Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

Jusqu’ou peut nous emmener une danse ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
81 réponses à ce sujet

#41 + Partager Viviane

Viviane
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 67 messages
  • Localisation: bretagne / normandie
  • Activité(s):étudiante

Posté 23 juin 2010 - 10:31

Héhééé :D eeeh ouais :P
Nan mais c'est vrai que la proximité fait que le rapprochement est idéeal.. Ceci étant dit, ne tombons pas non plus dans la drague systématique de toute proie qui nous arrive dans les bras ^^U

#42 + Partager PiAire

PiAire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 299 messages
  • Localisation: Berry
  • Groupe(s):Les Piliers de Bal, PremX
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 23 juin 2010 - 10:37

A mais je ne dis pas, ça, je choisis la cible ^^ et je sais apprécier la danse quand il n’y a pas séduction, mais c’est une sensation différente. On ne ressent pas la même chose quand on danse avec quelqu’un lorsqu’il n’y a pas séduction et qu’on apprécies peut être plus la danse en elle-même et la musique que lorsque l'on danse dans un esprit de séduction ou de drague et qu’on se concentre sur la personne plus que sur la danse en elle-même ou la musique.

#43 + Partager Viviane

Viviane
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 67 messages
  • Localisation: bretagne / normandie
  • Activité(s):étudiante

Posté 23 juin 2010 - 10:40

je suis tout à fait d'accord.. c'est vrai que la seduction a tendance à te faire te concentrer uniquement sur tes gestes, sur ce que tu es et ce que tu fais passer, et donc on en oublie l'acte lui meme de danser..

Message ajouté après : 20 secondes:

qui devient automatique..

#44 + Partager PiAire

PiAire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 299 messages
  • Localisation: Berry
  • Groupe(s):Les Piliers de Bal, PremX
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 23 juin 2010 - 10:51

Après je pense quand même que dans chaque danse il y a une sorte de séduction (à dissocier de la drague), et que la danse sans aucune séduction perd un peu de son attrait. Il en faut pour l’apprécier. Car en dansant on veut essayer de plaire à l’autre. Même si ce n’est qu’un(e) ami(e).
Danser avec son (sa) copain (copine) c’est différent, car c’est aussi une forme de séduction mais pas vraiment la même je dirais.

#45 + Partager Viviane

Viviane
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 67 messages
  • Localisation: bretagne / normandie
  • Activité(s):étudiante

Posté 26 juin 2010 - 14:41

Oui.. Je suis d'accord..
Je dirais meme que cette seduction se tend meme vers la musique, que l'on veut séduire en dansant en accord avec elle... - je mécarte du sujet -
De toute facon, je crois que tout rapport avec quelqu'un, ami, amant ou connaissance a une part de séduction - puisqu'on veut se faire apprecier - et que donc fatalement la danse qui rapproche les corps a dans son essence meme une part de séduction..

#46 + Partager Viviane

Viviane
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 67 messages
  • Localisation: bretagne / normandie
  • Activité(s):étudiante

Posté 06 août 2010 - 14:32

Bah alors, PiAire, les lmartiens ont débarqué et t'on emmené ?
Ou alors tu es devenu hermite dans le foret ?
Ou encore t'es tu liquéfié de bonheur en écoutant le Sextet ?
Fin, bouhouhou, pouruqoi tu réponds pluuuuuuuuuuuuus ?! :lol-above:

#47 + Partager Benjamin

Benjamin
  • Tradzonard(e)
  • Pip
  • 14 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):étudiant en musique
  • Groupe(s):La fille du fermier, Keltas, TVA
  • Instrument(s):voix, violon, gaïda

