Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

- - - - -
autres

Est-il légitime d'émettre un avis critique sur les instruments de musique



  • Veuillez vous connecter pour répondre
139 réponses à ce sujet

Sondage : Est-il légitime d'émettre un avis critique sur les instruments de musique ?

Est-il légitime d'émettre un avis critique sur les instruments de musique ?

Vous ne pouvez pas voir les résultats du sondage tant que vous n'avez pas voté. Veuillez vous connecter et voter pour voir les résultats.
Vote Les invités ne peuvent pas voter

#1 + Partager *zimboum

*zimboum
  • Invités

Posté 02 mars 2010 - 10:45

Sur un fil de discussion antérieur (où faire réparer une vielle à roue) d'apparance bien tranquille, certaines positions se sont radicalisées et l'on a parfois tourné à l'aigre.
De ce fait, certains avis, peut-être intéressants, ne se sont (peut-être ?) pas exprimés.
Tradzone est un lieu d'expression pour les musiciens, utilisateurs d'instruments de musique :-)
Afin de ne pas amorcer une discussion avec flammes, explosions, menaces et crottes de biques du genre "les vielles machin c'est tout bon/pire que tout" voici un thème plus généraliste : le musicien-client du luthier a-t-il le droit de critiquer ce que lui vend son fournisseur ?
Je pense que oui, que c'est sain et profitable pour tout le monde.
Un fil de discussion est d'ailleurs en cours sur les accordéons Castagnari, qui, il me semble n'a pas déchaîné des passions excessives.
Si je me trompe, la discussion ne démarrera pas, et ce sera le bide.
D'une façon ou d'une autre, j'aurai une réponse.
Si vous avez un avis, voici une opportunité.

Zimboum

#2 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 02 mars 2010 - 11:27

Excuse moi d'émettre une critique, mais ton sondage n'est pas du tout assez cadré.

La question tourne plutot autour de points plus subtils:
- Est-il légitime d'émettre une critique très marquée du genre "luthier X fait un travail qui manque de précision et dont les résultats sont médiocres" sur internet. (Sachant que si tel était universellement le cas, ce luthier n'aurait très simplement pas de clients du tout).

1) c'est pas crédible
2) que ce soit vrai ou non c'est préjudiciable au gagne-pain du luthier
3) ce n'est pas une information utile pour quelqu'un qui s'y connait vraiment et ca n'instruit aucunément quelqu'un qui ne s'y connait pas. Ou va être le problème? Au niveau du timbre? Au niveau de la justesse? Au niveau de l'ergonomie de l'instrument? Est-ce que ca sera une entrave au progrès de la personne achetant cet instrument?

- Dans quelles conditions est-il important d'émettre cette critique?
1) En cas de charlatanerie avérée (et ce sujet est difficile, tant au niveau des musiciens que des danseurs que des luthiers - il faut avoir un sacré melon pour croire détenir la vérité et faire des accusations pareilles)
2) Et lorsque toute tentative de dialogue avec la personne en question n'a pas mené à un résultat
3) Lorsqu'en réalité, on dit tout haut ce que de nombreuses personnes pensent tout bas

- Quelles formes mettre autour de ces critiques?
1) Détailler précisément ses griefs
2) Argumenter en quoi ces griefs sont universellement préjudiciables (je n'apprécie pas le timbre de certaines flutes, ce n'est cependant guère universel)
3) Argumenter en quoi ces griefs ne sont pas un cas exceptionnel (arrivés à plusieurs personnes, persistants malgré tout dialogue)

- qui peut articuler des critiques?
1) On pourrait dire que quelqu'un qui n'a aucune réputation peut bien dire ce qu'il veut et que c'est au lecteur de juger si cette critique est pertinente
2) On peut aussi dire que beaucoup de lecteurs ne peuvent pas avoir ce regard critique et préférer que les personnes choisissant de faire des critiques très fortes détaillent leur expérience (attention, je ne suis pas partisan de l'idée qu'on n'a pas le droit de critiquer quelqu'un de meilleur que soi)
3) A supposer qu'on veut etre constructif (par opposition à pousser un bon coup de gueule pour se défouler), il faut établir sa réputation lorsqu'on émet une critique. Sinon, personne qui s'y connait ne va prendre la critique au sérieux et rien ne va changer (apart quelques novices qui n'iront pas voir quelqu'un car "j'ai lu des critiques sur internet").

