Aller au contenu

En poursuivant votre visite sur Tradzone, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Continuer
  • Se connecter avec Agenda Trad      Connexion   
  • Créer un compte
  •  

Infos

En cas de problème avec le mail de validation lors de l'inscription, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact

Photo
* * * * - 9 note(s)

Code de la route pour bal


  • Veuillez vous connecter pour répondre
370 réponses à ce sujet

Sondage : Code de la route

Un code de la route pour les bals neccessaire?

Vous ne pouvez pas voir les résultats du sondage tant que vous n'avez pas voté. Veuillez vous connecter et voter pour voir les résultats.
Vote Les invités ne peuvent pas voter

#121 + Partager saladzézé

saladzézé
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 728 messages
  • Localisation: Bertagne
  • Groupe(s):http://www.tamm-kreiz.bzh/groupe/7132/OLetPAT
  • Instrument(s):Diato

Posté 19 janv. 2014 - 10:20

Moi qui croyait que c'était au moment du swing  qu'avait lieu le "vol" de cavalière ?...

 

Il va falloir que Lanost apporte des précisions sur ce point car ça remet en cause toute ma stratégie sur le décollage !...

 

Mon seul et unique objectif pendant le cercle est de pouvoir mettre la cavalière en apesanteur durant le swing:

 

cela se traduit par une accélération progressive de la rotation, jusqu'à sentir un pédalage désordonnée de la partenaire et c'est donc à ce moment là qu'une dernière accélération permet le décollage. Le plus dur alors, est de rester à cette vitesse constante de façon à éviter les projections de chaussures voire plus !...

 

Il convient ensuite pour un atterrissage convenable de décélerer en douceur, ce qui fait toute la différence entre le "gros bourrin" et le mec drôle mais néanmoins costaud ... :cry:



#122 + Partager josette

josette
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPip
  • 1 026 messages
  • Localisation: Bourges
  • Activité(s):!!!

Posté 19 janv. 2014 - 12:05

Moi ce que j'aime dans le swing du cercle circassien ce n'est pas de m'envoler. 

J'aime, certes,  quand le cavalier essaye de me faire perdre mes appuis en accélérant mais je sais accélérer et cela m'amuse bien de me maintenir à son niveau de rotation! 

Mais ce que je préfère c'est quand à une bonne vitesse bien soutenue mais pas ostentatoire, nous parvenons à un patinage absolument synchronisé et qu'à deux nous ne sommes qu'un objet en rotation. C'est rare et je dois dire cela m'arrive plus souvent avec les partenaires filles qu'avec les garçons. Ce qu'a posté saladzézé l'explique sûrement. 


  • Nouille aime ça

#123 + Partager Rodrigue

Rodrigue
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 125 messages

Posté 19 janv. 2014 - 13:30

À l'attention de ceux qui sont en train de passer le code :

 

Du décollage en swing (et autres portés) :

 

  • Vous pouvez effectivement faire très mal à la cavalière de trois façons : au moment du décollage, de l'atterrissage et en cas de choc avec les voisins ou un objet statique (mur, colonne, chaise, spectateur, enceinte, pied de rampe d'éclairage...).

Je me souviens avoir effectivement fait mal au dos d'une cavalière (elle me l'a dit) parce que j'avais oublié le détail suivant : au moment du décollage, le bras dans le dos peut faire point de bascule si la distance entre les deux bustes n'a pas été réduite ; le haut de la cavalière pivote alors vers le bas et le bas vers le haut au moment du décollage, comme lorsque vous glissez sur le sol et perdez soudainement appui. Ça a plus chance de se produire si la cavalière est plutôt grande (le bras est relativement plus proche des reins), massive (le point de bascule risque de descendre, ce qui aggrave le phénomène) et peu tonique (ou peu consentante) ; certes, un élan supplémentaire au moment du décollage peut atténuer le choc ainsi que le fait de ramener ce point de bascule vers les épaules et de réduire la distance. Ce phénomène accompagne la tension normale de la colonne vertébrale due à la force centrifuge. Cette tension est je crois sans danger si elle se fait bien dans l'axe tête-pieds (c'est pour cela qu'il faut une certaine tonicité et qu'il n'y ait pas cassure du dos). On arrive à sentir le "craquement" des vertèbres et même parfois à l'entendre. Une cavalière m'a remercié un soir car je lui avais remis en place une vertèbre (passée la première stupeur). Tout ça pour illustre le fait qu'il y a bien un "choc".

 

Même s'il est possible de faire décoller par surprise et faire ensuite tourner à bout de bras une cavalière petite et légère, il faut avoir conscience de l'espace que le couple va occuper, et ne pas chercher à faire décoller une cavalière plus grande et massive si on ne la connait pas (ou si elle n'est pas en confiance). Un jour, j'ai fait décollé une cavalière légèrement plus petite mais costaude. Elle était toute émue car c'était la première fois qu'on lui faisait le coup, mais ça s'est fait dans la confiance et j'avais vraiment sa tête sur mon épaule et le bras porteur sous les siennes, c'est à dire que son centre de gravité était proche de celui du couple.

