Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
- - - - -

Devenez professeur de musique traditionnelle diplômé d'Etat


  • Veuillez vous connecter pour répondre
41 réponses à ce sujet

#21 + Partager Lucas

Lucas
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 902 messages
  • Localisation: Poitiers

Posté 09 févr. 2009 - 12:36

Voici ce qu'on a à Poitiers :

http://pagesperso-or... ... #tradition

Tout est dispatché sur cette page.

Ceci dit le problème chez nous c'est que personne ne se présente :
Cette année 1 candidat ... non admis.

Du coup personne en premire année et de mémoire un seul en 2eme.

Jacques (cabrette) tente de me convaincre pour le faire avec lui l'an prochain après notre DEM, le CEFEDEM etant à 300m de chez moi ...

#22 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 11 févr. 2009 - 00:22

salut,

ben moi je suis étudiante en 2ème année au Cefedem de Lyon, alors je vais en parler un petit peu... :)

Le Cefedem de Lyon propose le DE :
- de jazz
- de classique : DE de son instrument, ou DE de formation musicale (=solfège)
- de musique traditionnelle
- de musiques actuelles amplifiées


déjà je voudrais réagir par rapport à ce que j'ai lu plus haut

Parce que je trouve que le DE qui a été créé pour le cursus classique ne s'adapte pas à la musique trad. Les exigences n'étant pas les mêmes, comment donner la même valeur au diplôme ?

permettez moi de cadrer 2-3 trucs :

le DE (Diplôme d'Etat) est un diplôme qui valide des compétences d'enseignement. Il n'est en rien dans la lignée d'un cursus classique, sanctionnant un niveau instrumental (même s'il est demandé un niveau minimum pour rentrer au cefedem).
On parlera de pédagogie (mot compte triple!), de manières de transmettre un savoir, de capacités d'adaptation à un contexte, à une époque, mais aussi de la façon de prendre en compte à la fois les valeurs qu'on défend, les exigences d'un ministère pas toujours très coopératif, et les projets de la structure dans laquelle on travaille... j'en passe.

Je ne vois pas en quoi ces compétences ne s'adapteraient pas au "trad":
quand vous faites un stage et que vous le trouvez génial, c'est peut être parce que l'intervenant a enfin réussi à vous faire comprendre un truc qui vous résistait depuis toujours (même que vous aviez abandonné!), ou qu'il vous a apporté pile ce dont vous aviez besoin et même un peu plus, ou encore parce que le stage se passe dans des locaux d'assoce près de chez vous... on est exactement dans ce que je décris au dessus.

pourquoi le "monde du trad" ne pourrait pas bénéficier d'un enseignement de cette qualité, qui se remettrait aussi en questions, voire (oulà, mais là je m'avance) qui s'inspirerait d'une autre esthétique... :hmm:

bon, ça c'est fait. :wht:


Mais ça amène justement à se poser la question de savoir si au contraire ça serait très intéressant voire même bénéfique de ne pas être dans une foramtion unique

Bingo !
Bienvenu au Cefedem de Lyon. :)

dans notre promo, nous sommes :
- 5 en jazz
- 14 en classique
- 3 en trad
- 2 en musiques actu.

l'ensemble de la promo bénéficie de la même formation toute l'année : nous sommes très rarement regroupés par esthétiques, la plupart du temps nous suivons ensembles les mêmes cours, et pour les travaux musicaux qu'on a à faire : mixité assurée...
je crois que le Cefedem de Lyon s'en est fait un peu sa marque de fabrique (et sa fierté!).
Nous n'avons pas de cours de perfectionnement sur nos instruments, on est autonomes sur ce point : certains prennent des cours en dehors, d'autres en donnent, d'autres encore font les 2... l'objectif principal étant de nous former au métier d'enseignant... dans toute sa complexité !

Le fait de travailler avec des gens d'autres esthétiques, c'est vraiment essentiel, je pense que c'est le point fort de ce Cefedem, ça nous permet de nous ouvrir à d'autres manières de faire, de trouver des solutions sur des problèmes qu'on rencontre quand on donne des cours, ça permet aussi de replacer la musique et donc son enseignement dans un contexte de 2009 où l'accès à la culture se démocratise complètement, et pour des gens qui veulent y bosser, dans la culture, je pense que c'est hyper important...


