse 1) travailler chez lui 2) Commencer à repérer les notes qu'il joue.
Enregistrer le morceau, c'est bien aussi, mais pour avoir toujours tout appris d'oreille, je regrette aujourd'hui de ne pas être capable de déchiffrer une partition en moins d'une demi-heure. Donc filer la partition est sans doute une bonne solution.

La tablature pour diato tue la musique, l'élève voue un culte à ses fifiches, est perdu dès qu'il ne les a pas, ne connaît pas ses notes et fonctionne avec des chiffres de boutons (très pratique quand on anime un stage et qu'on se retrouve avec 2 personnes qui travaillent uniquement d'oreille, 1 qui ne lit que les partitions et 1 qui ne sait pas ce qu'est un "do" tant qu'on ne lui a pas donné le numéro de bouton), est incapable de développer une oreille musicale pour chopper un morceau en boeuf, sauf exceptions...

Pour résumer, la tablature pour diato peut se révéler utile au début à conditions de vite l'abandonner au profit d'une oreille ou d'une partition, l'idéal étant les 2!!

Attention, ce que je dis n'est pas valable pour les tablatures pour guitare ou autres instruments, je n'y connais rien et c'est sans doute très différent, je ne permettrai pas d'avoir un avis là-dessus...

#16 + Partager Chamusique

Chamusique
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 923 messages
  • Localisation: Ambierle (Loire)
  • Groupe(s):La Tourmentine (folk généraliste) Tchernobal (bal rock)
  • Instrument(s):saxo, clarinette, musettes, whistles, trucs à vent, électronique...

Posté 21 avril 2009 - 12:04

La tablature ça peut être un outil à un moment donné mais ça ne peut pas être mis sur le même plan que le système de notation "universel" (Je mets des "" vous comprenez pourquoi...) C'est un peu comme pour la "Rose des accords et des modes" c'est un outil mais ça ne remplace pas une bonne vieille grille écrite dans les "normes habituelles"... simplement à un moment ça peut aider (ou pas...)

Quant à la querelle autour des systèmes d'exploitation, je n'y contribuerai pas... Non, non, comptez pas sur moi pour ça... Même si je viens de changer de camp tout récemment (et que je suis vachement content...)

#17 + Partager wedell

wedell
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 622 messages

Posté 21 avril 2009 - 13:09

Il est intéressant de voir que les deux instruments les plus cités, le diato et la guitare sont également ceux pour lesquels la tablature a un réel intérêt: Le choix parfois Cornelien du doigté sur la guitare, le sens du soufflet et du rang sur le diato. C'est donc pas si con la tablature.
Mais il y a des inconvénients. D'abord, du fait de sa prolifération sur le net, la tablature qui n'était qu'un outil perso pour noter des morceaux déjà connus, devient l'outil uiversel de diffusion de ceux qui ne le sont pas. C'est devenu le pain béni des enseignants qui rechignent à faire travailler d'oreille parce que c'est laborieux au départ. Résultat: On trouve de plus en plus souvent des diatoneux ou des guitaristes infoutus de s'affranchir de leurs tablas alors que c'est une des critiques les plus fréquentes qu'on entend dans le monde trad à l'encontre des musiciens classiques.
Ensuite, si la tablature permet de noter un morceau, elle ne permet pas de l'analyser. Ily a derrière les notes d'une mélodie, une armature, un équilibre qu'à ma connaissance seul le solfège permet d'expliquer de manière rigoureuse au point de vue harmonique.
Enfin, quand on double la tablature par une video (Désolé Jean, c'est une pierre dans ton jardin), c'est un peu une ceinture plus des bretelles et ça ne laisse plus grand place à la découverte. Je trouve ça dommage.

#18 + Partager jean Banwarth

jean Banwarth
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 461 messages
  • Localisation: Grenoble
  • Activité(s):Enseignant
  • Groupe(s):Djal et Goltraige
  • Instrument(s):Guitare et bouzouki

Posté 21 avril 2009 - 15:05

Ensuite, si la tablature permet de noter un morceau, elle ne permet pas de l'analyser. Ily a derrière les notes d'une mélodie, une armature, un équilibre qu'à ma connaissance seul le solfège permet d'expliquer de manière rigoureuse au point de vue harmonique.


C'est bien pour cela que je n'ai jamais dit que la tab était supérieure, ou ne serait-ce qu'égale au solfège. Je me suis opposé au jugement qui affirme que c'est un outil pédagogiquement sans intérêt.
Sur ce point je dis que tout dépend de celui qui utilise l'outil et de l'objectif qu'il vise.
Mon intention n'est pas de pourfendre le solfège. Je constate seulement que c'est un outil pénible à acquérir car abstrait de par sa vocation d'universalité. Ce n'est donc pas le mieux adapté à toutes les circonstances même si c'est le plus polyvalent (nuance subtile).
Je résume les deux désavantages que j'y vois :

- Pas pratique pour noter des doigtés précis
- Code riche mais complexe, ce qui refroidit souvent les ardeurs naissantes de musiciens débutants.

Les tablatures sont utiles sur ces deux points.

Enfin, quand on double la tablature par une video (Désolé Jean, c'est une pierre dans ton jardin), c'est un peu une ceinture plus des bretelles et ça ne laisse plus grand place à la découverte. Je trouve ça dommage.


