Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

Musique et sens...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
51 réponses à ce sujet

#21 + Partager Ella

Ella
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 258 messages
  • Localisation: Charitoise d'adoption
  • Activité(s):encore étudiante pour 1 mois après le grand saut

Posté 15 févr. 2007 - 18:15

si c'est le bon topic puisque dans le sujet initial on parle de musique liée au rôle social, donc à l'évolution de la société ....

#22 + Partager Chamusique

Chamusique
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 923 messages
  • Localisation: Ambierle (Loire)
  • Groupe(s):La Tourmentine (folk généraliste) Tchernobal (bal rock)
  • Instrument(s):saxo, clarinette, musettes, whistles, trucs à vent, électronique...

Posté 15 févr. 2007 - 20:57

J'ai pas bien compris pourquoi tétais pas d'accord ?
Peux tu vite fais dévelloper ? Merci bien ^^


A partir de l'apparition de la radio puis avec les premiers supports de musique enregistrée, s'est développé le mythe de "La Grande Musique" dont une des caractéristiques principales est d'avoir mis en avant de grands personnages et de grandes oeuvres, présentés comme des références absolues au-dessus de tout le reste. Les "musiques savantes" au XXème siècle ont été les premières à pâtir du phénomène car forcément, avec cette approche hyperélitiste, les tickets d'entrée dans le "top des top" pour les compositeurs étaient plus que rares.

Histoire d'aggraver la situation, la notion de "progrès dans l'art" a fait aussi quelques dommages : si l'on considère qu'il y a progrès c'est forcément au détriment d'expressions musicales considérées comme caduques et devant donc être abandonnées (ou montrées du doigt comme rétrogrades)...

Or, nous sommes passés à autre chose : la médiatisation généralisée permet de relire l'histoire de la musique d'une manière un petit peu différente, en réévaluant le "top des top" des "génies de la musique" par exemple ou en prenant de la distance sur ce qui faisait "la petitesse" ou "la grandeur" de telle ou telle musique.

Dans ma liste, je citais Adorno, grand bonhomme celui-là mais qui est passé complétement à côté du jazz par exemple (il y a d'ailleurs un bouquin sur le sujet "Adorno et le Jazz. Analyse d'un déni esthétique" (C.Béthune) dont on pourrait tirer deux ou trois choses qui cadreraient bien avec cette discussion. Dans un ordre d'idée pas si éloigné, on a aussi les considérations de Berlioz sur les musiques populaires (là aussi un grand bonhomme hyper à côté de la plaque sur le sujet...) Celles de Georges Sand sont bien connues dans le trad car elles collent assez bien (enfin, on se débrouille pour qu'elles collent au mieux...) avec l'idéologie ambiante...

A ma connaissance, les musiques qui nous concernent plus particulièrement (dans nos pratiques actuelles), n'ont guère été abordé sur le plan de l'esthétique (ça serait d'ailleurs périlleux : un peu comme quand on défend la cornemuse, instrument qui parait n'avoir que des caractéristiques désuettes...)

Débat pas clos du tout et chantier à ouvrir... 8)


J'ai répondu à Camille sans avoir bien lu ce qui suivait : cette notion d'évolution est-ce une variante du "progrès dans l'art" ? Tout changement n'est pas forcément une évolution (ni un progrès ou une déterioration). Et puis, l'évolution ça peut être graduelle ou catastrophiste (tiens c'est rigolo, il me semble qu'il a déjà été question de ça dans le sujet sur la religion...) :zzz:

#23 + Partager Marou

Marou
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 756 messages
  • Localisation: Montpellier, té!
  • Activité(s):Musicothérapeute et musicienne
  • Groupe(s):Le Bal en Chantier, Miélomanies, La Ficelle, La Cie éol
  • Instrument(s):Flûte trav' et vielle à roue

Posté 15 févr. 2007 - 22:30

Bien. Alors d'abord, merci. Un peu long de tout lire et assimiler, mais d'un autre côté, je l'ai bien cherché. ^^

Par contre, je vais essayer de recentrer/préciser certaines p'tites choses.