Attention aussi à la notion d'attaquer une marque (p.ex. castagnari) par rapport à celle d'attaquer une personnne individuelle (p.ex. jeannin).

#3 + Partager raph

raph
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 077 messages
  • Localisation: beaujolais
  • Activité(s):facteur de cornemuses

Posté 02 mars 2010 - 11:46

le sujet est très intéressant, il est juste dommage que les propositions du sondages soit teintées d'ironie et de sarcasme.

Je crois que j'ai donné mon point de vu dans mon dernier message sur le topic enflammer, mais tu sembles l'ignorer superbement.

Heureusement, moi qui suis luthier, j'ai beaucoup d'échanges avec les musiciens, qu'ils soient mes clients ou non, renommé ou non, et les critiques négatives comme positives sont très importante pour moi et la recherche que j'effectue sur la fabrication de mes cornemuses. J'ai beaucoup progressé depuis 2005 grâce aux exigences des musiciens, et je dois dire qu'une critique non constructive lancé comme ça ne fais rien avancé, et par bonheur, la plupart des gens ne se contentent pas d'écouter les ragots, mais jugent par eux même. Cependant, dans ce petit monde, une réputation est vite faite, alors qu'il est si simple de se rendre à St Chartier et de faire le tri soi-même, surtout que chaque luthier a généralement autant de détracteurs que d'abonnés.

Donc, non, "les luthiers ne sont pas des bienfaiteurs de l'humanité et on doit recevoir ce qu'ils fabriquent avec dévotion", mais ils sont des gens passionnés.

edith: Tirno m'a devancé.

#4 + Partager *zimboum

*zimboum
  • Invités

Posté 02 mars 2010 - 11:59

J'apprécie ta réponse qui est subtilement argumentée.
Ceci étant mon propos correspond à une frustration fréquente pour qui commande un instrument qui lui sera livré après X mois d'attente.
Je prends un exemple :
Si je veux acheter une trompette, un saxo, une guitare usuelle, je me rends dans 1 ou N magasins de musique et j'essaie les instruments jusqu'à trouver celui qui correspond à mon goût (selon mon budget). Et je repars avec (après avoir donné mes sous).

Dans le cas des instruments de luthiers (guitares haut de gamme, vielles, cornemuses...) le stock est inexistant. On essaie un instrument donné chez tel ou tel, on commande en laissant une somme d'argent et puis, plus tard, on récupère l'instrument tant attendu... qui parfois n'est pas conforme. Parfois on a du tout bon. Parfois pas.
Cette situation est, vue du côté du client, d'autant plus frustrante quand le fabricant refuse d'entendre la critique et se drape dans une position dominante auto-proclamée.
Quant à la maintenance... on se retrouve parfois confronté à quelqu'un qui ne veut pas prendre en compte les choix esthétiques du client et ne considère comme valables que les siens. On me répondra que j'aurai du mieux choisir mon luthier. Ce n'est pas une réponse acceptable : le luthier vend un instrument ET un service.

Tout cela, c'était avant, dans l'ancien monde. Quand le payeur consommateur n'avait guère de moyen de se défendre et était condamné à subir. L'argument étant : "elle ne te plait pas, revends-là et achètes-en une autre".
Bien voyons. C'est bien facile.
Un moyen de faire évoluer les choses dans un sens positif et de rétablir un peu l'égalité dans la relation fournisseur-client est de faire circuler l'information.
J'utilise délibérément ces termes de client-fournisseurs, parce qu'il s'agit d'une activité où l'on échange de l'argent, et pas seulement des bons sentiments.
Je suis persuadé que le fait de mettre nos luthiers sur une estrade est néfaste à tout le monde et qu'il est de salubrité publique de rétablir un peu l'équilibre.

Pour finir, je reprendrai la citation de Beaumarchais : "sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloges flatteurs".

Ceci étant, j'apprécie de n'avoir pas été censuré dès le début :-)

#5 + Partager Malochet

Malochet
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 33 messages
  • Activité(s):Enseignant
  • Instrument(s):Vielle

Posté 02 mars 2010 - 12:08

je dois dire qu'une critique non constructive lancée comme ça ne fait rien avancer


Je me dois de répondre :

Ici, sur ce forum, j'ai clairement exposé, par observation, ce qui me permettait de critiquer (La récupération d'un commentaire tranché, par exemple sur la vielle de Ben Harper, malgré les dommages collatéraux, fut le seul enflammé. Ce commentaire avait ses raisons et le feu s'est estompé depuis, en regard du jugement donné sur ce forum).

