Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
* * * * * 1 note(s)

Les Niveaux en Folklore


  • Veuillez vous connecter pour répondre
93 réponses à ce sujet

#1 + Partager Emir

Emir
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 126 messages
  • Localisation: Dijon (21)
  • Activité(s):Juriste
  • Groupe(s):Enfants du Morvan, Kifékouak
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 15 avril 2008 - 15:26

Depuis le temps que je voulais lancer ce sujet, j'y plonge...

Donc depuis quelques années maintenant, commence à être mis en place le système des niveaux au sein des Fédérations nationales des groupes folkloriques. Je ne suis malheureusement pas le mieux placé pour en parler, et si quelqu'un veut donner des infos supplémentaires sur celles que je vais indiquer, il est le bienvenu. Je vais écrire seulement ce que j'en ai compris, c'est à dire pas grand chose !

On se place dans le monde folklorique, ce projet est porté par les différentes fédérations nationales de folklore. Le but serait (je mets au conditionnel, je ne suis pas sûr de moi, d'où l'objet de ce post pour que d'autres complètent) d'obtenir une meilleure reconnaissance du folklore, du moins des membres des groupes folkloriques, par le passage "d'examens" dont la réussite serait sanctionnée d'un niveau (niveau 1, 2, 3 ou 4), le niveau 1 étant le premier à passer, le 4 le super niveau.

Tiré d'un site d'une de ces fédérations, la FAFN : "

Les niveaux permettent de reconnaître les compétences des membres des groupes folkloriques

NIVEAU I
Le niveau I reconnaît les compétences, les connaissances acquises par les membres des groupes folkloriques.
C’est la fédération d’origine du candidat qui est responsable, en fonction de son organisation interne, de la mise en place du niveau 1.
Elle est seule à même de désigner les différentes modalités d’organisation pour l’obtention du niveau 1 : nombre de sessions, lieu des sessions, composition du jury.

Pour ce qui concerne notre fédération, les passages de niveaux I sont organisés au niveau du secteur. Le délégué consulte les différents groupes de son secteur et organise avec eux le lieu, la date du passage du niveau I. la FAFN compte : plus de 300 niveaux I.

NIVEAU II

Le niveau II permet d’évaluer les capacités humaines et techniques du candidat pour animer, organiser, former, transmettre, conformément à la Charte de qualité du Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires.
Le niveau II est décerné par le Collectif des Fédérations Nationales des Arts et Traditions Populaires, participe à l’entretien d’attribution un observateur du Ministère de Tutelle.
Nombre de niveaux II au 30 octobre 2007: 22.

NIVEAU III

Le niveau III s’adresse aux personnes qui seront à même de former les animateurs des groupes
Le niveau III aboutissant à un diplôme reconnu sera attribué par le Collectif des Fédérations Nationales d’Arts et Traditions Populaire et le Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Les conditions de candidature et les modalités d’évaluation seront étudiées en commun accord avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports."



Le Niveau IV n'est pas encore mis en place, et je ne sais pas si des personnes ont obtenu le niveau 3.


Si le principe d'une meilleure reconnaissance des groupes folkloriques au niveau national est louable, j'ai bcp de mal avec ces niveaux. Faut pas se leurrer, si ce projet fonctionne, ça excluera de facto les groupes folkloriques qui n'ont pas de "niveaux" dans l'attribution des subventions. En effet, si on met en place une reconnaissance des groupes, il faut bien que cela serve à quelque chose. Et donc je sens venir le coup gros comme une maison où le Conseil Général refusera de donner une subvention à tel groupe, puisque personne dans le groupe n'a de niveaux, donc pas de reconnaissance de l'état, donc pas de sous.

L'exclusion commence déjà dans certaines fédérations nationales. Pour y adhérer, il faut accepter ce principe des niveaux.

Bien sûr, vous allez dire : mais qu'est-ce qui empêche une personne de ton groupe, ou toi, de passer un niveau ? Oui, sûr, personne ne nous l'empêche, mais quel besoin de rajouter ça dans un LOISIR? Si maintenant pour la pratique d'un loisir on doit passer des examens, non, je ne suis pas d'accord. En plus, je ne sais pas si on peut passer ces niveaux si on ne fait pas partie d'une Fédération Nationale.

