Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

Qu'est-ce que la danse du blues?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 + Partager Munsine

Munsine
  • Tradzonard(e)
  • Pip
  • 2 messages

Posté 11 déc. 2018 - 10:42

Bonjour. Alors hier soir, j'ai décidé d'aller danser un swing, et dans l'une des salles, on faisait du blues. Demandez d’abord à quelqu’un dans la salle de balançoire qu'est-ce que le blues a été et ils m’ont répondu qu’il s’agissait simplement de danser.
 
Alors je suis allé à la salle de blues et commencer mon enquête. J'ai vu des couples qui se déplaçaient lentement d'un côté à l'autre avec un virage occasionnel. Il n'était pas clair qu'il y avait une étape fondamentale.
 
Donc, il y avait une enseignante là-bas et elle m'a dit que c'était en quelque sorte un échelon. Mais j'ai aussi appris qu'il y avait un décalage. Plutôt que de marcher sur le temps, ils s’éloignent peut-être du rythme du battement.
 
Il a également été question de maintenir une année sportive. C’était un peu comme un Crouch, comme si vous alliez commencer à courir et que nous attendions l’arme. Mais le scratch n'était pas trop extrême.
 
Le maintien de cette position semble également indiquer que vous ne voudriez pas vous éjecter du sol. C'est un peu comme le latin, car il faut maintenir la corneille.
 
J'ai aussi demandé s'il y avait une sorte de base historique pour la danse du blues. Peut-être y avait-il de vieux films où je pouvais voir ce type de danse comme un exemple de ce qu’ils font maintenant. Mais je n’ai pas vraiment eu de réponse claire à ce sujet.
 
Je ne sais pas si ce que je viens de dire est clair, car je ne suis toujours pas très clair. Qu'est-ce que le blues? Merci!


#2 + Partager AntoineL

AntoineL
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 383 messages

Posté 28 déc. 2018 - 15:35

Salut,

 

C'est vraiment très difficile de comprendre ta question. Je pense que tu as utilisé beaucoup de traduction automatique ;)

 

Pour ta question sur la "danse blues" :  c'est la première fois que j'entends ce terme. Mais je viens de voir qu'il existe des bals qui se nomment ainsi. A regarder, ça ressemble à du swing, avec des danses assez libres.

 

A mon avis c'est un concept moderne. Je doute beaucoup qu'il existe une réelle réponse à ton interrogation sous un angle "historique" ou "traditionnel"...

 

Est-ce que quelqu'un ici en sait davantage ?



#3 + Partager ioionette

ioionette
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 51 messages
  • Localisation: Paris
  • Groupe(s):Les Conteuses de pas, Trio Caroublanc
  • Instrument(s):Chant, Tanpura, Violon (je débute, pas taper)

Posté 28 déc. 2018 - 16:06

Je connais plusieurs danseurs de folk qui font aussi de la danse blues, effectivement il s'agit à priori d'une danse récente.
voici une vidéo que donne en exemple Créativiste

 

 

A savoir que c'est pratiqué là sur une musique de type plutôt "blues" mais que dans les bal de danse blues on danse à priori sur tous types de musique, y compris des trucs très actuels genre Lady Gaga. Ce sont des set de DJ la plupart du temps et non des groupes qui jouent, même si ça arrive quand même, on en voit d'ailleurs un jouer sur cette vidéo du festival European Blues Invasion

 

Comme on le voit dans cette vidéo la "danse blues" est une danse qui mélange un peu pleins de danses différentes notamment pas mal de danses latines (tango, salsa, forro) d'après ce que j'en vois tout en laissant une grosse part à l'improvisation.

Très clairement moi une danse ou ça ne choque personne que le mec attrape sa partenaire par les fesses pour la relever (je n'invente pas, c'est dans la 2e vidéo) c'est clairement pas pour moi, mais tous les goûts sont dans la danse...

 

PS : Munsine, désolée de n'avoir par répondu avant mais comme Antoine, j'avais du mal à saisir ta question.


Modifié par ioionette, 28 déc. 2018 - 16:09.

  • AntoineL aime ça

#4 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 11 janv. 2019 - 13:23

c'est un danse de noir que les blancs reprennent à leur compte



#5 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 12 janv. 2019 - 15:07

Mieux vaut lire ça qu'être aveugle?