Posté 08 août 2010 - 23:15

Moi je dois dire que j'adore danser avec des filles inconnues, parce que, vraiment, (bon, et je pense surtout à la mazurkas ouais, ou une scottish bien lente...), c'est vraiment faire l'amour. En fait, ce qu'est vraiment énorme, c'est que dans les bals, on peut faire l'amour à plein de filles (je parle en tant que garçon), et malgré ça, on se fait tous croire comme si de rien n'était que ce n'est qu'un simple bal, ou l'on danse parce que c'est chouette :-) Mais l'autre fois, j'étais là, à st chartier, sur le parquet, et je me disais, "Dire que les filles dansent avec les garçons, et les garçons avec les filles, et qu'on fait toujours comme si de rien n'était..." javascript:emoticon(':lol-above:')Cependant, je suis d'accord qu'il y a une séparation nette, à savoir qu'on peut vivre une intense communion des deux sexes, sans être physiquement dans l'état... comment dire... quand le garçon, il a... euh... voilà. Ou alors, le pauvre est obligé de danser comme un canard pour passer inaperçu. Mais ce que je veux dire, vraiment ; c'est que moi, j'arrive vraiment à me connecter à la fille et à la musique, quand je sens qu'elle est mienne, juste le temps d'une danse, c'est comme détenir un bijou beaucoup plus difficile à acquérir en réalité (c'est encore plus excitant pour les filles en couple (quand l'homme est pas làjavascript:emoticon(':D') ) on dépasses les limites du normal ; en fait, la danse, c'est accéder à l'autre beaucoup plus facilement que dans la vraie vie. L'union avec le corps de l'autre, est d'un coup beaucoup plus facile d'accès. Je parle vraiment de la danse, pas avant, pas après. C'est un lieu où les barrières du monde réel sont plus transparentes, un lieu où l'on peut toucher ce qui, dans le gris du quotidien, est habillé, masqué. L'amour ! On arrive jamais au bout.

#48 + Partager loic

loic
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 616 messages
  • Localisation: Liège
  • Activité(s):navion
  • Instrument(s):flute traversière en métal et en bois, un peu de tin whiste, clarinette

Posté 09 août 2010 - 08:22

alors selon toi Benjamin, pour paraphraser ardiçon :
"est-ce que danser c'est tromper ?"

#49 + Partager Benjamin

Benjamin
  • Tradzonard(e)
  • Pip
  • 14 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):étudiant en musique
  • Groupe(s):La fille du fermier, Keltas, TVA
  • Instrument(s):voix, violon, gaïda

Posté 10 août 2010 - 17:57

Bah, soit la (le) partenaire (du sexe opposé) est dans l'esprit une (un) pote, dans ce cas, c'est comme si elle (il) était du même sexe, soit elle (il) est sujet de séduction. Dans ce cas, soit elle (il) est libre, soit pas. Dans ce cas, :-), selon moi, trompation il y a (dans la tête plus que dans les faits).
Dans ce car disons. (Attention, Jeu De Mot)

#50 + Partager ISIS

ISIS
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 53 messages
  • Localisation: Paris
  • Instrument(s):flûte à bec et un peu de piano

Posté 25 août 2010 - 01:44

mouais, tout dépend de la façon de danser et de ce qu'on a effectivement dans la tête, les 2 pouvant être totalement indépendant l'un de l'autre... et l'un pouvant aussi influencer l'autre bien sûr.

#51 + Partager Viviane

Viviane
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 67 messages
  • Localisation: bretagne / normandie
  • Activité(s):étudiante

Posté 27 août 2010 - 15:17

Bah, soit la (le) partenaire (du sexe opposé) est dans l'esprit une (un) pote, dans ce cas, c'est comme si elle (il) était du même sexe, soit elle (il) est sujet de séduction. Dans ce cas, soit elle (il) est libre, soit pas. Dans ce cas, :-), selon moi, trompation il y a (dans la tête plus que dans les faits).
Dans ce car disons. (Attention, Jeu De Mot)


Je trouve que le fait de danser avec quelqu'un du meme sexe ou du sexe opposé ne retire rien au problème... on peut vouloir séduire ( peut etre plus inconsciemment, mais bon.. ) quelqu'un du meme sexe alors qu'on peut n'avoir aucune "arrière pensée" avec quelqu'un du sexe opposé...
Et puis sur la question de tromper, tout dépend de ce qu'on définit par l' "amour et fidélité" à coté...