Dès lors, il s'agit d'un positivisme, même si l'ironie et le sarcasme sont des agréments de polémiste : ce sont des agréments auquels je tiens beaucoup. Cela a pu me permettre de créer une échelle de valeur, qui est appréciable, en bien ou en mal.
Le ton des propos ne doit pas faire dire que ceux-ci ont une portée universelle : c'est un avis de musicien et d'observateur a prendre ou a contre-argumenter.

Attention quand même aux généralités et à ne pas forcer le relativisme : que les luthiers soient passionnés, très certainement. Mais "l'amour" du métier peut rendre, comme beaucoup le savent, très susceptible. Pourquoi ? Parce que lorsque l'on développe une technique, une habitude, il est bien difficile parfois, d'entendre ou d'accepter un autre son de cloche. Le rapport luthier/ musicien peut être en ce sens à double tranchant, bien ou mal, c'est évident.

Pour finir, je trouve que le sondage de Ziboum n'est plutôt pas mal : il est teinté d'ironie en oubliant pas de reposer sur un problème réel, et de fond. Tirno apporte des informations et des précisions. Je serais pour une fois un peu plus consensuel : faisons la synthèse des deux propositions.

Quand l'ironie et le sarcasme sont mis à mal, je crois que cela peut-être inquiétant.

#6 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 02 mars 2010 - 12:18

Peut etre que dans ce nouveau monde, il faut profiter, non pas de la possibilité de critiquer sur la place publique, mais de pouvoir entrer en relation avec des autres clients, d'essayer leurs instruments et ainsi, justement, de mieux choisir le luthier.

Au fil du temps, un concensus pourra émerger que le luthier sera forcé d'écouter.

Message ajouté après : 3 minutes:

L'ironie et le sarcasme c'est rigolo comme procédé rhétorique, mais hormis dans certains cas de satire, ca ne fait que rarement avancer les choses.

(Sauf si le but des intitulés du sondage était de monter que la position extrême des uns, comme celle des autres, n'est pas tenable)

#7 + Partager *zimboum

*zimboum
  • Invités

Posté 02 mars 2010 - 12:19

> Je crois que j'ai donné mon point de vu dans mon dernier message sur le topic
> enflammer, mais tu sembles l'ignorer superbement.

Non. Mais ta réponse figure sur un topic qui a été fermé.
J'ai choisi d'en commencer un nouveau pour ne pas replonger dans la marmite infernale.

> Cependant, dans ce petit monde, une réputation est vite faite, alors qu'il est si simple
> de se rendre à St Chartier et de faire le tri soi-même, surtout que chaque luthier a
> généralement autant de détracteurs que d'abonnés.

Nous avons du nous rencontrer, sans nous connaître :-)
Pour ce qui est de la réputation, des détracteurs et des abonnés, je suis d'accord avec toi. Mais pourquoi vouloir absolument rester confiné dans un tout petit cercle alors que des moyens de faire circuler l'information de façon commode existent ?
Qui a quelque chose à craindre ? De toute façon une critique excessive, si elle ne repose sur aucune base réelle, tombera dans l'insignifiance.
La situation nouvelle avec l'internet, et que certains luthiers ne semblent pas apprécier, ressemble à ce que vivent les employés des Postes ou de la Sécu qui sont confrontés aux usagers mécontents. qui les prennent à partie. On a le droit d'engueuler la postière et pas le luthier ? Pourquoi, le monde de la musique est celui de Bambi où tout le monde est gentil ?

> Donc, non, "les luthiers ne sont pas des bienfaiteurs de l'humanité et on doit recevoir
> ce qu'ils fabriquent avec dévotion", mais ils sont des gens passionnés.

Point de vue respectable. Mais position avantageuse auto-proclamée.
Après cela, si l'on critique, on est le méchant qui s'en prend à un passionné.
Tenter de placer une discussion de faits objectifs dans le registre du passionnel est un artifice. Pas un argument.

