Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
* * * * - 3 note(s)

Esthétique de métissage en danse


  • Veuillez vous connecter pour répondre
31 réponses à ce sujet

#21 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 459 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 06 déc. 2013 - 11:43

La faute aux animateurs à mon avis, parce qu'au niveau musique, on en a vraiment pour tous les styles et pour toutes les expressions (pour peu d'être un minimum mobile, il est vrai).


Ce que tu dis, ça me fait faire un rapprochement entre beaucoup de cours de danses et beaucoup de cours d'accordéons qui se limitent (souvent par volonté des apprenants) à de la distribution de tablatures (le diato-dactylo). C'est un bon reflet du changement de statut de la musique/danse trad qui est devenu un loisir comme un autre. On enseigne un élément particulier sans, la plupart du temps - et j'ai pas dis que ça n'existait pas du tout - donner les clés pour comprendre le contexte qui va avec ou susciter l'envie de s'y intéresser.
  • teddy aime ça

#22 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 06 déc. 2013 - 12:01

D'un côté, je me dis que tous ces apprenants, même dans une optique de loisir récréatif, devraient quand même être réceptifs à une remise en contexte de ce qu'on leur enseigne, si c'était fait.

 

De l'autre, c'est vrai que si cet enseignement "académique" perdure et se répand (ou si disparaissent les îlots de résistance), il y a un risque de perte importante du sens de la pratique (ne resterait que la fonction, positive, du bal).

 

En y réfléchissant, je comprends que certains courants musicaux et de danse puissent aussi être une réaction (une réponse ?) à cet académisme.



#23 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 459 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 06 déc. 2013 - 12:17

Plus que de l'académisme(au sens de sa définition artistique du dico), c'est plus un exercice de conformation à une certaine appropriation de la source en suivant des standards esthétiques arbitraires mais vendus comme trad, donc respectables.

#24 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 06 déc. 2013 - 14:24

Pas faux, mais quand tu écoutes ou regarde (allez, j'ose citer des noms mais qui ne sont pas représentatifs ni de mes goûts, ni de l'état du paysage) un Basile B. ou un Maxime C., comment ne pas comparer à ce qu'on t'as appris ou montré ? Comment ne pas détecter au mieux une insuffisance temporairement supportable (même pendant plusieurs années : il faut bien commencer un apprentissage et avancer par étapes), au pire (dans de rares cas) l'indigence presque coupable d'un fat, d'un ignare ou d'un imposteur ?


  • Tirno aime ça

#25 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 459 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 06 déc. 2013 - 14:34

Oui, c'est vrai, tu peux pas envoyer pleine face à des débutants les collectages de Jean Barbelivien père, ça ferait fuir les foules. Mais dans les conservatoires de région par exemple ou dans certaines assos, écoles, ça se structure pas mal, faut pas désespérer.

#26 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 06 déc. 2013 - 18:22

 

Ça me rappelle il y a quelques années, quand je m'étais permis de corriger le tout jeune Tirno d'alors : tu déplorais je crois le petit niveau de certains danseurs en bal, leur manque de références et de curiosité pour leur pratique (indépendamment de l'aspect social du bal, et tu t'en servais pour établir la limite entre le XXX et le YYY). J'avais précisé que le problème n'était pas le niveau en soit, nous sommes tous en apprentissage, et souvent pour de nombreuses années (sans aller jusqu'à dire qu'il faut toute la vie : ce n'est pas faux, mais on a le droit d'approximer une asymptote !), mais bien le manque de volonté à s'informer. La faute aux animateurs à mon avis, parce qu'au niveau musique, on en a vraiment pour tous les styles et pour toutes les expressions (pour peu d'être un minimum mobile, il est vrai).

 

Effectivement, je m'en souviens. Je me suis justement dit cet été que ma copie était un peu à revoir.