 

Un autre phénomène dangereux à surveiller est dû au manque de technique de certaines cavalières. Ayant un pas de swing très simple (petits pas courus, pédalage ?), leur bassin ne fait pas bien face au cavalier, ou en tous les cas, le décollage et la bascule va se produire également latéralement (les jambes dans la direction de rotation, le haut du buste dans le sens contraire). Si la cavalière n'est ni très légère ni très petite, il va se créer un balourd surprenant et difficile à contrôler, à moins d'être un danseur de rock acrobatique (comme quand on fait passer la cavalière d'une hanche sur l'autre).

 

 

Au moment de l'atterrissage, une fois la vitesse de rotation réduite au minimum, une impulsion vers le haut permet je crois de faire en sorte que les pieds touchent le sol plutôt dans un mouvement vertical que horizontal, avec amortissement des genoux (c'est le contraire du saut en parachute car ici la réception se fait latéralement, alors attention aux chevilles fragiles !).

 

 

  • Mais les dames aussi peuvent faire mal au dos de leur cavalier ! Au moment où vous perdez pied, Mesdames, évitez le petit bond vers le haut sauf si c'est pour s'amarrer au buste du cavalier (cela suppose que la distance est déja réduite). Laissez-le faire (en croisant les doigts) car il  lui est toujours possible d'abandonner l'idée de décoller au dernier moment (parce qu'il ne le sent pas bien) ou bien c'est vous qui risquez de ne pas être synchrone avec sa propre impulsion, et sa prise de bras sera encore trop distante. Une impulsion de votre part est alors multipliée par l'effet de levier du bras et peut solliciter le dos du cavalier qui ne s'y attend pas. Ceci s'applique aux autres portés (avant-deux, congo). Ce n'est même pas la peine de vouloir être portée tout en maintenant une distance importante entre les centres de gravité (les corps). En fait, le mieux que vous ayez à faire si vous voulez être portée, c'est réduire la distance au moment de l'accélération en rotation, éventuellement y participer activement (là, c'est un signal fort pour le cavalier), au moment du décollage vous tendre en restant droite (comme un rayon de bicyclette, un plongeur ou un nageur avec fritte (tendre le dos et les jambes, pas les bras !). Ne provoquez pas le décollage vous même : si vous évaluez mal la vitesse ou la préparation du cavalier, vous allez lui casser le dos, glisser dans ses bras, heurter le sol des pieds et dans le pire des cas, vous retrouver sur les genoux ou faire chûter le couple.

 

  • Enfin, le problème avec ces tentatives de décollage c'est que le cavalier porteur, aussi drôle soit il, ne fait plus un pas de swing équilibré (il tent à devenir l'axe de rotation du couple), et ça, ça doit devenir ennuyeux à la longue pour les cavalières qui ne peuvent plus swinguer correctement, surtout si les cavaliers en question ne se rendent pas compte qu'ils ne swinguent pas correctement même quand ils ne cherchent pas à faire décoller (par manque de place par exemple). Pour un décollage réussi, combien de pédalages inutiles ?


#124 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 581 messages

Posté 19 janv. 2014 - 19:15

Et bé Lanost, t'as pas fini de faire des panneaux de limitation de vitesse :lmao:



#125 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 19 janv. 2014 - 19:33

je sais que ce sujet peux être vaste.

rien que ce week end j'ai encore vu une salle remplis à ras bord, avec les trois quarts des gens lors des danses de couples faire du concombre de mer sur les bords et tourner bien dans le centre ....


  • Ludoman aime ça

#126 + Partager Millou

Millou
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 869 messages
  • Localisation: Toulouse
  • Activité(s):Etudiante
  • Instrument(s):Accordéon diatonique, banjo ténor, chant, et surtout, danse !

Posté 19 janv. 2014 - 20:30

Punaise.

Bon je rentre juste d'un super stage sur l'enseignement des sauts béarnais avec Jean-Claude Arrosères et Tomas Baudoin, donc le message suivant en est fortement influencé.

 

Ce week-end du coup, c'est con à dire, mais je me suis encore pris en pleine face la réponse à cette éternelle question du pourquoi. "Pourquoi je fais ça? Qu'est-ce qui m'intéresse dans ces danses (et là je parle des danses trad en général) ? Qu'est-ce qui fait que ça me fout toujours une patate monstre, que ça me transcende systématiquement ?" et aussi, en tant qu'aspirante à la transmission de ces danses, "Qu'est-ce que j'ai à donner la-dedans ? Qu'est-ce que je veux faire passer ?"

 

Et donc, cette réponse, c'est la formidable capacité de ces danses, de ces moments de bal, à créer du vivre ensemble. La réponse, c'est ce qui est créé par ces danses, aussi simple soit-elles, quelque chose d'une cohésion, une réponse à la morosité ambiante et à la méfiance perpétuelle de l'autre qui sont reines de notre société actuelle.

 

Bon. Soit. Et pourquoi est-ce que je dis ça là, maintenant, dans ce sujet sur la nécessité d'un éventuel code de la route pour bal ?

 

Eh bien c'est parce que je me dis que ce code de la route n'est pas une bonne réponse.

Parce que, selon moi, si les gens dansent seuls, sans prendre en compte les autres danseurs de cet espace uni qu'est le bal (ou même sans véritablement prendre en compte leur partenaire), c'est qu'ils ont oublié, ou peut-être ne l'ont-ils jamais su, l'essence même du bal à savoir le vivre-ensemble.