Qui peut nous donner des détails sur la formation trad proposée au cefedem, les choses demandées pour se présenter, les cours, le tutorat,...

la mieux placée pour en parler, c'est Marie.
elle corrigera, si besoin.

les 3 trad de notre promo sont :
- un vielliste
- une joueuse de tambour bélé (martinique)
- une accordéoniste chromatique spécialité musique des balkans.

il y a un concours pour rentrer :
pour les classique et les jazz il faut juste un DEM (Diplôme d'Etudes Musicales) délivré par un conservatoire de n'importe où en France, et un BAC.
pour les trad, les parcours et les formations possibles sont tellements vastes que le DEM n'est pas exigé (d'ailleurs il n'existe pas forcémment). Dans ces cas-là il faut présenter un dossier très complet comprenant tout ce qui concerne son propre parcours, les gens avec qui on a bossé, comment, les concerts, des enregistrements... la totale.
Ce dossier passe devant une commission qui vous donne (ou pas) la possibilité de présenter le concours.

ensuite c'est comme pour tout le monde :
- un écrit : des écoutes à commenter + une réflexion sur un texte philosophico-pédagogico-sociologique (sur la base de questions)
- un oral : 20min de musique + un déchiffrage à plusieurs candidats + un entretien.

un dernier point important :
on peut très bien entrer au cefedem pour valider plusieurs DE.
DE classique saxophone + DE chant trad
DE classique saxophone + DE formation musicale (solfège)...

voilou... la formation n'est pas parfaite, loin de là, mais elle a quand même l'avantage de proposer un point de vu engagé. On a le droit de ne pas aimer, ou de ne pas être d'accord,
en tant qu'étudiante là-bas, je peux vous dire que nous sommes régulièrement sollicités par les formateurs pour donner notre avis sur ces questions de diplômes, nous avons voix au chapître !
Le meilleur conseil que je pourrais donner à ceux qui ont des idées sur la question, c'est de venir participer à cette formation et de la construire avec nous. :]

si y a des questions encore...
à vot'service !

#23 + Partager Chamusique

Chamusique
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 923 messages
  • Localisation: Ambierle (Loire)
  • Groupe(s):La Tourmentine (folk généraliste) Tchernobal (bal rock)
  • Instrument(s):saxo, clarinette, musettes, whistles, trucs à vent, électronique...

Posté 11 févr. 2009 - 08:12

J'ai l'impression que dans le trad subsiste l'idée du "génie populaire" apriori anti-institutionnel, spontané, de transmission oral etc. Tout cela relève plus ou moins du mythe, comme d'accorder plus de valeur à un thème collecté qu'à une compo récente pour des motifs d'authenticité. Bref, "le laissez-nous tranquille faire nos petites affaires dans notre coin pittoresque" c'est bien mignon mais ça fait du surplace s'il n'y a pas d'apports extérieurs comme, par exemple, des formations dispensées par des gens dont c'est le boulot et qui auront acquis les compétences pour dans des conditions correctes.

Localement, dans mon carré de choux, au niveau des écoles de musique, il n'y a que deux profs qui mettent l'accent sur les musiques traditionnelles, encouragés par un directeur qui a intégré la notion de diversité dans les enseignements (et découragés par d'autres qui en sont encore à être obsédés par garnir les rangs de leur sacrosaint orchestre d'harmonie...). Deux sur tout le bassin roannais ça fait pas lourd, alors quand parmi les quelques musiciens trad locaux j'entends des arguments contre apriori, ça me met les nerfs en pelotes ! Par exemple : "on ne peut être compétent que dans UN répertoire sinon c'est approximatif". Et pourquoi donc ! Ou alors : "Ils proposent de l'irlandais, du klezmer et je veux jouer du Centre France". Comme si ce qu'on pouvait apprendre ne pouvait être en aucune façon transférable.

Donc, dans leur enseignement "habituel" les profs en question intègrent du répertoire de musiques traditionnelles (car ils ont aussi une pratique personnelle). Ils suscitent des rencontres entre leurs élèves et des musiciens trad amateurs et ils organisent des stages avec des intervenants "experts" (cette année deux week-ends violon irlandais (+guitare) avec Daniel Gourdon).

La plupart des gens qui vont en écoles de musique (je parle des amateurs) ne savent généralement pas trop quelles musiques ils vont finir par avoir vraiment envie de jouer. C'est une chance pour eux de pouvoir croiser durant leur cursus, des profs "généralistes" qui possèdent des compétences plus larges (jazz, musiques traditionnelles ou autres) et qui leurs ouvrent des possibilités autres que de jouer du classique ou de la variété.

