Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
* * * * * 1 note(s)
autres

M...chal nous voila !!



  • Veuillez vous connecter pour répondre
24 réponses à ce sujet

#21 + Partager Calmar

Calmar
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 435 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):AESH
  • Groupe(s):Giverdy ( folk-rock ) / Tinuviel ( trad-folk ) / Solo / ex-Baladin ( chanson )
  • Instrument(s):chant,harpe,cabrette,whistles,flutes de partout,guimbardes,dan nguyet,balalaika , Ukulele,et des tas d'autres instruments...

Posté 02 mars 2015 - 17:49

...instrument = région ? les clichés tout ça ? Il me semble que c'est plutot les délires de berger-bergère tout beaux-tout propres qui jouent de la Musette de Cour en flanant d'un air vague et digne autour de brebis bien jolies portant rubans multicolores , etc.... bref : le 17ème et environs ou l'on trouve se truc là....



#22 + Partager Panda

Panda
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 560 messages
  • Localisation: Clermont Ferrand
  • Activité(s):Enseignant
  • Instrument(s):cornemuses, banjo...

Posté 02 mars 2015 - 18:53

A mon avis, on ne peut pas simplifier la question des amalgames identitaires simplement en désignant Vichy.
Il s'agit là d'une question complexe qui n'appelle pas de réponse unique, mais de nombreuses pistes de réflexions, Vichy étant en effet une donnée importante du problème.
Pour donner une espèce de "contre-exemple" : si on parle de pratique populaire du violon dans le centre de la France, vous me dites?


Ding dong dans la tête, on parlera très probablement (pour tout un tas de raisons que l'on va pouvoir discuter avec certains contributeur du forum) du Limousin.
Ok.
En tout cas, il y a de fortes chances qu'on ne parle pas du Berry. Pourquoi? N'y a-t-il jamais eu de pratique du violon en Berry?
Ça parait peu probable, le violon étant un instrument relativement accessible dans les catalogues des marchands d'instruments, c'est un instrument qui se retrouve dans de nombreuses pratiques populaires, et puis il y en a en Limousin, Poitou, Dauphiné, même en Corse... bref, tout ça est bien étrange, la liste des raisons qui poussent à croire à l'existence d'une pratique du violon en Berry est longue, la mienne courte et peu argumentée, vous la compléterez si ça vous plait.
Alors pourquoi si peu de traces? Parce les phénomènes de création d'identités régionales et d’occultation de réalités culturelles ne datent pas d'hier. 1889, création de la société musicale des Gâs du Berry par Jean Baffier et Edmond Augras, lequel déclare

« Après la guerre de 1870, la défaite et les deuils avaient plongé le pays dans la tristesse. En Berry où on est très sensible, les  populations étaient démoralisées et bannissaient des fêtes, les réjouissances d'autrefois. C'est ainsi que de nombreux mariages
étaient timidement célébrés sans la cornemuse et la vielle qui se taisaient également à l'occasion des baptêmes, de la gerbaude, des fêtes villageoises...etc... En 1888, j'eus la chance de connaître Jean Baffier. Notre amour de la saine tradition et notre fidélité aux bonnes vieilles coutumes nous lièrent d'une amitié qui devait porter ces fruits
».

Il faut se relever des affronts de 1870, promouvoir la culture berrichonne par la musique des vielles et cornemuses. Une identité trop plurielle dans ses expressions, c'est beaucoup moins fédérateur, alors pouf, plus de violon. Évidemment, Edmond et Jean n'ont pas fait disparaitre d'un coup le violon du Berry, avec leur petits bras musclés, mais ils ont probablement contribué à minimiser l'importance et la visibilité de sa pratique.
 Pour dire que les constructions identitaires "localisées" (de type Cantal=cabrette+madison et autres) relève de nombreux mécanismes qui s'alimentent : plus on pense qu'il y a de la cabrette dans le Cantal, plus il y a de "chance" que la pratique de la cabrette s'intensifie dans le Cantal (Caluc, le prends pas mal).