 

Alors, avant de faire un code de la route, il me semble important de faire comprendre, faire réfléchir sur le pourquoi on danse, et qu'est-ce qui se joue dans un bal.

Je veux dire, des règles, soit, mais si on ne comprend pas leur intérêt, le pourquoi de ces règles, alors c'est un coup d'épée dans l'eau.

 

Je ne sais pas si je suis très claire et compréhensible, la fatigue embue un peu mon cerveau.

Alors pour terminer (peut-être que ça pourra éclairer un peu plus vos lanternes sur ce que j'essaie de dire), je reprend à mon compte une citation d'un de mes professeurs qui disait "les choses ne se décrètent pas, elles se sécrètent".



#127 + Partager eltoniodelavega

eltoniodelavega
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 555 messages
  • Localisation: Roubaix (59), Troyes (10)
  • Activité(s):Etudiant
  • Instrument(s):Accordéon dit « atomique », voix basse

Posté 19 janv. 2014 - 20:40

Merci pour ton message, Millou. Si si, il est clair et en plus je me retrouve dans sa thèse principale. :thumbup:



#128 + Partager laclaire

laclaire
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 581 messages

Posté 19 janv. 2014 - 20:48

"les choses ne se décrètent pas, elles se sécrètent"

 

 

Bonne nouvelle, il semblerait que les concombres de mer soient d'accord :

http://www.youtube.c...h?v=fzt9Rc_pQVM

 

 

(désolée j'ai pas pu résiter)



#129 + Partager Nouille

Nouille
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPip
  • 70 messages
  • Localisation: Lyon/Grenoble
  • Activité(s):Infirmière
  • Instrument(s):Accordéon chromatique, accordina

Posté 19 janv. 2014 - 23:10

Pour ma part, ce qui m'intéresse dans la danse traditionnelle c'est la collectivité. Même dans une danse de couple, (valse, scottish ou mazurka), l'énergie du couple fait partie et en même temps donne une énergie collective. Les plus beaux instants de danse de ma vie ont peut-être même été sur scène, en tant que musicienne, à voir tourner une valse où chaque couple était une petite pièce d'un tourbillon sans limites.

 

Tout le monde a le droit de s'amuser et même de faire n'importe quoi s'il le veut, que ce soit le concombre de mer, le gros ours, le chamallow, le chevalier, le balai (dans le cul) ou que sais-je encore [par exemple, danser une bourrée 2 temps péchue avec moi revient à signer son arrêt de mort, si tant est que le ridicule tue]

 

De la même manière, nous avons chacun notre façon d'être, de vivre & de danser. Tout comme le sexe ou la philosophie, sommes-nous tous fait pour danser ensemble ? Non. Il peut y avoir des affinités, des concordances,.. ou pas. Sauf qu'il y a toujours cette petite période de test - mais si vous savez, le premier cercle circassien où on essaie de repérer qui est-ce qu'on ira inviter pour la prochaine mazurka, parce qu'on avait une bonne préhension lors du swing.

 

Je pense que créer un réel "Code de la route pour bal" reviendrait à enchaîner une des libertés de l'être humain, qui est de danser.

Cependant, je pense que l'on a tous & toutes subi notre race un jour en bal. Si c'est pour revenir chez toi avec des contusions pleins les pieds, en trainant la patte comme un pauvre chien des rues et devoir rester pendant 2 jours avec ta bouillotte dans le dos avant de pouvoir ne serait-ce qu'imaginer aller aux toilettes, il n'y a plus de plaisir à aller danser [reste à espérer que la musique était bonne].

 
Je pense que l'idée de ce topic était au départ - et pardon si je me trompe - d'extérioriser un peu tout ce qui nous énerve en bal et qu'on aimerait qui soit banis à tout jamais [mes pieds veulent vivre !] sans que pour autant des panneaux arborant ce cercle rouge de l'interdit et représentant de jolis concombres de mers ondulant ne voient le jour sur les parquets.
 
:sugoi: Le plus important, c'est d'y prendre du plaisir  :sugoi:
 [je parle de danse bien sûr] 
                                             

Modifié par Nouille, 19 janv. 2014 - 23:13.


#130 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 20 janv. 2014 - 07:18

Bien évidement que je ne cherche pas à imposer des règles, bien évidement que le bal c'est avant toutes choses vivre ensemble dans un objectif commun qu'est le plaisir.

Je suis un troll, mais derrière ce sujet je cherche à écrire plus ou moins sérieusement et avec une grande part de généralités, les problèmes rencontré dans des lieux, les incompréhension, ou les difficultés qu'ont la majorités des gens en bal de reconnaitre les règles implicite à ce milieu du traditionnel, dans le tango il va de soit que si tu invite quelqu'un tu le fait pour deux danse, c'est les us et coutumes, mais si on te le dit pas tu vas en Milonga et paf tu te prends des reproches et tu ne le savait pas.

 

de par ce code du bal, je veut juste aider les gens à mieux réfléchir leur environnement, je veux aussi confronter mon raisonnement par rapport au autres, et vous ne pouvez pas savoir comment ce qui ce trouve dans le haut de mon pantalon grandit lorsque je vois plein de gens qui réagissent, en bien, en mal. j'ai le kiki tout dur car Tradzone est un forum, et je fais ce qui est de plus humain sur ce forum "échanger" "débattre" "chercher une partenaire pour mon zizi".