Je trouve que c'est un peu professionnaliser l'amateurisme. A force de dire que les amateurs vont tuer les professionnels dans le trad (en forçant le trait, bien entendu, je ne relance pas le débat ici), bien là on assiste au phénomène contraire, on veut professionnaliser un domaine amateur.

En espérant qu'au bout du bout, l'état ne rendra pas obligatoire la présence d'une personne "qualifiée", c'est à dire ayant le niveau 2 ou 3 ou 4, pour mener un groupe folklorique. Car là, et c'est là ma crainte, ce sera la mort de nombreux groupes folkloriques qui sont nombreux à refuser ce principe.

Je vais loin dans mon analyse, mais c'est dû à ma méconnaissance du sujet surement, une grande crainte de l'inconnu, bien sûr. Donc si des gens en savent un peu plus, j'attends leur analyse avec impatience.

#2 + Partager PiR

PiR
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 910 messages
  • Localisation: Lyon ou Saint Marcel (71)
  • Activité(s):Ingénieur Qualité
  • Groupe(s):Arcadanse
  • Instrument(s):Flute traversiere - Cornemuse 16"

Posté 15 avril 2008 - 16:22

Je n'ai pas une grande expertise en la matière d'autant plus que je suis le premier à raconter des conneries quand il s'agit de niveau.

Je veux juste réagir par rapport à ce que tu viens de dire. La question des niveaux est à double tranchant, je comprends parfaitement ton positionnement mais j'y vois tout de même quelques intérêts:

1) Ca permet de se remettre en question sur ses connaissances régionales et de creuser un peu le sujet,

2) Ca témoigne de l'implication de la personne dans le milieu du folklore (tout le monde ne passe pas son niveau),

3) Ca donne une certaine légitimité à la personne et à ce qu'elle transmet à d'autres (animateurs de groupes ou stages), même si ça n'est pas obligatoire de l'avoir pour animer (heureusement), c'est pour moi un gage de qualité.

J'en oublie surement mais ceci me semble essentiel.

Ces niveaux ne sont pas à voir comme un "examen" mais comme une implication régionale reconnue.

#3 + Partager Emir

Emir
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 126 messages
  • Localisation: Dijon (21)
  • Activité(s):Juriste
  • Groupe(s):Enfants du Morvan, Kifékouak
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 15 avril 2008 - 16:32

Merci PiR de ta réponse, ça va me permettre de rendre plus concrètes mes craintes.
Je comprends moi aussi ce que tu avances, mais

1) Ca permet de se remettre en question sur ses connaissances régionales et de creuser un peu le sujet,

Tu as besoin de ça pour creuser le sujet ?

2) Ca témoigne de l'implication de la personne dans le milieu du folklore (tout le monde ne passe pas son niveau),

Tu as besoin de savoir qu'une personne a un niveau pour lui reconnaitre son implication dans le milieu du folklore ?

3) Ca donne une certaine légitimité à la personne et à ce qu'elle transmet à d'autres (animateurs de groupes ou stages), même si ça n'est pas obligatoire de l'avoir pour animer (heureusement), c'est pour moi un gage de qualité.


Voila, tu donnes un sens concret à ma crainte, un gage de qualité, si on prend l'argument a contratio, l'Etat aura vite fait de dire pas de niveau, pas de qualité, donc pas de subvention.

#4 + Partager Maïtiù

Maïtiù
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 285 messages
  • Localisation: Chambéry
  • Activité(s):Technicien SIG
  • Instrument(s):violoncelle

Posté 15 avril 2008 - 16:34

Et c'est ainsi que beaucoup de pratiques "amateur" de "loisir" on besoin pour exister d'un diplomé d'état. (C'est le cas de nombreuses pratiques sportives).
Ca ne les a pas tuées pour autant... Je n'en connait pas l'histoire malheureusement, mais j'imagine qu'a la mise en place des BE d'enseignement, ça a dû brasser, certain ont mis la clef sous la porte, de nouveau on émergés et ça s'est stabiliser.

C'est peut-être mauvais pour le cas particulier du folklore, je sais pas, je connais pas assez bien ce milieu. Mais ça marche ailleurs en tout cas.

