Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
* * * * * 1 note(s)

Qu'est ce qu'un bon danseur ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
26 réponses à ce sujet

#21 + Partager Garrigauda

Garrigauda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 309 messages
  • Localisation: Garrigue de l'Hérault, Occitania
  • Activité(s):Passeuse de danses
  • Groupe(s):ABRAÇEBRAÇ - Desaunay's Irish - ACCORDANÇA

Posté 13 oct. 2015 - 09:30

Je ne la regarde pas, je la connais par coeur ! :lmao:



#22 + Partager Tirno

Tirno
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 984 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):Chercheur
  • Instrument(s):Flute, tin whistle, concertina, harmonica, chant

Posté 13 oct. 2015 - 11:50

Je suis aussi un peu intrigué par cette question - et par son utilité - hormis que c'est intéressant de se poser la question et d'y réfléchir, plutôt que de pas le faire.

 

Ce qu'elle soulève chez moi, c'est tout d'abord: "Je veux m'arranger pour que ma définition d'un bon danseur fasse de moi un bon danseur - ou au moins que je puisse devenir un bon danseur". Ca me parait plutôt sain. J'ai envie de travailler ma danse, j'ai envie d'avoir un regard critique sur ce que je fais et danser d'une façon que je peux assumer pleinement. D'ailleurs, j'assume plutôt bien, meme si ça empeche pas d'avoir envie de progresser sur de nombreux points.

 

Ca me soulève aussi un "je veux être bon danseur aux yeux des autres". Déjà c'est pas sain du tout, parce que je serai jamais bon danseur aux yeux de tous. Et c'est un peu con de placer sa valeur de soi dans les yeux des autres.

 

Et surtout, j'ai vu, entendu, et été ces yeux-là. Que ce soit au niveau musique ou danse, les critiques essaient souvent de justifier par des critères "objectifs" leur avis subjectif - ou encore pire, l'avis qu'ils se sont inventés pour satisfaire leur ego, provenant en fait d'une antipathie, d'une jalousie ou d'un désir de se positionner en expert. Au mieux, on fait un faux compliment en avouant que quelqu'un est bon danseur/musicien mais manque un peu de personalité, de retenue, de style régional, etc.

 

Même si j'adore jouer ce jeu là (que ce soit par ego, ou venant d'un réel désir de questionner ce qui fait de la qualité en danse), j'ai remarqué que c'est très rare que ça fasse de moi une bonne *personne*.

 

Qu'est-ce qui fait un bon juge de bon danseur? C'est quelqu'un qui peut dire sa critique de face en étant motivé uniquement par la bienveillance. C'est quelqu'un qui sur un parquet voit plutôt chez chacun la graine de bon danseur qu'il peut devenir que l'élément qui l'empechera à tout jamais d'etre bon danseur à ses yeux.

 

C'est tout dans ma propre tête et mes petits soucis d'égo, mais j'entends déjà les gens se dire "haha, le Greg, il veut être "bon danseur", il est mal barre - en plus, quel melon, le mec". Et je me demande, avec vos critères de "bon danseur", quelle proportion des danseurs sont "bons" à vos yeux. 

 

Pour ma part en tout cas, j'essaie d'arreter. D'arreter de me laisser influencer par les regards extérieurs qui ne sont pas bienveillants. Et d'arrêter d'avoir un regard critique sans bienveillance. Et je suis mal barre :)


  • Audrey aime ça

#23 + Partager Segonzat

Segonzat
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 422 messages
  • Localisation: Paris
  • Activité(s):Prof
  • Groupe(s):Costauds de la Lune, Flor de Zinc
  • Instrument(s):Cabrette, Violon

Posté 13 oct. 2015 - 13:04

...C’est le cinq juin 1983 en Auvergne, et l’orage printanier accroche ses lambeaux éthérés aux  immensités vertes des hautes terres.

Boutaresse, hameau de lave et d’herbe perdu au bout des routes, point culminant de la république du Cézallier à près de mille trois cent mètres au-dessus des mers, possède encore un café-tabac où l’on y vend encore l’essence.

C’est dans l’après-midi et nous sommes attablés autour de l’accordéoniste de Boutaresse, Robert Teilhot, dernier représentant d’une famille de musiciens dont l’arrière grand-père Magnan jouait — déjà — de la cabrette à Paris dans le quartier auvergnat…

Entre deux anecdotes, Robert Teilhot décline avec énergie pour nous le répertoire musical familial quand un homme sans âge qui aurait pu avoir soixante-quinze ans, cigarette roulée au bec, pousse la porte du café et s’apprête à traverser les quelques mètres qui le séparent du comptoir. La bourrée jouée par Robert Teilhot autant que le geste pointé du mégot qu’on éteint d’un revers de l’autre main ont irrésistiblement mis l’homme en mouvement : sans un mot, comme refermé sur lui, avec la précision désarticulée d’un mobile, l’homme s’est construit en un éclair une mécanique folle qui déroule tous les canons de la bourrée récités à toute vitesse : jeux de bras, frappés en devers, danse avec lui-même en avançant et en reculant, seul au monde dans son soliloque implacable…

L’accordéon n’a pas laissé la fatigue s’installer sur les traits du danseur, le rituel musical de fin de toutes les bourrées du Massif Central a délivré le danseur du sortilège et c’est, dans un dernier geste, un fumeur impatient qui a fait face au comptoir :

 « Un paquet de gris ». Il a avalé d’un trait le verre de blanc qui lui était par avance destiné sur le comptoir. L’homme a sorti l’appoint entortillé dans son mouchoir, s’est infiltré prestement entre les battants à ressorts de la porte du café et la quatre-L Renault a disparu dans un nuage de poussière.