Camille je suis entièrement d'accord avec toi, mais je trouve mon boulot intéressant car finalement je me troll moi même, je suis fou certes, mais dans ma nature je suis très "no rules" et pourtant j’édite des règles. mais quand je vois Nouille qui en une phrase aurait pus faire l'entier de mon sujet :

 

Le plus important, c'est d'y prendre du plaisir

 

Bah je suis content de me dire que je suis très con au point d'écrire des sujets inutile mais qui font sortir l'essentiel.

Faut pas oublier que Lanost est un personnage et que je l'utilise en tant que tel, mon moi véritable il est moi pas Lanost, et en tant que personnage je fais comme tintin, je lui offre de belles aventures.


  • nevado aime ça

#131 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 05 févr. 2014 - 06:19

L'invitation à la danse :
 

 

Fichier joint  Panneau invite.JPG   7,5 Ko   4 téléchargement(s)


Voila une règles générale de courtoisie en bal, festival. Dans ce sujet je vais traiter, de l'invitation sous toutes ses formes, en partant de celle d'un ami que l'on invite à venir en bal, jusqu'à l'invitation directe d'un(e) cavalier(e).

Comme j'ai pus lire à certains endroits sur ce site, mais que je n'arrive toujours pas à percevoir, nos bals ce désertent, alors il arrive un moment où faut bien inviter de nouvelles têtes, ou des amis sachant déjà danser mais qui viennent de loin, afin de remplir nos bars et user nos parquets, et surtout donner une belle ambiance de bal, assez éclectiques ou le temps d’un soir les différences tombent, il n’y a plus de case, handicapés mentaux physique, patrons, ouvriers, clochards, dépressifs, poly amoureux, frigides … et j’en passe, on sera tous à ce bal, pour le plaisir.
Le plaisir d’écouter, de danser, de boire, de draguer, de plaisanter, d’offrir, de recevoir. J’avoue la première fois que l’on m’a invité, je me suis retrouvé dans une salle remplis de tas de gens différent bizarre, je les voyais tous sourire, et moi je me faisait chier, c’est quoi cette musique, c’est quoi ces cons qui rit et qui font n’importe quoi, la danse c’est pas ce tenir le petit doigt, la danse c’est pas chanter avec le groupe, la danse c’est juste en couple.

 

Enfin c’etait mon idée première.

lorsque l’on m’y a convié, on m’a dit ces mots « tu fais du musette, mais il y que des vieux, viens avec moi, j’ai invité les copains, tu verras c’est du musette mais en mieux avec plus de jeunes ». Avouez que de passer d’un bal ou à 18 ans tu es le chouchou des dames de plus de 60 ans, qui au coté de ton grand père roi du musette de Nancy avec son harem à chaque bal, tu as peu envie de quitter ce cocon.

 

Mais bon c’était une amie, et il y avait d’autres amis, je ne pouvais pas vraiment refuser. Aujourd’hui bien plus tard (13 ans), j’ai fais du chemin, j’ai plus vraiment besoin qu’on me pousse dans ces bals, mais me reste ce questionnement, cette amie m’aurait invité autrement, serais-je encore là ? au-delà du fait que il a fallu au minimum trois bals avant que je commence à prendre plaisir d’y aller de moi-même, j’ai l’impression que cette invitation de groupe, à ces bals, ça à fait un peu effet de secte, « viens tu verras on serra bien tous ensemble » à l’heure où je vous parle de ce groupe d’amis je ne vois plus personne, j’ai changé de secte, de cette secte locale j’ai atteint la secte nationale, voir européenne.

Le trad m’a coupé de pas mal de chose, je plaisante avec ça c’est surtout que je l’ai bien voulut, et ces choses dont je me suis coupé, je suis en mesure de m’y reconnecter.

Alors comment inviter un ami ou des amis en bal ? Lisez bien ce qui va suivre, je pense que c’est la grande réponse à vos questionnements :

Le plus simplement du monde, avec son cœur, ne leur promettez rien, ne leur jetez pas de poudre aux yeux, invitez les par amour, de votre passion, pour eux, dites la vérité, que ce monde est fou, et que dans nos bals on l’est encore plus.

Ne forcez rien, ils sont grands (je l’espère) et ils ont des yeux et un cerveau, donc capable de comprendre que ici ils seront bien accueillis, du moins je pense, car ils iront avec vous.

Maintenant l’invitation des gens qui savent danser:

J’aimerais juste effleuré ce point, car combien de fois j’ai été Mindfuck (jouer d’esprit) par des amis en bal, on se fait inviter par un ami dans un bal où l'on est incognito, mais dans les deux cas il y a une-un bonne-bon copine-copain (comme j’ai appris copain c’est celui qui partage le pain, et copine …)qui est là, il te présente à ses amis fier que tu soit venu, en te présentant, il dit des choses gratifiantes, mais qui peuvent être en proie à fusiller ta soirée surtout si tu comptais arriver te poser et danser tranquille.