 

Je parlais des danseurs à Gennetines et je trouvais que la grande majorité dansaient pas très bien, que ce soit sur le plan de l'expression personnelle ou sur le plan de l'expression stylistique des danses de terroir. Parmi les "bons danseurs" (ceux qui ont appris à Gennetines, pas ceux qui savaient déjà avant d'y mettre les pieds) je trouvais que beaucoup récitaient leur leçon sur les danses "trad" - avec grace, mais aussi avec sur-perfectionnisme. Je pense que le manque d'expression personnelle sur une forme "trad" la fige et en fait une pièce de musée. Evidemment, il y a aussi un grand nombre de gens qui savaient danser bien avant d'arriver à Gennetines et eux ont "tout".

 

Cet été à St Gervais, mes yeux un peu affinés ont décelé plus d'expression personnelle - et aussi ont vu des gens discrets, mais très beaux danseurs.

 

Niveau danse de couple par contre... Loin de moi l'idée de proner la technique avant tout, mais c'est sur qu'avec moins de technique de danse, y'aura moins de créativité et moins d'expression construite par les deux partenaires. (Evidemment si c'est pas ça qu'on recherche, c'est pas bien grave). Coté positif, y'a quand même des danseurs et danseuses incroyables. Et la musicalité et la qualité d'écoute moyenne sont bien supérieurs à ce qu'on trouve chez les danseurs "à armes techniques égales" dans le rock, le lindy ou le tango.

 

Côté raisons... manque de bons exemples (les excellents danseurs dansent beaucoup avec leurs amis - comme tous les danseurs - ça aide pas à se rendre compte que c'est à la fois agréable et accessible - bref que ça vaut la peine de chercher à faire pareil). Manque de côté assumé - chercher l'excellence en danse se fait difficilement "chez soi" comme on peut le faire pour l'excellence en musique - donc il faut souvent le faire en bal, en public. L'enseignement est nivellé par le bas, puisque tout le monde se pointe à tous les cours. Sauf les bons danseurs, qui n'ont pas beaucoup d'opportunités d'améliorer leur pratique. Sans oublier le niveau de ce qui est donné par les animateurs qui ne donnent pas plus, puisque le public qui ne demande pas plus.

 

(A ce sujet, j'ai décidé d'assumer et je propose des cours particuliers - je sais pas si quelqu'un jugera jamais utile d'en prendre, mais l'option est là :D)

 

(L'excellence de détaillage technique de mes profs de blues, de tango, de lindy est incroyable - passer 4 jours à comprendre comment fonctionne le bassin ou le lien meneur-mené et on se rend compte qu'on pourrait y passer sa vie)

 

À moins d'avoir une sacrée mémoire, je ne crois pas qu'on puisse "apprendre un jour pour toujours" un style. Les règles des sports ne changent pas trop et sont très simples à mémoriser, mais un style en danse ? C'est autrement plus complexe et subtil, autrement plus influençable (métissage !).

 

Ce qui cadre aussi le style c'est ça parfaite adéquation avec la musique. C'est comme trouver la bonne pièce du puzzle parce qu'elle colle avec l'autre - une fois qu'on l'a trouvée, on la retrouve facilement.

 

D'ailleurs, je trouve que dans une certaine mesure, la notion d'"adéquation avec la musique" est universelle. La sensation d'adéquation avec la musique quand je rapproche mes modèles bourrée 3t est identique à ma sensation d'adéquation avec la musique quand je rapproche mes modèles de branle béarnais.

 

C'est comme quand on a entendu la justesse de deux violons accordés ou qu'on a entendu les harmoniques en chant diphonique - la fréquence de vibration et la sensation associés permettent de retrouver plus facilement.

 

Et cette adéquation avec la musique doit rester, aussi quand il y a du métissage.

 

À plusieurs reprises on m'a dit par exemple "Pourquoi vas-tu à cet atelier ? C'est bon, on t'a vu, tu sais danser...". Et bien non, sans ces vaccins qui remplacent en partie une pratique collective plus largement partagée (qui n'existe pas), les styles risqueraient de se fondre ou d'être altérés (plus qu'ils ne le sont déjà du fait de ma personnalité et de mon parcours).

 

Je reconnais aussi cette idée de piqure de rappel de vaccin. Pareil pour moi.