 

Comme dit Lanost, le blues est une danse noire des Etats-Unis. C'est par eux que les musique blues (très diverses) et les danses associeés (très diverses aussi) ont évolué en parallèle depuis plus de 100 ans. Le blues a historiquement été dansé en solo et en couple, de façon assez anonyme, puisque le racisme ambiant fait que si les blancs ne voient pas comment récupérer l'activité artistique noire à leur compte, cette activité n'existe pas. Du coup, Elvis et Eric Clapton font un carton avec les musiques noires traduites pour un public blanc, mais contrairement au Lindy Hop dans les années 30 et 40, devenu jive, rock, east coast swing, personne ne l'a transformé en produit de consommation de masse. (Un parallèle avec les danses traditionnelles de france et le relatif succès de Nolwen ou Manau est plutot approprié)

 

Dans les années 80 et 90, le Lindy Hop entame son revivalisme avec des danseurs blancs qui cherchent les danseurs d'avant pour apprendre d'eux. Ca explose à la fin des années 90 et dans les années 2000, la plupart des villes ont des cours et des festivals de lindy hop. Le lindy hop étant assez épuisant, vers 3h du mat, les gens ont besoin de quelquechose d'un peu plus tranquille et inventent des façons de danser sur de la musique lente (jazz blues). Comme ils savent qu'il existe des danses blues, et encouragés par les propos des anciens danseurs de lindy hop (du genre "quand la musique était lente on prenait sa chérie et on dansait tout près"), et par quelques vidéos, notamment du "Spirit Moves", ils s'imaginent que ce qu'il font est proche du blues. Des cours et des évènements de blues se distinguent et vont à la recherche de danseurs et de profs qui savent de quoi ils parlent. Il s'avère qu'il y en a et que le "blues" dansé par les lindy hoppers blancs et le blues dansé par les afro-américains ne sont pas aussi proches que certains l'imaginent.

 

Ca prendra jusqu'au début des années 2010 pour que la danse blues commence à être prise au "sérieux" aux USA et en Europe

  • Il n'existe pas "une", mais "des" danses blues (un peu comme pour la bourrée ou la gavotte), regroupées dans deux grandes catégories
    • Les danses "Jookin", provenant des Jook Joints: beaucoup de mouvement solo, beaucoup de sur place car l'espace de danse est bondé, une musique plutot "guitariste/chanteur solo"
    • Les danses "Ballroomin", provenant des salles de bal: des déplacements en ligne de danse, un peu comme le foxtrot ou le quick step, un peu plus de "figures", une musique plutot "orchestre de jazz"
  • Les danses blues ne concernent pas que les musiques lentes comme le slow blues et le jazz blues, mais aussi les shuffles, boogies, latins, country blues, etc.
  • Ces danses retrouvent une esthétique commune:
    • lien au sol (visuellement et physiquement ancré dans le sol)
    • lien à la musique (la façon que la musique encourage à bouger peut paraitre en "décalage" ou en "délai", mais c'est plutot que la danse, tout comme la musique, occupe l'espace entre les temps)
    • polycentrie (c'est toutes les parties du corps qui sont impliquées dans le marquage du rythme et pas exclusivement les pieds)
    • polyrhythmie (il n'y a pas qu'un seul rythme qui est privilégié, et différentes parties du corps peuvent marquer différents rythmes)
    • on retrouve aussi d'autres esthétiques de danses afro-descendantes (importance de son propre mouvement même en danse de couple, éphébisme, stylistique de faire des choses difficiles comme si elles étaient faciles), etc.

En parallèle à la "réhabilitation" du blues en tant que danse avec une esthétique propre (toujours pas finie selon les pays et les villes), d'autres danseurs apprécient la liberté offerte par le blues comparé à d'autres danses (une partie de cette liberté est inhérente - c'est une danse improvisée avec peu de "pas de base" - et une partie vient du fait qu'a cette époque du revivalisme personne sait ce qu'il fait donc chacun fait ce qu'il veut), et veulent danser avec cette liberté sur d'autres musiques. Ca s'appelle d'abord du "blues alternatif", puis lorsque l'emprunt aux autres genres comme le tango ou le lindy hop devient plus fort, par souci de clarté ca s'appelle de la "fusion". C'est pas sans rappeller la mazurka de type "néo trad" (sauf qu'on continue d'appeller ca de la mazurka).