Et pour appuyer mon propos initial, ma contribution n'est qu'une donnée parmi les autres dans la compréhension des constructions identitaires, elle n'est évidemment pas exhaustive et demanderait plus qu'un commentaire sur tradzone...
Chaque construction mériterait une réponse, un sujet, un article, une thèse probablement. Difficile de résumer et simplifier des phénomènes qui impliquent des gens et de l'art...
Sinon vous pouvez toujours lire "La chanson du mal-aimé. Fragments de l'histoire du violon populaire en Centre-France", de Maxou Heintzen dans Violon populaire. Le caméléon merveilleux, Modal.
J'espère avoir été clair et n'avoir pas trop dit de bêtise.


 


  • -Y- aime ça

#23 + Partager -Y-

-Y-
  • Developpeur
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 455 messages
  • Localisation: Avignon
  • Activité(s):Chercheur
  • Groupe(s):Planchée, les frères Bazouges, Isidore et les sans-soucis
  • Instrument(s):Accordéon

Posté 03 mars 2015 - 00:12

A mon avis, on ne peut pas simplifier la question des amalgames identitaires simplement en désignant Vichy.
Il s'agit là d'une question complexe qui n'appelle pas de réponse unique, mais de nombreuses pistes de réflexions, Vichy étant en effet une donnée importante du problème.

 

Je saurais pas dire l'influence de VIchy, mais au niveau des amalgames identitaires, on est plutôt servis dans le coin, encore maintenant.



#24 + Partager Mustradamus

Mustradamus
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 381 messages
  • Localisation: Limousin

Posté 03 mars 2015 - 09:52

Pour en revenir à la période de Vichy, disons qu’elle a été propice à la fois aux collectes (pas seulement de musique d’ailleurs), via le Musée des Arts et Traditions Populaires, et aussi au mouvement folklorique, en particulier les groupes rassemblés dans la FAR (Fédération des Associations Régionales). Le Félibrige était particulièrement à la fête aussi.

Alors, dans le détail, est-ce qu’il y a eu des confusions et des amalgames plus à cette époque qu’aux autres ? Je ne sais pas.
Quoi qu’il en soit, il ne faut pas confondre, je crois, les réactivations identitaires (et tout ce que dit Panda au sujet des Gars du Berry est juste) avec les traditions elles-mêmes. Les traditions de violon, (en Auvergne, en Limousin . . . et en Berry !) ça a existé. Ça n’avait rien d’identitaire. Et la pratique actuelle de ces répertoires ne l’est, sauf exception, pas davantage.

Je crois qu’on ne peut donc que peu compter sur ce sentiment-là pour redynamiser, par exemple, la pratique de la cabrette en Cantal (hors groupes folkloriques, bien sûr). Et c’est peut-être dommage ? ;)


  • christian frappa aime ça

#25 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 05 mars 2015 - 14:06

Bah en fait, cette histoire de Vichy je l'ai entendue en débattant sur le fait que les extrêmes droite récupéraient les Traditions à leur compte.

Et on en est arrivé à parler de Mr A H qui en Allemagne faisait déjà ce travail, pour souligner son "travail, famille, patrie" et que la récupération à été faite de même en France par le fromage chef d'état.

Mais dans ce que tu souligne Panda, c'est que tous ces clichés sont un travail de tous les jours mené par un peu tout le monde, sur base de clichés ou d'envies de certains de plus appuyer tel ou telle pratique dans ce coin, que ce soit musical ou danse.

Marquer sa différence en faisant comme tout le monde mais pas le voisin, car il le fait déjà.

J'ai l'impression d'avoir de la merde dans les yeux ces temps et que vous contribuer à en enlever de petits morceaux.

 

Le mec qui m'avait soutenue cette thèse de pétain originaire des clichés avait appuyé son argumentation en m’expliquant qu'il avait soutenu ces cliché fabriqué par l'état afin de suivre ce "travail, famille, patrie" et que en donnant des sous pour appuyer une tradition régional voir de village, ça permettait aussi de rendre les gens plus fier et ce plus docile en les flattant par leur tradition :

- T'es un bon mec du sud ouest avec ton jambon de pays et ton tambourin à corde et ta flute

- Oh le bel alsacien, tu es fier de ta bière choucroute et tes costumes long et ta clarinette ?

- Vous en Picardie vous serez de bon chasseur buveur.

 

Bref en les flattant pour mieux les amadouer et en faire des Français docile qui accepterais mieux leur situation si on leur apportaient un peu de distraction et de traditions pour les caresser dans le sens du poil.

 

Voila un peu son argumentation à mon interlocuteur.

 

Mais je vois que c'est plus profond que cela.





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : autres

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)