 

En te présentant donc, il dit « salut je vous présente « Mademoiselle, madame monsieur X » et elle-il danse bien, c’est un bon celui là » c’est ce que j’aimerais ne jamais entendre de la part d'amis, car assez souvent c’est peu être un compliment, mais qui va à coup sur vous faire foirer votre soirée car dans ces mots ce cache trois réactions du public qui l’entend :

1- Ah elle-il danse bien ? Pour qui elle -il ce prend cette-ce pimbéche-type, quelle-quel conne-con égocentrique, je vais l’ignorer toute la soirée.

 

2- Ah elle-il danse bien ? Merde je suis pas très bonne-bon danseuse-danseur, il va pas apprécier de danser avec moi, mieux vaut pas l’inviter si elle-il veut passer une bonne soirée.

 

3- Ah elle-il danse bien ? Ah bon, bah elle-il va voir, je veux savoir ce qu’elle-il a dans le ventre, on va voir ses limites, à cette-ce champion.


Et là paf ! votre bonne-bon amie-ami en trois mots peut changer l'attitude des gens vis à vis de vous.

C’est gentil tout plein d’attention, mais ça m’est arrivé trop souvent pour que je n’en parle pas.

Pour finir lors de l’invitation en bal. Il n’y a pas de règles je pense et encore moins de conseil, c’est tellement aléatoire, aller aux grés de vos envies laissez vous surprendre, ne mettez pas de limites dans vos choix. Si vous avez à refuser, ne le faites pas sans raison.

Iinvoquez la fatigue, l’attente d’un autre partenaire, cette danse ne me plait pas, je ne préfère pas car je ne connais pas cette danse …

Dans le refus mettez un morceau de raison. Tout comme dans l’invitation, n’invitez pas si vous ne savez pas danser ou alors précisez-le, car la-le partenaire sera plus gentille-gentil et plus avenant si il a été prévenu par avance.

 

Bon je vous donne ces conseils alors que moi personnellement je n’invite quasi plus en bal, et cela suite à une expérience de terrain que j’ai mené sur deux ans à Gennetinnes.
La première année j’ai été choqué du nombre de refus à danser.

Du coup la seconde année, j’ai pris un carnet, et j’ai comptabilisé toutes mes invitations.
Les oui et les non, les refus avec excuses ayant été enlevés de ce compte.

 

Le résultat final à été surprenant, sur 156 invitations de personnes avec qui je n’avais aucun lien, et que je ne connaissais pas, j’ai donc reçus 96 refus, ce qui fait au final, 2 danseuses sur 3 qui m'ont donner un refus sec, sans raisons.

Et j'entend souvent ces demoiselles ce plaindre que jamais on ne les invitent, et qu'elle ne refuse jamais.

 

J'aurais fait le guignol j'aurais compris ce chiffre, mais pour être impartiale, j'ai utilisé le même procédé, arriver avec un sourire et proposer de danser.

Par contre pour danser avec des connaissances j'ai eu 100% de reussite.

que doit on en conclure ?

 

 

 

L'annecdocte :

 

je vous l'écrit plus tard, mais elle concerne ma plus belle rencontre en danse. je vous ecris ce sujet en direct de mon boulot où j'ai un creux entre 4h et 7h du mat mais vous avez ça avant ce soir promis.

 

Voilà donc pour l’anecdote,

C’était à Gennetinnes il y a 4 ans de cela, donc en 2010, sur le parquet, jouais les zéoles (que je vous conseille au passage) si je me souviens bien, je déambulais seul sur le festival, et m’arrêtant pour écouter et essayer de regarder car il y avait plein de monde devant la scène,  et je vois là une demoiselle, qui ce déplace pour visiblement inviter un homme qui discutait au milieu d’un troupeau de belles jeunes filles, ils étaient assez visible car il les dépassait toutes d’une tête. Donc cette femme s’approche et tapote l’épaule de ce jeune homme, faut préciser que la beauté à quoi sert t’elle en danse ? certes cette femme n’était top canon, elle avait des épaules assez carrées, assez grande, des lunettes assez visible, des cheveux pas forcement bien coiffé, ne parlons pas son sourire étrange, et bref, oui elle n’était pas BELLE du point de vue physique, enfin pas dans les normes. Lui cet homme était plutôt charmant et bien présentable, genre top modèle du trad.

Donc voyant cela de loin je devine que la bête en tapotant l’épaule du beau, l’invite à danser. Devant mes yeux se déroula une des scènes les plus déroutante de ma vie, le beau se retourne et d’un visage étonné, mélangé entre la terreur et le dégoût n’ouvre même pas la bouche pour refuser, il fait juste une grimace, et dis non de la tête et sans plus en demander, reviens se remet à discuter avec ses charmantes brebis.