#52 + Partager Benjamin

Benjamin
  • Tradzonard(e)
  • Pip
  • 14 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):étudiant en musique
  • Groupe(s):La fille du fermier, Keltas, TVA
  • Instrument(s):voix, violon, gaïda

Posté 31 août 2010 - 11:10

J'ai découvert un nouveau truc à propos de la danse. Je suis allé danser ce week-end. Et, bon, j'avais déjà bien remarqué que lorsque notre cavalière n'est pas très à l'aise, et un peu bloquée dans le mouvement, si on force la danse, qu'on la force elle, (pour la faire danser dans le rythme), ça empire, obligatoirement. Alors que si on fait carrément l'inverse, on se détend, ça va aller de mieux en mieux. En d'autres termes, moins on donne d'informations sur la danse, plus elle en reçoit ! Ca me fait penser à la célèbre phrase (très inspiratrice aussi quand on compose) Less is More. Ce week-end, j'ai repensé à une de mes séances de kiné. En fait, c'était un micro-kiné, qui ne mettait pas plus de pression avec ses mains que "des ailes de papillon". Il m'avait dit que plus le contact est subtil, plus le corps répond, car il sait déjà où est son équilibre, d'instinct. Et je crois que la danse, c'est pareil. En fait, définitivement, il y a ce même but vers lequel vont ensemble l'homme et la femme, (l'union dans la danse) mais les deux, pour y arriver, doivent incarner pleinement leur rôle (sexuellement ; la femme est une femme, et l'homme est un homme). C'est l'homme qui guide. Et la femme qui se fait guider. C'est notre nature. Ca ne réduit aucunement l'intégrité de la femme. L'homme propose, et la femme répond. On pourrait dire qu'il est la question, et elle la réponse. Donc, c'est un vrai dialogue. Comme en musique. Quand je dansais, je m'efforçais de ne donner que des propositions, de ne jamais vouloir être la réponse. Une toute petite impulsion avec ma main gauche, mais vraiment, à peine perceptible, et la fille répondait, mais immédiatement ! Bon, surtout avec les bonnes danseuses. A la fille de ne pas vouloir être la question, de ne pas chercher à proposer -je sens que je vais créer le débat ; qu'en pensez-vous les filles ?

#53 + Partager tiramiseb

tiramiseb
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 288 messages
  • Localisation: Colmar
  • Activité(s):développeur informatique
  • Instrument(s):appareil photo, ex- accordéon diato

Posté 31 août 2010 - 12:37

Benjamin :

Il est clair qu'il faut que la personne menée (homme ou femme) soit totalement réceptive, et ne prenne pas d'initiative qui viendrait à guider la danse. C'est le rôle du meneur (ou de la meneuse) : c'est à lui (ou elle) de guider l'autre... c'est le principe de base de la danse, non ?

J'ai souvent dansé avec des personnes qui avaient tendance à guider, même en position "menée" ; forcément, ça ne passait pas. Ce sont souvent des débutants, qui s'efforcent de faire les pas qu'ils ont appris en stage...

Et si j'ai bien compris ce que tu exprimes, il m'est également arrivé de moins mener, pour suivre ce que fait l'autre ; ça passe mieux dans le couple, oui. Mais je trouve que ça dénature la danse : le/la meneur(euse) doit guider le/la mené(e), pas le contraire.

Quand j'en ai un peu marre et qu'un(e) cavalier/ère ne "veut pas se laisser guider", je me mets en position "mené" ; réaction immédiate de mon/ma partenaire : "mais je ne veux pas faire l'homme", ma réponse, toute bête : "alors pourquoi tu guides ?"

#54 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 985 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 31 août 2010 - 12:38

Mieux vaut lire ça qu'être aveugle. (sur le role des hommes et des femmes)

En répondant que fait-on d'autre que proposer les questions suivantes?

Cela dit, je te suis parfaitement dans un désir de ne pas imposer mais de proposer et de voir quelle est la réaction. C'est d'ailleurs le principe de toute conversation. Sinon ça devient un monologue.