D'accord, j'ai présenté toutes ces questions comme une réflexion personnelle. C'en est une. Mais, au-delà des questions que je me pose toute seule comme une grande, il y avait surtout mon désir d'aborder le sujet autrement, de l'élargir, tout simplement. Et puis, je dois bien avouer qu'à mon avis je trouvais intéressant de parler de cet aspect-là.
Bon.
Et puis, également, les interrogations de mon professeur et mon envie de savoir un peu mieux de quoi je parle, et d'éviter de lui parler de choses dont je ne saisirais pas toute la portée toute seule. Bref, mon moulin a besoin d'eau, alors j'en demande. Je ne pose pas toutes ces questions au hasard et fais aussi exprès de les balancer comme ça en vrac, même si j'ai déjà plusieurs opinions sur plusieurs points. En fait, mon interrogation est réellement à prendre comme "étude", et je joue donc le rôle de celle qui ne connait pas le monde trad et son impact, tout en le connaissant (au moins un peu)... O:)

Ma professeure (mais qu'est-ce que c'est moche cette nouvelle orthographe!), responsable de mes interrogations, est (et il me tient à coeur de le préciser) tout ce qu'il y a de plus musicienne. Dans l'âme et la pratique. Seulement, musicienne dans la sphère classique, ce qui explique qu'elle ne connaisse du trad que le côté spectacle. Ce qui, pour moi en tout cas, explique tout-à-fait qu'elle doute de l'inscription de ce trad dans la société actuelle. Donc, elle considère très bien la musique et sait en apprécier l'esthétique, tout en se posant des questions diverses z'et variées sur son évolution, sa pratique et son enseignement (ce qui est le principal point me concernant puisque mon cours concerne d'abord la pédagogie).
Quant au texte, il n'est ni d'elle ni de moi, il est juste un texte que nous avons étudié, et de la même manière que je "m'amuse" ici à jouer l'ignorante pour cerner au mieux tous les points de ce sujet, nous nous sommes "amusées" à découvrir et penser le texte de manière assez épurée au niveau de l'opinion personnelle. Donc, effectivement, nous nous attachons à la dimension sociale. MAIS en aucun cas nous ne mettons la dimension esthétique de côté, hein, pas du tout. Nous sommes d'ailleurs toutes très inscrites dans ce rapport d'esthétique avec la musique, dans la manière de la jouer autant que de la vivre, ce qui est de toute façon "dans l'air du temps" et qui caractérise notre époque. Nous ne réduisons rien, nous nous interrogeons sur ce point particulier, c'est tout.

Donc, ce sujet est définitivement à prendre comme une discussion entre un total ignorant de ce monde, un "visiteur curieux", et les gens qui, eux, sont inscrits dans ce monde.

Voilà. Tout ça pour dire que ça n'est absolument pas un appel à polémique. ^^

Après, j'ai donc mes opinions, et par exemple à propos de la musique classique, je pense qu'effectivement la musique qui nous vient d'autres époques, n'étant plus comprise dans son contexte d'époque (social, historique...) a perdu l'esthétique qui en découle. Car, à mon humble avis (et là, j'avoue que je suis loin d'avoir des idées arrêtées et travaillées car il y a peu de temps que je m'interroge réellement sur la musique, étant plutôt du genre à la vivre tout simplement), un contexte peut créer une esthétique qui prendra tout son sens (et oui) dans sa compréhension. Et inversement, cette esthétique perdra son sens si on en désapprend le contexte.
Un exemple, et celui-ci ne tient qu'à moi puisque c'est surtout une question de ressenti personnel: je ne sais pas jouer du Mozart. Et même, je n'aime pas devoir en jouer car "je ne sais pas quoi en faire". Je suis consciente de ne pas avoir tous les outils en main qui me permettraient d'interpréter ces oeuvres dans l'esthétique qu'elles méritent.
Bon. Les questions que je posais partaient effectivement d'une interrogation sur la musique classique, et je sais pertinemment que le trad ne connait pas le même clivage. Il y aurait énormément de choses à dire sur tout ça, mais mon but n'était surtout pas de mélanger les pinceaux. Il faudrait peut-être essayer de mettre la musique classique de côté dans ce débat, ou alors de séparer chaque discours, car je voulais justement cibler les musiques, et non les englober dans une même idée.

Vous m'suivez toujours...? :shy:

Bon, où qu'c'est qu'j'en suis moi... Je crois que j'ai bientôt fini...