Quant à ceux qui ont une envie d'instrument trad, pourquoi ne pourraient-ils pas bénéficier des structures généralistes ?

Une reconnaissance professionnel, c'est pas du luxe. Par exemple, la création du DUMI (Diplome Universitaire de Musicien Intervenant) n'a pas été sans problème. Je connais des gens qui ont perdu des opportunités de travail quand les portes des écoles se sont fermés à eux. Par contre, pour les intervenants qui ont franchi le pas (avec parfois des craintes de se laisser enfermer dans un système), ils ont acquis une reconnaissance professionnelle (avec comme partenaires des enseignants de l'élémentaire et, ceux-là, c'est pas toujours de la tarte de faire de la musique avec eux, je sais de quoi je parle...)

#24 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 11 févr. 2009 - 10:58

Cham il faut que je t'épouse tout de suite je pense... :heart:

J'ai l'impression que dans le trad subsiste l'idée du "génie populaire" apriori anti-institutionnel, spontané, de transmission oral etc. Tout cela relève plus ou moins du mythe, comme d'accorder plus de valeur à un thème collecté qu'à une compo récente pour des motifs d'authenticité. Bref, "le laissez-nous tranquille faire nos petites affaires dans notre coin pittoresque" c'est bien mignon mais ça fait du surplace s'il n'y a pas d'apports extérieurs comme, par exemple, des formations dispensées par des gens dont c'est le boulot et qui auront acquis les compétences pour dans des conditions correctes.

:clap:
tu l'as formulé mieux que moi, merci..

c'est déjà pas rien, que le directeur de l'école de musique de chez toi encourage l'ouverture et la diversité. Après, bien sûr il y a "encourager" et "encourager" : personne ne va jamais se revendiquer contre l'ouverture, on a tous des supers intentions, on veux le meilleur pour les élèves...
après dans les actes, c'est là qu'on rigole (ou pas d'ailleurs), je sais que dans une des école de musique où je bosse, je vais devoir entamer un long travail de conversion de mes collègues et du directeur pour pouvoir proposer quelque chose de moins "dans les clous" sans que tout le monde me regarde de ce p...tain d'air condescandant qui me fait horreur :
"la pauvre, elle jeune, nous aussi quand on avait son âge on avait ce genre d'idée, mais réalité du terrain...gangangnain"

En fait on touche à une grosse angoisse chez les profs qui est de penser qu'aller voir un peu comment ça se passe ailleurs c'est :
-1 une perte de temps : après il faut rattraper le programme
-2 une perte de temps : après il faut reprendre toute sa belle technique, la pure, la seule, l'unique, la vraie
-3 une énooorme responsabilité : et si jamais ça plaît à l'élève et qu'il veut réellement aller renconter des pro et nous quitter ? keskonfé ? :eek:

cette histoire de transférabilité des savoirs, c'est un peu la clé, quand même... aucun gamin n'a jamais perdu son français parce qu'il s'est mis à apprendre l'anglais, sinon à 45 ans on serait toujours au lycée, ça paraît évident pour tout le monde !
En musique, si les gens sont moins convaincus de ça, c'est bien à cause des profs qui entretiennent cette idée : un prof détient le Savoir, c'est très fort dans les mentalité, et le drame c'est que les élèves, ils intègrent ça tout de suite...
à Lyon avec la proximité de ces p...tains de consevatoires, c'est vraiment difficile :
soit les écoles de musique alentour s"alignent" (je déteste ce mot) sur l'enseignement des conservatoires, donc terminé, l'ouverture ! il faut du niveau, de la technique ! (n'oubliez pas le point 2 cité plus haut : aller voir ailleurs c'est une perte de temps)
soit elles proposent véritablement autre chose, de plus ouvert, de plus en phase avec les demandes de son public : on crée un pôle de musique actuelles, on revoit l'organisation de l'enseignement, quitte à rompre avec une tradition séculaire :eek: ! mais là on s'affiche clairement "novateurs" avec tous les risques que ça comporte, c'est-à dire pas tant que ça : un vieux froncement de sourcils de la part du conservatoire, et des élèves heureux.

#25 + Partager MathieuBb

MathieuBb
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 918 messages
  • Localisation: Cantal (15)
  • Groupe(s):Duo Schilling-Lepoivre, l'Arlésienne, Fai Anar
  • Instrument(s):trompette/bugle, tin/low wishtle, guitare

Posté 25 janv. 2010 - 14:15

Coucou je prends ce topic en cours après 1 an de standbye...