 

Donc pour répondre à Munsine:

  • Il existe de nombreuses bases du blues
  • Beaucoup de danseurs de blues n'ont pas ou peu pris de cours avec des personnes formées en blues, à base de collectages et de danseurs afro-américains (tout comme la majorité de danseurs de folk n'ont pas pris de cours de mazurka avec des personnes qui ont étudié des collectages de mazurka)
  • Il ne s'agit pas simplement de danser, mais de danser avec une esthétique blues, tout aussi difficile à acquérir que celle de la bourrée ou du rondeau (a cause de la différence avec les danses populaires aujourd'hui et de la difficulté d'accès aux sources)
  • Il existe quelques vidéos, mais c'est assez rare parce que personne n'a bien collecté et (tout comme certains collectages en France) ont fait attention de collecter ce qu'ils voulaient y trouver.

Voilà un des plus beaux exemples, mais attention c'est un extrait de film, donc mis en scène 

 

 

Pour répondre à ioionette...

  • En bal fusion on danse sur tous types de musique. En bal blues on danse sur du blues (après certains ne partagent pas cet avis, mais c'est pareil que pour le tango, la kizomba ou la mazurka)
  • Le blues n'est pas plus un mélange de danses que le tango, la kizomba ou la mazurka
  • Le revivalisme du blues en tant que danse de couple dansé par des blancs en Europe est relativement récent - mais on pourrait dire pareil pour le revivalisme de la mazurka, ce qui ne fait pas de la mazurka une danse récente
  • Oui c'est une danse qui promeut la musicalité et l'improvisation (comme toutes les danses j'espère)
  • Oui c'est souvent des DJs, mais aussi souvent des groupes quand on peut se les payer (ca coute souvent plus cher que les groupes folk et y'a largement moins de gens compétents à se poser au milieu du parquet et sortir leur instrument qu'en folk)
  • European Blues Invasion est un évènement blues ET fusion (le nom était mal choisi, mais c'est le fruit de son époque). Ce qu'on voit dans la vidéo est énormément de fusion. On y trouve du blues à partir de 1mn jusqu'à la démo des profs (remélangeant blues et fusion) vers 1mn40.
  • La on voit effectivement quelqu'un (un couple de profs assez renommés d'ailleurs, grrrrrr) soulever sa partenaire par les fesses. Je suis assez surpris du montage, puisque ce ne serait jamais enseigné, ni toléré, et c'est absolument pas du blues (ni acceptable dans la communauté fusion non plus). Je t'encourage a ne pas te laisser être rebutée par le blues ou la fusion à cause de cet élément (meme si d'autres éléments ne sont pas pour toi)

Antoine, je suis déçu, je croyais que tu étais plus grand fan de moi :P j'ai enséigné "esthétique lindy hop et blues en danse folk" avec chroi au dernier St Gervais, ou tu as joué avec Papillon de Nuit. (Mikulas de Baf.nu a aussi enseigné du blues à Gennetines à plusieurs occasions)

 

Allez pour finir, une belle vidéo, puisque je suis dedans ( :P ) (les "compétitions" sont plutot des démonstrations destinées à inspirer les autres danseurs - et des opportunités d'avoir des belles prises longues de vidéo avec le consentement des personnes filmées - ce n'est que 15mn dans un évènement avec plus de 30h de bal sur quatre nuits) - je danse au début avec la femme en robe bleue, puis je suis dans le premier spotlight à 3mn29

 


  • loic aime ça

#6 + Partager ioionette

ioionette
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 51 messages
  • Localisation: Paris
  • Groupe(s):Les Conteuses de pas, Trio Caroublanc
  • Instrument(s):Chant, Tanpura, Violon (je débute, pas taper)

Posté 13 janv. 2019 - 03:34

Merci Tirno pour les précisions. Notamment historiques, je me coucherai moins bête ce soir.
Je tiens à dire pour ma défense que je n'ai jamais mis les pieds en soiree de danse blues. Je suis venue répondre à ce message parce que personne ne le faisait et que je trouvais dommage qu'il reste lettre morte. Je ne prétends pas en connaître plus que ce qu'on m'a dit ou ce que j'ai analysé moi-même des vidéos. Du coup à priori ça s'avère un paquet de conneries, heureusement que quelqu'un vient rétablir les choses.
Mais du coup j'ai des questions !
1) y'a un pas de base ? Ou des pas de base aussi bien ? Parce que des vidéos que j'ai vues je n'arrive pas à rien détacher de commun entre les différents couples qui dansent.
2) la composante très sexualisée de la danse elle est réelle ou c'est aussi une impression que donnent les vidéos ?