(c'était en réponse à Benjamin)

#55 + Partager tiramiseb

tiramiseb
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 288 messages
  • Localisation: Colmar
  • Activité(s):développeur informatique
  • Instrument(s):appareil photo, ex- accordéon diato

Posté 31 août 2010 - 12:43

Bien sûr il faut aussi être à l'écoute du partenaire, pour savoir proposer une "question" qui peut prendre la suite de la "réponse" de l'autre. Le dialogue reste essentiel de toute manière.

#56 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 985 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 31 août 2010 - 12:47

Quand je danse avec une fille qui n'a pas envie de tourner vite, si je lui propose de tourner vite elle va y résister. Pareil pour une fille qui n'a pas envie de chalouper ou qui n'a pas envie de sautiller. Va-t-on lui reprocher de ne pas se laisser mener?

Au contraire, je suis heureux de danser avec quelqu'un qui a un avis et qui sait l'exprimer. Que ce soit de manière passive (en suivant avec plus ou moins d'envie) ou de manière active (en prenant un peu les choses en main)

(Attention ce n'est pas pareil qu'un débutant qui n'a pas les capacités de suivre certains gestes et donc qui ne "se laisse pas mener" - mais dans ce cas je préfère trouver les mouvements que la personne sait suivre plutot que la brusquer)

#57 + Partager chroí

chroí
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 449 messages

Posté 31 août 2010 - 12:51

Comment tu dialogues quand la personne en face de toi ne fait que répondre: "Oui, oui." quand tu dis quelque chose?

#58 + Partager tiramiseb

tiramiseb
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 288 messages
  • Localisation: Colmar
  • Activité(s):développeur informatique
  • Instrument(s):appareil photo, ex- accordéon diato

Posté 31 août 2010 - 13:07

Tirno : je suis bien d'accord, il ne faut pas forcer l'autre à faire quelque chose qu'il ou elle ne veut pas.

Je parlais ici de ceux et celles qui ont un peu trop tendance à mener. Il y a des danseurs qui ne savent rien suivre du tout (ou même qui ne savent pas mener, d'ailleurs), qui ne font que répéter les pas qu'ils ont appris aux stages...

Pour moi l'exemple le plus flagrant de ce problème est pendant les chapelloises : on s'est tous retrouvés avec un(e) cavalier/ère qui ne dansait pas du tout "avec l'autre" : dans ce cas, je laisse cette personne faire ses mouvements, de toute façon il ou elle n'est pas réceptive à ce que je voudrais lui communiquer. Ce qui est différent des débutants qui n'y arrivent pas, et qui doivent simplement apprendre.

chroí : pour moi, dans ce cas ça devient un monologue, tu le/la guide, sans avoir ce plaisir du dialogue et de la communion éphémère que l'on peut avoir avec un(e) cavalier/ère... Mais je trouve quand même ça mieux que lorsque la personne en face ne fait que répondre "non, non"...

#59 + Partager Alinea

Alinea
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 65 messages
  • Activité(s):journaliste

Posté 31 août 2010 - 13:32

Alors déjà je vais commencer par ne pas grincer des dents à la lecture de cette vision complètement "genrée" de la danse.
Je ne vois pas ce que notre sexe et notre "nature" (ahaha...) viennent faire dans la relation de danse meneur/mené. Je suis une femme, et je guide souvent, parce que j'aime ça, parce que j'y trouve autre chose que dans le fait de suivre. Je guide aussi bien des femmes que des hommes, et j'ai découvert chez certains des capacités d'écoute encore plus bluffantes que chez certaines de mes meilleures cavalières. Donc vraiment, je ne vois pas le rapport avec le genre.