 

- est-ce que c'est grave Docteur si les styles qu'on a appris un jour se retrouvent altérés deux ans plus tard ? Je crois que ça dépend de ce qu'on recherche dans la pratique. Pourquoi est-ce qu'on a eu envie de faire "comme" les autres au début, et qu'à un moment, on n'a plus eu envie de faire comme eux ? Pourquoi on a eu envie d'apprendre une manière de danser sur un type de musique, éventuellement avec un style individuel ou synthétisé à partir de plusieurs témoignages, et un jour, on n'en a plus eu envie, mais plutôt de s'affranchir du cadre et de s'exprimer sans plus trop de référence ? Quelle est le lien entre pratique collective et expression individuelle ? Pourquoi parler d'ornementation individuelle et pas d'improvisation individuelle comme dans d'autres sphères ?

 

Si on a ressenti cette vibration avec la musique, je pense qu'altérer mais rester en musique ça peut marcher.

 

Mais au tout début, on peut croire etre en vibration et ne pas l'être. Ou on peut se rendre compte qu'on est incapables de reproduire une certaine cadence ou dynamique. Trouver du mouvement inconnu et affiner la sensation de vibration est toujours utile.
 

 

 

- est-ce que cette possibilité de retour aux modèles périodique va survivre aux passeurs actuels ? Grosse angoisse ! Il y a des archives vidéos qui je l'espère vont être commentées par ceux qui le peuvent, et il y a de jeunes passeurs qui se forment. J'espère qu'ils produiront un vaccin efficace contre un trop grand métissage. C'est à dire que comme actuellement, nous ne craindrons pas de faire des expériences avec d'autres styles, parce que nous saurons que si nous le voulons, nous pourrons retourner au corpus.

 

Bien dit. Plus on a une qualité et quantité de passeurs (au sens de personnes à qui on peut se référer comme modèle, car ils ont tellement bien intégré une danse qu'ils sont incapables de "ne pas la danser") et une compréhension des collectages, plus on va être libres de s'en éloigner. Je me demande s'il y a des répertoires "en danger"... Certainement les styles régionaux sur les danses de couple (pour autant que y'en aient avec un intéret et particularité certains). Et peut etre certaines danses régionales genre Sautière et ronde du Quercy. Pour le Rigodon... est-ce trop tard?



#27 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 06 déc. 2013 - 23:54

D'ailleurs, je trouve que dans une certaine mesure, la notion d'"adéquation avec la musique" est universelle.

 C'est que là, on aborde le thème de l'universalité du beau et du juste...



#28 + Partager Eden

Eden
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 729 messages
  • Localisation: Essonne
  • Activité(s):Prof des écoles

Posté 08 déc. 2013 - 01:22

 

(A ce sujet, j'ai décidé d'assumer et je propose des cours particuliers - je sais pas si quelqu'un jugera jamais utile d'en prendre, mais l'option est là :D)

 

Ok alors j'ai toujour rien compris au branle d'osso et je trouve jamais personne qui veut bien me le décortiquer trèèès lentement et 15 fois d'affilé, c'est possible?

Et c'est sans compter sur mes pas de bourrées 3T auvergne (mais là faut que je m'entraîne y a pas de secret). Sinon j'aimerai apprendre les "vrais" pas des bourrées du Berry (oui moi j'ai chopé la mode pas de rondeau) pour la 2T et du coup pour la 3T Berrichone je suis loiiiiiiiiiiiiiin du compte (Rodrigue tu donnes aussi des cours particuliers?)

 

 

(L'excellence de détaillage technique de mes profs de blues, de tango, de lindy est incroyable - passer 4 jours à comprendre comment fonctionne le bassin ou le lien meneur-mené et on se rend compte qu'on pourrait y passer sa vie)

Je te fais pas dire, j'ai participé à un cours de blues jeudi, les isolations quoi, les isolations!!!!

 

Désolée j'ai pas écrit en petit et en gris et en plus je fais que des HS en ce moment partout mais je m'en fous chuis modo :D

(elle était nuuuulle cette blague!)