#8 + Partager raph

raph
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 077 messages
  • Localisation: beaujolais
  • Activité(s):facteur de cornemuses

Posté 02 mars 2010 - 12:29

c'est vraiment insupportable de toujours jouer sur les mots au lieu de comprendre le sens général.
Plus j'écris ici, plus on me reproche de chose. Je sais que je ne suis pas un pro de la rhétorique, mais quand même, j'ai l'impression que vous comprenez l'inverse de ce que je veux dire.

Je m'efforce de vous dire que la critique fait avancer, et que c'est de cette critique que sont nés les instruments d'aujourd'hui, et toi tu me réponds "Après cela, si l'on critique, on est le méchant qui s'en prend à un passionné".

Je vais être impoli, mais merde à la fin!

#9 + Partager Tiennet

Tiennet
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 380 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):Musicien
  • Groupe(s):Mister Klof, Duo TTC, Duo Esbelin/Simonnin, Les Papillons de Nuit, Les Rejetons de Bal
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, uilleann pipes, whistle, bouzouki, cabrette...

Posté 02 mars 2010 - 12:42

Raph, je te sens tendu ; je crois que tu es en manque de duo accordéon-cabrette. Va falloir remédier à ça très vite.
;)
(je trouve que ce topic manque de smileys !!)

#10 + Partager raph

raph
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 077 messages
  • Localisation: beaujolais
  • Activité(s):facteur de cornemuses

Posté 02 mars 2010 - 12:53

ah oui!
un peu de musique sur des instruments très critiquables, voila ce qu'il me faut! Quand est-ce qu'on se voit? :sweet:

#11 + Partager *zimboum

*zimboum
  • Invités

Posté 02 mars 2010 - 13:41

Salut,

> Je vais être impoli, mais merde à la fin!

Fière réponse. Et je ne te désapprouve pas :-)
Ma réponse ne te laissait pas le beau rôle, et je te dois, d'une certaine façon des excuses :-)
Ceci pour exprimer que je ne tiens pas du tout à avoir raison, envers et contre tout (ou tout le monde).
Ce qui m'importe c'est l'échange. Celui qui fait avancer. Pas l'insulte. Pas le duels d'égo, stérile, inutile gaspilleur de temps et de bande passante.

Pour revenir dans le sens de mon argument initial (porter une appréciation...), je voudrais partir d'un exemple. Pour éviter les flammes (ou la Pub déplacée), je parlerai des luthiers A et B.
"Mon" luthier (forcément le luthier A :-)) propose en série un petit dispositif à vis qui, en abaissant ou relevant une des extrémités de l'axe de roue de la vielle permet un réglage fin des appuis. Ceci dans l'intention de supprimer les petits papiers qui envahissent les chevalets. Il le propose même "de série". Cette facilité est une des raisons qui ont déterminé mon choix.
Le luthier B, chez qui j'étais tenté de commander une vielle alto, proposait à un certain moment un dispositif analogue. Passant sur son stand à Saint-Chartier je lui ai demandé si, commandant une vielle alto chez lui, je pouvais bénéficier de cette possibilité.
Sans doute un mauvais jour : il m'a déclaré qu'il ne voulait plus le faire, parce que les clients "l'emmerdaient" après avec cela. (en gros les gens ne comprenaient pas comment bien utiliser ce réglage et l'appelaient au téléphone trop souvent à son goût).
J'ai argumenté avec lui en lui faisant remarquer qu'il pourrait proposer le dispositif seulement à certains utilisateurs qu'il choisirait...
Peine perdue.

Finalement je n'ai pas commandé chez lui : on ne ramène pas le luthier chez soi avec l'instrument, mais va avoir des relations obligées avec lui tout au long de la vie de l'instrument. C'est cet aspect des choses qui m'a déterminé : je n'avais pas envie de "m'emmerder" avec un luthier grognon, même si ses instruments sont en général de bonne qualité.
Si j'étais aussi inconséquent que lui j'écrirais : n'achetez pas de vielles chez B tant qu'il n'aura pas compris que le client a droit à un minimum d'égards.