Je vais quand même intervenir en tant que non-ignorante et exposer mon opinion sur ce que j'ai posé comme questions. A mon avis donc, le trad a un rôle social, j'en suis sûre. Je le ressens comme étant inscrit dans son "rôle" et sa signification, ainsi que dans sa société (puisque toute la société n'est malheureusement pas entièrement touchée par cette musique), et j'y perçoit une évolution. Le trad change de visage comme il change de contexte, et les racines sont continuellement réaffirmées au fil des époques. De plus, le facteur danse assoit complètement cet impact, et ça, je ne pense pas que ce soit réellement discutable. Voilà. Par contre (et ça concerne surtout le folklore, en fait), je ressens aussi un clivage et une désinscription, une perte de sens de certains côté de la musique trad. Parce que la société ne cherche plus qu'à la préserver, et non à la comprendre, et aussi parce que ces musiques ne sont plus inscrites dans notre temps mais restées dans le leur. Et qu'elles ne sauraient garder tout leur esthétique et leur sens ailleurs que dans celui-ci.
Ecrivant cela, j'ai bien conscience d'être assez vague. En même temps, j'avoue que n'étant pas une lumière non plus, j'ai parfois tendance à me perdre dans les méandres d'un vocabulaire que je n'avais encore jamais autant utilisé. Et puis, au final, il faut bien noter que ma réflexion concerne ici le répertoire folklorique.
(aïe, dans quoi j'me lance encore... ;) )

Bon, j'ai oublié de retraiter certains points sur lesquels je n'étais pas d'accord en lisant certains d'entre vous, mais en même temps je me dis que ça commence à bien faire et que j'y ai passé assez de temps. Zut et flûte, je vais finir par avoir les yeux en forme d'écran et le bout des doigts plats.
Donc...

A une prochaine... ^^

#24 + Partager Sorcier

Sorcier
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 843 messages
  • Localisation: Dijon
  • Activité(s):Sage Femme
  • Groupe(s):Sorciers Vaudoux
  • Instrument(s):Cornemuse, basse, violon, diato, etc...

Posté 15 févr. 2007 - 22:42

pour ton information ma ch'tite Marou, j'avais récupéré un article qui "expliquait" la musique de Mozart, en expliquant la portée de chacune de ses lignes mélodiques ( le sens, la vitesse, etc. ). Peut être est ce de ça dont ta prof veux parler ?

Ou alors elle souhaite savoir si le contexte ( la nouveauté, le rejet d'une société, etc. ) n'a pas jouer un rôle important dans la compréhension de la musique trad, un peu comme le rock'n'roll ( musique de fous !! ) à son époque.

C'est quand même vaste comme sujet de réflexion ! 'tain j'ai plein d'idée mais toutes éparpillées ... :(

#25 + Partager Chamusique

Chamusique
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 923 messages
  • Localisation: Ambierle (Loire)
  • Groupe(s):La Tourmentine (folk généraliste) Tchernobal (bal rock)
  • Instrument(s):saxo, clarinette, musettes, whistles, trucs à vent, électronique...

Posté 15 févr. 2007 - 22:56

Bon, là je suis plus trop rien : c'est pas un texte de ta prof alors ça sort d'où ? Ta prof s'y intéresse mais pour quelle raison (pédagogique) ? Tu fais comme si tu n'avais pas d'opinion sur le sujet juste histoire qu'on cause un peu ? Bon et puis je vois pas pourquoi le classique serait exclus de cette problématique, parce que s'il y a bien une musique qui est en complète perte de sens c'est bien celle de la "sphère classique" justement (y a qu'à voir "les débouchés" pour l'amateur à la fin de son école de musique...), parce que le gârs ou la nana qui glandouille 2 ou 3 ans pour avoir sa cornemuse ou sa vielle, il/elle sait bien à quoi il/elle tente d'échapper ! :zzz: :zzz: :zzz:

#26 + Partager Marou

Marou
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 756 messages
  • Localisation: Montpellier, té!
  • Activité(s):Musicothérapeute et musicienne
  • Groupe(s):Le Bal en Chantier, Miélomanies, La Ficelle, La Cie éol
  • Instrument(s):Flûte trav' et vielle à roue

Posté 16 févr. 2007 - 00:13

Punaise, je dois vraiment m'exprimer comme une patate, je suis désolée... :shy:

Je récacapipitule: le texte que j'ai étudié et que nous avons tenté d'expliquer en cours est une réflexion de Mr N. Harnoncourt, tirée de son ouvrage "Le discours Musical". Voilà pour les références.
Ensuite.
Elle s'y intéresse dans un cadre d'épreuve de commentaire de texte, donc elle nous l'a présenté afin de parfaire notre processus de réflexion (que nous nous appliquons à développer dans ce cours) dans une optique d'abord basée sur la pédagogie mais qui déborde sur bien d'autres idées, comme par exemple sur ce sujet précis. En fait, ce texte traite d'un sujet où il y a matière à réflexion. D'où l'interet de mon professeur.
Je ne pose pas toutes ces questions juste pour "qu'on cause un peu", mais parce que ma prof, ignorante donc du véritable impact social de la musique "dite populaire" sur la société, de son ancrage, de son rôle social, cherche à le connaître, tout simplement. Sa curiosité est donc totalement liée à notre étude du texte. Elle cherche à comprendre, à évaluer le clivage que nous avons pu déceler dans la musique classique et à l'observer à plus grande échelle. Et donc, dans une sphère musicale qui lui est méconnue. Et moi, pour essayer de lui expliquer au mieux mes positions et ce que je peux comprendre du milieu trad et de son rôle social, je transpose son "ignorance" dans mes questions. Je préfère agir comme ça pour, je le redis, cerner le mieux possible chaque point de cette réflexion.

Je n'exclus pas le classique de cette réflexion, je me dis juste qu'il faudrait peut-être éviter de faire des parallèles trop vite et trop souvent. Effectivement, la musique classique est la première et principale victime de la perte de sens, et c'est même LE sujet du texte que j'étudie. Je trouve très intéressant d'en parler, et j'ai aussi des choses à en dire, mais je pense qu'il faut "séparer" les discours, c'est tout... Ahlala, je sens bien que je n'explique pas mieux... Voyons... Parler de la musique classique d'un côté, des variétés de l'autre, de la musique trad d'un autre encore. Juste pour éviter un certain... euuuh... "fouillis"? Notre étude ne cherche pas la comparaison, mais s'attache plutôt aux situations... Je ne demandais pas si le sens de la musique en général est conservé, mais si celui du trad l'est, si le trad a son rôle social, tout en sachant, d'un autre côté, que celui du classique est en pleine "débâcle"... Après, partons plus loin, oui, youpi! Moi ça me plait.
ça va mieux comme ça? :shy:

#27 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 16 févr. 2007 - 00:57

j'veux pas faire les lèche bottes, mais moi j'avais trouvé ca très clair dans le premier post :D

#28 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 798 messages

Posté 16 févr. 2007 - 01:33

Et si on partait tout simplement de l'idée que de tous temps, la Musique en général a servi à réunir les gens...Soit à travers la célébration de rituels (religieux entre autres soit pour se divertir (danse, concerts, animations). Et ce quel que soit le milieu social.

Est-ce que cela a vraiment changé aujourd'hui? Même si les esthétiques musicales sont très variées et en rapport avec un milieu social, il me semble que la Musique a conservé ces fonctions de divertissement et de célébration de rituels.

Quand on lit la rubrique de Maxou dans trad mag: "pattes de mouche et rat d'archives" (analyse et transcription de documents écrits anciens type carte postale ou procès verbal), on voit bien entre autres que les gens allaient danser pour...s'éclater tout simplement! Mais il se trouve qu'à cette époque, il n'y avait qu'une esthétique musicale. on ne se posait pas la question du choix.

Les migrations de populations, l'évolution de la diffusion de musique, le temps qui passe... nous permettent de disposer aujourd'hui d'une variété extrême de propositions musicales en terme de cultures et d'époques. Aujourd'hui, on a le choix de prendre des cours de tango, de line dance ou de hip-hop, d'aller au printemps de Bourges ou au festival de musique classique d'Aix en Provence ou de jazz à Vienne...(ou à St Chartier...)

Certaines esthétiques musicales rencontrent plus ou moins de succès en terme de fréquentation et d'audience. Mais en quoi cela enlèverait-il du sens aux plus marginales? (dont le trad par exemple). Tout ça reste une histoire de goût. N'ayons pas un complexe d'infériorité à cause de l'aspect minoritaire de notre pratique mais ne nous la pêtons pas non plus en pensant incarner la "vraie culture". Dans tous les cas et hors rituel, les musiques servent toujours de divertissement à l'auditeur ou au danseur.