Je suis bien d'accord. D'ailleurs dans cette même logique, je déconseille souvent à mes élèves de regarder jouer (en live ou en vidéo) d'autres musiciens, d'écouter des concerts ou des CDs car cela pourrait les influencer et peut être même les empêcher de découvrir les merveilles de la musique comme il se doit, c'est à dire au fur et à mesure de la lecture d'une partition... :hypno:

#19 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 798 messages

Posté 21 avril 2009 - 16:16

Une dernier truc : soyons moins couillons que les geeks fanboys d'Apple ou de Microsoft.

...au risque d'être taxé de théoricien du complot, j'affirme haut et fort que c'est Bill Gates qui a inventé le solfège!

Bon...

Premièrement, je ne comprends pas pourquoi on parle de LA tablature par opposition au solfège. Tout le monde est d'accord ici pour dire que contrairement au solfège, un système de notation en tablature n'a pas vocation à être universel et qu'il est développé en fonction de l'instrument auquel il est destiné. On peut donc comparer l'efficacité d'une relation tablature/instrument par rapport à une autre. (On voit même que pour une majorité d'instrument, aucun système de tablature n'a été développé ou en tous cas, n'a survécu dans nos pratiques actuelles.)

Pour avoir pratiqué la guitare (je suis carrément incollable sur tout Francis Cabrel!...honte à moi) et le diato, voici mon avis que je vous sens deviner avant même que je termine cette phrase. Autant le système de tablature est efficace, cohérent, pertinent pour la guitare, autant c'est naze pour le diato. Notamment en raison de la gestion de la bisonorité. Un exemple : au diato, sur une même rangée, le bouton n° 11 tiré produit une note plus grave que le bouton n°10 en poussé. C'est comme si sur une corde de guitare en tablature, le chiffre 7 produisait une note plus grave que le 6. Imbitable, illisible, ne donne aucune info visuelle à type de position.

Le drame chez les diatoneux, c'est que l'instrument, à priori "plus facile d'accès car produisant des notes justes et timbrées normalement" se retourne vite contre l'élève qui subira comme beaucoup le côté mécanique de l'instrument et qui l'aggravera par l'utilisation de la tablature : Poum pouet pouet Poum pouet pouet Poum pouet pouet.... On se retrouve avec des gens qui, après plusieurs années de pratique, n'ont développé aucune relation entre leurs oreilles et les mouvements de leur doigts sur le clavier. Il en résulte souvent aucune capacité d'adaptation et de personnalisation de l'interprétation mais seulement celle de réciter tant bien que mal.



Deuxio, en ce qui concerne la mémoire, on a tous entendu parler de mémoire visuelle, auditive etc...Or dans tout apprentissage, on fait constamment intervenir ces deux "entrées". Tout ça pour fustiger le raccourci qui consiste à dire : la musique c'est une histoire d'oreille donc il n'y a que la mémoire auditive qui compte. Il y a des instruments où la mémoire visuelle est importante, au hasard la guitare. Même l'autodidacte non lecteur photographie des positions d'accord par exemple et fait donc intervenir sa mémoire visuelle. Il se trouve que les tablatures et les shémas d'accords sont très efficaces pour cela, à mon avis bien plus que le solfège. Mais cela reste propre à la guitare et son organisation. Ce n'est pas forcément transposable à d'autres instruments.



Troisio, en ce qui concerne ce satané solfège(!), faire de la musique, cela ne signifie pas grand chose. On n'a pas besoin des mêmes outils si on est musicien d'orchestre, brute de session irlandaise, compositeur de musique de film, arrangeur pour chanteur de variète...Donc je rejoins ce que dit Jean à propos des outils et des objectifs et arrêtons une bonne fois pour toutes de casser cet outil dont on peut simplement dire que certains peuvent s'en passer, d'autres pas selon leur pratique musicale et leurs choix!...


Enfin, quand on double la tablature par une video (Désolé Jean, c'est une pierre dans ton jardin), c'est un peu une ceinture plus des bretelles et ça ne laisse plus grand place à la découverte. Je trouve ça dommage.

Je suis bien d'accord. D'ailleurs dans cette même logique, je déconseille souvent à mes élèves de regarder jouer (en live ou en vidéo) d'autres musiciens, d'écouter des concerts ou des CDs car cela pourrait les influencer et peut être même les empêcher de découvrir les merveilles de la musique comme il se doit, c'est à dire au fur et à mesure de la lecture d'une partition... :hypno:


Je t'apprécie bien Wedell mais y a de quoi quand même être dégoûté de se casser le cul pour les autres! :lmao: Courage Jean!

#20 + Partager wedell

wedell
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 622 messages

Posté 21 avril 2009 - 16:32

Mon post répondait à celui de Malo sur l'utilité de la tablature et non au votre, Môssieur Banwarth avec lequel je suis à peu près d'accord :]
En me relisant, je m'aperçois qu'on pourrait très bien l'interprèter comme une de ces manifestations d'atrabilaire défenseur inconditionnel du solfège.
Grossière erreur. J'ai toujours bossé à la feuille. Les tablatures me gonflent et j'ai appris le solfège sur le tard. Pour comprendre.
C'est pourquoi je trouve les videos très pratiques pour apprendre. En ce qui me concerne, ça va dix fois pus vite qu'avec un partition ou une tablature. :whistle:

Message ajouté après : 5 minutes:

La peste soit de ce troll de Diatoto qui veut me faire passer pour un ingrat! {SMILIES_PATH}/pissed-off.gif



Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : autres, diato, guitare, tablature

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)