#5 + Partager Emir

Emir
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 126 messages
  • Localisation: Dijon (21)
  • Activité(s):Juriste
  • Groupe(s):Enfants du Morvan, Kifékouak
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 15 avril 2008 - 16:40

Oui mais justement, là on parle de culture, pas de pratique sportive. Un groupe folklorique, n'en déplaise à certain, ce n'est pas une équipe de foot. Beaucoup font très souvent l'amalgame, mais il y a une différence entre du football et la transmission de traditions, enfin il me semble.

Moi je ne suis pas contre le principe des niveaux, à partir du moment où il coexiste avec la situation actuelle, à partir du moment où il ne faut pas avoir un niveau pour pratiquer, pour demander des subv, pour transmettre les traditions.
Mais dans l'esprit même du principe des niveaux, cette coexistence me semble impossible.

#6 + Partager Maïtiù

Maïtiù
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 285 messages
  • Localisation: Chambéry
  • Activité(s):Technicien SIG
  • Instrument(s):violoncelle

Posté 15 avril 2008 - 16:54

Pour les subvention, je comprend tes craintes, mais je m'interroge un peu. Jusqu'ou vont les besoins en sub d'un groupe folklorique? (en tant que groupe, pas qu'organisateur.)
Et comment actuellement les financeurs s'assurent t'ils qu'il ne financent pas les bières des boulistes nostalgiques du samedi soir?

Message ajouté après : 10 minutes:

moi que n'importe qui puissent plus transmettre, ça me choque pas vraiment, que se soit du folklore ou des lettres anciennes... Ca assure une crédibilité auprès de ceux qui n'y connaissent rien. (qui sont ceux qui ont les sous) et oui, c'est un gage de qualité. Si tout ceux qui ont des sous le mérite sincèrement, et que le contenu des niveaux est adapté, ils n'auront pas de mal à les avoir, non?

(j'ai conscience de dire des insanités, mais derrière cette notion il y a un problème assez grave. Je ne suis pas du tout convaincu que le principe des niveaux soit le bon, mais je suis convaincu et intimement puisque j'en gère tout les jours dans un autre dommaine, qu'on ne peut pas attribuer des subventions sans un minimum de rêgles.
C'est du "donnez nous des sous et faites nous confiance" et bien non, on ne peut pas faire juste confiance comme ça, que se soit de la culture, de l'histoire du sport ou de l'amménagement importe peu.)

#7 + Partager Emir

Emir
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 126 messages
  • Localisation: Dijon (21)
  • Activité(s):Juriste
  • Groupe(s):Enfants du Morvan, Kifékouak
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 15 avril 2008 - 17:25

Les subventions répondent à des critères bien particuliers, n'obtient pas une subvention qui veut ! C'est en fonction de l'effectif du groupe, du nombre de sorties, de la présence ou non d'un groupe d'enfants...

L'histoire du gage de qualité, c'est faire une élite... Tel groupe a le niveau, tel groupe ne l'a pas... surtout que les niveaux, ce n'est pas pour un groupe, c'est pour UNE personne.

Et les besoins d'un groupe folklorique en subvention peuvent être importants, en ce qui concerne la confection de costume, l'achat d'instruments anciens...
Pour l'instant mon groupe à Dijon obtient tout ça, mais quid dans quelques années, si personne de chez nous ne s'est décidé à passer un niveau ?
Et puis si la personne qui a passé un niveau décide pr une raison ou une autre de quitter le groupe ?

#8 + Partager Maïtiù

Maïtiù
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 285 messages
  • Localisation: Chambéry
  • Activité(s):Technicien SIG
  • Instrument(s):violoncelle

Posté 15 avril 2008 - 19:42

Dans le cadre de mon boulot, des subventions sont accordées à ceux qui n'ont pas le niveau... si ils attestent d'une envie de progresser bien sûr.
C'est une question de choix politiques, mais quels qu'ils soit ils nécessitent d'évaluer la qualité de ce qu'on fait. C'est un invesstissement pour la collectivité, pour vos concitoyens, comment savoir que ce n'est pas un invesstissement "dans le vent"?
Pour dire n'importe quoi : qu'on est pas en train de subventionner des costumes de pommes et des instruments anciens en plastique du 21e siècle?
Le niveau c'est peut-être pas la solution et encore une fois je défend pas CE système en particulier, mais il en faut bien un, et l'effectif ou l'âge, je trouve pas ça juste. Si on est plein à rien foutre on a des sub alors que si on est 3 à faire un travail monstrueux on a rien?