Je suis bien éloigné (je veux dire : j'ai fait peu de stage et je ne suis pas prof ou instit) de ces questions d'enseignement mais c'est un récent tract pour un stage de musiques et de danse trad qui m'a fait me questionner sur le pourquoi ils y mettaient tellement d'insistance à citer les DE de ceci et cela pour chaque intervenants ? Comme si ça garantissait la qualité du stage à venir.

A vrai dire, je pensais que non, je m'disais : ils nous gonflent avec leurs diplômes ronflants, ça ne garanti rien. Puis en lisant Laclaire et Cham, j'ai un peu changé d'avis : si les diplômes valident de la péda, alors ok.

Et puis au final je ne sais pas trop quoi en penser (intéressant mon post, hein ?) sinon que j'ai eu une sorte de mouvement de recul en voyant tant de diplômés ! Cham ne serait pas content ! C'est lié je pense au fait que tout le monde est toujours confronté à tout âge à des "profs nuls" (collège, lycée, études sup, formateurs professionnels, etc..) alors qu'ils sont (en général) diplômés pour le faire. Bref, j'ai pas confiance dans le diplôme au final.

Et ma vraie question du jour c'est : on en est où en diplôme de danse trad au fait ?

Ah, et au fait, Cham et Laclaire, z'êtes mariés ?

#26 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 26 janv. 2010 - 10:40

si les diplômes valident de la péda, alors ok.

le DE en musique valide de la péda.

Mais comme tu dis plus loin, ça ne garantis rien, si ce n'est qu'à un moment donné le gars a reçu une formation pour ce qu'il fait, et que c'est un jury (donc un regard extérieur et "supérieur") qui a sanctionné.

Mais après tout, mettre sa bio sur un tract et y dire qu'on a joué avec untel, ou qu'on a été élève de... ça garantis rien non plus.

Au final, c'est une histoire d'humain, diplôme ou pas : on connait tous des gens qui ne se sont pas embarrassés avec ça et qui font le truc mieux que les autres.
dingue ! :O

...j'ai eu une sorte de mouvement de recul en voyant tant de diplômés ! [...] C'est lié je pense au fait que tout le monde est toujours confronté à tout âge à des "profs nuls" (collège, lycée, études sup, formateurs professionnels, etc..)

Est-ce que le mouvement de recul ne vient pas plutôt de la facette institutionnelle du diplôme ?

Ah, et au fait, Cham et Laclaire, z'êtes mariés ?

j'ai bien essayé de le séduire à grand coup de termes pédagogique, vu que j'y connais rien en saxophone, mais je comprends pas, il préfère sa cabrette ?!

#27 + Partager MathieuBb

MathieuBb
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 918 messages
  • Localisation: Cantal (15)
  • Groupe(s):Duo Schilling-Lepoivre, l'Arlésienne, Fai Anar
  • Instrument(s):trompette/bugle, tin/low wishtle, guitare

Posté 26 janv. 2010 - 12:35

Est-ce que le mouvement de recul ne vient pas plutôt de la facette institutionnelle du diplôme ?


Si si sans doute. Comme tu dis, le fait de dire qu'il (elle) a joué avec tel formation, dans telle plan, fait tels concert, etc... Ca ne garantie rien. Mais je pense effectivement que ça m'aurais moins eu l'air "vantard" et "étiquette". Mais bon, j'ai lu des choses ici qui m'ont fait prendre conscience de l'intérêt d'un "titre", au final... Utile tdz !!

(PS : Moi non plus j'comprends pas ton interrogation finale, vu ces belles jambes vertes que tu as et ces antennes sexy !)

#28 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 26 janv. 2010 - 13:02

Mais je pense effectivement que ça m'aurais moins eu l'air "vantard" et "étiquette".

ah bah là pour le coup moi je pense l'inverse. ^^

#29 + Partager erwanburban

erwanburban
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 56 messages
  • Localisation: Bretagne
  • Activité(s):musicien
  • Groupe(s):Krenijenn, Skolkozh, Burban-Ronzier
  • Instrument(s):trompette, chant

Posté 10 mai 2010 - 21:50

Bon, il est plus de 22h et me voila à envoyer un message dans un sujet sur les cefedem... Un peu masochiste... vu que c'est mon boulot, mais bon, quand je lis ça :

les CEFEDEM se comportant plus ou moins comme des écoles privées, on assiste régulièrement à une sorte de course aux étudiants, dont le nombre est directement lié aux montants des subventions, ce qui fait, en ce qui nous concerne, que presque tous les centres font appel aux quelques candidats « musique traditionnelle » potentiels