 Voyant cette femme repartit le nez au plancher, et les bras ballant de déception, sans réfléchir et me poser de question, je presse le pas vers elle, je ne me suis pas posé de question, j’ai juste eu le sang qui bouillais devant cette scène (et pas le bouille qui sang)

Je rageais de cette injustice, je voulais à ce moment-là lui offrir la plus belle danse de sa vie, quitte à en mourir. Je lui prend la main, elle se retourne me souris ne dit pas mot et ce place de manière à pouvoir danser cette scottish. Au premier pas, ma tenson redescend me concentrant pour lui offrir cette plus belle danse de sa vie, au deuxième levant la tête pour lui sourire, je me retrouve à ne rien comprendre, le tempo file, ne calculant rien, nos pas s’enchainent, se lie d’amitié, s’épouse, s’embrasse, ce complète dans un parfait mouvement, la danse ce termine que je ne comprends toujours pas où je me trouve, la musique s’arrête , mais j’ai l’impression que nous (elle et moi) n’en avons pas encore terminé de cette danse, la musique reprend, toujours pas de mot échangé, et là, la danse reprend ses droits, et recommence la même expérience. Trois danse ensemble plus tard, je la remercie d’un sourire et repart titubant, ivre de danse, je venais et je le sais maintenant de vivre une transe en danse.

Cette transe est venue du fait que rien n’a pas été calculé, je me suis abandonné alors que je venais pour imposer. Et cette bête refuser pas le beau, c’est transformé en la bête et le bête, pourquoi avais-je été si con de vouloir l’inviter juste parce qu’elle avait essuyé un refus plein de dégoût, j’aurais dû l’inviter normalement, sans intention. Mais je pense que finalement sans cette histoire je serais passé à côté de ma cavalière la plus parfaite. Et encore maintenant chaque danse avec elle est une pièce à ajouter à mon trésor de danse, chaque fois que je la rencontre, je me sens de nouveau ivre, et chaque fois je ne comprends pas, car elle n’est pas Moche, au contraire.

Je peux conclure en disant, soyez libre d’inviter, faites le sans intention aucune, danser comme vous êtes ne vous travestissez pas, sur cette histoire j’ai voulu le faire, mais une fois dans la bulle de cette demoiselle, le monde a retrouver son rose, son miel et son coton, mon énergie négative c’est transformé en amour de danse. Allez donc en paix mes frères et sœurs, que la danse soit avec vous et avec votre esprit, Amen.


  • loic et nevado aiment ça

#132 + Partager Ludoman

Ludoman
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 734 messages
  • Localisation: Montreuil
  • Groupe(s):Flor de Zinc - Duo Besson Rio - Tizhde'i - Boulas Rio
  • Instrument(s):Accordéon chromatique

Posté 05 févr. 2014 - 10:16

Oh le pavé !


  • Lanost aime ça

#133 + Partager Tya

Tya
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPip
  • 250 messages

Posté 05 févr. 2014 - 10:23

[…]
Comme d'habitude mes aptitudes graphiques étant limité, le panneau viendra plus tard.
 

[…] certes cette femme n’était top canon, elle avait des épaules assez carrées, assez grande, des lunettes assez visible, des cheveux pas forcement bien coiffé, ne parlons pas son sourire étrange, et bref, oui elle n’était pas BELLE du point de vue physique, enfin pas dans les normes. […]

 

Même sans aptitudes graphiques, tu es assez doué pour nous décrire l'effroyable, bravo !

Puisque l'on comprend, à la fin de ton histoire, qu'il t'arrive de revoir cette cavalière, souhaitons qu'elle ne fréquente pas TradZone ; sans quoi, le départ de ton exposé ("il n'y a plus de case…") est à corriger en ajoutant  "sauf exception".


Modifié par Tya, 05 févr. 2014 - 10:23.


#134 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 800 messages

Posté 05 févr. 2014 - 10:25

Pourquoi Dieu a inventé le trad?...

Pour que les moches puissent danser.

Voilà.
  • Lanost, cam, Ludoman et 4 autres aiment ça

#135 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 05 févr. 2014 - 11:05

c'est un pavé certes mais je vous avait promis depuis pas mal de temps un nouveau sujet.

@ Tya, désolé mais pour le français je suis très dyslexique et du coup je n'arrive que trop rarement à la relecture à voir mes fautes.


  • Ludoman aime ça

#136 + Partager deniis

deniis
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPip
  • 539 messages

Posté 05 févr. 2014 - 12:23

je serais très curieux d'avoir un poil plus de détail sur cette cavalière, genre sa ville ou son pays, que je vois si j'imagine la même, auquel cas ce serait normal que ta danse ai été superbe, puisque c'est une excellente danseuse et une excellente personne

(en MP si tu veux)



#137 + Partager diatoto

diatoto
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 800 messages

Posté 05 févr. 2014 - 12:53

Attendez les gars, vous  hallucinez ou quoi, y a quand même plus d'une moche dans le trad!...

 

Si cette personne tombe un jour sur ce topic et se reconnaît non pas sur son physique (!) mais sur le moment de grâce vécu avec notre Lanost, qu'elle soit assurée de mon respect le plus total vu que je ne la connais point et que j'ai surtout la fâcheuse habitude de me servir des posts déroutants des autres pour faire le con.


Modifié par diatoto, 05 févr. 2014 - 12:55.

  • Lanost, Ludoman et Eden aiment ça

#138 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 05 févr. 2014 - 13:30

Alors deux précisions, ce moment de grâce je l'ai vécu moi, je ne sais de son coté, et je n'ai jamais avoué à cette demoiselle, mon ressentit.