Que se passera t'il si cette personne quitte le groupe? La même question que pour un président d'asso, quand tu commence à te la poser, c'est que l'asso n'a plus grand chose à vivre.

Une dernière série : une personne très savante est-elle capable d''enseigner? Quesqu'y m'empêche de me considérer comme très savant en quadrette du versant ouest de la vallée d'aoste? Quelqu'un au Conseil Général peut-il l'infirmer ou le confirmer?

#9 + Partager Emir

Emir
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 126 messages
  • Localisation: Dijon (21)
  • Activité(s):Juriste
  • Groupe(s):Enfants du Morvan, Kifékouak
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 15 avril 2008 - 20:21

La ville de Dijon accorde des subventions en échange d'un spectacle. Elle a quand même des retours, elle sait si ce que l'on a présenté est acceptable ou si c'était une foire. Et puis un groupe local est quand même connu par sa ville, surtout s'il y est implanté depuis 60 ans.
S'ils veulent des critères de qualité, ils n'ont qu'à demander, on leur en donne. Le nombre de nos sorties, notre effectif, des sorties nationales, voire à l'international, pour moi ce sont des critères intéressants. Pour une activité culturelle, le fait d'avoir un groupe d'enfants est important.

Car l'on parle de culture, de transmission des savoirs. On n'évalue pas la transmission des savoirs comme on regarde les résultats d'une équipe de foot. Tu introduis une culture du résultat dans tes propos qui ne trouve pas sa place ici selon moi.
Les critères actuels en Côte d'Or du moins pour l'attribution d'une subvention me conviennent à moi, et je pense conviennent à la majorité des groupes, si ce n'est à la totalité, même les plus petits.

Une personne peut être amener à quitter son groupe pr des raisons professionnelles, sans que pour autant le groupe ne doive s'arrêter. Un groupe ne doit pas tourner autour d'une seule personne, car même si chacun est important, dans l'optique de préserver le savoir et le savoir faire d'un groupe, personne ne doit être indispensable.

Une personne très savante est-elle capable d'enseigner ? bonne question : est-ce qu'avoir le niveau IV signifiera que tu auras la pédagogie nécessaire pour transmettre ton savoir ? Car entre détenir un savoir et parvenir à le transmettre, il y a un gouffre.

#10 + Partager Maïtiù

Maïtiù
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 285 messages
  • Localisation: Chambéry
  • Activité(s):Technicien SIG
  • Instrument(s):violoncelle

Posté 15 avril 2008 - 21:18

OK pour la ville de Dijon. A l'échelle de centaines de manifestations est-ce que c'est encore viable?
La qualité et le résultat sont des choses différentes. Cette culture s'appuie sur quoi?

Entre détenir un savoir et parvenir à le transmettre il y a un gouffre qui s'apelle pédagogie. Ca s'apprend, et ça s'évalue.
Le niveau IV n'est peut-être pas la bonne solution c'est déja dans le niveau 2..., mais il me semble que le bon débat est là, parceque l'absence de critère n'est pas non plus une solution.

La personne qui vous enseigne cette culture, vous la transmet, a des jeunes enfants, a t-elle de vraies connaissance, et une vraie pédagogie? Pour toi oui, pour la ville de dijon peut-être, pour le département ou la région, c'est déjà moins évident à savoir, pour l'Etat ça devient impossible, si aucun critère d'évaluation n'est établit. Les critères ne sont peut-être pas bon, je n'ai pas les connaissances pour en juger. Mon propos, c'est qu'on ne peut pas se passer de critères objectifs.
Tu dis que tu en donne facilement, alors évaluons les ces critères. Un groupe d'enfant c'est interessant, si qqun est capable de leur transmettre. Le nombre de sortie est intéressant, si elles ont une valeur (scioff?). L'effectif? non, là je vois pas. Vous pouvez être plein, c'est pas pour ça que c'est du folklore ce que vous faites.
Il faut aussi que vous puissiez empêcher ceux qui ne font pas du folklore (ou pas "comme il faut") de vous piquer vos sub!