Pour nous qui sommes souvent acteurs, le trad est un instrument de socialisation riche. Regardez vos carnets d'adresse...Pensez à tous les gens que vous avez rencontrés, les amitiés...et plus...Pourquoi partir dans de grands discours ethno/socio/psycho/musicologiques? On fait comme tout le monde, on veut rencontrer des gens, s'amuser entre potes, danser et faire de la musique...point barre!


Voilà ce que je te suggère de répondre à ta prof Marou:

dans le trad, je me suis fait pleins d'amis
dans le trad, on peut danser avec tout le monde si on est gentil...
dans le trad, y a jamais de baston
dans le trad, la loi Evin sur le tabac est respectée
dans le trad, on voit des enfants et des vieux
dans le trad, ...trouves d'autres exemples....

Si avec tout ça, ta prof te demande encore quel est le sens de ta pratique musicale, euh...changes de prof... :D

#29 + Partager Marou

Marou
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 756 messages
  • Localisation: Montpellier, té!
  • Activité(s):Musicothérapeute et musicienne
  • Groupe(s):Le Bal en Chantier, Miélomanies, La Ficelle, La Cie éol
  • Instrument(s):Flûte trav' et vielle à roue

Posté 16 févr. 2007 - 03:27

:D J'y penserai... Le jour où je trouverai un prof qui me posera cette question... ;)

#30 + Partager Chamusique

Chamusique
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 923 messages
  • Localisation: Ambierle (Loire)
  • Groupe(s):La Tourmentine (folk généraliste) Tchernobal (bal rock)
  • Instrument(s):saxo, clarinette, musettes, whistles, trucs à vent, électronique...

Posté 16 févr. 2007 - 09:27

Ah ça s'éclaire !
Effectivement Harnoncourt, vu le parcours du bonhomme, c'est bien dans sa manière ce genre de considérations (je crois me rappeler qu'il y a quelque part des propos sur musique trad et baroque et un petit énervement sur des propos tenus par C.Maillard lors d'un colloque, il y a donc quelques pécédents sur le forum).

Je pense pour ma part qu'il faut appliquer aux musiques trad telles qu'on les pratique, les même "grilles" d'analyse qu'aux musiques actuelles en général. La spécificité c'est, de mon point du vue, plus l'importance de la danse dans les choix musicaux qu'une référence au passé ou à un enracinement régional (ou national). (Tiens, d'ailleurs, un groupe comme Djal est très représentatif de ça : que des compos perso mais que des danses aussi, du "tout actuel / tout dansable" et en plus on peut même leur demander leur point de vue quand Jean Banwarth repassera dans le coin.)

Tu n'as pas à t'excuser de rien du tout : c'est vraiment super de pouvoir discuter un peu sérieusement de musique. Si tout ça est un peu fouilli c'est parce que ça n'est pas simple. :O

#31 + Partager camille

camille
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 597 messages
  • Localisation: Lyon (69)
  • Activité(s):étudiant
  • Groupe(s):le Quintet à Claques, Musical Kinematic Factory, Rakya Quintet
  • Instrument(s):trompette

Posté 16 févr. 2007 - 11:48

Alors voila, je viens de lire ta réponse Cham. Déja , merci pour l'effort...
Après je suis un peu perdu ... j'ai pas l'impression qu'on parle de la meme chose en fait...

Moi je pense juste que les compositeurs , qu'on appelle couramment des génies ( je vois pas en quoi ce terme te gene ? ) , composaient une musique non pas figée ds un contexte social , mais était en avance justement sur leur temps...

Selon moi, le "progrès dans art" n'est pas un terme péjoratif. Cela veut juste dire qu'il y a eu une évolution, avec des nouvelles caractéistiques... sans pour autant renier et etre répulsé par le courant précédent.

Mais pourtant, il me semble que la musique ( Classique et Jazz en tout cas ) a souvent fonctionner en terme de réaction...
Le "cool" a suivi le "Be Bop", et l'école de Vienne , en réaction à 400 de musique tonale à instauré l'atonalité... Tous ces artistes voulaient faire quelque chose de nouveau, différent de ce qui précédait...

Me trompe - je encore une fois ?

PS: Je n'ai pas parlé du trad dans mes réponses !