Désolée en tout cas si j'ai donnée une impression de mépris ou de condescendance sur le sujet, en me relisant je me rends compte qu'on pourrait l'interprèter de cette manière. En ce qui me concerne on m'a littéralement présenté le blues par "Oui viens tu vas voir si tu sais suivre tu vas t'en sortir c'est comme si tu faisait des mazurka chamalllow toute la soirée, mais par contre il ne faut pas avoir peur de te coller à ton partenaire c'est comme ça que ça se danse". Sans grande surprise, j'ai fuis devant cette description (oeuvre peu flatteuse de quelqu'un qui aimait pourtant cette danse), et rien de ce que j'ai ou voir depuis en vidéo ne m'a semblé incompatible avec la description qui m'avait fait fuir.

#7 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 14 janv. 2019 - 10:03

De mon côté, j'étais tout remonté parce que je connais bien les organisateurs de EBI et j'étais persuadé qu'ils n'auraient pas inclu une portion de video avec touchage de fesses - en même temps, une grosse partie du montage montre des choses qui n'ont rien à faire sur un parquet de danse (les portés et les gros "dips" ou on baisse son partenaire jusqu'au sol), donc peut-être ils ont eu peu de controle sur le résultat final... Bref, j'étais pret à t'accuser de voir un touchage de fesse là ou il n'y en avait pas et j'ai un peu oublié de recorriger mon tir ;) Désolé pour mon ton accusateur.

 

Pour la question des pas de base... je suis peu convaincu par la notion de "pas de base" en danse en général. Les bourrées, les gavottes et les rondeaux ont des dizaines de "pas de base", dont certains proviennent de régions clairement distinctes sur des musiques clairement distinctes (bourrée en morvan vs bourrée en limousin) et d'autres sont le fruit de quelques km et d'un revivalisme un peu trop acharné à dire "si le pas ou le style est différent, c'est clairement une danse différente" (gavotte fisel et autres gavottes 5 et 6 par exemple).

 

Alors... oui, il y a des pas de base, essentiellement basés sur une formule rythmique du corps entier (un changement d'axe tous les temps ou tous les deux temps) + une formule rythmque pour les pieds (1 2 3 4 ou 1 _ 3 _ ou 1 2 et3 4 et ou 1 _ 3 et 4) + un mouvement de la colonne vertébrale, par exemple: http://www.bluesmove...ur-corners.htmlCe mouvement de la colonne vertébrale résulte souvent en un mouvement dans l'espace du bassin, de la cage thoracique ou des deux.

 

La question de composante sexuelle est un peu complexe.

 

Tout d'abord, c'est une danse afro-américaine. Les cultures afro-américaine (et afro-descendantes en général) n'ont pas la même perception de ce qui est "sexuel" en termes de mouvement, d'interaction entre personnes et interactions entre corps que les cultures blanches. Par "sexuel", je veux dire ce qui est perçu comme demandant le consentement de l'autre personne ou qui serait mal vu/tabou de faire en public. De façon raciste c'est souvent perçu comme "les noirs sont hypersexuels/n'ont pas le sens de la décence". C'est absolument pas le cas. Par contre, la question de qu'est-ce qui rentre dans la sphère du sexuel est différente. Du coup un mouvement du bassin n'est pas forcément sexuel. Une danse proche n'est pas non plus forcément sexuelle. Mais la perception culturelle blanche peut facilement la percevoir ainsi par erreur.

 

En Europe, très peu de danseurs blancs ont même un minimum de codes culturels afro-américains. Du coup tout le paragraphe au dessus ne s'applique pas vraiment (mais on ne peut pas parler de sexualisation en danse blues sans l'aborder). On retrouve les mouvements de hanche qui font partie des bases du blues - et on voit bien qu'on se les approprie sans forcément savoir ou se mettre - pour certains il y a une gêne qui n'a pas forcément lieu d'etre - pour d'autres c'est délibérément des mouvements qui forment une sorte d'émancipation sensuelle ou sexuelle (par là je veux dire que même en culture blanche, on a le droite de s'exprimer corporellement sans devoir se cacher, sans que les mouvements qu'on fait avec notre propre corps soient perçus comme une invitation, tout comme on peut porter un jeans moulant ou un décolleté).