Comme suffoqué, j’ai bredouillé vainement à Robert Teilhot quelque chose d’inintelligible qui aurait voulu dire :

 « Faut le rattraper ! »
« C’est inutile et il est de Compains » a lâché laconique et résigné Robert Teilhot.

La scène avait duré deux minutes, comme une éternité.

La vie est devenue moins belle, l’accordéon plus anecdotique, la torpeur s’est installée dans ce café subitement défraîchi.

Nous avons, plus tard, repris la route de la nécessaire vallée en même temps que s’est sublimé, à jamais pour moi, le souvenir de cet événement comme la plus belle signature du monde de la bourrée dans sa justesse, sa précision, son incarnation, sa vérité irremplaçable —celle des météores— et le vœu de ne jamais l’oublier… 

 

Belle histoire!

Le Cézallier ne manquait pas de bons danseurs et comme tu l'écris, le temps sublime ce genre de souvenirs.

Pour info,Gilles Théliot, le fils de Marcel, a ouvert à nouveau le café familial au milieu du village (ce n'est pas celui où Marcel venait jouer de temps en temps). 

@+


  • Ludoman aime ça

#24 + Partager Fofie

Fofie
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 171 messages
  • Localisation: Région lyonnaise

Posté 13 oct. 2015 - 13:04

J'aime ton point de vue Tirno :)

 

Moi ça m'évoque une toute petite chose :

 

Finalement, qu'on parle de danse, de chant, de peinture, d'écriture, de macramé... On en revient toujours à décliner les mêmes choses :
- maîtrise de l'outil choisi
- univers personnel

- inscription dans un courant plus large
- plaisir ressenti devant la production
et un truc en plus, qu'on peut appeler, la grâce, oui.

La grâce, qui est vraiment éloignée des aspects techniques, je trouve.

Autant je vois bien comment tous les autres points peuvent être travaillés, je ne sais pas comment la grâce se "travaille". J'y vois un mélange de lâcher prise et de connexion au Grand Tout...

 

 


 


  • Jérémie aime ça

#25 + Partager Jérémie

Jérémie
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 962 messages

Posté 13 oct. 2015 - 14:13

A propos de "lâcher prise", je cherche désespérément le guide du Lâcher prise pour les nuls.
Au cas où.
  • Fofie aime ça

#26 + Partager Audrey

Audrey
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 340 messages
  • Localisation: Lozanne ( Beaujolais Sud). Souvent en ballade en Auvergne, en Rhône Alpes et Ailleurs...
  • Activité(s):EJE

Posté 13 oct. 2015 - 15:00

Le bon danseur me donne du plaisir. :)


La bonne danseuse aussi.


  • Garrigauda aime ça

#27 + Partager Garrigauda

Garrigauda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 309 messages
  • Localisation: Garrigue de l'Hérault, Occitania
  • Activité(s):Passeuse de danses
  • Groupe(s):ABRAÇEBRAÇ - Desaunay's Irish - ACCORDANÇA

Posté 13 oct. 2015 - 15:34

C'est marrant ce que tu dis Tirno.

C'est marrant parce que tu as raison mais que je n'y avais pas du tout pensé. :hmm:

Je veux dire par là qu'il est naturel, qu'il s'agisse de danse ou d'autre chose, de trouver des "jambons" et que l'on n'est pas pour autant dans la critique ou la malveillance envers les autres. C'est une observation, pas un jugement, pas quelque chose qui doit mettre mal à l'aise.

Dans ma région il y a une merveilleuse danseuse, je sais que je n'y arriverai jamais à la cheville, et alors ? Elle est merveilleuse quand même et en plus je l'aime beaucoup.

Comme dit Fofie on le retrouve dans tous les domaines, ce sens de l'évaluation : le footeux qui fait de superbes actions :sugoi: , le chanteur, etc. C'est naturel qu'on le relève.

Et oui, on sait que certains ne seront jamais "bons" dans les sens indiqués. Mais on s'en fout, l'essentiel est qu'ils se fassent plaisir.

En ce qui me concerne, avoir une idée sur un bon danseur ne me fait pas mépriser les autres. ça me pince juste un peu quand je ne me sens pas à la hauteur, mais ce découragement tôt ou tard est moteur et me donne aussi de la motivation pour progresser car ma pratique est très évolutive, ce qui n'est ni une obligation, ni une prime, c'est juste une caractéristique qui tient à mon tempérament. Je me fiche des yeux des autres (sauf un peu quand ils me dépriment...), je danse pour mon bonheur. Et quand je transmets, je suis bien obligée de repérer les points faibles et forts de chaque danseur pour les accompagner au mieux, s'ils en ont envie, vers une pratique qui les rende heureux et optimise leurs compétences qu'ils ignorent souvent. L'évaluation est alors bienveillante et la critique constructive. Finalement, c'est ce que tu recherches.

Quand on écoute un musicien, on ne peut s'empêcher de le trouver bon ou pas et là aussi, les critères sont multiples. Pourquoi pas un danseur ?

Et quand tu parles de ceux qui se font voir, ce sont rarement les bons danseurs... ;)

Mais oui, tu as raison, je n'y avais pas pensé, ça peut induire aussi des comportements négatifs parce que l'être humain est ce qu'il est. :( On a tous connu ça, je racontais récemment sur un autre post comment j'avais eu les pieds coupés lors d'un fandango par l'attitude d'une voisine.


Modifié par Garrigauda, 13 oct. 2015 - 16:23.



0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)