#32 + Partager seby

seby
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 583 messages
  • Localisation: La Borne, 18
  • Activité(s):manager de grpes de zic et plus...
  • Groupe(s):Grand barbichon prod, viellux, etc
  • Instrument(s):guitare

Posté 16 févr. 2007 - 13:16

j'ai bien envie de repondre à ça, meme si j'ai pas encopre tt lu;
mais honnetment j'ai pas trop le temps en ce moment! mais j'espere le faire!

#33 + Partager Lolo

Lolo
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 539 messages
  • Localisation: Montpellier (34)
  • Activité(s):thésard
  • Groupe(s):Komred, Bougnat Sound, La Ficelle, La Vielha, Duo Etienne
  • Instrument(s):accordéon diatonique

Posté 16 févr. 2007 - 13:20

pareil que toi séby, j'attends d'avoir un peu plus de temps pour pouvoir bien me mettre dedans...parce que mine de rien ça a l'air très "intéressant", peut-être même très "important" de se poser ces questions-là

#34 + Partager Elise la rouquine

Elise la rouquine
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 412 messages

Posté 16 févr. 2007 - 17:12

Moi je pense juste que les compositeurs , qu'on appelle couramment des génies ( je vois pas en quoi ce terme te gene ? ) , composaient une musique non pas figée ds un contexte social , mais était en avance justement sur leur temps...


Voilà ce que j'ai lu sur la façade du centre George Pompidou (Musée national d'art contemporain à Paris). J'y suis passée ce matin et j'ai pensé à vous ! :P

"An artist is never ahead of his time but most people are far behind theirs."
"Un artiste n'est jamais en avance sur son temps mais la plupart des gens sont loin derrière le leur." Edgar Varese

Pour faire donc le lien avec le sujet : Est ce qu'un art peut être en décalage avec son temps ? Non... Est ce que le public lui est toujours en retrait, méfiant face à la nouveauté et préfère diluer, exploiter ce qui existe déjà ? oui...

D'après la phrase ;)

La Joconde en 1507, c'était de l'art contemporain ! En phase avec son époque et évocateur de qqch (Humanisme grandissant)... maintenant, c'est un témoin joli à regarder d'une époque révolue... Le trad c'est pareil !

Je provoque volontairement ! J'aime le trad, je vous rassure ! Mais ce remue-ménage des méninges, j'adore ! (Spéciale dédicace à tout ceux qui pensent que je pense de trop !!! ;););););) :D

#35 + Partager Maria

Maria
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 173 messages

Posté 17 févr. 2007 - 10:19

Ouh ! Il s’en est remué, des méninges, ici !
Pour revenir sur quelques-unes des réflexions exprimées – et prendre un peu Varèse (dont j’aime bien la musique, pourtant) à rebrousse-poil - il me semble que l’idée du compositeur, ou du créateur, en général, résolument novateur et en avance sur son temps est une des caractéristiques du XXème siècle et de sa fuite en avant. Tout le monde a voulu faire du nouveau et on peut parfois se demander , face à un grand mur uniformément peint en bleu ou aux « installations » considérées comme œuvres d’art "officielles", si ce nouvel académisme (j’emploie ce terme dans le sens de "art payé par le pouvoir en place") n’est pas arrivé au bout de quelque chose, d’un processus qui n’a pas d’avenir. Et il me semble aussi, parallèlement, que ce n’est pas très juste d’avoir voulu appliquer ce concept aux siècles précédents. En quoi Molière et Lully ou Bernard de Ventadour, pour ne parler que d’ « art savant » (le reste, on n’en sait pas grand chose) auraient-ils été décalés par rapport à leur temps ? Ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas apporté quelque chose de nouveau, lié à leurs personnalités particulières. Mais leur objectif n’était pas de faire du nouveau.

Et tout ça me fait penser à une discussion dont j’ai été témoin entre un inspecteur de musique (DMDTS) et une directrice d’ENM. Comme un certain nombre d’inspecteurs, et de directeurs de CNR ou ENM, cet inspecteur-là était compositeur. Et il se demandait ce qui resterait du XXème siècle. Il n’osait pas souhaiter que sa propre musique soit au Tableau d’Honneur, mais il aurait bien aimé, de toute évidence, que celle de ses propres références le soit. Je n’ai rien dit, mais j’ai pensé :

1. que la représentation qu’on a des siècles passés est fluctuante. À son époque, par exemple, Massenet a été considéré, chez nous, en France, comme un génie. Puis, après sa mort, traité comme le dernier des minables. Puis à nouveau bien considéré. Qu’on pense aussi à l’éclipse qu’ a subie Vivaldi.