Je peux juste dire que c'est n'importe quoi de généraliser comme ça. Je ne connais pas le fonctionnement précis de tous les cefedem, mais en Bretagne en tous cas c'est l'inverse : il y a entre 50 et 100 candidats et on ne peut prendre qu'un nombre réduit d'étudiants. ... si on avait des subventions "par tête", on aurait un sacré budget, on ferait des stages en Martinique 3 fois par an ! :D

... et dire que

le niveau des DE délivrés par les CEFEDEM est, en moyenne, bien plus faible que celui des DE « sur épreuves »

, là, on peut en effet généraliser... mais pour dire que c'est rigoureusement l'inverse. Le niveau en quoi ? En "exécution de morceaux de concours" ?? :O
Quant aux concours du CNFPT (pour rentrer dans la fonction publique en tant que prof d'école de musique/conservatoire)... Que ce soit avec un DE sur épreuve ou avec un DE obtenu à l'issue d'une formation en Cefedem, on n'est jamais sur de réussir (nombre de places...), mais quand on est passé par une formation on est quand même plus armé-e, ne serait-ce que pour passer devant un jury, pour être au clair avec ce qu'on a envie de défendre (conceptions pédagogiques, valeurs, culture,...)

... Pour le coeur du sujet, formation dédiée à une esthétique (trad, jazz, classique,...) ou formation mélangeant des étudiants de différentes esthétiques... je passe mon tour, sujet brulant, là je me sens mal placé pour en parler...

#30 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 12 mai 2010 - 14:39

Salut,
sujet brûlant, oui, mais justement si c'est ton job, ça me paraît vachement intéressant que t'en parles...
en tout cas moi j'ai donné mon avis sans me gêner...

#31 + Partager Tiennet

Tiennet
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 389 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Mister Klof, Duo TTC, Duo Esbelin/Simonnin, Les Papillons de Nuit, Les Rejetons de Bal
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, uilleann pipes, whistle, bouzouki, cabrette...

Posté 11 mars 2013 - 11:00

Hop, je déterre ce sujet...
Quelqu'un a entendu parler d'une session candidat libre pour le DE de musique trad prochainement ?
Où peut-on trouver ce genre d'infos sur le net ?

#32 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 16 mars 2013 - 01:02

Tiennet, il n'y a plus de sessions pour candidats libre.
Le bruit courait depuis un moment en classique, je pense que ça doit être la même chose pour les autres esthétiques...

Regarde sur cette page, les infos sont assez claires et complètes (dans le 1er encart "ce qu'il faut savoir" c'est écrit noir sur blanc) :
http://mediatheque.c...ude_musique.htm
Le site semble relativement à jour, donc je lui accorde un peu de crédit, mais dans me doute, passe un coup de fil au Cefedem le plus proche de chez toi, ils sont normalement renseignés sur ça.

Il te reste la VAE, j'ai des amis qui s'y sont lancés... C'est le parcours du combattant mais ça semble l'unique moyen d'obtenir le diplôme sans te taper la formation...

Sinon, tu as la formation continue, dispensée par les cefedem qui est organisée exprès pour des gens qui sont déjà en poste...
http://www.cefedem-r...professionnelle

Claire

#33 + Partager Panda

Panda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 572 messages
  • Localisation: Clermont Ferrand
  • Activité(s):Enseignant
  • Instrument(s):cornemuses, banjo...

Posté 16 mars 2013 - 09:59

Je rajouterai que dorénavant au CEFEDEM Rhône-Alpes, les commissions de décisions pour les concours d'entrées se font en interne, et ne relèvent plus seulement du bon vouloir du ministère; concrètement, ça veut dire qu'un candidat peut très bien intégrer la formation initiale sans DEM, pour peu qu'il monte un petit dossier/argumentaire sur sa pratique musicale, sa vision et les enjeux de l'enseignement (des musiques traditionnelles par exemple), les raisons de son souhait d'entrer dans une formation...
Bref le CEFEDEM c'est coolos quoi.

Modifié par Panda, 16 mars 2013 - 10:00.


#34 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 16 mars 2013 - 12:09

C'est coolos quand t'es en trad :lmao: parce que tu peux faire valoir le fait qu'il n'existe pas de DEM dans ta discipline, et que vous n'êtes pas nombreux à vous présenter ! Pour les parcours institutionnalisés (jazz et classique), c'est juste pas possible...