 

Oui oui je m'en vais! (mais j'ai tout lu ce que vous racontez hein!)



#29 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 09 déc. 2013 - 13:50

Ok alors j'ai toujour rien compris au branle d'osso et je trouve jamais personne qui veut bien me le décortiquer trèèès lentement et 15 fois d'affilé, c'est possible?

Et c'est sans compter sur mes pas de bourrées 3T auvergne (mais là faut que je m'entraîne y a pas de secret). Sinon j'aimerai apprendre les "vrais" pas des bourrées du Berry (oui moi j'ai chopé la mode pas de rondeau) pour la 2T et du coup pour la 3T Berrichone je suis loiiiiiiiiiiiiiin du compte (Rodrigue tu donnes aussi des cours particuliers?)

 

Je pourrai te mettre sur la voie du branle d'Ossau (bucco ?), assez je pense pour que tu puisses intégrer une chaîne en bal et observer les autres faire tout en faisant toi-même et en ayant un minimum de repères. Rendez-vous au prochain bal.


  • Eden aime ça

#30 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 14 janv. 2015 - 11:22

Métisser pour quoi faire, mon expérience personnelle, me pousse à croire que l'esthétisme que je donne à la danse est d'autant plus belle, que ma danse en est instinctive et pas métissé.

Au delà de l’esthétisme extérieur, il faut aussi un esthétisme intérieur au couple ou au groupe impliqué.

J'ai eu ma période concombre de mer, je comprends pourquoi les gens continue de danser comme ça et je comprends pourquoi j'ai arrêté.

J'ai eu aussi ma période mélange ta danse avec tout ce que tu connais en dehors, mais avec recule, ça ne m'a servit à rien.

je ne parlerais pas de métissage, mais d'improvisation sur un savoir inscrit en soi, aujourd'hui métisser ne veut plus rien dire car je crois que tout l'est, les infos circulent vite et loin, je veux apprendre un terroir, j'ai pas besoin d'aller me déplacer, j'ai des vidéos, j'ai des profs qui passent pas loin.

Pour ce donner de l'esthétisme je pense qu'il faut tout simplement revenir à la base c'est à dire "danser instinctif" inscrire dans son corps des mouvements de danse qui nous sied et trouver une cohérence avec qui l'ont danse et la musique proposé.l'équilibre de ces trois paramètre feront que l'on sera plus beau à regarder, plus agréable partenaire, et que l'on aura métissé sa danse ou non, l’instinct nous aura poussé, a communiquer notre vérité de la danse, et le seul juge sera le parquet au final.



#31 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 983 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 15 janv. 2015 - 10:03

"instinctive et pas métissée"  :O

 

Ta danse, ta façon instinctive de bouger ton corps sont bien le fruit de toutes les expériences qui font que tu es toi? Comment alors ne pas métisser entre ces différentes cultures?

 

(J'aurais tendance à répondre à moi-même que le rapport à la musique est assez "universel" en danses trad d'europe de l'ouest. Donc si on danse sur des musiques pas "très" métissées et qu'on à ce rapport instinctif "européen de l'ouest" à la musique, ça fera bouger le corps en lien avec ces musiques. Mais faut il encore que l'universalité de ce rapport existe - genre est-ce qu'un danseur qui danse la bourrée auvergnate parce que la bourrée auvergnate lui fait danser comme ça va être transformé par une bourrée Limousine, une bourrée du Quercy, une sautière ou un rondeau? Et après pour l'acquérir... chapeau)



#32 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 15 janv. 2015 - 10:46

ce que j’essayais de faire passer comme idée dans mon message, est que métissage, c'est avoir travaillé consciemment des mouvements de danse et les lancer car tu l'as intellectualisé et que tu sais que ça passe à ce moment là de ta chorégraphie, alors que danser de façon instinctive est de se laisser aller et de bouger de façon inconsciente à travers ta propre expérience et que ce que tu danse est le fruit d'une nappe aléatoire de mouvement inclut en toi mais que tu n'intellectualise pas, la différence est mince, mais perceptible.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)