2. que ce qui restera peut-être surtout, sur le plan musical, du XXème siècle, ce seront tous les enregistrements « ethniques » qui ont été réalisés auprès de sociétés en voie de disparition, dans le monde entier. Aucun siècle n’avait pu le faire avant. Les notations écrites qu’on en a eues sont très peu de choses. Et aucun siècle ne pourra sans doute le faire ensuite. Les mailles si fines, de la différence, de la diversité, sont en train de craquer à toute vitesse.

Tout cela nous éloigne sans doute du sujet : Le « trad » est-il inscrit dans la société actuelle ? (c’est bien ça ?). Pour moi, il n’y a pas un « trad » actuel, mais plusieurs. Et ça me ferait plaisir que la « vie trad » d’un jeune Breton, continue, pour quelque temps encore, d’être différente de celle d’un jeune Provençal. Je rêve ?

#36 + Partager Chamusique

Chamusique
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 923 messages
  • Localisation: Ambierle (Loire)
  • Groupe(s):La Tourmentine (folk généraliste) Tchernobal (bal rock)
  • Instrument(s):saxo, clarinette, musettes, whistles, trucs à vent, électronique...

Posté 17 févr. 2007 - 15:41

Moi, j'aime bien quand ça bouillonne un peu dans les cerveaux !
Ceci dit, je vais un peu relire tout ça bien calmement avant de continuer à alimenter parce que ça part vraiment dans tous les sens et que ça finit par manquer un peu de sens justement ! (à bientôt ailleurs et sans doute ici plus tard...)

#37 + Partager Marou

Marou
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 756 messages
  • Localisation: Montpellier, té!
  • Activité(s):Musicothérapeute et musicienne
  • Groupe(s):Le Bal en Chantier, Miélomanies, La Ficelle, La Cie éol
  • Instrument(s):Flûte trav' et vielle à roue

Posté 17 févr. 2007 - 15:51

Je vais faire pareil, relire et réfléchir posément à tout ça... Au pire, ne vous excusez tout de même pas de sortir du sujet. On y reviendra d'une manière ou d'une autre. Et puis, souvent, une discusion en alimente une autre, alors bon... ^^

#38 + Partager Lucas

Lucas
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 902 messages
  • Localisation: Poitiers

Posté 17 févr. 2007 - 20:30

je pense que ce sujet rejoint celui de redfred
cf : Entre tradition et modernité, où vont les musiques à danser? - musique trad!

j'en ai déja suffisement dit là bas ^^

#39 + Partager Armelle

Armelle
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 769 messages
  • Localisation: paris poitiers
  • Activité(s):dansicienne

Posté 03 mars 2007 - 17:55

quoi ! j'avais laissé passer ce sujet ?
merci marou de nous faire part de tes préoccupations... :)

cette question du sens me semble en effet très intéressante. Parce qu'aujourd'hui, il me parait de plus en plus difficile de figer les herméneutiques dans des temporalités closes. Il me semble que la musique appartient (comme la vision de l'art moderne aujourd'hui) à un espace plutot fluctuant, une sorte de continuum qui s'étend sur plusieurs époques et qui ne se fixe plus dans une époque a priori donnée.

La conscience collective des herméneutiques sociales, religieuses, politiques etc... a laissé place à un fatras de contradictions...

voila pourquoi aujourd'hui, parce que les oeuvres n'ont de cesse d'entrer en résonance et de créer des échos dans le domaine artistique, voila pourquoi les gens espèrent en une approche phénoménologique de l'art, soit la recherche de sensations immédiates et de "symptomes" (dixit merleau ponty) qui agissent sur l'organisme et soulèvent des énigmes. Enigmes qui ne cherchent pas forcément a être résolues, mais qui sont importantes de par leur existence propre.

La question du sens est un vaste domaine...
merci d'en avoir soulevé un des aspects un peu tordu marou ;)

#40 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 798 messages

Posté 03 mars 2007 - 18:30

Dis Armelle, histoire sans fin, c'est dans la rubrique jeux et non musique trad...

:D :D :D :D je décooonnne!


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)