 

Au niveau du contact entre corps et de ce qui est recherché dans ce contact on trouve un peu la même chose. Etant en culture blanche, ce contact a un sens qui nous est propre et qui dépendra des individus. En tant qu'organisateur et enseignant, je dirais que deux personnes, peut importe qui elles sont, peuvent danser en "close embrace" (un peu comme le collé serré en mazurka folk, qu'on peut me voir danser au dessus) sans qu'il y ait gêne ou sexualisation. Je peux danser proche avec ma mère et je peux danser proche avec ma partenaire, et le courant qui passe sera différent (ou pas), tout comme je peux etre en conversation avec ma mère ou en conversation avec ma partenaire (et cette conversation avec ma partenaire peut avoir une composante affective, sensuelle, sexuelle, ou just etre du partage de tous les jours).

 

Mais clairement deux individus n'ont pas forcément envie de ce contact, aussi chaste qu'il soit. Du coup, dans la plupart des communautés de blues, on a l'option de pas danser proches si on ne le souhaite pas (en cours ca dépendra un peu de ce qui en train d'etre enseigné). La position proche et la posture du blues font par ailleurs que les bassins ne vont pas se toucher.

 

Il y a des personnes qui dansent toute la soirée sans se coller à leurs partenaires - et si tu n'a pas l'impression d'avoir cette option, t'es pas au bon endroit. Je peux recommander La Belle Blues à Paris, qui sont très au clair sur l'importance de l'autonomie corporelle. D'ailleurs, puisqu'en culture blanche, il faut règler ce problème de sexualisation, la plupart des communautés blues en Europe sont très au clair sur le consentement, le fait qu'on n'a pas à subir des interactions qu'on ne souhaite pas, et que les personnes qui viennent surtout pour draguer ou pour choper sont mal vues (ou éjectées/découragées de revenir).

 

(Après, la nature improvisée, intime et proche de la musique du blues, tout comme la mazurka shamallow, le tango ou le bal musette font que les gens se rencontrent et se mettent en couple ou couchent ensemble - c'est la nature humaine. Mais le blues n'est pas juste un prétexte à ça. L'intimité habituelle et non sexuelle qu'on retrouve en blues fait même qu'on est très habitués à distinguer une énergie sexuelle d'une énergie non sexuelle - et à partager cette énergie de façon intentionnelle. Du coup c'est très fréquent que je danse corps a corps avec mes partenaire et qu'on donne l'impression à un oeil non-initié qu'il y a une composante sexuelle intense à notre danse - mais je dirais que c'est très rare - d'autant plus que profiter de cette intimité serait mal venu, du coup, si une composante sexuelle développait, j'aurais plutot tendance à la mettre de coté pour le temps de la danse et éventuellement à en parler après)

 

(Il y a aussi des gens, surtout en France, qui n'ont pas compris ou cherché à comprendre le blues et croient qu'ils peuvent imposer la proximité parce que c'est comme ca que ca se fait, ou qu'ils sont libres de sexualiser les mouvements et de faire de la danse une sorte de mise en scène de la drague dansée. Et il y a des gens qui ont juste appris en regardant ces modèles-là...)


  • loic, ioionette et Docteur Masu aiment ça

#8 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 428 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 14 janv. 2019 - 10:22

  • En bal fusion on danse sur tous types de musique. En bal blues on danse sur du blues (après certains ne partagent pas cet avis, mais c'est pareil que pour le tango, la kizomba ou la mazurka)

Moi, quand on m'a traîné dans une soirée blues, je me suis dit : chic, à défaut de danser (c'est vraiment, mais alors vraiment pas du tout ma came les danses de salon), j'aurais de la bonne musique dans les oreilles. Las! Un morceau seulement vaguement blues (un équivalent de Caravane Palace mais teinté de blues), et ensuite de la musique qui n'avait rien à voir. Probablement c'était une soirée fusion, mais pas vendue comme telle. 



#9 + Partager Gabpipes

Gabpipes
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 70 messages
  • Activité(s):musicien
  • Instrument(s):cornemuses

Posté 14 janv. 2019 - 14:58




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)