#12 + Partager raph

raph
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 077 messages
  • Localisation: beaujolais
  • Activité(s):facteur de cornemuses

Posté 02 mars 2010 - 14:23

les luthiers font des choix, certains vont dans une direction, d'autre dans l'autre. Ils peuvent parfois revenir en arrière, jugeant telle innovation finalement peu commode ou inapproprié, c'est ce qui fait la richesse et le choix que nous, musiciens, avons, et c'est un vrai plus.
Une innovation peut s'avérer révolutionnaire sur le moment , mais peu créer des problèmes avec le temps, voila pourquoi certains luthiers peuvent refuser certaines choses. Encore une fois, c'est comme les bagnoles, combien sont rappelés pour cause de problèmes liés aux innovations?
Loin de moi l'idée d'être conservateur ou puriste, mais c'est une donnée à prendre en considération.

Les instruments trad sont en général caractérisé par leurs cotés capricieux...que ce soit la vielle ou la cornemuse, on ne joue pas du synthé. Et je ne suis pas en très de dire qu'il faut cacher sa médiocrité en disant que c'est relatif à l'instrument. Une voiture de course F1 est surement très difficile à piloté pour un non initié.
9 fois sur 10, quand je vois quelqu'un maudire un instrument et donc son luthier, le problème est du à une histoire de réglage. L'instrument est jugé mauvais alors que l'anche vient d'être bidouillé sur un coin de table en festoche, ou la roue de telle vielle est pleine de poussière et les cotons sont posé avec des moufles. (ce sont des exemples, ne me reprenez pas la dessus, merci)

A l'atelier, le luthier règle l'instrument à ça manière, il ne peut pas connaitre d'emblée les habitudes des clients. Par la suite, et avec une relation luthier/client on peut pousser les réglages de manières plus personnalisés. Je ne vois pas d'autre solution.

Chaque luthier souhaite bien sur satisfaire son client et se doit de produire de bons instruments, mais il faut aussi se rappeler que ce n'est pas l'instrument qui fait le musicien, mais l'inverse. Comme dans tout métier, les luthiers on leur lot de personne continuellement insatisfaite et en général, ce ne sont pas les meilleurs musiciens. Heureusement, il y a aussi de mauvais musiciens extrêmement sympathique! :rotfl:

j'espère n'avoir rien dit qui va être mal interprété. :flower:

#13 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 798 messages

Posté 02 mars 2010 - 14:38

Ah ça c'est un bon post raphouphoune! :flower:

C'est beaucoup mieux quand tu ne t'enerves pas.


Mais arrête de nous parler de bagnoles! :lmao:

#14 + Partager *zimboum

*zimboum
  • Invités

Posté 02 mars 2010 - 14:45

.....
> Loin de moi l'idée d'être conservateur ou puriste, mais c'est une donnée à prendre en considération.

Tout à fait : pour garder l'exemple du système de réglage des appuis, il n'est défendable que s'il est capable de durer des années en donnant satisfaction au musicien.

> Les instruments trad sont en général caractérisé par leurs cotés capricieux...que ce soit
> la vielle ou la cornemuse, on ne joue pas du synthé.

C'est un fait constaté partout. Mais cette réponse n'est qu'à demi satisfaisante.
Par rapport aux instruments "d'avant" le consensus général est de dire que la lutherie s'est considérablement améliorée grâce aux innovations techniques et à l'activité intelligente des luthiers. Ceci étant affirmé, on peut considérer qu'il reste des progrès à faire : une partie de la réputation déplorable de la vielle à roue vient, bien sûr de la pratique de musiciens négligeants. Mais pas tout : l'instrument est à améliorer de bien des façons : réglages des appuis, réactivité des touches (aller / retour), stabilité de la roue dans le temps...

> L'instrument est jugé mauvais alors que... la roue de telle vielle est pleine de poussière
> et les cotons sont posé avec des moufles. (ce sont des exemples, ne me reprenez
> pas la dessus, merci)

Non. Le coup des moufles est amusant :-)
Ceci étant, pourquoi en est-on toujours à mettre du coton sur les cordes ?
Il y a là une percée à réaliser, qui réglerait beaucoup de difficultés et applanirait les oppositions luthier-client (au moins sur ce point).
Après tout, les violonistes ne mettent pas de cotons...
On va m'objecter que si je suis si malin... mais ce n'est pas mon métier. Et puis je ne fais pas payer l'idée :-)
Et puis, sur une vielle bien fabriquée, le coton reste le pire problème. Problème récurrent en plus.