#11 + Partager wedell

wedell
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 622 messages

Posté 16 avril 2008 - 13:03

Au départ, il y a quelques potes réunis par la même passion:Ils claquent du sabot ou soufflent dans le flutiau. Parcequ'ils deviennent nombreux, ils forment une assoc, histoire de se faire un bas de laine pour quelque éventuelle manifestation. Puis ils demandent des subventions. Aux communes, au conseil général, régional... Après quoi les assocs se fédèrent, histoire d'avoir du poids dans des négociations ultérieures.
Il faut savoir que pour les representants de la société civile, les assocs, ou , du moins , les manifestations qu'elles organisent sont leur vitrine, leur faire valoir, bien plus que les travaux routiers qu'ils subventionnent, ce que tout le monde trouve tout naturel. Quoi d'étonnant à ce qu'ils tentent de règlementer la distribution de l'argent public (d'accord, ils ont l'impression que c'est le leur) pour savoir où ils mettent les pieds?
Vous avez affaire , là, à des gens très préoccupés par leur carrière et leur image mais , pour l'immense majorité pas ou peu concernés par une quelconque sauvegarde d'un patrimoine culturel.
La demande de subventions n'est pas un geste innocent, il vous lie à un système ou chacun joue son propre jeu et dans lequel, sans les cartes nécessaires, on a plus de chance d'être un instrument qu'un acteur.

#12 + Partager MarieT

MarieT
  • Adhérent(e)
  • PipPipPipPip
  • 469 messages
  • Localisation: La Chabanne-Cusset-Clermont-Ferrand
  • Activité(s):éducatrice spécialisée
  • Instrument(s):voix!

Posté 17 avril 2008 - 13:34

Je suis bien d'accord avec les craintes d'Emir et le trait d'humour(??) fort juste de Wedell. Je ne crois pas judicieux de comparer les activités sportives avec les activités culturelles car les motivations de départ et le public concerné ne sont pas les mêmes ( je parle là de ceux qui pratiquent); ceci étant, il n'est pas si évident que l'introduction de niveaux dans les sports n'ait pas eu de conséquences négatives. J'ai eu l'occasion de rencontrer de nombreux enfants ayant renoncé à la pratique de tel ou tel sport parce que ne se retrouvant pas dans le forcing imposé ,la quête de résultats à tout prix...un club de gymn par exemple qui se paye un moniteur diplômé veut un "retour" en classement, médailles etc..donc en argent...certains auraient aussi souhaité arrêter mais les parents qui se réalisent par ce biais existent et les gosses étaient coincés.
Donc cela n'a pas tué la pratique sportive mais en a exclu des gosses qui voulaient juste se faire plaisir...
Quant à la culture du résultat nous sommes en plein dans le fléau actuel (merci les anglo-saxons) qui s'impose de plus en plus dans le monde du travail et ne produit que de l'exclusion et de la souffrance.
Je pourrais comprendre le souci d'attribuer l'argent public à bon escient mais ce souci est tellement oublié dans d'autres circonstances que l'argumentaire employé pour justifier ces exigences" de niveaux" me fait sourire

#13 + Partager Chamusique

Chamusique
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 923 messages
  • Localisation: Ambierle (Loire)
  • Groupe(s):La Tourmentine (folk généraliste) Tchernobal (bal rock)
  • Instrument(s):saxo, clarinette, musettes, whistles, trucs à vent, électronique...

Posté 17 avril 2008 - 16:52

En plus la "musique sportive" ça existe : ceux qui ont un peu pratiqué la musique d'harmonie et les concours qui vont avec ou dans un autre univers les tremplins rock, voient de quoi je veux parler... ça peut être une approche , mais franchement c'est pas la mienne...

#14 + Partager Maïtiù

Maïtiù
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 285 messages
  • Localisation: Chambéry
  • Activité(s):Technicien SIG
  • Instrument(s):violoncelle

Posté 17 avril 2008 - 17:45

Vous avez focalisés sur le sport, c'était qu'un exemple, mal choisis. Oublions ça.