Ensuite personne ne sera qui c'est, peu être j’exagère certains détails, peu être pas. Et je suis persuadé que cette femme ne lira jamais tradzone, car je connais quelques détails qui me disent que elle ne lira pas ce forum et que l'on ne lui en parlera pas. Notamment par ce que Lanost ne lui dit rien, elle ne connais même pas mon vrai prénom non plus.



#139 + Partager Lanost

Lanost
  • Conseil Administration
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 221 messages
  • Localisation: France
  • Activité(s):Papa
  • Instrument(s):Voix, chroma

Posté 27 mars 2014 - 10:13

La communication non verbale en danse :

 

Fichier joint  index.jpeg   10,99 Ko   1 téléchargement(s)

 

Bonjour aujourd’hui comme l’indique le titre je vais vous parler du fait de ne pas parler en danse.

Oui c’est étrange, on peut communiquer nous forme de vie avec autre chose que des mots. Je vais tout d’abord commencer par la communication non verbale dans les danses de groupes, il y a des spécificités liés aux chaines, il y en a un qui parle avec son corps et les gens à la suite sont garant de ce message physique afin de le transmettre en fin de chaine. Prenons un danseur lambda, qui mène sa chaine de façon énergique, si le message passe bien et qu’elle est de bonne volonté, vous pourrez voir une seul personne sur toute la chaine (au niveau de la ligne d’épaule) par contre une personne hésitante dans ses ordres va laisser sa chaine dans une confusion la plus totale et l’harmonie souhaité pour ce type de danse va être grandement explosé, et se transformer en anarchie.

 

 

Dans une chaine prenez soins d’être clair dans votre communication non verbale, car on a là une pratique du téléphone Arabe dans sa version physique, et si des gens écoute votre chaine en la regardant, ils verront le message originel et sa désagrégation au fur et à mesure des personnes composant la chaine et qui soit ne reçoivent pas un message clair, soit ne transmettent pas eux même le message donné.

 

 

Dans un cercle, c’est un peu différent, on ne transmet pas de message, on parle tous d’une même voix, on est tous garant de l’équilibre du cercle, plus il est grand plus on prend de risque à pouvoir communiquer ensemble. Dans un cercle qui roule bien, vous devez être capable de ressentir ce qu’il se passe en face, vous ne lui tenez pas la main mais vous savez quel sont ses intentions dans ce cercle, votre voisins de deux places à gauche ou droite aussi, vous ne l’avez pas visuellement mais le cercle parle d’une voix donc vous entendez chaque personnes à chaque position ce qu’elle veut dire, alors même que sa bouche n’exprime pas un ordre de danse, au mieux elle chante.

 

 

On a abordé la forme conscience unique du cercle, et téléphone arabe de la chaine, maintenant on va se concentrer sur la partie qui va demander le plus d’effort pour un danseur. Les danses de couples.

Oui le plus dur dans le trad c’est les danses de couple, c’est là que la communication non verbale est le plus présent, car au-delà des mouvements de guidage, il y a aussi implicitement de la séduction, de l’abandon, de l’engagement.

C’est un tête à tête, un mano à mano, une guerre de tous les instants, mais là pas de bougie pas de couteau ni d’armes, juste la musique un parquet et le couple au milieu d’autre couples qui sont tous à la même enseigne, sueur, regards échangé, main douce et légère, les femmes aux doux parfums, les hommes aux belles musculatures. Pensez-vous vraiment que c’est innocent d’inviter quelqu’un à danser ? On l’invite on danse et on n’en parle plus, non je n’y crois pas, et si jamais on n’est pas vraiment conscient, le subconscient lui il est là, ce petit diable il sait pourquoi, on danse pour plaire, on danse pour se montrer, fini la timidité de la société, on se retrouve à deux et si on veut gagner il faut se livrer, sortir ce qu’on a en soi.

Ah la communication non verbale en couple, je pourrais vous écrire la pléiade sur ce sujet, mais honnêtement vous vous feriez chier, alors je vais essayer d’être le plus concis possible.

Que ce soit danse de couple homo ou hétéro les enjeux sont les même, la séduction. Je ne parle pas là de l’image forte de la séduction, je parle de séduction sous toutes ses coutures, on cherche tous à séduire ne nous mentons pas, à différents degrés certes, qui vont de :

  1. Je veux juste que la danse ce passe bien.
  2. Je veux juste que la danse ce passe bien et que cela lui plaise.
  3. Je veux que la danse ce passe bien et que l’on puisse re-danser ensemble.
  4. La danse va bien ce passer j’en suis sûr, je veux juste un regard entre nous.
  5. Mettons en place des tactiques de rapprochement afin de devenir amis après cette danse.
  6. À la fin de cette danse c’est bon on va boire une bière ensemble.
  7. Je l’emballe (ou me laisse emballer) sur la dernière note, tous les signes sont là.
  8. Bon c’est que quand que ça ce fini, on doit faire des bébés après.

Bon voilà, je n’ai pas mis tous les cas de figure, mais les grands points sont là.

On cherche à donc à séduire, ou s’abandonne à se laisser séduire, quoi qu’il en soit, chaque danse de couple implique une intimité, on se découvre, on baisse nos barrières on se montre nu, l’un à l’autre.