#15 + Partager Malochet

Malochet
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 33 messages
  • Activité(s):Enseignant
  • Instrument(s):Vielle

Posté 02 mars 2010 - 17:52

Les instruments trad sont en général caractérisé par leurs cotés capricieux...que ce soit la vielle ou la cornemuse, on ne joue pas du synthé. Et je ne suis pas en très de dire qu'il faut cacher sa médiocrité en disant que c'est relatif à l'instrument. Une voiture de course F1 est surement très difficile à piloté pour un non initié.


Bien d'accord avec ça. Cependant, le but du luthier est de dire que le côté capricieux de la vielle et de la cornemuse n'est pas une pleine fatalité. Des luthiers travaillent en ce sens. Je donnerais l'exemple d'un facteur de vielle électroacoustique très célèbre (vous devinerez qui... je me méfie maintenant, c'est un moindre mal^^) dont la précision est remarquable (même si nous tombons dans l'électroacoustique). On me dira que bien évidemment, la vielle acoustique n'obéit pas aux mêmes lois : cependant, rien n'empêche, au contraire, de travailler dans ce souci permanent de la perfection vers laquelle l'esprit doit toujours être orienté. Ce sont des instruments que nous payons assez cher !


A l'atelier, le luthier règle l'instrument à ça manière, il ne peut pas connaitre d'emblée les habitudes des clients. Par la suite, et avec une relation luthier/client on peut pousser les réglages de manières plus personnalisés. Je ne vois pas d'autre solution.


Mais la question que je me pose est : quelles sont les conséquences de tels ou tels réglages ? Il ne faut pas être dans l'excès ni dans le défaut. Je crois qu'il existe une juste mesure... ce bon vieil Aristote le disait déjà !

#16 + Partager Calmar

Calmar
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 435 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):AESH
  • Groupe(s):Giverdy ( folk-rock ) / Tinuviel ( trad-folk ) / Solo / ex-Baladin ( chanson )
  • Instrument(s):chant,harpe,cabrette,whistles,flutes de partout,guimbardes,dan nguyet,balalaika , Ukulele,et des tas d'autres instruments...

Posté 02 mars 2010 - 19:47

j'ai répondu : "oui : qui paie commande" ... nos instruments coutent suffisamment cher pour devoir etre au top !
Mais , ceci dit , avant d'acheter quoique ce soit , ben , c'est simple , rencontrez le luthier ( plus qu'essentiel ) si vous pouvez ( si c'est loin.. ex : j'ai commandé mon Dan Bau nacré par avion à Ho-Chi-Minh-Ville - Vietnam - , sans essayer , donc , mais j'ai longuement correspondu par mail - photos , etc... - avec Paul Nguyen , le luthier , avant de me décider ) , voir si ça accroche avec le bonhomme ( important quand meme pour la suite , le suivi ) , et puis surtout ESSAYEZ les instruments avant de les critiquer , et les observer sous toutes les coutures en envisageant votre évolution ( s'il faudra penser à mettre des clés en plus , etc... )...
Je me souviens avoir passer plusieurs StChartier à essayer des Biniou Kozh avant d'en trouver un qui me plaise vraiment ( surtout coté humain envers le luthier , Yvon Le Coant , grand gars ! Ca y est j'ai cité :eek: )...

Bref , rencontrez le monsieur/madame pour le feeling , pensez à ce que vous voulez vraiment en n'oubliant rien pour que le luthier vous comprenne , et essayez l'engin qui se rapproche le plus de ce qu'il vous fabriquera... il ne devrait pas y avoir de souci du coup...
Le tarif est très cher ( le luthier dira pas ça comme ça :rotfl: ) , mais c'est normal , c'est du sur mesure , donc la critique est difficilement justifiable ( il existe tout de meme des arnaques ,je n'en doute pas... )

#17 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 798 messages

Posté 02 mars 2010 - 20:07

Alors je serais un luthier reconnu avec délai d'attente et tout, le gars qui se pointe devant mon stand et qui me dit : "je paie donc c'est moi qui commande", je lui dirais d'aller jouer de la vielle!

Non mais arrêtez un peu quoi! C'est quoi cette façon d'instrumentaliser (c'est le cas de le dire) le luthier dans une relation de pouvoir lié à l'argent!