Je pourrais comprendre le souci d'attribuer l'argent public à bon escient mais ce souci est tellement oublié dans d'autres circonstances que l'argumentaire employé pour justifier ces exigences" de niveaux" me fait sourire


C'est vrai. Vu que tout le monde fais n'importe quoi, je vois pas pourquoi on se gênerais...

Encore une fois je n'ai jamais parlé d'une "exigence de niveau", mais d'un besoin d'indicateurs fiable et sans équivoque.

#15 + Partager Calmar

Calmar
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 435 messages
  • Localisation: Lyon
  • Activité(s):AESH
  • Groupe(s):Giverdy ( folk-rock ) / Tinuviel ( trad-folk ) / Solo / ex-Baladin ( chanson )
  • Instrument(s):chant,harpe,cabrette,whistles,flutes de partout,guimbardes,dan nguyet,balalaika , Ukulele,et des tas d'autres instruments...

Posté 17 avril 2008 - 18:28

ah , c'est fou ce que les gens peuvent se prendre la tète avec la musique , alors qu'il suffit seulement de jouer et d'y prendre plaisir et en donner ...
la compète , très peu pour moi.. ( les tremplins rock peuvent avoir de très bonnes ambiances , par expérience... des forts doutes pour les concours en tout genre par contre... ) ... défis personnels ? sais pas... frime , certainement plus souvent " sont moins bons que nous , gna gna gna..."... mouais...
mais bon , ça existe depuis toujours , alors why not ?!

#16 + Partager MarieT

MarieT
  • Adhérent(e)
  • PipPipPipPip
  • 469 messages
  • Localisation: La Chabanne-Cusset-Clermont-Ferrand
  • Activité(s):éducatrice spécialisée
  • Instrument(s):voix!

Posté 17 avril 2008 - 19:32

"C'est vrai. Vu que tout le monde fais n'importe quoi, je vois pas pourquoi on se gênerais... :Maitiu, c'est une interprétation,
Ce n'était absolument pas le sens de mon propos : je voulais dire que quand ça arrange il y a des exigences qui apparaissent et qui permettent d'éliminer
et peut-être des choses très bien: tout le mouvement d'éducation populaire qui a contribué en grande partie à ce que nous soyons là aujourd'hui à débattre et à faire de la musique ou autre chose a été fondé et porté par des gens qui n'avaient que leur passion, leur enthousiasme et leur disponibilité aux autres...ils ne faisaient pas n'importe quoi !!mais ils oeuvraient à l'oeil...

#17 + Partager Jan-Lu

Jan-Lu
  • Tradzonard(e)
  • PipPip
  • 35 messages
  • Localisation: somewhere in Vendée
  • Activité(s):étudiant, prof de zic et zicoss
  • Groupe(s):Evadézinn
  • Instrument(s):Veuze et diato

Posté 18 avril 2008 - 09:39

salut à tous,

j'aimerais apporter mon point de vue à cette discussion qui a l'air plutôt houleuse (en espérant que ce sera pas encore pire après xD )

Ce que je constate, c'est que dans la majorité des messages, le mot-clef qui revient c'est "subventions". Comme ça a été dit, je trouve ça un peu dommage de devoir oeuvrer simplement pour récupérer de l'argent. C'est sûr, quand une association n'en a pas, c'est toujours problématique, mais est-ce qu'on ne devrait pas d'abord se focaliser sur l'implication des bénévoles avant toute autre chose, dans une association ?

De plus, les subventions sont des choses bien volatiles, complexes, et plutôt mal réparties si on fait bien le compte. Déjà que les finances de la Culture en France n'atteignent pas des sommets. En outre, certains y ont une place bien assise, confortable, tandis que d'autres font un travail admirable et en bavent à faire des tonnes de dossiers pour récupérer des clopinettes.

Un exemple dont j'ai eu vent et que je trouve tout à fait aberrant : l'Orchestre National des Pays de la Loire. Pourquoi aberrant ? Parce qu'il cristalise à lui seul près de 80% des subventions pour la musique de la région. Restent donc un gros steack de 20% qu'on agite au dessus du nez de tous ceux qui restent. Amusant, mais les musiciens de cet orchestre sont même payés pour répéter (moi le jour où ça arrivera pour une centaine de musiciens trad, je veux bien me faire greffer un Jean-Claude Vandamme à la place du bras). Bref, pour résumer en 4 mots : scandaleux foutage-de-gueule.