Pour ce qui est de proposer/résister/questionner et répondre...
Je suis une cavalière difficile à mener, justement parce qu'il m'arrive, souvent, de résister. Pour reprendre les propos de Tiramiseb, j'ai "un peu trop tendance à mener". Que ce soit parce que je ne veux pas tourner vite, ou que justement je veux le faire, que je nous sens en dehors des temps, que j'entends des subtilités dans la musique que mon partenaire ne prend pas en compte...
J'ai longtemps dansé seule, et me laisser guider demande un effort. Cependant, avec certains partenaires, qui sont à l'écoute et pas uniquement concentré sur ce que eux voudraient me faire faire, ses prises d'initiatives sont aussi vues comme des ouvertures, vers d'autres danses, d'autres pas, d'autres possibles. S'entame alors un véritable dialogue, où je ne me contente pas de suivre et de dire "oui, oui", mais, comme le dit si bien Tirno, de répondre en proposant la question suivante. Je ne crois pas qu'on doive forcement rester dans son rôle de meneur ou de mené. Par contre c'est une autre approche de la danse, c'est sur. De là à la dénaturer...
  • Loweene aime ça

#60 + Partager Benjamin

Benjamin
  • Tradzonard(e)
  • Pip
  • 14 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):étudiant en musique
  • Groupe(s):La fille du fermier, Keltas, TVA
  • Instrument(s):voix, violon, gaïda

Posté 01 sept. 2010 - 13:16

Comment fait-on pr citer ? Ca ne marche pas...

Chroi, Tiramiseb, je me pose la question ; pour vous, ça donne quoi concrètement quand la fille dit non ? Est-ce par exemple le fait qu'elle refuse de danser une scottish énergique, et qu'elle impose un style très lent ? Dans ce cas, j'apprécie ce type de caractères. Ca crée un enjeu, je préfère sentir ça que de sentir une fille en face, sans caractère, qui n'ose pas dire non, et qui ne dit en fait pas oui non plus (physiquement, traduit par la danse). Mais il y a aussi les partenaires avec qui ça colle tout de suite. Pas de conditions comme dans le premier cas, y a tout qui colle, ça tourne parfaitement, ... bref, le meneur mène quoi ! Et je dirais que là, OUI, la fille ne fait que dire oui. Est-ce pour ça qu'on va s'ennuyer ? Non, au contraire, parce qu'on peut aller super loin dans la danse (ouais, j'ai fais un clin d'oeil au titre du débat !), parce qu'elle est prête à se laisser emmener ! Donc, pour moi, un vrai dialogue, c'est quand la fille dit oui. Je sens des réactions monter me dire que non, la fille n'est pas soumise, mais bien entendu, il ne s'agit pas d'être soumise ; le meneur ne doit que poser la question, surtout ne jamais forcer, et ce n'est que comme ça que ça pourrait coller. La menée doit se sentir libre ! En fait sa réponse, ce n'est pas oui ou non, mais c'est ce qu'elle fait physiquement. Et il y a une infinité de choses à répondre, car le meneur doit avoir une infinité de choses à proposer en dansant. Lorsqu'elle dit non, pour moi, c'est simplement qu'elle refuse d'aller trop loin dans la danse. C'est dommage...


Tirno, moi aussi j'essaie au maximum de m'adapter au style de la cavalière, et je trouve que c'est la meilleure manière de finir par trouver un style commun... Si on commence à se braquer parce que ça ne colle pas tout de suite, on devient un mauvais danseur, incapable d'écouter l'autre. Quelqu'un qui résiste, c'est quelqu'un qui n'a pas confiance, qui se sent pas écouté. Donc je crois qu'il faut répondre en se détendant au maximum. (Par contre, au tour d'après, je vais voir ailleurs, normal... ) Mais je ne comprends pas trop quand tu dis que tu es heureux de danser avec quelqu'un qui a un avis et qui l'exprime, par exemple, en suivant avec plus ou moins d'envie ? Une cavalière qui n'a pas envie, moi, ça ne me rend pas heureux, je préfère danser avec quelqu'un qui aime ça ! Est-ce avoir un avis que de ne pas avoir envie ? J'en suis pas sûr... Et pour moi, quand je mène et que la menée prend les choses en main, bon, j'avoue, c'est drôle, c'est sympa, mais tout de suite, le coté séduction disparaît. Pour moi, ça devient bon délire, entre potes quoi, pourquoi pas ? Mais pour moi le rapport de séduction ne peut pas exister tant que la fille ne se laisse pas mener. Suis-je le seul à ressentir ça ?


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)