#35 + Partager Panda

Panda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 572 messages
  • Localisation: Clermont Ferrand
  • Activité(s):Enseignant
  • Instrument(s):cornemuses, banjo...

Posté 17 mars 2013 - 23:07

Pour en avoir parlé avec les formateurs, tout est négociable tant que la demande est bien argumentée...

#36 + Partager Tiennet

Tiennet
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 389 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Mister Klof, Duo TTC, Duo Esbelin/Simonnin, Les Papillons de Nuit, Les Rejetons de Bal
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, uilleann pipes, whistle, bouzouki, cabrette...

Posté 18 mars 2013 - 19:22

Merci laclaire et panda pour vos réponses ! :) :)

#37 + Partager Lavirgule

Lavirgule
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 100 messages
  • Localisation: en ce moment, près de Dunkerque
  • Activité(s):Etudiante aux beaux arts
  • Instrument(s):Plusieurs... c'est plus simple xD

Posté 19 mars 2013 - 15:34

Alors, à mon tour de posez quelques questions...

Déjà, peut-on envisager ce genre de concours et formation, si on as été toute sa courte vie en autodidacte ?
Faute de moyens, je n'ai jamais pu prendre de cours de musique, ni aller au conservatoire... Mais je joue pas mal d'instruments, m'enfin bref...

En gros, je suis entrain d'hésiter à quitter les beaux arts car ça m'énerve la mentalité radins qui entoure ce milieux ou c'est de plus en plus chacun pour sa peau --" Et du coup, je voulais savoir... Existe-t-il un formation miracle, qui me permettrais de rester sur ma multi-pratique d'instrument, et d'apprendre différent instrus (au moins deux ou trois) plus spécialement en milieux Trad, et d'acquérir des notions plus avancés de Solfège ?
J'aime apprendre et partager ce que je connais, l'apprendre aux autres. Je pense si je tiens encore un an aux beaux arts, après mon DNAP passés le CAPES Arts Plastique/appliqués, et devenir profs d'arts. Mais ce qui me plairait le plus serait vraiment de partir dans le milieux de la musique, et pourquoi pas de la danse ?!
Il existe des formations permettant de devenir Prof de l'univers Trad en gros ?! Musique, danse, contes et légendes, blablabla ?!

...
( mais que vais-je faire dans ma vie sinon ? Bah partir loin...loin...loin...)

#38 + Partager Mustradamus

Mustradamus
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 392 messages
  • Localisation: Limousin

Posté 29 mars 2013 - 10:58

ça veut dire qu'un candidat peut très bien intégrer la formation initiale sans DEM (...) Bref le CEFEDEM c'est coolos quoi.

Si quelqu’un se destine à la profession d’enseignant de musique traditionnelle, c’est quand même mieux qu’il se forme aussi bien que possible !
Et la préparation au DEM fait partie des formations de base… ;D

Existe-t-il un formation miracle, qui me permettrais de rester sur ma multi-pratique d'instrument, et d'apprendre différent instrus (au moins deux ou trois) plus spécialement en milieux Trad, et d'acquérir des notions plus avancés de Solfège ?

C’est possible en DEM, mais il faut avoir un niveau suffisant, au moins sur un des instruments, pour pouvoir y entrer. Il faut avoir aussi une spécialisation solide sur une aire culturelle en rapport avec l’instrument principal.

#39 + Partager Lavirgule

Lavirgule
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 100 messages
  • Localisation: en ce moment, près de Dunkerque
  • Activité(s):Etudiante aux beaux arts
  • Instrument(s):Plusieurs... c'est plus simple xD

Posté 29 mars 2013 - 12:55

D'accord, mais un niveau suffisant... ça veux dire quoi en gros ?
Je n'ai jamais fait de solfège, est-ce rédhibitoire ?

#40 + Partager nevado

nevado
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 757 messages
  • Localisation: Montpellier BAS-LANGUEDOC
  • Activité(s):Éducateur Technique Spécialisé, Maître de danse
  • Groupe(s):folkloriques et autres dans le Gard et l'Hérault
  • Instrument(s):tambour; aubòi (hautbois du bas-languedoc)

Posté 29 mars 2013 - 13:00

Rédhibitoire, non, je ne pense pas. Il suffit de s'y mettre c'est tout. :nevado:


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)