Chaque danse est unique, chaque partenaire aussi, notre communication peut-être unilatérale ou bilatérale, quand on danse tellement de choses sont « non dites » :

Que ce soit Femme ou homme :

Doit-on se regarder dans les yeux ? Je croise son regard, oups !  ça la-le gène qu’est-ce que je fais ? Regardons ailleurs.

Pour les hommes :

Ma main est bien posée ? N’est pas un peu trop bas sur son bassin ? Je vais la remonter cette main

Hop après ce tour je vais subtilement caresser son pieds avec le mien, serrer un peu plus mes bras et l’approcher contre moi, ce sera trop love elle va kiffer.

Mais je ne veux pas d’elle si proche j’ai lu plein de post à Lanost et c’est 15 cm de distance minimum, pour les danses de couple parfaite.

Pour les femmes :

Sa main est un peu trop basse là il va la remonter ? oh non il la remonte en caressant mon dos c’est trop bon, encore.

Mais il fait quoi ce lourd ? En plus il a failli m’écraser les pieds, il pue je ne veux pas m’approcher de lui au secours quelqu’un ? Le groupe ? Finissez vite s’il vous plait.

Oh il sent trop bon, et je suis un peu bourrée je vais me coller à lui car je ne vais pas tenir toute la danse.

Quand vous danserez en bal la prochaine fois faites attention à ces détails, car finalement en dansant on en dit beaucoup plus que l’on ne le croit, on ne joue plus un rôle on est soi, plus de mensonge à l’autre pour peu qu’il sache écouter.

En conclusion de tout cela la communication non verbale en danse est connue de tous, mais pas forcément ressentit consciemment, du débutant à l’expert en terminant par le génie, pour qui sait l’utiliser cela peut que procurer un grand plaisir à danser en chaine en rond ou en couple.

 

 

L’anecdote :

 

Je vais vous en conter quelques-unes qui sont en rapport avec le sujet et je vais commencer par LE moment de danse qui restera à jamais gravé en moi.

C’était au festival de  Damada il y fort longtemps quand le festival se faisait encore dans le bas du village.

C’était le groupe Torpen qui jouaient, ils annoncent un rond de Loudéac, je m’insère comme un jeune que j’étais à l’époque rapidement dans le cercle du milieu on devait être une trentaine de personnes. Pour ceux qui ne savent pas le rond de Loudéac ce danse en 4 partie généralement, et lors de la première partie, il commençait à ce passer un truc je ne sais pas quoi mais une certaine tension dans le cercle, quelque chose d’électrique. Au bout de quelques tours l’intensité des danseurs ce fait sentir, au point que quelques personnes sortent du cercle du milieu pour s’insérer dans celui de l’extérieur. À la fin de la première partie nous ne sommes plus que 14 danseurs dans la ronde, et au premières note de la troisième partie, la frénésie envahit ceux qui sont resté là, dont je faisais partit, nous nous retrouvons plus que 8 dans le cercles 8 hommes, nous ne nous connaissions pas, mais d’un seul homme ce cercle je vous le jure était une furie, une débauche d’énergie, sans se parler on faisait les même geste on était à un tel état de communion que dès que l’un pensait à changer de mouvement toute la ronde le faisait de suite sans discuter. Nous avons fini cette danse tous avec un sourire à décrocher les mâchoires sans vraiment sentir de fatigue tellement nous n’étions qu’un dans cette ronde.

Je ne serais toujours pas définir ce qui s’est passé, mais les 8 mecs finaux de la rondes ont tellement influencé la danse, que les gens qui n’ont pas senti danser dans cette énergie folle sont partit sans même râler, et ont compris qu’il fallait laisser ces 8 diable faire leur trucs.

Je n’ai jamais revus ces 7 personnes, je ne me souviens plus de leur visage, ne reste en moi que ce sentiment de communauté de l’anneau, 8 personnes inconnues l’une à l’autre, qui ont œuvré dans la danse à créer une chose unique et belle, alors que l’on m’explique que les danses Bretonnes c’est danser ensemble pour rentrer en transe personnelle,  ici, nous avons vécus une transe collective pour danser sous une seule et même personne et je puis vous dire que je n’ai jamais connus de pareils sentiments depuis.

 

J’ai une deuxième anecdote pour la danse de couple, celle-là me viens d’une amie qui en rit un peu mais qui chaque fois qu’elle le raconte je suis plié de rire :

Elle dansait avec un jeune homme, et tout se passait bien, jusqu’à que le jeune homme la rapproche de lui, elle se laissa faire, et tout en approchant elle sentait bien que le jeune homme prenait plaisir, elle lui lance un petit regard, il rougit un peu gêné.

À la fin de la danse elle lui glisse gentiment que ce n’est pas grave, cela arrive facilement quand un homme prend du plaisir à danser, et lui tout penaud lui répond, « ah! ça! Bah, attend. » Tout en disant cela il fourre sa main dans le pantalon et sort de son slip une paire de chaussette…

 

Merci de votre lecture.



#140 + Partager Ludoman

Ludoman
  • Tradzonard(e)
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 734 messages
  • Localisation: Montreuil
  • Groupe(s):Flor de Zinc - Duo Besson Rio - Tizhde'i - Boulas Rio
  • Instrument(s):Accordéon chromatique

Posté 27 mars 2014 - 10:49

Ca va faire plaisir à Torpen ! :)


  • Lanost aime ça


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)