Perso, j'ai toujours considéré comme un privilège le fait qu'un luthier accepte une commande. Et la relation comme un partenariat plus qu'une relation commerciale de base. Sans faire de fétichisme, je n'achète pas un instrument de musique comme une télé ou...une bagnole! (hein Raph!) Alors c'est sûr le gars, faut le payer mais vous n'attendez quand même pas qu'il bosse gratos pour vos beaux yeux ou vos talents incroyables de musiciens. Et pis d'abord, afin de relativiser vos exigences, demandez-vous à l'occase si vous êtes aussi bon musicien que le luthier est luthier. (phrase tordue mais vous m'avez compris).

#18 + Partager wedell

wedell
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 622 messages

Posté 02 mars 2010 - 20:10

Ce qui est sûr, c'est que lorsqu'on sait qu'on va devoir allonger 3 ou 4000 euros pour un instrument, il convient de ne pas s'emballer.
On commence par aller voir le bonhomme à son atelier parcequ'on a vu/essayé un de ses instrus ou parcequ'on l'a rencontré à St char ou ailleurs. On parle avec, de lutherie, de musique, et de ses preférences et convictions personnelles, voire de foot ou de cuisine. On tâte un peu le gars et on voit si le courant passe. Il en fait autant de son côté, consciemment ou pas. Si tout va bien et que les caractères s'accordent, que l'intérêt est réciproque, alors l'instrument va se faire. Il ne sera pas parfait, ça n'existe pas, mais le luthier fera de son mieux de son côté et en contrepartie le musicien fera de son mieux pour s'adapter à l'instrument. Du respect mutuel et des idées échangées naitra peut-être un nouveau règlage, une nouvelle astuce.
Alors, évidemment, traiter avec un artisan qui est aussi un artiste comme pour n'importe quelle affaire commerciale ne peut mener qu'à une impasse.
Il en est des luthiers comme des caractères, plus ou moins soigneux, plus ou moins rationnels, mais tous cherchent la même chose, le son.
Et dans les relations avec autrui, généralement, on n'a que ce qu'on mérite.

#19 + Partager *zimboum

*zimboum
  • Invités

Posté 02 mars 2010 - 20:24

> Peut etre que dans ce nouveau monde, il faut profiter, non pas de la possibilité de
> critiquer sur la place publique, mais de pouvoir entrer en relation avec des autres clients,
> d'essayer leurs instruments et ainsi, justement, de mieux choisir le luthier.

> Au fil du temps, un concensus pourra émerger que le luthier sera forcé d'écouter.

Je n'aurais pas écrit autre chose.

> Sauf si le but des intitulés du sondage était de monter que la position extrême des uns,
> comme celle des autres, n'est pas tenable)

Si l'on s'en tient au premier degré, les intitulés sont un peu provocateurs.
Mais on m'a tant rebattu les oreilles avec "Mon luthier qu'il est tellement bon que je baise le sol que ses pieds ont foulé" que j'ai eu envie de rappeler qu'entre le fabricant et son client il existe un rapport économique. Il est question ici de pognon. Mot cru, pas artistique ? Et alors ?
Je n'achète pas mon pain là où il est mauvais. C'est la seule sanction que j'ai pour essayer d'obtenir ce qui m'est dû. Quitte à le faire savoir autour de moi.

Les instruments de musique, ne sont pas d'essence divine : ce sont des objets fabriqués par de bons ou de moins bons artisans. Ce qui est "d'essence divine" (si cela existe ou même a une signification quelconque), c'est la musique. Et cela c'est de la responsabilité du musicien.

#20 + Partager Calmar

Calmar
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 435 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):AESH
  • Groupe(s):Giverdy ( folk-rock ) / Tinuviel ( trad-folk ) / Solo / ex-Baladin ( chanson )
  • Instrument(s):chant,harpe,cabrette,whistles,flutes de partout,guimbardes,dan nguyet,balalaika , Ukulele,et des tas d'autres instruments...

Posté 02 mars 2010 - 20:44

euh.. j'ai mis " oui , je paie je commande" , c'etait dans le sens que j'achète un instrument , donc on lui demande les spécificités souhaitées et non quelque chose qui ne correspond pas à ce que l'on attends , d'où la suite du post pour parler de bien préciser ce que l'on veut et rencontrer l'artisan... je parlais pas d'aller acheter une boite de petit pois...
J'adore les luthiers , ils sont beaux , ils sont grands , ils sont savoureux , ils ont des muscles !!! :sweet: :rotfl: :lol-above:



Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : autres

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)