A terme, ce principe de niveau risque de créer, c'est vrai, un clivage : les bons seront biens subventionnés, les moins bons, moins bien. Enfin... ce sera pas la première fois, regardez les classements au foot ou pour les bagadoùs, ça marche exactement pareil. Au démarrage, y'a toujours le plaisir de réaliser sa passion, après, le vertige du pognon et du professionnalisme prennent le dessus. C'est malheureusement dans l'ordre des choses sous le capitalisme.

#18 + Partager MarieT

MarieT
  • Adhérent(e)
  • PipPipPipPip
  • 469 messages
  • Localisation: La Chabanne-Cusset-Clermont-Ferrand
  • Activité(s):éducatrice spécialisée
  • Instrument(s):voix!

Posté 18 avril 2008 - 09:58

Autre formulation mais propos qui rejoint le mien si ce n'est que je ne suis même pas sûre que ce soit forcément les "bons" qui ramassent les subventions..chacun a certainement en tête un exemple de structure , groupe bien nanti juste parce qu'il sait aller dans le sens du vent ou qu'il a dans ses rangs une personne "bien introduite " .De plus, quand des grosses structures représentent une vitrine, la question de la qualité n'est pas forcément posée chaque année...

#19 + Partager Emir

Emir
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 126 messages
  • Localisation: Dijon (21)
  • Activité(s):Juriste
  • Groupe(s):Enfants du Morvan, Kifékouak
  • Instrument(s):Vielle à roue

Posté 18 avril 2008 - 10:02

Tout à fait d'accord avec ce que tu dis Jan-Lu (et avec les messages précédents aussi), c'est pour cela que je ne suis pas pour ce système des Niveaux.
C'est pour ça que j'ai mis directement le doigt sur les subventions, parce que c'est là dessus qu'au final cela se jouera.

Pour moi, et je me répète, les critères existant, du moins je parle pr la ville de Dijon et le département Côte d'Or, sont bien comme ils sont.

Pour répondre à Maïtiù, l'effectif d'un groupe est le reflet de sa bonne ou mauvaise santé.
Un groupe avec bcp de gens signifie que ce groupe est dynamique, qu'il est en capacité de faire plein de sorties. Généralement, un groupe avec peu de monde est en difficulté, on ne peut pas assurer une sortie avec 3 couples et 2 musiciens !
Après, on peut être un excellent groupe et avoir des problèmes d'effectif, mais c'est temporaire, si le groupe est de "bon niveau", il arrivera à recruter.
De même un groupe moyen avec plein de monde, crois-moi que soit il évoluera vers du mieux, soit les gens partiront.

Le nombre de sorties, ça marque la dynamique du groupe, s'il est bcp demandé, c'est qu'il a du succès, c'est que son "travail" est sérieux. Un groupe qui a peu de sorties, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas. C'est une généralité bien sûr, ça peut dépendre des années, mais voila, en général c'est comme ça.

Donc les critères de l'effectif, du nombre de sorties, de la présence d'un groupe d'enfants ou non, je trouve ça pas mal, car ce sont des critères objectifs qui donnent le dernier mot au public en fin de compte, et au dynamisme du groupe.

#20 + Partager Lureley

Lureley
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 452 messages
  • Localisation: Mulhouse
  • Activité(s):doctorante
  • Groupe(s):les Jolivettes de Reims; Burgdeïfala d'Illfurth
  • Instrument(s):apprend à balbutier en diato

Posté 18 avril 2008 - 10:26

Cyril, ce week end tu vas rencontrer Vincent et sa maman Anne-Marie (vice-présidente du cioff france, présidente du festival de Romans et du groupe Empi et Riaume, présidente de l'UNGTP...) qui sont les spécalistes des niveaux.
Puis on reparlera de tout ça lundi ;)
Parce que finalement ici tout le monde parle des niveaux en les montrant comme un vilain spectre qui va tout casser alors que personne ne sait vraiment ce que c'est ni comment les conçoivent les gens qui dirigent tout ça...


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)